AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.63 /5 (sur 470 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 08/12/1862
Mort(e) à : Rueil-Malmaison , le 06/06/1921
Biographie :

Georges Feydeau (né Georges Léon Jules Marie Feydeau), est un auteur dramatique français.

Fils de l'écrivain réaliste Ernest Feydeau, il se tourne très tôt vers le monde des lettres. Encouragé par Eugène Labiche, auteur de vaudevilles célèbres, il écrit deux comédies, "Le Diapason" et "Amour et piano", ainsi que des monologues dont il fait la lecture dans des cabarets parisiens. À 25 ans, il écrit et fait jouer "Tailleur pour dames" qui recueille succès auprès du public et reconnaissance du milieu théâtral. C'est en 1892, avec "Monsieur Chasse" qu'il devient célèbre.

Georges Feydeau écrit ses plus grandes réussites de 1892 à 1912 au rythme incroyable d'une pièce par an, "On purge bébé", "Occupe toi d'Amélie", "Le Dindon", "La Dame de chez Maxim", "Mais n'te promène donc pas toute nue !"... Ses pièces ont toutes été saluées, souvent imitées et sont encore jouées aujourd’hui.

S'il domine le théâtre de Boulevard de la fin du XIXe siècle, son sens du quiproquo et sa capacité à transformer une situation banale en délire scénique, ont fait dire de lui qu'il a annoncé le théâtre burlesque et l'absurde de Ionesco.

Très aimé de ses contemporains et des autres auteurs, il est témoin avec Sarah Bernhardt, en 1919, au mariage d'Yvonne Printemps et Sacha Guitry, un ami qui le visitera quand il sera interné pour des troubles psychiques dus à la syphilis dans la clinique du docteur Fouquart à Rueil-Malmaison. Après un séjour de deux ans dans cette maison de santé, il meurt à l'âge de 58 ans.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Vidéo de Georges Feydeau
Citations et extraits (128) Voir plus Ajouter une citation
PiertyM   20 mai 2014
Quatre pièces pour rire : . Le Dindon. Feu la mère de Madame. On purge Bébé. Mais n'te promène donc pas toute nue de Georges Feydeau
Qu’est-ce que ça prouve, le mari ! Tout le monde peut être mari ! Il suffit d’être agréé par la famille... et d’avoir été admis au conseil de révision ! On ne demande que des aptitudes comme pour être employé de ministère, chef de contentieux. Tandis que pour l’amant, il faut l’au-delà. Il faut la flamme ! C’est l’artiste de l’amour. Le mari n’en est que le rond de cuir.
Commenter  J’apprécie          351
Nastasia-B   12 mars 2013
Le Dindon de Georges Feydeau
LUCIENNE : Mais enfin, monsieur, je ne vous connais pas.

PONTAGNAC : Mais moi non plus, madame, et je le regrette tellement que je veux faire cesser cet état de choses...
Commenter  J’apprécie          340
Georges Feydeau
coco4649   01 décembre 2014
Georges Feydeau
Ma seule gymnastique c'est d'aller aux enterrements de mes amis qui faisaient de la gymnastique pour rester en bonne santé.
Commenter  J’apprécie          320
LydiaB   12 mai 2013
Chat en poche - Hortense a dit : Je m'en fous ! et Léonie est en avance ou le mal joli de Georges Feydeau
Dufausset. — Et moi qui croyais être chez des fous…



Pacarel. — Hein ?



Dufausset. — Dame ! C’est vrai, on vous trouve là, tous, sur des chaises, sur la table ou dans le piano… On aurait cru que vous jouiez au chat perché… en musique.



Landernau. — On vous faisait une entrée.



Amandine. — Plaignez-vous donc…



Dufausset. — Ah ! c’était pour… quelle drôle de façon de recevoir !



Amandine. — Ce jeune homme m’a regardée.



Dufausset. — Comment, vous êtes M. Pacarel… Enchanté ! Ah ! à propos, j’ai une lettre pour vous, elle est au fond de ma malle…



Pacarel. — De Dufausset… Ah ! ce cher ami… Il va bien Dufausset ?



Dufausset. — Admirablement ! Il va admirablement, mon père.



Pacarel. — Pourquoi m’appelle-t-il son père ? Il a dû être élevé chez les Jésuites, (Remontant vers les siens.) Eh ! bien, comment le trouvez-vous, mon ténor ?



Amandine. — Majestueux !…
Commenter  J’apprécie          260
Musardise   08 octobre 2017
Monsieur Chasse ! de Georges Feydeau
Moricet. - Oh ! alors... A propos, je te remercie de la façon dont tu as rangé mon volume.

Duchotel, descendant à gauche. - Ah ! Tu l'as trouvé ?

Moricet. - Oui ! sous le bahut !

Duchotel, comme d'un air tout naturel. - Ah ! oui... oui... en effet, c'est moi qui l'ai mis pour remplacer le pied... Je n'avais rien d'autre sous la main... (Aimablement.) Comme quoi un livre sert quelquefois à quelque chose.



Acte I, scèneVIII
Commenter  J’apprécie          262
BazaR   18 octobre 2017
Le Dindon de Georges Feydeau
LUCIENNE: Allez, vous êtes tous les mêmes, vous autres célibataires.

VATELIN: Célibataire, lui! mais il est marié.

LUCIENNE: Non!

VATELIN: Si!

LUCIENNE: Marié! vous êtes marié!...

PONTAGNAC (embarrassé): Oui... un peu!..

LUCIENNE: Mais c'est affreux!

VATELIN: Vous trouvez?

LUCIENNE: Mais c'est épouvantable!... Comment se fait-il...

PONTAGNAC: Oh! bien! vous savez ce que c'est!... un beau jour, on se rencontre chez le Maire... on ne sait comment, par la force des choses... Il vous fait des questions... on répond "oui" comme ça, parce qu'il y a du monde, puis quand tout le monde est parti, on s'aperçoit qu'on est marié. C'est pour la vie.

(Acte I, scène 2)
Commenter  J’apprécie          250
Nastasia-B   12 mars 2013
Le Dindon de Georges Feydeau
LUCIENNE : Marié ! vous êtes marié !...

PONTAGNAC : Oui... un peu !...
Commenter  J’apprécie          273
Nastasia-B   26 mars 2013
Le Dindon de Georges Feydeau
RÉDILLON : Une femme qui trompe son mari n'a pas l'habitude de lui envoyer des cartes d'invitation. (...) Si elle le fait, c'est qu'elle a une raison ! celle d'exaspérer la jalousie de son mari. (...) Ne voyez-vous pas là la comédie d'une femme outragée qui se venge ! (...)

VATELIN : Oui !

RÉDILLON : Enfin, j'en sais quelque chose, puisque c'est à moi qu'elle est venue proposer le rôle... que j'ai refusé (À part) et pour cause !...

VATELIN : Ah ! mon ami ! mon ami !

RÉDILLON : Et vous avez donné dans le panneau... Ah ! vous n'êtes guère tacticien !

VATELIN : Je suis avoué.

RÉDILLON : Voilà !

VATELIN : Ah ! que je suis content !... (Sanglotant) que je suis con... on... tent ! Ah ! là ! là !... Ah ! là ! là !

RÉDILLON : La joie fait peur !
Commenter  J’apprécie          240
BazaR   19 octobre 2017
Le Dindon de Georges Feydeau
PINCHARD: Alors, comme ça, t'as des clous, toi!

VICTOR: Oui, monsieur le Major. Oh! c'est pas grand-chose!

PINCHARD: C'est bien, je connais ça! Médecin-major dans la cavalerie, j'en vois plus souvent qu'à mon tour!... Fais voir!

VICTOR: Oui, monsieur! j'ai attrapé ça!...

PINCHARD: Je ne te demande pas de boniments! Déculotte-toi.

VICTOR: Monsieur le Major?

PINCHARD: Tu ne comprends pas le français? Je te dis: déculotte-toi!

VICTOR (interloqué): Mais monsieur le Major...

PINCHARD: Quoi! C'est ma femme qui te gêne? Fais pas attention, elle est sourde!

VICTOR: Ah! bon!

(Acte II, scène 5)
Commenter  J’apprécie          230
Nastasia-B   28 mars 2013
Le Dindon de Georges Feydeau
MAGGY : No ! pourquoi no ?

VATELIN : Parce que !... parce que c'est impossible... Est-ce que je suis libre ! j'ai une femme, moi ! je suis marié, moi !

MAGGY : Vous, vous êtes marié !

VATELIN : Mais dame !

MAGGY : Aoh ! à London, diséi vous étiez bœuf.

VATELIN : Comment bœuf ? veuf !

MAGGY : Aoh ! bœuf, veuf, c'est la même chose !

VATELIN : Mais non, ce n'est pas la même chose ! Merci ! le veuf, il peut recommencer, tandis que le bœuf...
Commenter  J’apprécie          230
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Répliques de théâtre 2

Couvrez ce sein que je ne saurais voir.

Raymond Queneau
Alfred Jarry
Guillaume Apollinaire
Molière

8 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : theatre françaisCréer un quiz sur cet auteur
.. ..