AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.7 /5 (sur 48 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 22/06/1877
Mort(e) à : Paris , le 04/01/1974
Biographie :

Édouard-Henri-Georges Toudouze est un romancier, auteur dramatique, historien et journaliste français.

Il écrivit sous le pseudonyme Georges-Gustave Toudouze ou Georges-G. Toudouze, sans doute en hommage à son père, le romancier Gustave Toudouze (1847-1904).

Georges-Gustave Toudouze était pensionnaire de l'Académie de France à Rome, membre de l'Académie de Marine, membre de l'École française archéologique d'Athènes, professeur d'histoire, du théâtre et du costume au Conservatoire national de Paris.

Il est le créateur de la série "Cinq jeunes filles", première série française de l'après-guerre.

En 1923, il publie Le Petit Roi d'Ys, un ouvrage couronné par l'Académie française.

Ajouter des informations
Bibliographie de Georges Gustave Toudouze   (38)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
gouelan   15 février 2015
LE MYSTERE DE LA CHAUVE SOURIS de Georges Gustave Toudouze
Avant qu’il eût achevé sa phrase et complété sa pensée, la porte, s’ouvrant toute grande sous un poing solide, livra passage à une sorte de géant aux larges épaules, aux grisonnants cheveux roux, courts et frisés dont les yeux bleu de mer mettaient comme des fenêtres ouvertes sur l’espace dans une peau tannée, couleur de cuivre rouge.[…]

« Kornéli, te v’là déjà de retour ! s’exclama Corentine.[…]

« Enfin, me v’là à meilleure heure que je ne pensais, avec les petits, quoi ! tous en bonne santé !... On est revenu, on est content et on va souper de fameux appétit ! »[…]

Les petits entrèrent à sa suite, se dandinant lourdement sous le poids de leurs bottes de mer.

- D’abord Alcide, l’aîné, ayant les six pieds de haut de son père, aussi fort, aussi large de poitrine, l’air placide et doux sous des cheveux blonds, ne paraissant pas ses trente ans révolus ;

– Hervé, autre colosse, châtain clair celui-là, l’œil brun, avançait une face violente rougie par le sel des embruns de l’Océan, des bras herculéens aux poings énormes ;

– la haute taille, la carrure épaisse de Loïz supportaient, sur un cou gros comme un mât, une tête ronde couverte d’une masse de cheveux noirs, et des yeux de goudron, brillant sous la double barre de sourcils touffus, complétaient sa ressemblance avec sa mère ;

– Yves, plus ramassé, n’avait pas la stature gigantesque de ses trois aînés et de son père ; il se rattrapait en largeur ; avec l’acajou sombre de ses longs cheveux et de sa barbe naissante, ce même reflet de feu qui s’allumait en lueurs rapides dans ses prunelles trahissait une certaine facilité à la colère.

Les vingt et un ans de Yan se voyaient dans sa sveltesse, sa peau plus blanche que celle de ses frères ; des nerfs d’acier soutenaient cette charpente qui n’avait pas encore atteint son complet développement et des yeux clairs illuminaient sa figure franche ;

– châtain aux prunelles grises, du gris breton des jours de brume, Alan, le suivant, souple, merveilleusement proportionné, paraissait plus petit qu’il n’était réellement à côté des géants ses frères, mais le granit de ses muscles valait celui des côtes de Bretagne ;

– le dernier, Pierrik, le mousse, cheveux roux et œil vert d’Atlantique, c’était Kornéli Troadec, tel qu’il devait être à douze ans.

Quand les petits, comme les appelait leur père, furent tous entrés, la salle, bien qu’assez vaste, sembla pleine[...]

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
gouelan   16 février 2015
LE MYSTERE DE LA CHAUVE SOURIS de Georges Gustave Toudouze
« Ar maro ièn !

– La mort froide ! »

C’est de cette épithète caractéristique qu’on souligne toujours la mort, en Bretagne.

Commenter  J’apprécie          130
gouelan   15 février 2015
LE MYSTERE DE LA CHAUVE SOURIS de Georges Gustave Toudouze
Ann hini goz.



La vieille est de pur sang breton

L'autre de Gauloise a le nom...



C’est la vieille qui est ma douce,

C’est la vieille qui l’est toujours !...



Nargue du Gaulois corrompu:

Dans sa peau le diable est cousu!



Nargue de la Gauloise aussi:

Son pied fourchu sent le roussi!



Berceuse :



Toutouic la la, mon petit enfant,

À te bercer, petit mignon,

Ta mère est ici, mon bel enfant,

À te bercer, petit chéri!...



Ta mère est ici, petit agneau,

Qui te chante une petite chanson.

L'autre jour elle pleurait dru,

Aujourd'hui, elle sourit, ta petite mère...



Toutouic la la, mon petit oiseau

Au beau milieu de ton rosier,

Pour t'envoler au ciel, mon petit ange,

Ne déploie pas ta petite aile...



Ho! ho! petit cheval blanc

Porte Pierrot à la messe!...

Ho! ho! petit cheval gris

Porte Pierrot à l'église!...

Ho! ho! petit cheval bleu

Porte Pierrot à la promenade.







Commenter  J’apprécie          110
gouelan   15 février 2015
LE MYSTERE DE LA CHAUVE SOURIS de Georges Gustave Toudouze
À cette première sensation d’effroi qu’elle avait ressentie, et dont elle était à peine remise, en voyant se dresser tout à coup devant elle, sans qu’elle l’eût entendu entrer, ce pâle visiteur, s’ajoutait en ce moment un second pressentiment, éveillé dans son âme superstitieuse de Bretonne, au choc de ce nom de l’Espervier ; malgré elle ses lèvres avaient traduit par le mot troublant de Ar Sparfel – l’Épervier – l’oiseau de deuil pour les gens de l’Armorique, celui qui frappe à la vitre pour annoncer que la mort est là, qu’elle rôde autour de la maison.
Commenter  J’apprécie          90
gouelan   15 février 2015
LE MYSTERE DE LA CHAUVE SOURIS de Georges Gustave Toudouze
« Ils vous font froid dans le dos ces enragés de Bretons et on jurerait qu’ils fréquentent constamment tous ces fantômes, tous ces invisibles de la nuit, dont ils vous causent comme de connaissances à eux !... Ce ne sont pas les vivants qui me feraient peur, bien sûr, mais ce sont les autres !... Je n’entends pas grincer une roue de charrette, sans craindre de tomber sur leur satané Chariot de la Mort conduit par un squelette grimaçant, leur Ankou comme ils disent !... Je ne regarde plus une haie d’ajoncs, sans penser y apercevoir, ainsi qu’eux, tout un tourbillon d’âmes !... Sans compter les mauvaises rencontres, les lavandières, les nains, les géants, tout un tas de mauvais monde !... Ah ! non, j’en ai assez !... »
Commenter  J’apprécie          80
gouelan   15 février 2015
LE MYSTERE DE LA CHAUVE SOURIS de Georges Gustave Toudouze
Cette âme profondément superstitieuse de la Bretagne, dont ils n’avaient pu avoir qu’un assez faible aperçu, tant qu’ils étaient restés à Camaret, ils s’en étaient tout à coup sentis étroitement enveloppés, dès qu’ils avaient commencé à pénétrer dans l’intérieur des terres. Là, tout était encore resté courbé sous la sauvagerie primitive, et le souvenir dénaturé, mais persistant, des croyances druidiques s’y combinait étroitement avec les légendes chrétiennes, conservées presque intactes depuis le Moyen Âge et continuant d’asservir le pays.
Commenter  J’apprécie          80
gouelan   15 février 2015
LE MYSTERE DE LA CHAUVE SOURIS de Georges Gustave Toudouze
« C’est une croix sur un menhir ! »

D’une image commune en Bretagne et frappant facilement les yeux, ils avaient ainsi admirablement expliqué l’âme pénétrée de superstitions, de croyances diaboliques et de pure foi chrétienne de ce recteur breton, également impitoyable pour la Révolution, pour tous les ennemis de Dieu, naturels et surnaturels, pour les Bleus qu’il confondait dans la même haine que Satan, les fées, les korrigans et tout ce peuple flottant des nuits armoricaines auquel il croyait comme le dernier des paysans.

Commenter  J’apprécie          62
gill   13 mai 2018
Sous-marin le , roi de la mer de Georges Gustave Toudouze
Ce sont, aux mains du promoteur des travailleurs sous-marins, les débuts admirables du sous marin hydrographe, zoologiste, botaniste, photographe, physicien, chimiste, du sous-marin explorateur scientifique, en un mot de ce navire de progrès que l'humanité attend pour accroître ses biens et développer sa vie ...
Commenter  J’apprécie          60
Jacopo   01 juin 2019
Henri Rivière: Peintre et Imagier de Georges Gustave Toudouze
Tradition ancestrale : c'est bien le premier mol qui dois-Je être prononcé lorsqu'on aborde l'oeuvre si moderne, si actuelle d'Henri Rivière. Rien, d'ailleurs, — si d'aucuns s'étonnaient — n'est plus aisé que de prouver la légitimité de ce rattachement historique, et par conséquent de faire par là sentir non seulement le lustre qui, indépendamment de sa personnelle Valeur en rejaillit sur l'artiste, — mais encore toute l'importance que cette mise en place dans l'évolution de l'art humain confère à ces estampes dont un public trop peu informé risquerait peut-être de ne pas saisir le sens complet.
Commenter  J’apprécie          40
gouelan   15 février 2015
LE MYSTERE DE LA CHAUVE SOURIS de Georges Gustave Toudouze
De son gosier s’envolait, en réponse, l’air séculaire de la Bretagne, dont les notes venaient gronder mélancoliquement jusqu’au fond des grottes :

Ann hini goz eo va dous,

Ann hini goz eo va zur !...

Elles sonnaient tendres et vibrantes les syllabes éternelles qui chantent l’indestructible amour du vieux pays breton, comme caractérisent sa force l’éternel granit et le grès éternel des côtes armoricaines:

C’est la vieille qui est ma douce,

C’est la vieille qui l’est toujours !...

Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Les cadeaux dans Harry Potter

On apprend dans le septième tome que l'un de ses premier cadeaux d'anniversaire lui a été offert par Sirius de quoi s'agit-il ?

Un album photo
Un balais-jouet volant à 1m du sol
Une marmite sauteuse
Une baguette farceuse

10 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : harry potterCréer un quiz sur cet auteur

.. ..