AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.34 /5 (sur 144 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Yrieix-sur-Charente , le 20/02/1902
Mort(e) à : Paris , le 24/03/1983
Biographie :

Georges Hyvernaud nait dans un famille d'ascendance paysanne et ouvrière.

Il est au collège un élève brillant, qui est remarqué : il intègre l'école normale d'instituteurs d'Angoulême en 1918, puis celle de Lyon. Il y prépare le concours de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, dont il devient cacique en 1922. Il en sort deux ans plus tard, également major.

Après avoir fait son service militaire à Saint-Maixent, Georges Hyvernaud est affecté à Arras, où il enseigne à l'École normale de 1926 à 1934. À dater de la même époque, il collabore à diverses revues parisiennes auxquelles il envoie articles et compte-rendus littéraires.

En 1934, Hyvernaud est affecté à l'École normale de Rouen, où il reste jusqu'en 1939.

En 1940, il est fait prisonnier dans le Nord de la France puis il est détenu dans les oflags de Poméranie. Après la guerre, il publie un texte : Lettre à une petite fille, et deux livres La Peau et les Os (1949), puis Le Wagon à vaches (1953) inspirés par son expérience de la captivité et par son retour à la liberté. Professeur à l'E.N. d'instituteurs de la Seine, il s'adonne ensuite à une œuvre pédagogique.

Les publications posthumes de son troisième roman (abandonné) Lettre anonyme, de ses Carnets d'oflag, de ses lettres de la drôle de guerre (L’Ivrogne et l'emmerdeur) et de ses Lettres de Poméranie accompagnent la revue littéraire de l’écrivain.

Écrivain rare et confidentiel, qui s'est soigneusement tenu à l'écart des milieux littéraires, Georges Hyvernaud a été quasiment oublié durant près de trente ans. L'importance de son œuvre est réévaluée depuis le milieu des années 1980.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Georges Hyvernaud   (13)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Georges Hyvernaud : Le wagon à vaches
Olivier BARROT retrace la vie et l'éphémère carrière littéraire de Georges HYVERNAUD et évoque l'histoire du livre "Le wagon à vaches".

Citations et extraits (88) Voir plus Ajouter une citation
Zora-la-Rousse   09 juillet 2011
La Peau et les Os de Georges Hyvernaud
Personne ne peut souffrir personne. On a parfois l'air de s'entendre. On rigole des mêmes obscénités. On se montre des photos de gosses. On joue aux cartes. Mais il circule là-dessous une haine patiente, attentive, subtile, méticuleuse. Une âcre méchanceté de bureaucrate ou de vieille dame. De jour en jour on aiguise, on recuit, on perfectionne ses griefs et ses répulsions. C'est forcé. C'est à cause de cette misère à odeur de latrines où l'on est barattés tous ensemble, crève-la-faim et crève-l'ennui. On en veut aux autres d'être toujours là. On leur en veut des gueules qu'ils ont, de leurs voix, de leurs goûts et de leur dégoûts, de la place qu'ils tiennent, de dire ce qu'ils disent, de chanter ce qu'ils chantent, de Nietzsche, de la p'tite Amélie, de renifler, de roter, d'exister. On leur en veut de cette existence immuable, inévitable, où se déchire notre existence. Et à tout moment les antipathies crèvent en disputes extravagantes. On ne sait même pas pourquoi.
Commenter  J’apprécie          190
ithaque   12 juin 2021
La Peau et les Os de Georges Hyvernaud
il y avait un monument aux morts de 70 : un soldat s'affaissant noblement pour mourir, dans la grande tradition de la Comédie-Française.



P.110
Commenter  J’apprécie          200
Zora-la-Rousse   10 juillet 2011
La Peau et les Os de Georges Hyvernaud
On a une trop longue habitude de la soumission. On a tant obéi pendant des siècles, tant accumulé de fatigue, on s'est tellement usé à des tâches misérables, tellement accoutumé à l'étroitesse, à la sévérité, à la grisaille de la vie, qu'on finit par se satisfaire de ce qu'on est et de ce qu'on a. Cet ordre qu'il faudrait changer est si lourd et si ancien qu'on perd courage. Il n'y a qu'à rester à sa place. C'est déjà bien beau d'avoir ça. Une petite place à soi, avec du travail à faire, du pain assuré. On sait qu'on ne pourra pas s'en sortir. On n'en a même plus envie. On se trouve bien là. On s'y trouve heureux. On y sauve même une espèce d'orgueil.
Commenter  J’apprécie          170
GeraldineB   05 mai 2020
La Peau et les Os de Georges Hyvernaud
On a une trop longue habitude de la soumission. On a tant obéi pendant des siècles, tant accumulé de fatigue, on s'est tellement usé à des tâches misérables, tellement accoutumé à l'étroitesse, à la sévérité, à la grisaille de la vie, qu'on finit par se satisfaire de ce qu'on est et de ce qu'on a. Cet ordre qu'il faudrait changer est si lourd et si ancien qu'on perd courage. Il n'y a qu'à rester à sa place. C'est déjà bien beau d'avoir ça. Une petite place à soi, avec du travail à faire, du pain assuré. On sait qu'on ne pourrait s'en sortir. On n'en a même plus envie. On se trouve bien là. On s'y trouve heureux. On y sauve même une espèce d'orgueil.
Commenter  J’apprécie          150
Hulot   01 janvier 2020
La Peau et les Os de Georges Hyvernaud
Ils en sont partisans, eux, de la mystique du travail. Et de la fierté artisane.

Et de l'ouvrage bien faîte.

On serait rudement tranquilles si la joie de travailler suffisait comme salaire aux hommes du travail.
Commenter  J’apprécie          160
Annette55   15 juin 2014
Le wagon à vaches de Georges Hyvernaud
C'est depuis le Monument aux Morts que je sais que je chante faux. On ne s'en était pas aperçu, parce que je ne chante jamais. Ou alors quand je suis seul.

Mais il y avait ce monument aux morts à inaugurer.

Tout le monde avait son rôle. Les conseillers municipaux, les agents de police.

Les sociétés savantes.

Les fils des morts, les femmes des morts, les pères et mères des morts.

Il n'y avait que les morts qui n'eussent pas de rôle, comme leur nom l'implique .

Il était d'ailleurs superflu de penser aux morts: le monument était Là Pour Ça!
Commenter  J’apprécie          150
diablotin0   03 mai 2021
La Peau et les Os de Georges Hyvernaud
Parce que votre existence a été éventrée, retournée par l'événement, vous imaginez vaguement que vous aviez droit à du neuf, que vous alliez repartir à zéro. Pas du tout, ça se recolle, ça se retape, c'est comme avant. On ne part pas, on continue. On recommence. On remet ça. On remet sa vieille veste, on remet sa vieille. La vie se remet à couler dans ces vieilles petites rigoles. Comme s'il n'y avait rien eu. On a retrouvé sa place. Ma place de passant parmi les passants, ma place dans de la rue, d'homme dans le métro.
Commenter  J’apprécie          140
moravia   04 mars 2013
Le wagon à vaches de Georges Hyvernaud
-Comme à l'heure de notre mort , répète docilement Madeleine.

A l'heure de notre mort....Qui viendra après toutes ces heures de notre vie qu'on aura passées à récurer les casseroles, à copier des factures, à élever des enfants pour les casseroles et les factures....Ces heures de notre vie dont nous n'avons pas fait grand-chose, et voilà qu'elle se râpe, notre vie, et s'use, qu'elle s'effiloche comme une veste de bureaucrate.On s'est frotté à tant de gens.On a été mouillé par tant de pluies.Il en tombe, de la pluie, sur une vie d'homme.Sur nos vies à nous autres, le petit monde, monde des petits maux et de vie vivotante.
Commenter  J’apprécie          120
michfred   19 mars 2020
La Peau et les Os de Georges Hyvernaud
J'écris son nom, Gokelaere, comme on écrit un nom sur une croix. Mais personne ne lit les noms sur les croix. Et il n'y a même pas de croix. Il n'y a rien.
Commenter  J’apprécie          130
js   07 octobre 2011
Le wagon à vaches de Georges Hyvernaud
Page 30



Tant pis. La littérature française, Dieu merci, peut se passer de mes services. Elle ne manque pas de bras, la littérature française, ça fait plaisir. Elle ne manque pas de mains. On en a pour tous les goûts, pour toutes les besognes. On a des anxieux, des maux du siècle, des durs et des mous, des bien fringués, des chefs de rayon. On a les officiels en jaquette, pour centenaires et inaugurations de bustes. On a les anarchistes qui portent un pull-over jonquille et qui sont saouls à onze heures du matin. Ceux qui sont au courant de l’imparfait du subjonctif, ceux qui écrivent merde, ceux qui ont un message à délivrer et ceux qui sont les gardiens de la tradition nationale. Les facteurs, les gendarmes. Ceux qui me font penser à mon cousin Virgile qui n’était bon à rien : alors il s’est engagé et puis il est devenu sous-officier — voilà où ça mène de s’engager. Les littérateurs engagés, les littérateurs encagés. Il y a ceux à qui le noir va bien, et ceux qui préfèrent le rose, et ceux qui aiment mieux le tricolore. Ceux qui ont le cœur sur la plume. Et les psychologues, et les pédérastes, et les humanistes, et les attendris, et les enfants du peuple à qui ça fait mal au cœur de posséder tant de culture à eux tout seuls, et les moralistes nietzschéens qui ont été élevés dans une institution de Neuilly. On a de tout, on n’en finit pas. On a ceux qui giflent les morts et qui conchient l’armée française, et puis qui se rangent, qui ne plaisantent pas avec la consigne. Les travailleurs de choc qui vous édifient des trente volumes de roman, et toute l’époque est dedans, il y a des tables et des index méthodiques pour qu’on s’y retrouve. Ceux qui font des conférences dans les provinces, avec trois anecdotes et un couplet moral planté dessus comme une mariée en plâtre sur un gâteau de mariage. Et les petits jeunes gens qui parlent tout le temps de leur génération. Et s’ils racontent en deux cent vingt pages qu’ils ont fait un enfant à la bonne de leur mère, cela devient le drame d’une génération.



D’abord, quand on parle de l’esprit d’une génération, je rigole. Voyez-les se tortiller dans leur pull-over, les petits gars. Écoutez-moi ça. On n’est pas comme nos vieux, nous autres. Nous, on est une génération désarmée, désaxée, etc. J’ai lu cela cent fois. Ou le contraire : nous, qui sommes épris de santé, d’énergie, de simplicité, etc. À présent, ils citent Kafka, ou Sartre. De mon temps, c’était plutôt Freud, ou Gide, ou Rimbaud. Les générations ont besoin de noms propres.



Moi aussi, j’aurais des noms propres à citer. Ceux de Barche, de Craquelou, de Ravenel ou de Pignochet. Des hommes de mon âge, des hommes de ma génération. Eux, ils ne faisaient pas de livres, et on ne parle d’eux dans les livres. C’était des remueurs de terre ou de ciment. Nous avons été mobilisés ensemble : bonne occasion d’éprouver ce qu’est au vrai une génération. La guerre se charge de les rassembler et de les séparer, les générations. Les bureaux de recrutement vous disposent les hommes en couches aussi distinctes que des stratifications géologiques. Untel classe tant. Au moins, c’était clair. Chacun à sa place, dans une couche d’hommes nés à peu près en même temps que lui. La voilà, sa génération. Présente, pesante, concrète. Pendant des mois, j’ai pu l’observer, dans ces mous villages du Nord, ma génération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Lecteurs de Georges Hyvernaud (193)Voir plus


Quiz Voir plus

Lieux de naissance

Jean-Jacques Rousseau est né à ....

Paris
Bayonne (Pyrénées-Atlantiques)
Genève (Suisse)
Marseille (Bouches-du-Rhône)

12 questions
57 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..