AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.05 /5 (sur 98 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1947
Biographie :

Georges Ifrah (Marrakech 1947 - ) a été professeur de mathématiques. Il devint par la suite historien du nombre et de sa mystique et historien des chiffres et du calcul artificiel.

L'auteur appartient à la catégorie modeste des chercheurs amateurs, autodidactes, farfelus - car, bien qu'il soit professeur de mathématiques, il n'est pas pour autant mathématicien, de même qu'un professeur de philosophie n'est pas philosophe, ni un professeur d'histoire historien, etc.

Ses élèves lui posent un jour une question "simple" ("Msieu, d'où viennent les chiffres, d'où vient le zéro ?"), et - fait exceptionnel - Ifrah s'inquiète de son incapacité à répondre. Il quitte son métier de prof, se fait mécène de sa propre recherche (chauffeur de taxi, plongeur dans un restaurant etc.), et parcourt le monde pour écrire une histoire comparée des chiffres. Il est donc un chercheur non officiel, non subventionné, dont le programme n'a été approuvé par aucun comité.
+ Voir plus
Source : Wikipédia et http://www.volle.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Georges Ifrah   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

#mathématiques #chiffres #CulturePrime Vous avez affaire à eux tous les jours, vous les manipulez depuis l'enfance, mais avouez, cette question vous turlupine : pourquoi les chiffres ont-ils la forme qu'ils ont ? (On attend vos réponses en commentaire ) Sources principales d'information : - Marc Moyon : "Apprendre les mathématiques au Moyen Âge : l'importance des traductions arabo-latines" - Agathe Keller : "Comment on a écrit les nombres dans le sous-continent indien" - Clarisse Herrenschmidt, "Les Trois Écritures, Langue, nombre, code" (Gallimard, 2007) - Guy Beaujean : "Étude paléographique sur la « rotation » des chiffres et l'emploi des apices du Xe au XIIe siècle" - Jérôme Peignot, "Du Chiffre" (Damase, 1982) - Georges Ifrah, "Histoire universelle des chiffres" (Seghers, 1981) - Denis Guedj, "L'Empire des nombres" (Découverte Gallimard, 1996), "Le Théorème du perroquet" (Seuil, 1998) - et les ressources éclairantes de Jean-Michel Delire, Marc Smith, Océane Juvin, Matthieu Cortat, Rémi Forte, Thomas Huot-Marchand. Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤37Jérôme Peignot14¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1 Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture

+ Lire la suite

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
008micado   05 septembre 2022
Le Maghreb déchiré de Georges Ifrah
La rencontre entre deux civilisations ne se fait jamais de manière passive ou sereine. Sans avoir besoin de faire appel à l’Histoire, il suffit de constater les bouleversements provoqués dans le monde par l’intrusion de telle ou telle idéologie, qu’elle soit souhaitée ou imposée. A l’évidence, l’homme ne se manipule pas comme une machine, n’en déplaise aux théoriciens et philosophes de la modernité. Un siècle de colonisation française n’a pas créé de mutation définitive au Maghreb, malgré les différents changements constatés : c’est dans une constante dynamique entre la culture traditionnelle et les éléments importés que se fait la culture mouvante et sans cesse enrichie du Maghreb.
Commenter  J’apprécie          260
gouelan   08 mai 2015
Les chiffres ou l'histoire d'une grande invention de Georges Ifrah
L'écriture est en effet un remarquable moyen d'expression et de communication durable. Et à chacun de ses utilisateurs, elle donne la possibilité de conserver un témoin permanent d'une ou de plusieurs paroles absentes. C'est la peinture de la voix, comme le disait Voltaire.

Mais l'écriture est bien plus qu'un simple instrument. " En rendant la parole muette, elle ne la garde pas seulement, elle réalise en outre la pensée qui, jusque-là, reste à l'état de possibilité. Les traits les plus simples dessinés par l'homme sur la pierre ou sur le papier ne sont pas qu'un moyen, ils enferment aussi et ressuscitent à tout instant sa pensée. Au-delà d'un mode d'immobilisation du langage, muet certes, mais qui discipline la pensée et l'organise en la structurant. L'écriture est non seulement un procédé destiné à fixer la parole, un moyen d'expression permanent, amis elle donne aussi directement accès au monde des idées; elle reproduit bien le langage articulé, mais elle permet encore d'appréhender la pensée et de lui fairetraverser l'espace et le temps"(Ch. Higounet, L’Écriture )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
008micado   03 septembre 2022
Le Maghreb déchiré de Georges Ifrah
Armé de mes quelques connaissances et fort de toute mon angoisse, je reçus un homme d’une quarantaine d’années dont le dossier médical me disait qu’il était en placement d’office pour une bagarre dans un bureau de poste. Il croyait que tous les fonctionnaires lui en voulaient (il était fonctionnaire), qu’ils s’étaient ligués contre lui pour le faire muter, et s’en était pris violemment à un policier, ce qui l’avait conduit à l’hôpital. Aux premières questions que je posai en français, je n’eus aucune réponse; le patient restait figé sur sa chaise, lointain et tendu. Je m’adressai alors à lui en arabe, cherchant le mot juste, dans mon ignorance d’un entretien thérapeutique, dans ma langue maternelle. C’était la première fois que j’utilisais l’arabe pour m’adresser à un patient. A ma grande surprise, il me parla, mais en français, un français approximatif, mal¬ habile et insuffisant pour mener une discussion.

Que s’était-il passé pour que, soudain, le patient me réponde, et en français? Plusieurs réponses sont possibles : en me défaisant de ma langue « scientifique » (le français) et de son aspect rassurant, défensif, j’apparais plus vulnérable et plus proche, je lui parle l’arabe et, de ce fait, me dévoile encore plus à lui. La surprise créée par ce changement de langue intervient comme une interprétation, comme une intrusion dans son monde. Sa réponse en français, en miroir, est une manière d’accepter ma présence et d’entamer le dialogue, mais aussi de continuer à se protéger car, en parlant français de manière approximative, il s’engage moins qu’en arabe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
gavarneur   02 juin 2017
Histoire universelle des chiffres: L'intelligence des hommes racontée par les nombres et le calcul de Georges Ifrah
« Du VIIIe au XIIe siècle s'écoule une des périodes les plus brillantes de l'histoire de la science. Dans tout le monde musulman, les œuvres scientifiques se répandent, de riches bibliothèques se fondent à Bagdad, au Caire, puis en Espagne. »  Mais, « Au XIIIe siècle, avec la division de l'empire, l'invasion mongole, les croisades, la période brillante de la civilisation arabe se termine. »  (R Taton [Histoire du calcul. Coll. « Que sais-je ? »  n°198. Presses universitaires de France. Paris 1969])

Page 491
Commenter  J’apprécie          140
gouelan   08 mai 2015
Les chiffres ou l'histoire d'une grande invention de Georges Ifrah
À partir de 2800-2700 avant J.-C., le système pictographique sumérien et son homologue élamite accomplissent en effet les pas décisifs dans le sens de la clarté, de la précision et de l'universalité : on les rattache à la langue parlée, le moyen le plus parfait d'analyser et de communiquer le réel. Et pour cela, on a l'idée d'utiliser les images-signes, non plus pour leur valeur picturale ou idéographique, mais plutôt pour leur valeur phonétique relativement à la langue sumérienne (ou élamite).[...]

L'écriture vient de naître pour la première fois au cours de l'Histoire. et ce sont peut-être des comptables qui l'ont inventée pour répondre à des besoins essentiellement économiques.

Issue du système des "calculi" et des bulles d'argile, la transcription graphique des nombres a donc bien précédé celle du langage articulé. autrement dit, l'invention des chiffres s'est faite bien avant la découverte de l'écriture...
Commenter  J’apprécie          120
gouelan   08 mai 2015
Les chiffres ou l'histoire d'une grande invention de Georges Ifrah
Cette méthode ("tas de cailloux") a joué un rôle d'autant plus important dans l'histoire de l'arithmétique que que ce sont les cailloux qui ont véritablement permis à l'homme de s'initier à l'art du calcul. Et quand nous disons "calcul", le mot lui-même nous renvoie à ce procédé venu du fond des âges, puisque, en latin,calculus signifie précisément "petit caillou".
Commenter  J’apprécie          110
Korrigan   07 mai 2015
Les chiffres ou l'histoire d'une grande invention de Georges Ifrah
De nos jours plusieurs peuplades" primitives" en sont encore, si l'on ose dire, à ce "degré zéro" de la connaissance des nombres. C'est le cas par exemple des Zoulous et des Pygmées d'Afrique, des Aranda et des Kamilarai, des aborigènes des îles Murray et Botocoudous du Brésil.

Un, deux, et ...beaucoup, constituent les seules grandeurs numériques de ces indigènes qui vivent encore à l'âge de pierre.

Ils ne connaissent que deux "noms de nombres" proprement dits : un pour l'unité et un autre pour la paire. Les plus forts arithméticiens d'entre eux parviennent certes à exprimer les nombres trois et quatre en articulant quelque chose comme : deux-un et deux-deux. Mais cela ne va guère plus loin. Au-delà c'est l'imprécision : ils emploient alors des mots ou expressions que l'on pourrait traduire par beaucoup, plusieurs, une foule, une multitude, etc.
Commenter  J’apprécie          102
Korrigan   08 mai 2015
Les chiffres ou l'histoire d'une grande invention de Georges Ifrah
Les Malinké du Haut Sénégal et de Guinée, quant à eux, disent "un homme complet" pour vingt et "une couche" pour quarante ( en allusion à la réunion des doigts et des orteils d'un homme et d'une femme allongés sur une même couche).



Nul doute, dans ces conditions : ces peuples ont adopté la base vingt, parce qu'ils se sont rendus compte qu'en se penchant un petit peu, on pouvait aussi compter ses dix orteils.
Commenter  J’apprécie          93
gouelan   07 mai 2015
Les chiffres ou l'histoire d'une grande invention de Georges Ifrah
Il faut toujours faire attention aux questions prétendues "naïves" des enfants. il faut toujours s'efforcer d'y répondre. Mais pour peu que votre curiosité soit en éveil, elles risquent de vous emmener très loin, beaucoup plus loin que vous n'imaginez d'aller. Et en cela, les élèves peuvent parfois se révéler d'excellents professeurs.
Commenter  J’apprécie          91
gouelan   04 juin 2015
Les chiffres ou l'histoire d'une grande invention de Georges Ifrah
Et il a fallu la révolution française pour trancher dans le vif et s’apercevoir enfin que « tout l’avantage qu’a un piéton libre sur celui qui est lourdement chargé, le calcul avec les chiffres l’a sur le calcul avec les jetons de la planche à compter ». Car c’est bien elle qui a interdit l’usage de l’abaque dans les écoles et les administrations.

Le calcul et la science modernes purent dès lors se développer sans entraves. Ils venaient de terrasser pour toujours leur redoutable et coriace adversaire…

Commenter  J’apprécie          51

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Une description, un personnage

Comte de la Fère, ce mousquetaire a été aussi l'époux de Milady.

D'Artagnan
Athos
Porthos
Aramis

11 questions
6 lecteurs ont répondu
Thèmes : personnages , descriptionsCréer un quiz sur cet auteur