AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.64 /5 (sur 9181 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Liège , le 12/02/1903
Mort(e) à : Lausanne , le 04/09/1989
Biographie :

Georges Joseph Christian Simenon est un écrivain belge francophone.

Il est le premier fils de Désiré Simenon, comptable dans un bureau d’assurances et d’Henriette Brüll, employée dans le magasin "L'Innovation". En juin 1918, il quitte ses études chez les jésuites et amené de bonne heure à gagner sa vie, il est contraint d'exercer divers métiers. Un temps reporter à "La Gazette de Liège", il circule volontiers de par le monde, séjournant notamment à Paris. Simenon rédige son premier roman "Au pont des Arches", publié en 1921 sous son pseudonyme de journaliste, Georges Sim.

À la fin de l'année 1922, Georges Simenon quitte la Belgique pour s'établir en France, à Paris (plus tard en province), et commence une production littéraire abondante. "Le roman d'une dactylo", publié sous le pseudonyme de Jean du Perry en 1924, est un véritable succès populaire. En 1930, toute première apparition du commissaire Maigret dans l'œuvre de Simenon, début d'un roman-feuilleton, "La Maison de l'inquiétude", signé Georges Sim, puis il crée "le personnage de Maigret" qui le rendit universellement célèbre.

Simenon était un auteur d’une extrême prolixité : on lui doit 192 romans, 158 nouvelles, diverses œuvres autobiographiques et plusieurs articles et reportages publiés sous son propre nom et 176 romans, des dizaines de nouvelles, contes galants et articles parus sous 27 pseudonymes.

Les tirages cumulés de ses livres atteignent 550 millions d’exemplaires. Georges Simenon est, selon l'Annuaire Statistique de l'UNESCO de 1989, le dix-huitième auteur toutes nationalités confondues, le quatrième auteur de langue française, et l'auteur belge le plus traduit dans le monde.

En gravissant les marches de l'Académie royale de Belgique en 1952, il donna au genre policier ses lettres de noblesse. Il a été choisi comme un des Cents Wallons du siècle, par l'Institut Jules Destrée, en 1995.

Georges Simenon a été marié en premières noces avec Régine "Tigy" Renchon (1900-1985) de 1923 à 1949 dont il a un fils Marc (1939-1999). Il est aussi père de Jean (dit Johny, 1949), Marie-Georges (dite Marie-Jo, 1953-1978) et Pierre (1959), nés de son deuxième mariage (1950-1964) avec Denyse Ouimet (1920-1995).
+ Voir plus
Source : alalettre.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (113) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Georges Simenon : La neige était sale (1950 / France Culture). Photographie : Portrait de Georges Simenon (1909-1989) au Château d'Echandens, 02/1963. • Crédits : Leemage - AFP. 1ère diffusion sur la Chaîne Nationale le 27 novembre 1950. Adaptation de Frédéric Dard. Réalisation : Pierre-Christian Renard et Raymond Rouleau. Musique originale de Jean Wiener. En 1950, la Chaîne Nationale proposait une adaptation théâtrale et radiophonique de “La Neige était sale”, un roman de Georges Simenon adapté par Frédéric Dard. Durant l’occupation allemande, en France, on suit le parcours de Frank Friedmaier. Ce jeune homme vit dans une oisiveté dorée, chez sa mère, tenancière de bordel. Il côtoie les filles de la maison et des voyous, parmi lesquels un certain Fred Kromer. Seule lueur, sa voisine Sissy Holtz qui persiste à l'aimer malgré sa déchéance qui semble inéluctable... Interprétation : Yves Brainville, Jean Brochard, Danièle Delorme, Daniel Gélin, Françoise Lugagne, Jane Marken, Pierre Marteville, André Numès Fils, Gérard Oury, Jacqueline Roman, Raymond Rouleau, Blanche Sylvain et André Valmy. Source : France Culture

+ Lire la suite
Podcasts (51) Voir tous


Citations et extraits (3112) Voir plus Ajouter une citation
Georges Simenon
Dionysos89   30 mars 2013
Georges Simenon
Qu’on le veuille ou non, nous vivons tous avec une mémoire ancestrale qui date au moins de Cro-Magnon.



(Conversation avec Claude Chabrol, 1969)



Commenter  J’apprécie          621
araucaria   05 décembre 2013
Le chien jaune de Georges Simenon
Maigret regarda à travers les vitres. Il ne pleuvait plus, mais les rues étaient pleines de boue noire et le vent continuait à souffler avec violence. Le ciel était d'un gris livide.

Des gens revenaient de la messe. Presque tous avaient Le Phare de Brest à la main. Et tous les visages se tournaient vers l'hôtel de l'Amiral tandis que maints passants pressaient le pas.

Il y avait certes quelque chose de mort dans la ville. Mais n'en était-il pas ainsi tous les dimanches matin? La sonnerie du téléphone résonna à nouveau. On entendit Emma qui répondait :

"Je ne sais pas, monsieur... Je ne suis pas au courant... Voulez-vous que j'appelle le commissaire?... Allô!... Allô!... On a coupé...

- Qu'est-ce que c'est? grogna Maigret.
Commenter  J’apprécie          480
migdal   12 avril 2020
Un crime en Hollande de Georges Simenon
— Je ne connais pas l’opinion de Pijpekamp, qui est un inspecteur très estimé. Ce que je sais, c'est qu’il est préférable pour tout le monde d'annoncer ce soir que l'assassin du professeur est un matelot étranger et que les recherches continueront... Pour tout le monde ! Pour Mme Popinga ! Pour sa famille ! Pour son père, entre autres, qui est un intellectuel notoire ! Pour Beetje et pour M. Liewens... Mais surtout pour l'exemple !... Pour les gens de toutes les petites maisons de la ville qui regardent ce qui se passe dans les grandes maisons de l’Amsterdiep et qui sont prêts à faire la même chose... Vous, vous voulez la vérité pour la vérité, pour la gloriole de démêler une affaire difficile...
Commenter  J’apprécie          430
Eric76   29 septembre 2020
Pietr-le-Letton de Georges Simenon
La robe de chambre de Maigret ne descendait que jusqu'aux genoux, découvrait de forts mollets velus.

Le letton, lui, mince et pâle, avec ses cheveux blonds, ses chevilles de femme, avait, dans ce costume, une élégance de clown.
Commenter  J’apprécie          400
Eric76   26 septembre 2020
Pietr-le-Letton de Georges Simenon
Pietr buvait son troisième apéritif couleur d'opale, dont le policier reniflait le relent anisé.

Par le fait d'un mouvement de l'employé du gaz, les deux hommes se trouvèrent coude à coude, à se toucher.

Maigret avait deux têtes de plus que son compagnon. Tous deux faisaient face à un miroir et c'est dans son eau grise qu'ils se regardaient.
Commenter  J’apprécie          390
Nastasia-B   17 novembre 2013
Le bateau d'Émile de Georges Simenon
Combien de milliers et de milliers de petits verres avait-il bu chez lui ? Hein ?… S’il fallait compter… À dix… À vingt par jour… Et ceux qu’il offrait... Car il avait la tournée facile… Pas par bonté… Pas par générosité... Parce qu’il était un homme, parce qu’il était Émile et qu’Émile était capable de payer à boire à n’importe qui…
Commenter  J’apprécie          381
Eric76   17 octobre 2017
Les fiançailles de M. Hire de Georges Simenon
Il respirait si fort qu'on voyait vibrer les poils rêches des moustaches. Il ne regardait rien. Il avait eu toutes les peines du monde à dire :

" Entrez ! "

Et il sentait de tout près l'odeur de la servante, la même odeur que, dans les tribunes de Bois-Colombes, il ne faisait que deviner au passage de la bise. C'était une odeur chaude où il y avait des fadeurs de poudre de riz, la pointe plus aiguë d'un parfum, mais surtout son odeur à elle, l'odeur de sa chair, de ses muqueuses, de sa transpiration.

Elle respirait fort elle aussi. Elle reniflait, faisait des yeux le tour du logement, et trouvait enfin M. Hire près de la porte qu'il venait de refermer.

Elle ne savait plus que dire. D'abord, elle essaya de sourire, pensa même à lui tendre la main, mais c'était impossible de tendre la main à un homme aussi immobile, aussi lointain.
Commenter  J’apprécie          350
ClaireG   19 novembre 2017
Le Bourgmestre de Furnes de Georges Simenon
Il ne devait jamais s’attendrir sur Albert. Il se contentait de l’observer, d’un œil froid. C’était son fils sans être son fils. Le gamin l’appelait parrain. On lui avait expliqué que son père était mort. Peut-être Terlinck pensait-il que, si un jour Albert se montrait digne de lui…

Il n’en prenait pas le chemin…De tous les milieux où il vivait, il ne prenait que le mauvais.



p. 91

Commenter  J’apprécie          330
Nastasia-B   09 mars 2013
Les Pitard de Georges Simenon
Il aurait préféré que sa femme eût prit dix, vingt, cinquante amants ! Il aurait préféré être le capitaine le plus cocu de la marine marchande. Ce qu'il n'admettait pas, ce qui le mettait hors de lui, ce qui lui enlevait tous ses moyens, c'était de ne pas comprendre.

- Pourquoi diable s'obstine-t-elle ?

On ne fait rien sans raison, même quand on est une femme. Et ce n'était pas une vie pour elle de passer des semaines enfermée dans une cabine de cargo.
Commenter  J’apprécie          300
Georges Simenon
aaahhh   13 avril 2012
Georges Simenon
Je n'écris pas: il pleuvait à verse, j'écris: Maigret était trempé.
Commenter  J’apprécie          301

CONVERSATIONS et QUESTIONS sur Georges Simenon Voir plus
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le commissaire Maigret

Quel est le prénom du commissaire Maigret ?

Hercule
Édouard
Jules
Nestor

12 questions
196 lecteurs ont répondu
Thème : Georges SimenonCréer un quiz sur cet auteur

.. ..