AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.46/5 (sur 248 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Wimbledon, Londres , le 16/08/1902
Mort(e) à : Londres , le 04/07/1974
Biographie :

Georgette Heyer est une romancière anglaise de romances historiques, de romans policiers et de romans historiques.

À 17 ans, elle commence à écrire une histoire à suivre afin de distraire son frère Boris qui souffre d'une forme d'hémophilie et est souvent alité. Son père apprécie beaucoup cette histoire et lui demande de la préparer en vue de sa publication. Son agent trouve un éditeur pour le manuscrit et "The Black Moth" paraît en 1921.

En 1925, elle épouse George Ronald Rougier, un ingénieur des mines. Le couple vit plusieurs années au Tanganyika et en Macédoine avant de retourner en Angleterre en 1929.

Après que son roman "Ce merveilleux passé" ("These Old Shades") remporte un succès malgré sa parution durant la grève générale de 1926, elle estime que la publicité n'est pas si nécessaire.

Georgette Heyer crée un nouveau genre du roman d'amour anglo-saxon : le roman d'amour historique et particulièrement son sous-genre "Régence". Au début de 1932, Heyer rédige un roman d'amour et un roman policier chaque année.
+ Voir plus
Source : wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Georgette Heyer   (32)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (67) Voir plus Ajouter une citation
Mais pourquoi diable êtes-vous resté mort si longtemps ?
Commenter  J’apprécie          251
A propos, est-ce que tu as tué Arnold ? Je ne veux pas être indiscret, mais je me suis demandé.
Commenter  J’apprécie          201
Ma fiancée dit que c'est une histoire tellement balucharde que vous serez obligés de la croire. Elle doit le savoir. Elle lit à peu près sept romans policiers par semaine, alors, le crime, elle connaît."
Commenter  J’apprécie          192
Il souleva le combiné en se demandant s'il avait bien fait de laisser un cadavre en plan au milieu du village. Ça ne faisait pas convenable.
Commenter  J’apprécie          180
Qu'est-ce que je fais maintenant ?
- Tu la fermes hermétiquement, répondit Giles sans hésitation.
Commenter  J’apprécie          160
- Mon héritier gravement blessé , et je ne serais pas à ses côtés ? Allons, allons, mon cher ami , vous ne devez pas imaginer que je manque de coeur à ce point!
- Vous êtes trop aimable , Marcus , mais je me sens trop faible pour converser .
- Cette blessure a failli vous porter en terre , si je comprend bien .
- En fait, le docteur Hawkins ne considère pas mon cas comme désespéré .La blessure est certes profonde , j'ai perdu beaucoup de sang et la fièvre m'a accablé, mais le poumon n'a pas été touché .
- Vous me soulagez , Crosby , je craignait d'avoir à organiser vos obsèques .
Commenter  J’apprécie          130
Ce pauvre type était empoisonné de me voir, emmoutardé intégral.
Commenter  J’apprécie          150
Comme la même idée lui était venue à l’esprit, Mr Fancot n’essaya point de la dissuader et se contenta de dire d’un ton apaisant :

— Eh bien, s’il ne revient pas à temps pour se rendre à la réception, il ne te restera qu’à faire savoir à Stavely qu’il est subitement tombé malade.

— J’y ai pensé, mais cela n’ira pas, Kit. Si Evelyn est capable de m’envoyer un message, il peut tout aussi bien en adresser un lui-même à Mount Street.

— Trop malade pour écrire ! rétorqua Kit. C’est un des domestiques qui t’aura apporté la nouvelle.

— Quelle suggestion absurde ! Cela supposerait que je me précipite à Ravenhurst et je n’en ai pas la moindre intention. De plus, si je racontais cette histoire, tu peux être certain que, dès le lendemain, il débarquerait à Londres, frais comme une rose, en saluant de droite et de gauche une demi-douzaine de personnes, sinon davantage.

Il eut un sourire.

— Oui, c’est très juste. Un beau méli-mélo en perspective…

— Oh ! Kit ! ne te moque pas de moi. J’en perds la tête. Il passa son bras autour de ses épaules :

— Non, non, ne perds pas la tête, maman. En mettant les choses au pire, je pourrais toujours prendre sa place, n’est-ce pas ?
Commenter  J’apprécie          50
- Vous êtes responsable du singe ! C'est vous qui l'avez apporté. Oh ! j'imagine, avec la meilleure intention. Mais c'est une bête abominable et maintenant les enfants sont tellement habitués à lui qu'il sera difficile de le leur prendre.
A cette sortie, Sophie ne put s'empêcher de rire :
- Charles ! Encore qu'il s'agisse d'un singe, vous êtes en train de chercher la petite bête ! Je sais que vous apportez vous-même des quartiers de pomme à Jacko, que vous lui apprenez mille tours et que vous recommandez aux enfants de bien le couvrir pour la nuit. et ensuite vous venez me dire que c'est une vilaine bête dont vous voudriez vous débarrasser !
Il se mordit les lèvres et fit une curieuse grimace :
- Qui vous a raconté cela ?
- Théodore. Et j'ai appris également que, l'autre jour, vous avez salué Miss Wraxton avec Jacko sur une épaule. C'était d'ailleurs une drôle d'idée. Tout le monde sait que Miss Wraxton n'aime pas les bêtes et ce n'était pas gentil de la taquiner. J'empêche toujours Tina d'approcher d'elle.
Commenter  J’apprécie          50
En sortant de l'allée gravillonnée, bien nette de sa maison pour déboucher sur la route, Mr Thaddeus Drybeck constata que toute nouvelle progression était entravée, voire stoppée, par le brusque assaut de plusieurs pékinois qui bondissaient autour de ses pieds avec accompagnement d'aboiements asthmatiques.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Georgette Heyer (265)Voir plus

Quiz Voir plus

Chercher l'intrus (5)

Quel personnage n'est pas à sa place ?

Thénardier
Valjean
Quasimodo
Javert

10 questions
158 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , roman , musique , culture générale , MandragoresCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..