AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.7 /5 (sur 56 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Londres , 1972
Biographie :

Née à Londres en 1972, de père sud-africain et de mère française, Géraldine Dunbar a passé sa jeunesse en Grande-Bretagne. Après avoir appris le russe au lycée, elle effectue son premier voyage en Russie en 1992 et poursuit l'aventure en faisant le tour de la Crimée en auto-stop. Titulaire d'un DEA d'Etudes slaves, Géraldine Dunbar multiplie ensuite les séjours à Moscou, où elle travaille à la BBC puis dans la publicité. Elle y retourne en 2004 pour réaliser son rêve : voyager à bord du Transsibérien. Son voyage durera en tout quatre mois, avec 20 000 km de souvenirs…

Après avoir travaillé à la direction commerciale de l’architecte Jean Nouvel, notamment dans le cadre de la promotion de projets en Russie, Géraldine Dunbar a donné naissance en 2007 à un petit Tolstoy et à une petite Lily May en 2009.

En juin 2010, avec dix-sept écrivains français, Géraldine Dunbar embarque à nouveau à bord du Transsibérien de Moscou à Novossibirsk, dans le cadre des événements liés à la célébration de l’année France/Russie. En 2012,elle signe la préface du livre Empreinte transsibérienne de Didier Bizet chez Critères Éditions. Le « Testament transsibérien » dénote une inquiétude quant à l’avènement inéluctable du Transsibérien à grande vitesse, dans le cadre d’une expansion ferroviaire sans précédent de la Russie vers l’Asie. En 2014, elle publie chez Transboréal "Bons baisers du Baïkal", un recueil de nouvelles tragicomiques de Sibérie.

Géraldine Dunbar vit depuis plusieurs années à la campagne, avec ses deux enfants dans un village-clairière près de Chantilly, entourée de chevaux et de trois massifs forestiers.
+ Voir plus
Source : Amazon et http://www.transboreal.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Géraldine Dunbar   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Rencontre avec Émeric Fisset, Géraldine Dunbar & Antoine Bertrandy (Transboréal) I Escales le mois du Voyage chez Gibert Joseph. Transboréal Transboréal est une maison d'édition française des grands voyageurs explorateurs. Organisateur de conférences liées au voyage. Transboréal réunit dans son sillage, outre ses 126 auteurs, 160 autres voyageurs francophones qui ont eu à coeur de découvrir une région du monde et d'en faire partager la découverte à travers des livres ou des films. Transboréal anime aussi une librairie de voyage dont les 5589 titres sont en ligne. Lien Gibert Joseph: http://www.gibertjoseph.com/catalogsearch/result/?token=a0e0261958c12283435555666337ae2fb2dd1f81&q=+Transbor%C3%A9al&product_type=* Émeric Fisset Né à Paris en 1962, Émeric Fisset s'est fait une spécialité des voyages en solitaire, sans liaison radio ni soutien logistique. Ce Meudonnais a pris goût à l'itinérance dès l'âge de 17 ans au sein d'Hôpital sans frontière, que ce soit auprès des réfugiés cambodgiens de Thaïlande, des Karamojong affamés d'Ouganda, à l'hôpital français de N'Djamena, au Tchad, ou à la suite du séisme d'El-Asnam, en Algérie. Après deux années comme officier parachutiste dans l'infanterie de marine, avec notamment une mission d'entraînement en jungle au Gabon, il participe à des convois humanitaires pour la Bosnie et la Lettonie. Lien Gibert Joseph: http://www.gibertjoseph.com/catalogsearch/result/?token=48f139c5ad702143ed2b1ff7f86599630a757a8d&q=%C3%89meric+Fisset&product_type=* Géraldine Dunbar Née à Londres en 1972, Géraldine Dunbar est de père sud-africain et de mère française. Elle a passé toute sa jeunesse en Grande-Bretagne, où elle grandit dans un univers artistique : son père est technicien de cinéma, sa mère artiste et enseignante, son beau-père, Painton Cowen, écrivain et musicien, et sa grand-mère, Pamela May, ballerine au Covent Garden Royal Ballet. Fascinée par les grands espaces, elle s'intéresse dès l'âge de 7 ans à l'Union soviétique, entreprend l'étude du russe à 12 ans et, depuis la France où elle réside à partir de 1990, effectue son premier voyage à Saint-Pétersbourg en 1992, à 19 ans : un séjour de deux mois dans une kommunalka, un appartement communautaire réunissant cinq familles. Lien Gibert Joseph: http://www.gibertjoseph.com/catalogsearch/result/?token=48f139c5ad702143ed2b1ff7f86599630a757a8d&q=G%C3%A9raldine+Dunbar&product_type=* Antoine Bertrandy Un matin d'automne, Antoine Bertrandy s'est arraché à son confort francilien pour s'élancer dans le sillage des pèlerins aspirés vers le mystère de Saint-Jacques. Courbé sous le poids de son sac et de ses attentes, il a relié Compostelle depuis Saint-Jean-Pied-de-Port en empruntant le Camino real francés. Dans le décor de cette comédie humaine itinérante – où vibrent de concert spiritualité et téléphones portables –, chacun peut épuiser ses fantasmes et ses certitudes jusqu'à ressentir, en son for intérieur, le frémissement de la renaissance. de cette expérience jaillit un récit riche de rencontres truculentes, de séparations déchirantes et de moments drolatiques. Un texte prodigue en réflexions sur le sens du pèlerinage et, en somme, sur la vie. Lien Gibert Joseph: http://www.gibertjoseph.com/vers-compostelle-droles-de-rencontres-6156934.html

+ Lire la suite

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
lejardindestephanie   28 mai 2014
Bons baisers du Baïkal de Géraldine Dunbar
L'argent aimante la majorité des êtres: c'est la meilleure nouvelle qui soit, pour une minorité qui comprend la vraie richesse.
Commenter  J’apprécie          130
livresplus   22 juin 2014
Bons baisers du Baïkal de Géraldine Dunbar


"L'amitié, c'est quand l'un accepte que l'autre partage l'amour du silence avec lui."
Commenter  J’apprécie          120
nuitet0ilee   09 juillet 2014
Bons baisers du Baïkal de Géraldine Dunbar
Il songea à sa mère qui lui disait de ne jamais craindre, d’accepter la vie dans ce qu’elle pouvait offrir de plus beau comme de plus difficile, à l’instar de Friedrich Nietzsche. Les moments de joie, les moments pénibles, encore et encore. Jouir du bonheur et du malheur, dans le refrain de la vie, à l’infini… Aimer son destin. (p.25)
Commenter  J’apprécie          100
Muriel_Richard   21 janvier 2015
Bons baisers du Baïkal de Géraldine Dunbar
Cette vie pleinement heureuse et tranquille dura de nombreuses années, combien, je ne saurais vous le dire, car quand le bonheur existe, on ne mesure pas le temps. Quand on aime et que l'on est aimé, le temps plie bagage, indigné. C'est lorsque le drame survient que les chiffres se mettent en branle dans le cerveau humain.
Commenter  J’apprécie          100
romain29   24 août 2014
Bons baisers du Baïkal de Géraldine Dunbar
_ Tu ne l’aimes vraiment pas, la Modernité !



_ Niet… fit l’instituteur, en appuyant sur la pédale forte.



_ Pourquoi ?



_Je te l’ai dit, c’est une ogresse… Elle avale les pays les uns après les autres sur les cinq continents ! Elle est en forme, elle parcourt la terre à grands pas, enjambant les mers et les montagnes, étouffant le chant des hommes, les écrasants sous sa botte et les dévorant de ses belles dents éclatantes. Chez nous, c’est un vampire. La Russie, la femme la plus somptueuse sur terre, ne lui a pas résisté.
Commenter  J’apprécie          90
nuitet0ilee   09 juillet 2014
Bons baisers du Baïkal de Géraldine Dunbar
Le Voyageur sourit et lui proposa de trinquer une nouvelle fois, à la beauté des mots, la plus admirable richesse qui soit en ce monde. (p.36)
Commenter  J’apprécie          90
Muriel_Richard   21 janvier 2015
Bons baisers du Baïkal de Géraldine Dunbar
La famille humaine passe la vie à parcourir la terre avec des incertitudes, mais lorsque vient l'heure de mourir, chacun connaît intimement sa dernière gare.
Commenter  J’apprécie          80
nuitet0ilee   09 juillet 2014
Bons baisers du Baïkal de Géraldine Dunbar
Mon plus beau souvenir ? Gustave, j’en ai tous les jours des beaux souvenirs, plus qu’hier et moins que demain. (p.188)
Commenter  J’apprécie          70
nuitet0ilee   09 juillet 2014
Bons baisers du Baïkal de Géraldine Dunbar
L’amour foudroie les êtres dans le silence, et avec fracas. Le plus étonnant paradoxe qui soit. (p.132)
Commenter  J’apprécie          60
Danieljean   21 février 2016
Seule sur le Transsibérien : Mille et une vies de Moscou à Vladivostok de Géraldine Dunbar
J’arrivai à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle à l’heure. Le décollage du vol Aeroflot SU252 était prévu à 16h30. Salle d’embarquement 32B. La salle était bondée, des Russes en majorité, vêtus de la tête aux pieds de marques de luxe et encombrés de sacs Galeries Lafayette.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

The Promised Neverland

Qu'est-il arrivé à Conny ?

Elle s'est perdue
Elle a été assassinée
Elle a été adoptée

10 questions
31 lecteurs ont répondu
Thème : The Promised Neverland, tome 1 de Posuka DemizuCréer un quiz sur cet auteur