AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.76 /5 (sur 43 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Josnes, Loir-et-Cher , le 15/08/1945
Biographie :

Gérard Boutet est un écrivain français.

Après une formation artistique, il travaille dans l'illustration publicitaire et réalise plusieurs albums de bandes dessinées.

On lui doit la série "Les mésaventures du Chevalier de Maison-Blanche", cinq albums parus sous le pseudonyme de Goubé, avec une prépublication de 1976 à 1978. Trophée Haga 1976 du meilleur dessinateur de presse.

Ses thèmes sont centrés sur la grande et la petite Histoire, la tradition populaire, la vie quotidienne dans le monde rural, les savoir-faire artisanaux qui disparaissent. Journaliste, il a publié des centaines d'entretiens avec des personnes qui ont exercé des professions variées et souvent pittoresques.

Le corpus de connaissances ainsi accumulé a alimenté une abondante production de livres (les collections "Les gagne-misère", "La belle ouvrage" ou "Ils étaient de leur village"), témoignages directs d'une époque révolue, comme le monumental dictionnaire encyclopédique intitulé "La France en héritage" (octobre 2007) qui recense les métiers et les coutumes de tout le territoire français de 1850 à 1960.

Il a publié plusieurs romans largement inspirés d'événements historiques, voire de la mémoire familiale ("Les fuyards de l'aube", 1993, "La claie d'infamie", 1999, "Les mariés de Tournai", 2009). Avec la troupe de comédiens amateurs "Paroles en l'air", il retrace les sinistres exploits des bandits d'Orgères (causerie théâtralisée "La nuit des Chauffeurs").

Il a également écrit deux romans policiers sous le pseudonyme de Jerry Josnes (1976, 2015).

Filleul de Maurice Genevoix et de Claude Seignolle à la Société des Gens de Lettres, Gérard Boutet a publié une cinquantaine de titres, tous genres confondus : poésie, bande dessinée, jeunesse, documents filmés, histoire, ethnologie, roman.

Gérard Boutet a été honoré par l’Académie française en 1986 et en 1999. L’Institut de France l’a récompensé en 2004. Il a été promu chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres le 1er janvier 2001.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Gérard Boutet   (42)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

L'assiette anglaise : émission du 08 avril 1989
Depuis le Saint James Club de Paris, Bernard RAPP porte un regard différent sur l'actualité en compagnie des chroniqueurs habituels. L'invité est Gérard BOUTET, auteur du livre "La boite à lumière".Au sommaire de cette émission :- Dima SAKHAROV- le temps- Football- Selle de vélo- LAPIDUS père et fils- Alcoolisme dans brasserie- GAINSBOURG- GOURIO- Secret des pyramides- Expérience dans...
Podcast (2) Voir tous


Citations et extraits (9) Ajouter une citation
Patrijob   22 septembre 2021
Les gagne-misère, tome 10 : Paroles de nos anciens de Gérard Boutet
Fréquemment, les ouvriers de jadis fabriquaient eux-mêmes ce dont ils se servaient, unique façon d'obtenir la lame désirée, le manche répondant parfaitement à la main qui le saisirait; mais au grand jamais aucun d'eux ne se serait approvisionné en camelote dans un quelconque bazar d'où n'importe qui peut emporter n'importe quoi.
Commenter  J’apprécie          90
Bubu-le-bourguignon   31 mars 2013
Les gagne-misère : Petits métiers oubliés de Gérard Boutet
on apprenait le boulot sur le tas, en regardant faire les anciens qui n'étaient pas avares en coups de pieds au cul
Commenter  J’apprécie          100
ChedevC   15 février 2022
Ils étaient de leur village, tome 3 : Ils ont vécu l'occupation de Gérard Boutet
A ma connaissance, le premier acte de résistance, à Beaugency, fut celui d'une réfugiée qui tira sur les Allemands. Elle mourut fusillée. Des grenades incendiaires détruisirent la maison dans laquelle elle se trouvait. A son emplacement : notre gendarmerie.
Commenter  J’apprécie          40
Davjo   06 mars 2014
Les gagne-misère : Petits métiers oubliés de Gérard Boutet
Le soir tombé, les plus fatigués grimpaient dans la charrette aux baquets débordants de raisin, jambes pendantes, tandis que les autres suivaient à pied én un joyeux cortège. La voiture reculait sous La grange et le contenu des gueulebées était versé dans la cuve. Le vigneron foulait alors le raisin aux pieds, sans attendre, pour l'aider à mieux fermenter sans s'échauffer. Ce trépignement recommençait à chaque transvasement, en fin de journée.

Une danse rude, et dangereuse avec ça ! Car Ie vigneron devait se méfier des cuves à moitié pleines dont les flancs retenaient une haleine empoisonnée, une touffeur qui l'étourdissait mieux qu'une avalée de goutte et qui menaçait de le retenir au fond, ivre-mort d'avoir trop respiré les vapeurs suffocantes du moût. Le fouleur se hissait hors de la cuve au plus vite dès qu'une gêne sournoise lui tenaillait l'entrejambes. Un avertissement qui ne trompait pas. Les couilles sensibles et la glotte puissante, c'étaient encore les meilleures garanties du vigneron contre les accidents de la cuvaison...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ChedevC   15 février 2022
Ils étaient de leur village, tome 3 : Ils ont vécu l'occupation de Gérard Boutet
A dire vrai, l'intoxication psychologique pointait sous les joutes verbales des ondes. Le village en fut également contagionné, bien entendu. Dès le 10 septembre 39, le préfet du Loiret indiquait aux maires du département que des émissions langue française, faites par des postes étrangers, et ayant de réelles apparences de sincérité, n'avaient en réalité d'autre but que de jeter le trouble dans l'esprit de la population, par la propagande de nouvelles inexactes. En conséquence, il demandait aux maires de mettre discrètement (mot souligné) leurs administrés en garde contre ces émissions dont ils auraient intérêt à vérifier soigneusement l'origine avant de leur accorder le moindre crédit.

Il est vrai qu'à cette époque, tout le monde écoutait la radio, étrangère ou pas ; les certitudes qu'on en concluait ne dépendaient que d'un parti depuis longtemps pris. Ce qui ne valait pas tripette pour l'un, était parole d'Évangile pour l'autre.
Commenter  J’apprécie          20
Bubu-le-bourguignon   31 mars 2013
Les gagne-misère : Petits métiers oubliés de Gérard Boutet
Souvent on naissait sans être vraiment désiré ; on grandissait comme une mauvaise herbe et sitôt les dix ans, ... , on se louait pour gagner sa croûte loin des jupes rassurantes d'une mère trop occupée à torcher les puînés.
Commenter  J’apprécie          30
Davjo   06 mars 2014
Les gagne-misère : Petits métiers oubliés de Gérard Boutet
Il faut dire qu'à l'époque, presque tout le monde portait des sabots. Même les femmes, même les gosses de 4, 5 ans. Seuls les bourgeois préféraient se chausser de cuir. La clientèle regroupait surtout des gens du pays, ouvriers des bois ou des champs. Une paire de sabots durait un ou deux mois, plus ou moins longtemps selon les travaux de la saison et le pas du paysan. D'aucuns usaient davantage parce qu'ils traînaient les pieds, ou parce qu'ils avaient à marcher souvent sur des sols caillouteux. A battre trop fort la semelle, on cassait le talon, à heurter une pierre, on fendait le dessus.
Commenter  J’apprécie          20
ChedevC   15 février 2022
Ils étaient de leur village, tome 3 : Ils ont vécu l'occupation de Gérard Boutet
Depuis l'appel du 18 juin, les familles des prisonniers mettaient tous leurs espoirs dans l'action du général de Gaulle, dont on causait de plus en plus. Les autres maisonnées, peut-être moins concernées dans l'immédiat, pensaient plutôt que l'Allemagne gagnerait la guerre face à une Angleterre isolée. Encore deux semaines et tout sera dit, entendait-on fréquemment. On ne s'en réjouissait pas, non, mais on répétait ça sans détresse, comme un dénouement logique. Il faut avouer que les Anglais ne faisaient plus l'unanimité depuis leur lamentable rembarquement de Dunkerque.
Commenter  J’apprécie          20
Kelte   21 octobre 2017
Les gagne-misère : Petits métiers oubliés de Gérard Boutet
Souvent on naissait sans être vraiment désiré ; on grandissait comme une mauvaise herbe et sitôt les dix ans, avec plus de force en bras que de jugeote en ciboulot, on se louait pour gagner sa croûte loin des jupes rassurantes d'une mère trop occupée à torcher les puînés. On apprenait le boulot sur le tas, en regardant faire les anciens qui n'étaient pas avares en coup de pieds au cul. On devenait arpète, ou commis, ou grouillot, le plus fréquemment dans le métier du père ou dans un emploi approchant. Avec un brin de chance on trouvait une bonne fille à marier au retour du régiment et l'on envisageait, une fois en ménage, de se mettre à son compte. Sinon, il fallait continuer de s'échiner pour un patron et ne plus perdre ses moments en de vaines rêvasseries de benêt.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

My hero academia

Comment s'appelle le personnage principal

Bakugo
Izuku
Ochaco
Shoto

7 questions
106 lecteurs ont répondu
Thème : My Hero Academia - Intégrale 01 de Kôhei HorikoshiCréer un quiz sur cet auteur