AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.05 /5 (sur 53 notes)

Nationalité : Israël
Né(e) à : Berlin , le 05/12/1897
Mort(e) à : Jérusalem , le 02/1982
Biographie :

Gershom Scholem est né dans une famille de juifs non pratiquants. Au cours de ses études, il découvre le judaïsme et les mouvements sionistes, ce qui le conduit à soutenir, à l’université de Munich en 1922, une thèse de doctorat sur un texte kabbalistique. La société allemande où il a été élevé et dont il s’est séparé a été décrite par lui dans un livre autobiographique, Von Berlin nach Jerusalem.

Il émigre en 1923 en Palestine pour se consacrer à ses recherches sur la tradition des mystiques, et, en 1925, il est nommé professeur d’histoire du mysticisme et de la Kabbale à l’Université hébraïque de Jérusalem, à la fondation de laquelle il a participé.

Il est élu président de l’Académie israélienne des lettres et des sciences en 1968.

Source : cmb.ehess.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Gershom Gerhard Scholem   (34)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
enkidu_   24 octobre 2014
La Kabbale et sa symbolique de Gershom Gerhard Scholem
Pour autant que Dieu se révèle entièrement, il le fera par médiation et par le déploiement de cette puissance créatrice qui est sienne. On considère le Dieu, dont parle la religion, sous un ou plusieurs de ces aspects de son Être, où les kabbalistes voyaient les différents degrés du processus de l'émanation divine.



C'est ce monde qu'ils considèrent comme le monde des Sefiroth, et qui embrasse ce que les philosophes et les théologies ont appelé le monde des attributs divins, mais qui apparaît cependant aux mystiques comme la vie divine elle-même, pour autant qu'elle se rapporte à la création.



La dynamique cachée de cette vie fascine les kabbalistes, qui la trouvent reflétée dans ce domaine de la création. Mais cette vie n'est pas en soi quelque chose de détaché de la divinité, subordonné à elle ; c'est plutôt la révélation de cette racine obscure, dont on ne peut rien puisqu'elle n'apparaît jamais, pas même symboliquement, et que les kabbalistes appelèrent En-Sof, l'Infini. (p. 48)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Henri-l-oiseleur   19 février 2019
La Kabbale de Gershom Gerhard Scholem
L'expulsion d'Espagne en 1492 représente un tournant capital dans l'histoire de la kabbale. Le profond bouleversement de la conscience juive engendré par la catastrophe fit tomber la kabbale dans le domaine public. Bien que largement répandue au cours des générations précédentes, elle restait réservée à une certaine élite qui ne sortait que rarement de sa tour d'ivoire. Les objectifs de certains, les auteurs du Zohar et du Sefer ha-Peli'ah entre autres, qui voulaient créer une oeuvre à la portée historique et sociale, ne furent pleinement atteints qu'au XVI°S. De même, il faudra attendre cette époque pour que l'esprit eschatologique, qui prévalait chez certains en Espagne, soit associé à l'orientation fondamentale de la kabbale. Avec l'expulsion, le messianisme fit partie intégrante de la kabbale. (...) Cette combinaison de mystique et d'apocalyptique messianique transforma la kabbale en une force historique très puissante.



pp. 136-137
Commenter  J’apprécie          70
Henri-l-oiseleur   26 février 2019
La Kabbale de Gershom Gerhard Scholem
La kabbale lurianique (d'Isaac Louria, XVI°s) affirmait l'existence d'un lien étroit entre la pratique religieuse du juif qui accomplit les commandements, les méditations pour la prière et le discours messianique. Toutes les créatures sont en exil depuis le tout début de la création et la charge de restaurer chaque chose à sa propre place incombe au peuple juif, dont l'histoire et le destin symbolisent l'état de l'ensemble de l'univers. Les étincelles de divinité sont dispersées partout, ainsi que les étincelles de l'âme primitive d'Adam ; mais elles sont retenues prisonnières de la Kelippah (=écorce), la puissance du mal, et doivent être rachetées. Toutefois cette rédemption ne peut être réalisée par une action finale unique, mais elle s'effectuera au terme d'une longue suite d'agissements qui en préparent la réalisation. Ce que les kabbalistes appellent "restauration" (tikkun) suppose à la fois le processus qui permettra de retrouver l'harmonie - ce qui constitue la tâche essentielle du peuple juif - et le résultat final, l'état de rédemption annoncé par la manifestation du Messie, qui est le signe de la dernière phase. La libération politique ainsi que tout ce qui s'y rattache du mythe national n'étaient considérés qu'en tant que symboles d'un processus cosmique qui, en fait, se produisait dans les racines secrètes de l'univers. On n'envisageait pas qu'il puisse y avoir conflit entre le contenu national et politique traditionnel de l'idée messianique, et la nouvelle connotation spirituelle et mystique que celle-ci revêtait dans la kabbale lurianique. Ceux qui étaient sensibles à la théologie kabbalistique du judaïsme, et ils étaient nombreux, concentraient leurs activités afin de hâter la venue du "monde du tikkun", par une vie ascétique qui, bien que strictement conforme aux exigences de la Loi, était en fait pénétrée de messianisme.



p. 378-379, sur les années précédant la venue du faux messie Sabbataï Tsvi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Henri-l-oiseleur   16 février 2019
La Kabbale de Gershom Gerhard Scholem
(Extrait de la préface, p. 33. Scholem participant au groupe Eranos, chez Jung).

Ses écrits et ses conférences, principalement ceux présentés dans ce contexte, expriment une négation inflexible de l'approche jungienne des phénomènes culturels, et un rejet sans compromis de l'alternative : Eliade ou Jung. Il est resté fermement et clairement attaché à l'étude historique et philologique des textes au milieu de gens qui prétendaient savoir ce que les textes renferment avant même de les avoir lus.
Commenter  J’apprécie          70
Henri-l-oiseleur   25 février 2019
La Kabbale de Gershom Gerhard Scholem
Une grande partie de la littérature de la kabbale consiste en un commentaire sur le Pentateuque, les Cinq rouleaux et le livre des Psaumes, et le Zohar lui-même fut, dans une large mesure, écrit sous la forme d'un commentaire du Pentateuque, Ruth et le Cantique des cantiques. Des livres tels que les commentaires sur le Pentateuque de Menahem Recanati, de Bahya ben Asher, de Menahem Ziyyoni et d'Abraham Saba devinrent des textes kabbalistiques classiques. On peut remarquer aussi le fait qu'il n'y a pratiquement pas de commentaires kabbalistiques pour parler dans leur totalité des livres des Prophètes ou du livre de Job et du livre de Daniel. Seules quelques rares exégèses isolées d'extraits de ces textes ont tendance à revenir régulièrement à propos de certaines interprétations kabbalistiques. Le seul commentaire kabbalistique connu qui ait jamais été composé sur l'intégralité de la Bible est le Minhat Yehudah du XVI°s, écrit au Maroc par un auteur inconnu, dont de larges extraits ont été conservés dans divers manuscrits. En dehors du Pentateuque, seul le Cantique des cantiques a fait l'objet d'un grand nombre de commentaires kabbalistiques, à commencer par celui d'Ezra de Gérone jusqu'à tous ceux qui ont été écrits à des époques récentes.



p. 274
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
peloignon   05 décembre 2012
Major Trends in Jewish Mysticism de Gershom Gerhard Scholem
[T]he religious world of the mystic can be express... in therms applicable to rational knowledge only with the help of paradox.
Commenter  J’apprécie          80
Henri-l-oiseleur   07 janvier 2019
De Berlin à Jérusalem de Gershom Gerhard Scholem
Rosenzweig était un être génial -- je considère toujours la suppression, si appréciée de nos jours, de cette catégorie comme absolument insensée, et les "arguments" qu'on avance pour la justifier comme dénués de toute valeur -- et chaque rencontre le montrait avec évidence ...



p. 199
Commenter  J’apprécie          74
Henri-l-oiseleur   17 février 2019
La Kabbale de Gershom Gerhard Scholem
Il y a une relation évidente ... [avec] la magie, qui se fonde sur le pouvoir créateur des lettres et des mots. En fait, on pourrait affirmer que le Sefer Yetsirah [Livre de la Formation] par des "lettres dans lesquelles la terre et le ciel furent créés", de la même façon que, selon le Talmud, Betzalel, l'architecte du Tabernacle, détient la connaissance de leurs combinaisons (Berakhot 55a). C'est de là que procèdent les théories concernant la création du Golem par la récitation, dans un ordre donné, de toutes les combinaisons possibles des lettres créatrices. Il n'est pas exclu que le Sefer Yetzirah eût initialement des visées magiques de ce type bien que, sur ce point, les avis soient partagés.



p. 76
Commenter  J’apprécie          60
enkidu_   24 mai 2015
Les Grands Courants de la mystique juive de Gershom Gerhard Scholem
Pour le kabbaliste de l’école de Luria, Tsimtum ne désigne pas la concentration de Dieu en un point, mais sa retraite loin d’un point.



Qu’est-ce que cela signifie ? Il signifie brièvement que l’existence de l’univers est rendue possible par un processus de contraction en Dieu. Luria commence par poser une question qui donne l’apparence d’être réaliste, ou si l’on préfère un peu brutale. Comment peut-il y avoir un monde si Dieu est partout ? Si Dieu est « tout en tout », comment peut-il y avoir des choses qui ne soient pas Dieu ? Comment Dieu peut-il créer le monde ex nihilo s’il n’y a pas de néant ? Telle est la question.



La solution, en dépit de la forme brutale qu’il lui donna, parut d’une très grande importance dans l’histoire de la pensée du Kabbalisme postérieur. Selon Luria, Dieu fut contrait de faire une place pour le monde, pour ainsi dire, en abandonnant une région à l’intérieur de Lui-même, une sorte d’espace mystique duquel Il se retira pour y retourner dans l’acte de la création et de la révélation.



Le premier acte de l’En-Sof, l’Être infini, est par conséquent, non un pas en dehors, mais un pas à l’intérieur, un mouvement de recul, de retour sur Soi-même, de retraite à l’intérieur de Soi-même. Au lieu d’une émanation, nous avons l’opposé, une contraction.



Le Dieu qui se révéla avec des contours définis fut remplacé par Celui qui est descendu plus profondément dans les retraits de Son propre Être, qui Se concentra en Lui-même et fit ainsi depuis le commencement de la création.

(…)

Ce paradoxe du Tsimtum, comme l’a dit Jacob Emden, est la seule tentative sérieuse qui ait jamais été faite pour donner un fond à l’idée de création ex nihilo. En outre, le fait qu’une idée, qui à première vue apparaît aussi raisonnable que la création « ex nihilo », puisse, soumise à un examen plus approfondi, aboutir à un mystère théosophique, nous montre à quel point est illusoire l’apparente simplicité des principes de toute religion. (pp. 381-382)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Henri-l-oiseleur   16 février 2019
La Kabbale de Gershom Gerhard Scholem
Extrait de la préface, p. 9 : l'oeuvre de Scholem.

Dans les livres et les articles où Scholem aborde les problèmes contemporains, il ... considère le judaïsme comme une entité vivante, en perpétuel développement, qui ne peut être enfermée dans les limites d'aucun principe, d'aucun dogme. Personne ne s'est opposé avec autant de vigueur à la position assimilationniste ... : il a approché le monde des idées avec une totale assurance, en représentant d'une grande tradition qui n'a nul besoin d'être embellie ou falsifiée pour tenter d'obtenir la reconnaissance des autres. On peut dire qu'il a été le plus grand sioniste du domaine spirituel : ce que Ben Gourion a accompli en politique - l'égalité de l'état juif avec les nations -, Scholem l'a fait dans le monde de la culture : l'égalité de la tradition juive avec les autres cultures.
Commenter  J’apprécie          44

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Gershom Gerhard Scholem (138)Voir plus