AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.62 /5 (sur 91 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Alleghany, Pennsylvanie , le 03/02/1874
Mort(e) à : Paris , le 27/07/1946
Biographie :

Gertrude Stein était une poétesse, écrivaine, dramaturge et féministe américaine qui a passé la majeure partie de sa vie en France.

Elle a été un catalyseur dans le développement de la littérature moderne et de l'art moderne. Par sa collection personnelle et par ses livres, elle contribua à la diffusion du cubisme et plus particulièrement de l'œuvre de Picasso, Matisse et même Cézanne.

Son œuvre la plus connue est 'L'Autobiographie d'Alice B. Toklas' et le public qui en fit un succès découvrait une Gertrude Stein que ses oeuvres antérieures avaient reléguée dans le champ plus restreint de l'avant-garde.

C'est elle qui définira les auteurs James Joyce, Ernest Hemingway et Francis Scott Fitzgerald comme 'The Lost Generation' (« La Génération perdue »).

Son vers 'Rose is a rose is a rose is a rose' (1922) est devenu le symbole de la répétition dans l'avant-garde. Il a été parodié, entre autres par Ernest Hemingway et Jeanette Winterson. Il est cité dans des chansons de Mecano et de Jeanne Balibar.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Gertrude STEIN – Un siècle d'écrivains : portrait incomplet (France 3, 2000) Émission « Un siècle d'écrivains », numéro n°224, diffusée sur France 3, le 11 mars 2000, et réalisée par Arnaud des Pallières.
Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
Gertrude Stein
milamirage   26 avril 2014
Gertrude Stein
Le café, lorsque vous l'avez terminé, il vous donne encore le temps de réfléchir. C'est beaucoup plus qu'une simple boisson, c'est un instant qui passe. Pas comme un moment ordinaire, mais comme un événement, un lieu d'être, même pas comme un lieu, mais comme quelque part en vous. Il vous donne le temps, non pas des heures non réelles ou des minutes, mais une chance d'être vous-même, et de prendre une seconde tasse.
Commenter  J’apprécie          160
Musardise   31 janvier 2015
Autobiographie d'Alice Toklas de Gertrude Stein
Les Stein dirent à M. Vollard qu'ils voulaient voir des paysages de Cézanne, et qu'ils lui étaient adressés par M. Loesser de Florence. "Ah oui", dit Vollard, d'un air guilleret, et il se mit à circuler dans la pièce ; puis il disparut derrière une cloison qui se trouvait au fond de la boutique, et on l'entendit monter lourdement un escalier. Après assez longtemps il revint, tenant à la main une petite toile qui représentait une pomme, mais la majeure partie du tableau n'était pas peinte. Tous trois examinèrent le tableau avec grand soin. "Seulement, voyez-vous, dirent-ils, ce que nous voulions voir c'était un paysage. - Ah oui", soupira Vollard, et il prit un air encore plus guilleret. Au bout d'un instant il disparut à nouveau, et cette fois revint avec un tableau, qui représentait un dos ; c'était une toile magnifique sans aucun doute, mais le frère et la soeur n'en étaient pas encore à comprendre bien les nus de Cézanne et ils revinrent à la charge. Ils demandèrent à voir un paysage. Cette fois, après une pause encore plus longue, Vollard revint avec une très grande toile sur laquelle était peinte un très petit fragment de paysage. "Oui, c'était bien cela qu'ils voulaient, dirent-ils, un paysage, mais ils souhaitaient une toile plus petite qui fut entièrement couverte de peinture. "C'est quelque chose comme cela, dirent-ils, que nous désirerions voir." Pendant ce temps, la nuit, qui tombe tôt l'hiver à Paris, était venue, et, à ce moment, une vieille femme de charge descendit l'escalier du fond ; en s'en allant, elle murmura : "Bonsoir, Monsieur, bonsoir, Madame", et elle sortit sans bruit ; puis, au bout d'un instant, une autre vieille femme de charge descendit le même escalier, susurra : "Bonsoir, Messieurs et Dames", et disparut silencieusement par la porte. Gertrude Stein éclata de rire et dit à son frère : "C'est une plaisanterie, il n'y a pas de Cézanne. Vollard monte là-haut, et il dit à ces vieilles femmes ce qu'il faut peindre, il ne nous comprend pas, et nous ne le comprenons pas, elles peignent vite quelque chose, et il nous l'apporte, et c'est un Cézanne." L'un et l'autre furent alors pris d'un insurmontable fou rire. Au bout de quelque temps ils se calmèrent et une fois de plus expliquèrent qu'ils voulaient voir un paysage de Cézanne.Ils expliquèrent que ce qu'ils voulaient voir c'était un de ces merveilleux paysages jaunes d'Aix tels que Loesser en possédait plusieurs. Une fois de plus Vollard sortit et cette fois il revint avec un merveilleux petit paysage vert. C'était ravissant, cela couvrait la toile entière, et cela ne coûtait pas très cher. Ils l'achetèrent tout de suite. Plus tard Vollard expliqua à tout le monde qu'il avait reçu la visite de deux Américains toqués, qui riaient tout le temps ; ça l'avait beaucoup agacé, mais à la fin il découvrit que plus ils riaient plus ils achetaient, alors il s'était mis à attendre qu'ils rient pour leur vendre quelque chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
mollymon   18 mars 2018
La brave Anna de Gertrude Stein
Mais Mrs Federner avait un esprit et une langue qui noircissent les choses. Pas jusqu'au noir, bien entendu, mais juste gratter et frotter un peu de saleté. Elle aurait pu faire en sorte que le visage du Tout-Puissant apparût boutonneux et un peu grossier et elle faisait toujours ainsi avec ses amis, bien que nullement avec l'idée de se mêler de leurs affaires.
Commenter  J’apprécie          90
Gertrude Stein
Jacopo   10 octobre 2019
Gertrude Stein
J’aime une chose simple mais elle doit être simple par le biais d’une complication.
Commenter  J’apprécie          91
behny   20 juin 2020
Paris France suivi de Raoul Dufy de Gertrude Stein
J'avais ma prédiction personnelle et celle-là était que lorsque j'aurais taillé toutes les bordures de buis du jardin la guerre serait finie. Eh bien, aujourd'hui même le 8 août toutes les bordures de buis sont taillées mais la guerre n'est pas encore finie.
Commenter  J’apprécie          00
fanfanouche24   29 novembre 2013
Trois vies de Gertrude Stein
La brave Anna-



Quant à Mrs Lehntman, Anna la voyait très rarement. Il est difficile de reconstruire sur une vieille amitié lorsque dans cette amitié il y a eu une amère désillusion. Elles faisaient de leur mieux, ces deux femmes pour être amies, mais il ne leur fut plus jamais possible de se sentir proches. Il y avait trop de choses entre elles dont elles ne pouvaient parler, des choses qui n'avaient jamais été expliquées ni non plus pardonnées. (p.96)
Commenter  J’apprécie          50
fanfanouche24   29 novembre 2013
Trois vies de Gertrude Stein
La Brave Anna-



Je suis restée chez lui aussi longtemps que j'ai pu le supporter, mais maintenant il a déménagé dans le haut de la ville, trop loin pour les pauvres gens, avec sa femme qui relève tant la tête et qui dépense toujours tant d'argent simplement pour paraître, et ainsi il ne peut plus bien nous soigner nous autres pauvres gens. (p.84)
Commenter  J’apprécie          50
claudeparis   16 octobre 2013
Paris France de Gertrude Stein
... aux yeux des Français, le fait d'être un étranger et le fait de résider en France ne sont pas très différents. Il y a tant d'étrangers, et pour les Français les seuls qui aient une réalité sont les étrangers qui habitent Paris et la France.
Commenter  J’apprécie          50
Snark   01 juin 2011
Le monde est rond de Gertrude Stein
"En ce temps-là le monde était rond et on pouvait en faire le tour à la ronde en rond."
Commenter  J’apprécie          50
alzaia   06 mars 2015
Lève bas-ventre de Gertrude Stein
Parfois nous décidons volontiers du vent nous décidons qu'il y aura des étoiles et peut-être de la pluie et peut-être pas la lune.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Au ciné avec Elmore Leonard

A quelle heure part le train pour Yuma dans le film réalisé par Delmer Daves en 1957 d'après une nouvelle d'Elmore Leonard?

3 h 10 pour Yuma
10 h 30 pour Yuma
5 H15 pour Yuma

9 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , romans policiers et polars , littérature américaine , adapté au cinéma , cinema , cinéma americain , westernCréer un quiz sur cet auteur

.. ..