AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.08 /5 (sur 270 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Venise, République de Venise , le 02/04/1725
Mort(e) à : Dux, Bohême , le 04/06/1798
Biographie :

Giacomo Girolamo Casanova fut tour à tour violoniste, écrivain, magicien, espion, diplomate, bibliothécaire mais revendiquant toujours sa qualité de « Vénitien ».

Ses parents sont comédiens. L’enfance de Giacomo se passe entourée de femmes, qui jouèrent un rôle premier pour lui. Il obtient un doctorat en Droit de l'Université de Padoue en 1742 et devient secrétaire d'un cardinal en 1746.

La vie de débauche de Casanova dérange. Pour éviter d'attirer l'attention des enquêteurs de l'Inquisition, il voyage de ville en ville.

En 1755, ses frasques amoureuses et ses opinions subversives l'amènent en prison. Incarcéré à la prison des Plombs à Venise, Casanova s'évade deux ans plus tard. Il se rend à Paris où il est appuyé par Bernis, un ami italien qui eut la sagesse de quitter Venise deux ans plus tôt.

Casanova n’hésite pas à tromper les gens pour gagner sa vie. Il crée une loterie au profit de l'École militaire, mais l’initiative est surtout lucrative pour son auteur. Il soutire de l'argent à la marquise D'Urfé en lui laissant croire qu’il était parfaitement initié aux mystères de la Kabbale. Afin de faciliter son entrée chez les nobles, il se crée un titre de chevalier de Seingalt et publia en français sous le nom de « Jacques Casanova de Seingalt ».

Agent secret, une mission d’enquête, pour laquelle il fut récompensé avec générosité, lui fut confiée par la France afin de juger l’état de ses navires de guerre.

Casanova parcourut l’Europe tout au long de sa vie, de Venise à Paris, Madrid ou Vienne, terminant sa vie au château de Dux, en Bohême, en tant que bibliothécaire écrivain

De lui subsiste une œuvre littéraire abondante, mais Casanova est célèbre aujourd’hui comme aventurier et surtout comme l’homme qui fit de son nom le symbole de la séduction. Il savait user aussi bien de charme que de perfidie pour conquérir les femmes.

Sa réputation en cela dérive d’une œuvre autobiographique Histoire de ma vie, rédigée en français et considérée comme l’une des plus authentiques sources à propos des coutumes et de l’étiquette de la vie sociale de l’Europe du XVIIIe siècle. Il y mentionne 142 femmes avec lesquelles il aurait eu des relations sexuelles.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
« INCULTE & MICHARD, UNE HISTOIRE LITTÉRAIRE » - Arno Bertina, Claro, Maylis de Kérangal, Mathieu Larnaudie, Mathias Enard & Hélène Gaudy En marge du colloque consacré à la revue Inculte et au collectif du même nom, il nous a semblé nécessaire de réécrire l'histoire de la littérature à notre sauce. « Inculte et Michard » sera donc l'occasion de reparcourir l'histoire littéraire en plaçant au premier plan des oeuvres étranges ou dissidentes, potaches, superbement libres. du Moyen de parvenir, de Béroalde de Verville (présenté par Arno Bertina), publié en 1616, au Jérôme de Jean-Pierre Martinet (présenté par Claro), en passant par Casanova (Mathias Enard) Louise Labé (Maylis de Kérangal) le groupe des Hydropathes (Mathieu Larnaudie) et Lydia Tchoukovskaïa (Hélène Gaudy), nous tenterons de faire les funambules sur ces branches qui n'ont pas donné de fruits, qui étaient en même temps la branche et le fruit. À lire – Jean-Pierre Martinet, Jérôme, Finitude – Béroalde de Verville, le Moyen de parvenir, Folio – Giacomo Casanova, Histoire de ma vie, édition complète (Bouquins, Laffont) ou Anthologie Livre de poche – Louise Labé, Oeuvres complètes : Sonnets, Elégies, Débat de folie et d'amour, éd. de François Rigolot, Flammarion, « GF » – Lydia Tchoukovskaïa, La Plongée et Entretiens avec Anna Akhmatova, éd. le bruit du temps. Le vendredi 7 février 2020 - 20h
+ Lire la suite
Podcasts (6) Voir tous

Citations et extraits (69) Voir plus Ajouter une citation
Giacomo Casanova
moravia   17 octobre 2015
Giacomo Casanova
Dépêchez vous de succomber à la tentation avant qu’elle ne s’éloigne.

Commenter  J’apprécie          600
nadiouchka   05 novembre 2017
Moscou, escapades littéraires de Giacomo Casanova
La turquoise est pour les Russes plus qu’un bijou, c’est une superstition : l’ami donne à l’ami, l’amant à la maîtresse, la maîtresse à l’amant, un porte-bonheur au moment de se séparer ; ce porte-bonheur, c’est une turquoise. Plus la nuance est foncée, plus puissant est le talisman.

P.35
Commenter  J’apprécie          200
Giacomo Casanova
Carosand   23 février 2015
Giacomo Casanova
Je ne suis heureux que par le souvenir.
Commenter  J’apprécie          220
nadiouchka   03 novembre 2017
Moscou, escapades littéraires de Giacomo Casanova
Le Kitaï Gorod

Personnellement, cette courte promenade d’exilé en France me rendit plus saisissante l’originalité vraiment asiatique de Moscou, rendit toute sa saveur au spectacle auquel commençaient à s’habituer mes yeux. Le Kremlin et ses splendeurs avaient comme monopolisé mon attention et ma curiosité. Je commençai à regarder autour de moi, à pénétrer, pour ainsi dire, dans l’intimité de la grande cité.

P.111
Commenter  J’apprécie          180
nadiouchka   01 novembre 2017
Moscou, escapades littéraires de Giacomo Casanova
Quand on a quelques jours de loisir à Moscou, les principales curiosités vues, il est une excursion qu’on ne manque pas de vous proposer et qu’il faut accepter avec empressement. C’est une visite au couvent de Troïza. Le voyage en vaut la peine, et nul ne se repent de l’avoir fait. (...)

Quand on approche de Troïtza, les habitations deviennent plus nombreuses, on sent qu’on arrive à quelque chose d’important. Troïtza est, en effet, le but de longs pèlerinages. On y vient de toutes les provinces de l’Empire, car Saint-Serge, le fondateur de ce couvent célèbre, est un des saints les plus vénérés du calendrier grec.

P.89
Commenter  J’apprécie          150
nadiouchka   11 novembre 2017
Moscou, escapades littéraires de Giacomo Casanova
A l’autre coin, étrange comme l’architecture du rêve, se dresse chimériquement du témoignage de Vassili-Blajennoi, qui fait douter la raison du témoignage des yeux. On la voit avec toute l’apparence de la réalité, et l’on se demande si ce n’est pas un mirage fantastique, un édifice de nuées bizarrement coloré par le soleil et que le tremblement de l’air va déformer ou évanouir. C’est sans aucun doute le monument le plus original du monde…

P.59
Commenter  J’apprécie          150
Luniver   25 août 2013
Histoire de ma vie : Texte intégral du manuscrit original suivi de textes inédits, tome 1 de Giacomo Casanova
Quels goûts dépravés ! dira-t-on : quelle honte de se les reconnaître et de ne pas en rougir ! Cette critique me fait rire ; car, grâce à mes gros goûts, je me crois plus heureux qu’un autre, puisque je suis convaincu qu’ils me rendent susceptible de plus de plaisir. Heureux ceux qui, sans nuire à personne, savent s’en procurer, et insensés ceux qui s’imaginent que le Grand-Être puisse jouir des douleurs, des peines et des abstinences qu’ils lui offrent en sacrifice, et qu’il ne chérisse que les extravagants qui se les imposent.
Commenter  J’apprécie          140
Luniver   24 août 2013
Histoire de ma vie : Texte intégral du manuscrit original suivi de textes inédits, tome 1 de Giacomo Casanova
Malgré le fonds de l’excellente morale, fruit nécessaire des divins principes enracinés dans mon cœur, j’ai été toute ma vie la victime de mes sens ; je me suis plu à m’égarer, j’ai continuellement vécu dans l’erreur, n’ayant d’autre consolation que celle de savoir que j’y étais. Ainsi j’espère, cher lecteur, que, bien loin de trouver dans mon histoire le caractère d’une impudente jactance, vous n’y trouverez que celui qui convient à une confession générale, sans que dans le style de mes narrations vous trouviez ni l’air d’un pénitent, ni la contrainte de quelqu’un qui rougit d’avouer ses fredaines. Ce sont des folies de jeunesse ; vous verrez que j’en ris, et, si vous êtes bon, vous en rirez avec moi.



Vous rirez lorsque vous verrez que souvent je ne me suis pas fait scrupule de tromper des étourdis, des fripons et des sots, quand j’ai été dans le besoin. Pour ce qui regarde les femmes, ce sont des tromperies réciproques qu’on ne met pas en ligne de compte, car, quand l’amour s’en mêle, on est ordinairement dupe de part et d’autre. Quant à l’article des sots, c’est une affaire bien différente. Je me félicite toujours quand je me rappelle d’en avoir fait tomber dans mes filets, car ils sont insolents et présomptueux jusqu’à défier l’esprit. On le venge quand on trompe un sot, et la victoire en vaut la peine, car un sot est cuirassé, et souvent on ne sait par où le prendre. Je crois enfin que tromper un sot est un exploit digne d’un homme d’esprit. Ce qui a mis dans mon sang, depuis que j’existe, une haine invincible contre l’engeance des sots, c’est que je me trouve sot moi-même toutes les fois que je me vois dans leur société. Je suis loin de les confondre avec ces hommes qu’on nomme bêtes ; car, ceux-ci n’étant tels que par défaut d’éducation, je les aime assez. J’en ai trouvé de fort honnêtes, et qui dans le caractère de leur bêtise ont une sorte d’esprit, un bon sens droit qui les éloigne fort du caractère des sots. Ce sont des yeux frappés de la cataracte, et qui sans cela seraient fort beaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
SZRAMOWO   13 février 2016
Memoires 1753-1756 de Giacomo Casanova
Mon compère, comme je l'ai dit, correcteur adroit et déterminé de la fortune, faisait richement ses affaires à Venise, et comme il était aimable et ce que l'on appelle dans le monde de bonne société, il aurait pu continuer longtemps sur le même pied, s'il s'en était tenu au jeu ; car les inquisiteurs d'Etat auraient trop à faire s'ils voulaient s'occuper d'obliger les fous à ménager leur fortune, les dupes à être prudents et les fripons à ne pas duper les sots ; mais, soit folie de jeunesse, soit perversité des mœurs, la cause de son exil fut d'une nature extraordinaire et infâme.

Un noble Vénitien, noble de naissance et fort ignoble d'habitudes, un nommé Sgombro, de la famille Gritti, en devint amoureux, et Croce, soit plaisanterie, soit goût, ne lui fut pas cruel. Malheureusement la réserve qu'exige la décence ne fut pas appelée en tiers, et le scandale devint si public que le gouvernement se vit forcé d'intimer à mon dit Croce l'ordre de quitter la ville et d'aller tenter fortune ailleurs.

Peu de temps après, l'infâme Sgombro séduisit ses deux fils encore jeunes, et malheureusement pour lui, il mit le plus jeune dans la nécessité d'avoir recours au chirurgien. L’infamie devint publique, et le pauvre enfant confessa qu'il n'avait pas eu le courage de désobéir à l'auteur de ses jours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Luniver   25 août 2013
Histoire de ma vie : Texte intégral du manuscrit original suivi de textes inédits, tome 1 de Giacomo Casanova
Une chose digne de remarque, c’est que de toutes les langues vivantes qui figurent dans la république des lettres, la langue française est la seule que ses présidents aient condamnée à ne pas s’enrichir aux dépens des autres, tandis que les autres, toutes plus riches qu’elle en fait de mots, la pillent, tant dans ses mots que dans ses tournures, chaque fois qu’elles s’aperçoivent que par ces emprunts elles peuvent ajouter à leur beauté. Il faut dire aussi que ceux qui la mettent le plus à contribution sont les premiers à publier sa pauvreté, comme s’ils prétendaient par là justifier leurs déprédations. On dit que cette langue étant parvenue à posséder toutes les beautés dont elle est susceptible - et on est forcé de convenir qu’elles sont nombreuses -, le moindre trait étranger l’enlaidirait ; mais je crois pouvoir avancer que cette sentence a été prononcée avec prévention, car, quoique cette langue soit la plus claire, la plus logique de toutes, il serait téméraire d’affirmer qu’elle ne puisse point aller au delà de ce qu’elle est. On se souvient encore que du temps de Lulli toute la nation portait le même jugement sur sa musique : Rameau vint et tout changea. Le nouvel élan que ce peuple a pris peut le conduire sur des voies non encore aperçues, et de nouvelles beautés, de nouvelles perfections, peuvent naître de nouvelles combinaisons et de nouveaux besoins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Jacques Casanova de Seingalt

Dans quelle ville Jacques Casanova est-il né?

Naples
Florence
Venise
Palerme

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Giacomo CasanovaCréer un quiz sur cet auteur
.. ..