AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.6/5 (sur 445 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Tarente , le 07/02/1956
Biographie :

Giancarlo De Cataldo est un romancier, dramaturge, essayiste, scénariste et magistrat italien, auteur de roman policier.

Il quitte sa région natale en 1973 et s'installe à Rome où, après ses études de droit, il est nommé juge à la cour d'assises.

Parallèlement à son activité de magistrat, il est écrivain, dramaturge, scénariste pour le cinéma et la télévision. Il collabore également aux journaux La Gazzetta del Mezzogiorno, Il Messaggero, Il Nuovo, Paese Sera.

Son premier roman, "Nero come il cuore" est publié en 1989 et adapté en téléfilm, deux années plus tard, par Maurizio Ponzi, sous le même titre.

En 2002 paraît "Romanzo criminale". Ce roman policier historique obtient un franc succès auprès du public et de la critique et l'auteur est couronné du Prix Scerbanenco 2003 et Prix du polar européen 2006.
Giancarlo De Cataldo livre une suite à ce roman, "La Saison des massacres" (Nelle mani giuste), publié en 2007.

En 2013, il co-signe, avec Carlo Bonini, "Suburra", une fiction prémonitoire du plus gros scandale de corruption à Rome que l’on peut qualifier d’enquête romancée sur la mafia de Rome.
Un deuxième ouvrage écrit à quatre mains avec Carlo Bonini, "Rome brûle" (La notte di Roma), suite directe de "Suburra", est paru en 2015.

"Romanzo criminale" et "Suburra" ont été appréciés par la critique internationale et les deux films qu’ils ont respectivement inspirés, en 2006 et 2015, ont été remarqués eux aussi.

Giancarlo De Cataldo publie également d'autres romans qui n'appartiennent pas toujours au genre policier, comme "Le Père et l'Étranger" (Il padre e lo straniero, 1997) et "Les Traîtres" (I tradittori, 2010), ainsi que des essais et plusieurs nouvelles, notamment pour huit recueils collectifs.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Giancarlo De Cataldo   (16)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Rencontre animée par Gérard Meudal Festival Italissimo Deux maîtres du roman policier, parmi les plus loués tant en Italie qu'ailleurs : Giancarlo de Cataldo d'une part, Maurizio de Giovanni de l'autre. Magistrat et journaliste, de Cataldo est l'auteur de Romanzo criminale, La Saison des massacres et le co-auteur de Suburra. Scénariste et dramaturge, de Giovanni est l'auteur des séries emmenées par les commissaires Giuseppe Lojacono et Luigi Alfredo Ricciardi. À mi-chemin entre roman et télévision, un voyage plein de suspense à la découverte du giallo, le polar à l'italienne. Plus d'informations sur le festival À lire – Giancarlo de Cataldo, Je suis le châtiment, trad. par Anne Echenoz, éd. Métailié, 2023 – Maurizio de Giovanni, Nocturne pour le commissaire Ricciardi, trad. par Odile Rousseau, Payot et Rivages, 2022.

+ Lire la suite

Citations et extraits (96) Voir plus Ajouter une citation
Et puis il ajouta, sur un ton que Jaro n’oublierait jamais : mine Knabe. Fiston, mon garçon. Personne ne l’avait jamais appelé ainsi. Jaro éprouva quelque chose très proche d’une profonde émotion. Il avait envie de se mettre à pleurer comme un enfant. Il ravala ses larmes, car il était un gars de Williamsburg. Et à Williamsburg, en termes de sentiments, régnaient les règles suivantes : si tu pleures, tu es pédé. Et les pédés, on leur démonte la gueule.
Commenter  J’apprécie          172
Par ailleurs, il n'y a rien de mal dans l'homosexualité. Elle est répandue dans la nature, entre les animaux, entre les plantes même. D'antiques civilisations ont glorifié l'amour entre créatures du même sexe en le définissant comme la plus haute forme de ce sentiment.
Commenter  J’apprécie          150
Malédiction de la mort ! Mais c'est quoi, ce roi qui se ravale sa parole ? Tu les as envoyés au gibet, eh ben pends-les, non ? Ou bien fais-les fusiller, suffit que tu les butes ! Mais c'est quoi ces repentirs, merde ? y'a que les cornards qui reviennent sur leurs pas. Un roi qui change d'avis, c'est comme un saint qui ne fait plus de miracles, comme une gonzesse qui se met dans la tronche d'étudier pour faire le docteur, comme un demi-sel qui se prend pour le Maestro. O roi devenu bon ! Mais quelle merde ! Un roi bon, c'est contre l'ordre du monde, donc un roi bon, c'est un roi mort.
Commenter  J’apprécie          110
Si votre problème, c’est de passer pour un mauvais maître, vous pourriez inventer un personnage qui interprète la conscience critique. Quelqu’un qui, de temps en temps, dit à Jay : « Tu es dégoûtant, tu es méchant... »
-je pourrais le faire parler dans une pièce à part, comme dans « House of Cards » rétorquai-je, moqueur. Je suis en train de détruire un rêve ! Quel fumier je suis, pas vrai ? Je suis irrésistible, non ? P. 256
Commenter  J’apprécie          110
Mme Giuntini se lance dans une diatribe passionnée contre les hommes qui abusent des femmes. Toutes les autres s’unissent à elle. Alba n’en croit pas ses oreilles. Pour une fois, elles tombent d’accord. Non. Il y a quelque chose qui ne colle pas.
- Je crois qu’elle est étrangère, provoque-t-elle
- Ca ne change rien, observe Mme Giuntini, mais déjà son ton manque de conviction.
Suivent quelques instants de silence. Ensuite l’opinion commune bascule, d’abord lentement puis avec un acharnement toujours plus grand jusqu’à culminer dans un crescendo furieux. Bien sûr, ces filles qui affrontent seules tant de danger. Bien sûr, d’habitude ces mésaventures n’arrivent pas à celles qui restent chez elles. Bien sûr, normalement, ce sont des prostituées. Bien sûr, elles viennent en Italie parce qu’elles ne sont pas bien dans leurs pays. (…) Bien sûr, elles vont mal mais on en peut pas les faire entrer toutes. Bien sûr nous sommes les idiots de l’Europe, elles viennent toutes chez nous, regardez les Français ou les Espagnols. Bien sûr, parce que chez nous, c’est la vie de château.
C’était, parce que maintenant, c’est en train de changer.
Commenter  J’apprécie          90
Un vertige violent le fit vaciller. Il s’appuya à la balustrade. Le produit était en train de monter au cerveau. Et de là, très vite, il allait redescendre dans l’engin. Tandis que le cocktail érectile commençait à faire son effet, un joyeux sentiment d’invincibilité l’envahissait. Tout le monde disait d’y aller mollo, tout le monde disait qu’on dansait au bord du volcan, tout le monde craignait que les choses changent d’un moment à l’autre. Tout le monde déblatérait sur le spread, la révision des dépenses publiques, la moralité… et bordel ! L’Italie ne changera jamais. Nous serons toujours en haut, et les misérables en bas.
Commenter  J’apprécie          90
Maintenant tout ce qui lui reste, c'est le Devoir. Mais le Maestro est le premier à savoir que le Devoir, sans sentiment, est décharné, pâle, n'est rien d'autre que le culte froid d'une idée.
Commenter  J’apprécie          100
Il avait grandi dans le mythe de la révolution nationale fasciste, il s'était endurci en cognant les rouges au lycée, il était passé aux braquages pour financer le groupe, la prise de pouvoir, l'extermination des juifs et des communistes. Un jour, il vit mourir son meilleur ami sous le plomb des condés. Lui-même n'en réchappa que par miracle. Les flics le dénichèrent. Un salaud avait balancé. Samouraï l'apprit par hasard, par un camarade facho qui fréquentait la même salle de gym que certains superflics des groupes d'intervention. Il se prépara à mourir dans l'honneur.
Commenter  J’apprécie          50
La femme d'un ami, c'est sacré, ça ne se discute pas. On l'accepte, c'est tout. La femme d'un ami c'est ta soeur, ta mère, ta fille. Ce n'est même pas une femme, c'est la Madone.
Commenter  J’apprécie          60
Les livres sont écrits pour être vendus. Le succès n’est pas une bête à éviter à tout prix. Les écrivains qui prêchent ce genre d’idioties sont des menteurs. P. 115
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Giancarlo De Cataldo (598)Voir plus

Quiz Voir plus

Passer son galop 1

Quel est la 1er brosse utilisé pour le pansage ?

Le curt pied
Le bouchon
L'étrille
Le peigne

11 questions
239 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..