AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.43 /5 (sur 257 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1954
Biographie :

Gilbert Gallerne est un écrivain français de roman policier, lauréat du Prix du Quai des Orfèvres 2010. Banquier de profession, il a été critique littéraire et a traduit plusieurs best-sellers américains.

Ayant pratiquement appris à lire dans les Bob Morane, c'est tout naturellement que le fantastique est devenu son domaine de prédilection lorsqu'il s'est mis à écrire.

Sous le pseudonyme (transparent) de Gilles Bergal, il a publié de nombreuses nouvelles, et deux romans d'horreur au Fleuve Noir (Cauchemar à Staten Island et Camping Sauvage), et sous le nom de Milan, a produit pour le Fleuve Noir Anticipation deux ouvrages constituant un cycle, Le Clone Triste, et Le Rire du Klone.

Il a récemment décidé d'abandonner les pseudonymes pour signer de son nom. Ses deux derniers ouvrages sont parus au Fleuve Noir dans la collection Crime Story : Edward Gein le Psycho et Sacrifices Humains à Matamoros. Ces titres à eux seuls disent que le fantastique n'est jamais loin lorsqu'il s'agit de Gilbert Gallerne.

Notons encore que Gilbert Gallerne collabore régulièrement à "Écrire Aujourd'hui," revue consacrée à l'écriture, dans laquelle il tient une chronique intitulée "Écrire," tout simplement, où il donne des conseils fort judicieux aux auteurs débutants.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
alberthenri   03 août 2017
Le dossier des hantises de Gilbert Gallerne
lorsque l'on parle de hantises, on pense immédiatement au revenant vêtu de son suaire et trainant derrière lui une lourde chaine dans les méandres d'un château écossais.

Cette image ne correspond guère à la réalité. la seule mention d'un fantôme équipé d'une chaine que j'ai découverte remonte à 1850, au château de Wildenstein, en Allemagne.
Commenter  J’apprécie          50
Amaranth   19 avril 2015
Gore story de Gilbert Gallerne
Il se pencha sur le cadavre sanglant, l'attrapa par les cheveux, trancha la gorge. Pratiquement pas de sang. Le cœur avait cessé de battre, et rien ne venait propulser le liquide de vie dans les artères pour asperger les murs. Il le regrettait un peu. Il avait rêvé de ce jet puissant capable d'arroser un mur à plusieurs mètres de distance.
Commenter  J’apprécie          40
flolabbe   02 mai 2019
Mauvaise main de Gilbert Gallerne
Léo et Michel ont monopolisé la conversation, ce dernier généralement pour approuver ce que dit son aîné. Les femmes n’ouvrent la bouche que pour manger. Annabelle jette de temps à autre des regards circonspects à son beau-frère. De ce qu’Élise fera ce soir dépendra son futur statut. Elle demeure à sa place. Finit son assiette. Michel se tourne vers la table des enfants et interpelle sa fille pour l’envoyer aider sa grand-mère.

L’adolescente proteste qu’elle n’a pas terminé, mais son père la fait taire et elle se lève pour se diriger vers la cuisine en traînant les pieds. Élise se demande combien de temps elle restera à la scierie. Que peut-elle envisager d’autre ? Des études ? Ou bien est-elle condamnée à demeurer Ici pour torcher les plus petits tandis que les hommes débitent le bois, jusqu’à ce qu’un voisin vienne la chercher comme une pièce de bétail ? Élise n’est là que depuis quelques heures, mais déjà elle n’en peut plus. Elle jette un regard vers Éric, ses yeux lui mangent le visage. Il fixe ses frères, sa mère, avec une avidité qui l’effraye.Il parlait rarement de sa famille, qu’l avait depuis longtemps rayée de sa vie. Le destin qui s’acharne sur eux et le contraint à revenir ici s’apprête-t-il à lui jouer un nouveau mauvais tour ? Élise a l’impression de se trouver plongée dans une de ces romanes qu’elle lit à l’occasion. Sauf qu’il n’y a pas de château, pas de bel aristocrate ténébreux. Juste une scierie au bord de la ruine, et une famille qui n’a pas voulu d’Éric autrefois et ne semble pas davantage désireuse de l’accueillir aujourd’hui.

Éléonore revient avec un plat chargé de viande et Élise oublie ses soucis pour ne plus penser qu’à la faim qui la tenaille. Solange suit, portant une marmite d’où monte une bonne odeur de chou. Elle la pose sur la table.

Voilà ! dit Michel. C’était pas dur ! Tu peux aider, tout de même ! T’es presque une adulte maintenant !

Presque une adulte, tu parles ! intervient Léo en saisissant sa nièce par la taille. C’est déjà une vraie petite femme ! Regarde ça : elle a des nichons !

Et il referme les doigts sur la poitrine de Solange. La gamine se tortille pour échapper à son étreinte. Elise ouvre de grands yeux. Pétrifiée. Tout le monde s’est figé et fixe la scène. Il n’y a plus que Solange qui se débat et son oncle qui lutte pour garder son emprise.

Lâche-la !

Le cri jaillit de la table des enfants. Ludovic bondit au secours de sa soeur en renversant sa chaise. Il saisit le bras de Léo mais celui-i tient bon, amusé par les efforts de sa nièce. Léo repousse l’adolescent d’un revers de coude et, gloussant, il écrase le sein de Solange qui gémit.

C’est du ferme, dis donc !

Il est le seul à rire. Élise agrippe la table, se tourne vers Éric. Son mari a reculé sur sa chaise, dépassé par cette violence. Personne ne bouge. Ludovic se dresse seul contre son oncle. Bernard, le fils de Léo, fait mine de se lever à son tour pour secourir son père. Elise regarde les autres. Pourquoi demeurent-ils tous à leur place, laissant Ludovic se débrouiller ? pourquoi Michel se contente-t-il d’arborer un sourire niais devant son frère qui tripote sa fille, comme si la scène n’avait pas d’importance ? Pourquoi Annabelle reste-t-elle clouée sur sa chaise, la bouche ouverte sur une protestation qui ne vient pas ? Elise se tourne pour dégager son ventre de sous la table et prend appui pour se lever.

- Ça suffit ! Lâche-là !

L’ordre a tonné de l’autre bout de la pièce. Éléonore fixe son fils. Léo la défie du regard avant de pivoter vers Solange, toujours prisonnière, puis vers Ludovic qui tire sur son bras sans succès. Il demeure ainsi trois longues secondes. Il finit par relâcher la gamine. Elle recule en trébuchant, le rouge aux joues et les larmes aux yeux. A peine Solange écartée, Léo attrape Ludovic par le col. Il contraint l’adolescent à s’abaisser jusqu’à ce que leurs visages se frôlent.

- Et toi, petit con, me parle plus jamais comme ça. Quand tu seras un homme, on verra. D’ici là, reste à ta place !

Il le rejette. Ludovic lutte pour conserver son équilibre, le défiant toujours du regard. Léo se raidit.

- Ludo ! Ça suffit ! Va t’asseoir.

L’enfant fixe sa mère sans comprendre, ce qui lui fournit une excuse pour détourner les yeux et rompre le duel qui l’opposait à son oncle. Mâchoires crispées, contenant des larmes de rage et d’humiliation, il regagne sa place.

- Bon, dit Éléonore. L’incident est clos. Qui veut du chou ?

- Commence par Élise, dit Léo en regardant sa belle-soeur. Je crois qu’elle a tellement faim qu’elle a failli se lever

Élise prend conscience que ses phalanges sont toujours crispées sur le rebord de la table. Elle se relâche, sans cesser de fixer Léo. Elle perçoit de l’amusement dans ses yeux, mais cela ne la rassure pas. Annabelle prend son assiette et la tend à Éléonore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
amanline   18 avril 2020
Sous terre, personne ne vous entend crier de Gilbert Gallerne
- Si ! insiste le Sherlock Holmes de service. Je dis que c'est le même type. Seulement comme il est malin, il a changé de modus operandi et de lieu...

- Ouais, qu'y change sa Modus pour une Opel, même raidie, je vois pas ce que ça a à voir là-dedans vu que tout ça s'est passé sous terre...

- C'est pas une voiture, abruti. Modus operandi. C'est du latin. Ça veut dire sa façon de faire. Il a changé de méthode, de type de victime, et d'endroit. Tout ça pour mieux berner les flics.

- Ça alors, t'en sais des choses, toi. Tu faisais quoi, avant de finir SDF ?

- Je faisais alcoolique. J'ai même un diplôme. Une licence IV.
Commenter  J’apprécie          30
beamag87   24 juillet 2013
Teddy est revenu de Gilbert Gallerne
-Je croyais que tu n'aimais pas les enfants, constata amèrement Laura. En tout cas tu as une fille, que ça te plaise ou non. Et ta fille est vivante quelque part. Et on vient de m'envoyer son ours en peluche. Teddy! ca a forcément une signification!

Une signification, il en voyait une. Laura avait replongé dans sa dépression et elle s'était inventé une raison de se raccrocher à la vie en s'envoyant cet ours.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   25 août 2017
Le patient 127 de Gilbert Gallerne
En deux ans, la journaliste avait changé.Elle avait mûri, ses gestes étaient plus fermes et son attitude générale plus décidée. Elle avait abandonné ses longues boucles brunes pour une coupe à la garçonne qui lui durcissait le visage sans pour autant lui ôter son charme.Carole aurait aimé montrer autant d'assurance que cette jeune femme à qui rien ne semblait pouvoir résister. Elle se demanda s'il lui arrivait de douter, de s'interroger sur son rôle dans la vie... et décida que non. Sophie Landier ne paraissait pas du genre à s'encombrer de questions métaphysiques. C'était blanc ou noir. Il y avait des problèmes et des solutions.
Commenter  J’apprécie          20
domdu84   31 octobre 2012
Le prix de l'angoisse de Gilbert Gallerne
Malgré tout, elle tentait de leur inculquer un minimum de principes moraux, mais c’était difficilement crédible dans une société où les repères positifs avaient tendance à disparaître, où l’on voyait des hommes politiques condamnés pour toutes sortes de malversations et où les religions ne savaient plus prêcher que la haine et l’intolérance… Comment expliquer à son fils qu’il devait se comporter en être sensible dans une société de brutes ? Par quels moyens en faire un être humain dans un monde qui se déshumanisait chaque jour un peu plus ?
Commenter  J’apprécie          20
domdu84   31 octobre 2012
Le prix de l'angoisse de Gilbert Gallerne
Et que choisir entre assurer la survie de ses enfants en leur apprenant à devenir des brutes dans un monde de brutes, ou assurer celle de l’humanité en enseignant à ses enfants à se comporter comme des êtres civilisés dans un monde qui l’était de moins en moins, à demeurer, en quelque sorte, une poche de résistance d’une certaine façon de vivre où le respect d’autrui était une valeur inaliénable ?
Commenter  J’apprécie          20
ChezLo   09 avril 2019
Mauvaise main de Gilbert Gallerne
Elle se lève, tandis qu'il disparaît dans la nuit. Un volet claque. Elle ouvre. Lutte contre une rafale qui veut la refouler au milieu de la pièce. Le deuxième battant se rabat. Elle enclenche les targettes. Se sent tout de suite mieux. Elle passe à la fenêtre suivante, derrière laquelle son mari s'escrime. Même de l'extérieur, il a du mal à combattre les éléments. Ils y parviennent finalement. une brève accalmie leur permet de fermer ceux de la chambre presque sans effort. Eric rentre. Trempé. il jure en constatant que son meilleur pantalon, il n'en a que deux, ressemble maintenant à une serpillère.
Commenter  J’apprécie          10
ChezLo   09 avril 2019
Mauvaise main de Gilbert Gallerne
La lame vrombissait comme un essaim de guêpes en colère. Personne pour le chasser. Il avança. Chercha du regard un morceau de bois à lui offrir. Les appels de sa mère se rapprochaient. Si elle le trouvait ici, il serait bon pour une fessée. Il devait se dépêcher. Là ! Près de l'établi, quelques planches. Une petite ferait l'affaire. Il se penchait sur le bois abandonné quand on le saisit sous les aisselles. Il serra les dents dans l'anticipation de l'impact sur ses fesses. Il n'y eut pas de claque. On le projeta en l'air, droit sur la lame qui hurlait sa faim.
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Teddy est revenu" de Gilbert Gallerne.

Que reçoit Laura au début de l'histoire ?

un bouquet de fleur
une lettre
un ours en peluche

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Teddy est revenu de Gilbert GallerneCréer un quiz sur cet auteur