AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4 /5 (sur 5 notes)

Nationalité : Brésil
Né(e) à : Recife , le 15/03/1900
Mort(e) à : Recife , le 18/07/1987
Biographie :

Sir Gilberto de Mello Freyre était un sociologue, anthropologue et écrivain brésilien.
Gilberto Freyre était un descendant de Portugais, d'Amérindiens, d'Espagnols, et de Néerlandais
Freyre a étudié à l'Université Columbia aux États-Unis où il rencontre Franz Boas, sa principale référence intellectuelle. Revenu au Brésil en 1923, il rédige un Manifeste régionaliste du Nordeste (1925), dans lequel il se démarque du mouvement moderniste dominant alors à São Paulo.
Son premier livre, qui est aussi le plus important est Casa-Grande & Senzala, publié en 1933. littéralement « Maison de maître et baraque d'esclave ». Livre inaugural, peu académique, qui dresse une fresque saisissante des rapports sociaux dans la vie coloniale brésilienne et rappelle avec force ce que la culture brésilienne doit à ses racines noires, à ses origines populaires. Son livre réhabilite les parlers populaires, les traditions des esclaves, tout ce Brésil « bizarre » qui trouvait jusque-là difficilement sa place dans les études scientifiques.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Gilberto Freyre(3)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (9) Ajouter une citation
tristantristan   01 décembre 2019
Maîtres et esclaves de Gilberto Freyre
Quand la société brésilienne s'organisa en 1532, économiquement et juridiquement, tout un siècle s'était déjà écoulé, de contact étroit entre les Portugais et les Tropiques; ce peuple avait déjà démontré, dans l'Inde et l'Afrique, son aptitude à vivre la vie tropicale.
Commenter  J’apprécie          90
tristantristan   26 avril 2020
Maîtres et esclaves de Gilberto Freyre
Ce fut aussi le nègre qui anima la vie familiale brésilienne de son exubérante gaieté. Le Portugais, déjà mélancolique par tempérament, devint au Brésil taciturne et morose; ne parlons pas du cabocle* : silencieux, méfiant, d'une tristesse maladive. Son contact ne fit qu'accentuer la mélancolie portugaise. Le grand rire des nègres brisa cette "tristesse vile et éteinte" qui rendait étouffante la maison des maîtres.

p.400

*note du contributeur: cabocle: En général, métis d'Indien et de Blanc.
Commenter  J’apprécie          80
tristantristan   08 janvier 2020
Maîtres et esclaves de Gilberto Freyre
Le Brésil s'est formé sans que les colonisateurs se préoccupent d'unité ou de pureté de race. Pendant tout le cours du XVIe siècle, la colonie est restée ouverte à tous les étrangers pourvu qu'ils fussent catholiques.(...)

On craignait, dans le non-catholique, l'ennemi politique capable de briser ou d'affaiblir cette solidarité qui s'était développée au Portugal en union avec la religion catholique.

pp. 60, 61 et 62
Commenter  J’apprécie          70
tristantristan   07 janvier 2020
Maîtres et esclaves de Gilberto Freyre
La loi du 7 janvier 1453 de D.Denis, selon le général Morais Saermento, "ordonnait d'arracher la langue et de brûler vivants ceux qui parlaient mal de Dieu"; pour s'être livré à la magie amoureuse*, comme pour d'autres crimes mystiques et imaginaires, le Portugais des XVIè et XVIIè était "exilé pour toujours au Brésil".

* Morais Sarmento, D.Pedro I e sua Epoca, Porto, 1924.
Commenter  J’apprécie          50
tristantristan   25 avril 2020
Maîtres et esclaves de Gilberto Freyre
La lutte des deux civilisations a eu comme conséquence que les noms des animaux et des plantes se sont conservés dans la langue indigène et se sont transmis plus aux descendants analphabètes des Indiens de l'intérieur, qu'à la civilisation, plus européenne ou africaine, du littoral et des régions agricoles. Plus il y aura de communication entre les deux aires culturelles, et plus celle qui est la moins intellectuelle, la plus instinctive, celle qui garde dans son analphabétisme, le plus grand nombre de connaissance indigène de la flore ou de la faune, fournira à l'autre, à la plus européenne, un riche contingent de valeurs natives, encore sans fonction vive et créatrice dans la société brésilienne.
Commenter  J’apprécie          40
tristantristan   26 avril 2020
Maîtres et esclaves de Gilberto Freyre
Si des Indiens de si bonne apparence échouèrent, une fois incorporés au système économique colonial, c'est qu'on les fit passer trop brutalement de l'état nomade à l'état sédentaire, de l'activité sporadique à l'activité continue et que leur métabolisme s'est altéré désastreusement à ce nouveau rythme de vie et d'effort physique. Ni l'igname ni les fruits ne suffisaient maintenant à l'alimentation du sauvage, soumis au travail d'esclave dans les plantations de canne. Le résultat, c'est que dans l'agriculture il devint ce travailleur fatigué et mollasse que l'on dut remplacer par le nègre. Celui-ci, appartenant à un niveau plus élevé de civilisation, correspondait mieux aux nécessités brésiliennes de travail intense et d'efforts physiques continus.
Commenter  J’apprécie          10
tristantristan   26 avril 2020
Maîtres et esclaves de Gilberto Freyre
Tout Brésilien, même quand il est clair et qu'il a des cheveux blonds, porte dans l'âme (si ce n'est dans l'âme c'est sur le corps: beaucoup de gens ont la tache mongolique au Brésil) l'ombre ou la marque de l'indigène ou du nègre.
Commenter  J’apprécie          20
tristantristan   26 avril 2020
Maîtres et esclaves de Gilberto Freyre
La sexualité des nègres africains a besoin d'excitations: danses aphrodisiaques, culte phallique, orgies. Alors que l'appétit sexuel du civilisé ne nécessite pas de grandes provocations.

p. 300
Commenter  J’apprécie          20
tristantristan   26 avril 2020
Maîtres et esclaves de Gilberto Freyre
Et les relations sociales entre les conquérants et les vaincus ne s'aiguisèrent jamais jusqu'à ce grincement d'antipathie et de haine qui nous perce les oreilles - tant il est aigre- des pays de colonisation anglo-saxonne et protestante. Elles ont été lubrifiées ici par l'huile lubrique des unions sexuelles, soit libres et condamnées, soit régulières et bénies par les Pères, prônées à la fois par l'Eglise et par l'Etat.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur