AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.63 /5 (sur 151 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Asti , le 25/11/1950
Mort(e) à : Turin , le 04/07/2014
Biographie :

Après avoir obtenu son diplôme en droit, Giorgio Faletti commence sa carrière comme acteur humoristique au Derby Club de Milan (it), le même lieu où a débuté la carrière d'acteurs comme Diego Abatantuono, Teo Teocoli, Massimo Boldi, Paolo Rossi et Francesco Salvi.

Il écrit des chansons qu'il interprète lui-même, prenant part à trois reprises au Festival de musique de San Remo entre 1992 et 1995. Il compose également des chansons pour Mina et pour deux albums d'Angelo Branduardi, Camminando camminando (1996) et Il dito e la luna (1998).

En 2002, il publie un roman policier, Io uccido (Je tue) qui s'est vendu à 3,5 millions d'exemplaires en Italie1. Depuis, il publie un nouveau roman chaque année.

Au cinéma, Faletti joue l'un des rôles principaux dans la comédie pour adolescents Notte prima degli esami, film pour lequel il est nominé en 2006 pour le David di Donatello du meilleur acteur dans un second rôle. En 2007, il compose l'album In territorio nemico pour Milva.

Il meurt à l’hôpital Le Molinette à Turin le 4 juillet 2014 d'un cancer du poumon, maladie que ses proches et lui-même avaient gardée secrète
+ Voir plus
Source : wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Giorgio Faletti


Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
genou   12 janvier 2017
Je tue de Giorgio Faletti
Il l'avait compris quelques mois plus tard, un certain 11 septembre, quand il avait vu sur son écran de télévision les deux tours géantes et triomphales s'effondrer comme seules s'effondrent les plus grisantes, les plus sottes illusions. Au nom de Dieu, des hommes lançaient des avions contre des tours surpeuplées, cependant que d'autres, tout près de là peut-être, confortablement assis dans des bureaux hi-tech, calculaient déjà le profit boursier que leur rapporterait la catastrophe. Et que d'autres ailleurs, partout, gagnait leur vie en fabriquant et et vendant des mines et, pour Noël, sans même penser à mal, offraient à leurs enfants des cadeaux achetés en mutilant d'autres enfants. La conscience n'était qu'un accessoire, dont la valeur fluctuait avec les prix du baril du pétrole. Alors, au milieu de tant d'inanité, de tant de désarrois sanglants et mortiféres, quoi d'étonnant si de temps en temps surgissait un solitaire égaré, qui écrivait en lettre de sang les mots de son destin : "je tue"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321
Roggy   17 juillet 2020
Je tue de Giorgio Faletti
Et l’homme, désinvolte et déterminé, continue de larder sa victime de coups de poignard, cependant que chacun de ses gestes est capté par les caméras et surgit aussitôt sur les écrans. Yoshida voit la lame plonger dans sa chair, y plonger encore, et encore, le sang éclore en larges taches rouges sur sa chemise blanche, le bras de l’homme se lever et retomber dans la pièce et sur les écrans géants, la lame de son poignard se rougir et dégoutter de son sang. Il voit, encore, et encore, encore, ses yeux affolés de terreur remplir l’espace indifférent des moniteurs.
Commenter  J’apprécie          210
Shan_Ze   30 mai 2016
Onze contre un de Giorgio Faletti
Il est toujours bon d’être au courant des choses qu’on devrait ignorer. Surtout quand on fait partie d’une équipe de football.
Commenter  J’apprécie          150
verobleue   13 décembre 2011
Je tue de Giorgio Faletti
Au nom de Dieu, des hommes lançaient des avions contre des tours surpeuplées, cependant que d’autres, tout près de là peut-être, confortablement assis dans des bureaux hi-tech, calculaient déjà le profit boursier que leur rapporterait la catastrophe. Et que d’autres, ailleurs, partout, gagnaient leur vie en fabriquant et en vendant des mines, et, pour Noël, sans même penser à mal, offraient à leurs enfants des cadeaux achetés en mutilant d’autres enfants. La conscience n’était qu’un accessoire, dont la valeur fluctuait avec les prix du baril de pétrole.
Commenter  J’apprécie          110
Shan_Ze   27 mai 2016
Onze contre un de Giorgio Faletti
Trouver quelqu’un qui t’accepte tel que tu es est la chose la plus difficile du monde. La plupart se contentent d’une image superficielle, et tant pis si elle n’a rien à voir avec toi.
Commenter  J’apprécie          110
SZRAMOWO   02 mai 2016
Onze contre un de Giorgio Faletti
C'est un univers d'herbe, de shorts tachés de boue, de lignes tracées à la peinture blanche, d'huile de massage, de chaussettes mouillées, de bobos et de blessures. Déchaînement de liesse, clameurs d'encouragements, vociférations de rage.
Commenter  J’apprécie          80
genou   13 mai 2013
Je tue de Giorgio Faletti
« Où sont les corps ?

- Par ici, venez voir. »

Maintenant que ses yeux s’étaient accoutumés à la pénombre, Hulot vit que la traînée de sang s’élargissait en une flaque rouge au pied de l’escalier, puis disparaissait au-delà d’une porte ouverte. Il tomba en arrêt devant la table dépliée, sur laquelle une main avait tracée en lettres de sang deux mots :

Je tue…

Ses doigts étaient maintenant dix petites barres de glace. Pour se calmer, il s’obligea à respirer profondément par le nez. Alors, il perçut l’odeur douceâtre du sang et de la mort, l’odeur qui attire l’angoisse et les mouches.

Il suivit cette odeur douceâtre et pénétra dans la cabine. Au moment où il arriva sur le seuil de la porte ouverte, le froid de ses doigts gagna instantanément tout son corps et il ne fut plus qu’un bloc de banquise vacillant.

Étendus sur le lit, l’un à côté de l’autre, il y avait les cadavres d’un homme et d’une femme, entièrement nus. Sur le corps de la femme, on ne remarquait pas de blessures apparentes, mais sur celui de l’homme, au niveau du cœur, une large plaie rougeâtre avait largement imbibée le drap de sang. Du reste, il était partout, le sang : sur les mirs, sur les oreillers, sur le sol. Il semblait impossible que ces deux pauvres corps sans vie eussent contenu tant de sang.

Le commissaire s’obligea à regarder les visages des deux morts. Mais ils n’en avaient plus. L’assassin avait enlevé la totalité de la peau qui couvrait leurs têtes, cuir chevelu compris, comme on écorche un animal à fourrure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
verobleue   13 décembre 2011
Je tue de Giorgio Faletti
Le Grand Prix de Formule I qui venait d’avoir lieu, était le signal de l’été monégasque. A partir de maintenant, les jours, les soirées et les nuits de la Côte allaient être un va-et-vient d’acteurs et de spectateurs. D’un côté des limousines avec chauffeur transportant des gens à l’expression suffisante et ennuyée. De l’autre, des petites cylindrées remplies de gens en sueur et pleins d’admiration. Comme ceux-ci plantés devant les vitrines éclairées que reflétaient leurs yeux. Certains se demandaient sûrement où trouver le temps d’acheter telle veste ou tel bijou ; d’autres, où trouver l’argent. Ils étaient le jour et la nuit, deux catégories extrêmes, entre lesquelles existait une variété impressionnante de nuances de gris. Beaucoup vivaient dans le seul but de jeter de la poudre aux yeux, beaucoup d’autres avec celui de s’en protéger.

Jean-Loup songea que les priorités de chacun étaient, somme toute, assez lisibles. Il était peu d’endroits au monde où leur liste fût aussi facile à établir. En première place, la chasse au pognon : certains en avaient, d’autres le convoitaient. C’était simple. Un lieu commun l’est d’autant plus qu’il contient une grosse quantité de réalité. L’argent ne fait peut-être pas le bonheur, mais en l’attendant, c’est une agréable manière de tuer le temps : telle était sans doute la conviction de tous ces gens.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
verobleue   04 janvier 2012
Je tue de Giorgio Faletti
Pareilles choses existaient dans la réalité ? Non, c’était impensable. Cela ressemblait plus à une idée de scénariste à succès, bien installé sur la terrasse d’une villa de Malibu pour travailler en sirotant un cocktail. De telles affaires revenaient de droit à des enquêteurs californiens avec le visage de Bruce Willis ou de John Travolta, des flics au physique athlétique et à la gâchette facile, non à un commissaire monégasque désormais plus proche de la retraite que de la gloire.



Commenter  J’apprécie          50
raynald66   07 novembre 2017
Je tue de Giorgio Faletti
Le commissaire s'obligea à regarder les visages des

deux morts. Mais ils n'en avaient plus.

L'assassin avait enlevé la totalité de la peau

qui recouvrait leurs têtes, cuir chevelu compris,

comme on écorche un animal à fourrure
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Adaptations avec Ricardo Darín

De quelle nationalité est l'acteur Ricardo Darín ?

cubaine
italienne
hispano-argentine

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thèmes : adapté au cinéma , adaptation , cinema , littérature , littérature argentine , argentine , romans policiers et polars , amérique du sudCréer un quiz sur cet auteur

.. ..