AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.92 /5 (sur 202 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Montréal , le 23/10/1963
Biographie :

Gordon Korman est né à Montréal et a grandi dans la région de Toronto. Comme il est enfant unique, il lui a fallu trouver un moyen de s'amuser seul; il s'est donc mis à l'écriture.

En septième année, le professeur a demandé aux élèves de sa classe de rédiger, en quatre mois, une histoire de leur choix. Gordon a alors écrit son premier livre à être publié : This can't be happening at Macdonald Hall (Deux farceurs au collège).

En temps que responsable d'un club du livre Scholastic, il connaissait déjà la compagnie et y a envoyé son manuscrit. Quelques jours après son 14e anniversaire, il signait son premier contrat chez Scholastic.

Adolescent, il a écrit cinq autres livres et une multitude d'articles, qu'ont publié divers journaux canadiens. Il s'est ensuite consacré à l'étude du cinéma et de l'écriture dramatique.

Il est surtout reconnu pour ses livres drôles, mais réalistes, destinés aux enfants et aux jeunes adultes. Il s'est également adonné à la poésie en collaborant avec sa mère, à l'écriture de deux livres, dont l'auteur fictif se nomme Jeremy Bloom.

Désormais établi à New York, Gordon Korman est l’auteur d’une cinquantaine de livres.
+ Voir plus
Source : www.scholastic.ca
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Vidéo de Gordon Korman

Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
cicou45   15 novembre 2012
Titanic, tome 1 : Insubmersible de Gordon Korman
"_Madame ! intervint une voix scandalisée. Jamais je n'aurais imaginé dire ça à une femme, mais croyez-moi : vous n'êtes pas une femme !

_Exact ! tempêta la mère de Sophie. Je suis avant tout un être humain, comme vous !"
Commenter  J’apprécie          130
cicou45   14 novembre 2012
Titanic, tome 1 : Insubmersible de Gordon Korman
Il y avait aussi une piscine chauffée, un court de tennis. Sans oublier le bain turc, où on allait transpirer pour le plaisir. "Transpirer pour le plaisir...songea Paddy. Faut être fou ! Les gens riches sont bizarres, vraiment..."
Commenter  J’apprécie          120
cicou45   17 novembre 2012
Titanic, tome 3 : S.O.S de Gordon Korman
"Certaines choses n'ont pas de prix. Et méritent qu'on les inscrive sur le registre du plus grand cargo du monde - le cargo de la vie."
Commenter  J’apprécie          120
cicou45   16 novembre 2012
Titanic, tome 2 : Collision de Gordon Korman
"Il garda cette pensée pour lui. Tout marin digne de ce nom sait qu'on ne revient pas sur le passé. Seul compte le présent."
Commenter  J’apprécie          120
missmolko1   23 août 2017
Mon père est un parrain, Tome 2 : Embrouille à Hollywood de Gordon Korman
Dans un société juste et équitable, C. Roth Shapiro serait pelé vif à l'économe à pomme de terre et plongé dans une cuve d'acide sulfurique.

Je reconnais, c'est une excessif. Mais comment se fait-il qu'il puisse passer du temps avec Kendra et pas moi ?

Les semaines défilent et je n'ai toujours pas pu rester plus de cinq minutes en tête à tête avec ma copine.
Commenter  J’apprécie          100
Cielvariable   11 avril 2015
Les hypnotiseurs de Gordon Korman
L' Avenue a quelque chose de diabolique.

Immobilisé le long du trottoir, il semble railler Jax Opus, qui

se fraie un chemin à travers les passants en criant :

-Hé! Hé! Attendez!

Il n’est qu’à deux mètres quand la porte se referme. Les

freins à air comprimé sifflent et le long véhicule à accordéon

s’engage dans la circulation.

Jax s’arrête, complètement abattu. Une seconde plus tard,

il est percuté par Tommy Cicerelli, à qui il reste juste assez de

souffle pour lancer quelques invectives en direction de la

publicité antiacné à l’arrière de l’autobus qui s’éloigne.

-On va être en retard, prédit Jax. L’entraîneur va nous

tuer!

-On ne peut pas être en retard pour la partie de

championnat! fulmine Tommy. Il y aura peut-être un autre

autobus bientôt.



En effet, un autre M33 apparaît en haut de la côte. Les

garçons se précipitent vers l’arrêt, mais le conducteur passe

tout droit, sans même leur jeter un coup d’œil. Ils sont

désespérés.

Tommy balance son sac de sport contre le poteau.

-Hé, et nous, alors?

-Aucun autre autobus ne va arriver maintenant, gémit

Jax. Pas après ces deux-là!



Pourtant, une ou deux minutes plus tard, un autobus

apparaît, le numéro M33 clairement indiqué sur le pare-brise.

Même de loin, Jax et Tommy peuvent voir qu’il est rempli à

craquer. Le chauffeur fixe l’horizon, sans même regarder

l’arrêt où attendent les deux garçons.



Il ne s’arrêtera pas! lance Tommy.

Désespéré, Jax descend du trottoir en agitant les bras

pour attirer l’attention du chauffeur. Debout au milieu de la

rue, il imagine brièvement de quoi il a l’air aux yeux de

quelqu’un à bord de l’autobus; un garçon de douze ans planté

devant une énorme machine rugissante. L’image est plus

nette qu’une simple rêverie. Durant un instant, il se

voit réellement à travers la vitre du pare-brise, grossissant à mesure

que l’autobus fonce vers lui.

Il tient bon et refuse de bouger. Pas pour une partie

ordinaire, pas même pour les finales. Pour le championnat.

Dans un crissement de métal, l’énorme véhicule

s’immobilise en tanguant. Jax et Tommy saisissent leurs sacs

et se faufilent à l’intérieur.

-Opus, tu es l’ homme de la situation!s’exclame Tommy d’un ton admiratif.

-Ouais, mais si on n’arrive pas avant 19 h 30, je suis un homme mort!

En se penchant pour glisser sa carte d’autobus, Jax aperçoit le visage du conducteur. L’homme le dévisage avec une expression impassible.

-Tu lui as fait peur, chuchote Tommy. Même à New York, ce n’est pas tous les jours qu’un idiot se place devant un autobus en marche.Jax rougit.



-Désolé, monsieur. C’est juste qu’on est en retard. Il faut que vous nous emmeniez à la 96e Rue le plus vite possible.

La porte se referme en chuintant, et l’autobus roule vers le

nord en accélérant peu à peu. Il passe au feu jaune à la 14e Rue et continue de remonter l’avenue. La sonnette d’arrêt tinte à plusieurs reprises, mais le conducteur continue de rouler.

-Hé! lance une voix. Vous avez manqué mon arrêt!

Le chauffeur ne répond pas; il est penché sur son grand

volant. L’autobus se faufile parmi la circulation de l’heure de

pointe, accélérant jusqu’à atteindre et même dépasser la limite

de vitesse. Les klaxons retentissent et les pneus crissent lorsque

des conducteurs effrayés s’écartent pour lui céder le passage.

Des piétons doivent courir pour éviter le mastodonte.

Jax regarde le chauffeur, interloqué. -

A-t-il perdu la tête?

C’est un autobus articulé, pas une voiture de course! Les rues de

la ville sont bondées, il y a des feux de circulation à chaque intersection, mais ce type met les gaz!

-Hé, c’est le meilleur autobus de New York! s’exclame

Tommy. On va peut-être arriver à temps, finalement! Sans un mot, Jax regarde les rues défiler par la fenêtre. Les feux virent au rouge, mais le chauffeur poursuit sa route sans ralentir. Les voitures freinent en catastrophe dans les

rues transversales. Une collision survient quand un taxi tente de reculer pour éviter le M33 et percute la calandre d’un VUS.

La réaction des passagers passe de la surprise à la colère, puis à la panique totale.

-Êtes-vous fou, monsieur?

-Vous avez causé un accident, là-bas!

-Vous avez dépassé mon arrêt de deux kilomètres!

-Vous allez nous tuer!

-J’appelle la police!



À l’approche de la 59e Rue, une benne à ordures qui avance très lentement se met en plein sur le passage. Le chauffeur de l’autobus tourne le volant si brusquement que sa tête va frapper la fenêtre latérale. Les passagers sont éjectés de leur siège, et ceux qui sont debout oscillent dangereusement

en s’accrochant de toutes leurs forces. Des cris s’élèvent et des téléphones cellulaires tombent sur le sol. Jax s’accroche à la barre pour éviter d’être projeté dans les marches. Tommy est plaqué contre la porte. Tout l’intérieur de l’autobus vibre comme une corde de guitare. Le véhicule se glisse dans l’espace entre la benne à ordures et une rangée de taxis, passe en bringuebalant sur des plaques d’acier, puis poursuit sa course folle. Ils sont maintenant les rois incontestés de la route. Les piétons et les voitures s’écartent de leur chemin. Un seul regard dans le rétroviseur suffit à convaincre les automobilistes qu’il ne vaut mieux pas s’opposer à ce poids lourd qui dévale l’avenue, sa partie arrière articulée oscillant comme une queue de requin.

À l’intérieur du véhicule, c’est un véritable tumulte : cris de colère, hurlements d’effroi et même prières... Un homme s’est levé de son siège pour tenter d’arracher le volant au chauffeur. Ce dernier le repousse en tendant le bras.

Les yeux écarquillés de Jax croisent ceux de Tommy. En ce moment, le basketball est le dernier de leurs soucis. Qu’est-ce qui se passe? Devraient-ils être effrayés? Ce sont deux jeunes citadins, difficiles à impressionner. Mais ils ont entendu des histoires de gens qui perdaient la tête et faisaient

des gestes irrationnels. Serait-ce ce qui arrive au chauffeur? Est-ce simplement la malchance qui les a amenés à prendre cet autobus au moment même où cet homme a choisi de s’offrir un moment de gloire démentiel? Le crissement des freins est assourdissant. Des sacs à main et divers objets s’envolent. Les hommes d’affaires s’écroulent comme des dominos. Jax se fait plaquer contre la cloison et Tommy est projeté sur lui. Au dernier moment, Jax soulève son sac de sport pour éviter que leurs deux têtes entrent en collision, ce qui les aurait sûrement fait sombrer dans l’inconscience. En quelques secondes dévastatrices, l’autobus est passé d’une vitesse de missile à un arrêt abrupt

et complet. La porte s’ouvre en chuintant.

-96e Rue, annonce le chauffeur d’une voix aimable.

Des cris de douleur et des gémissements craintifs s’élèvent dans le véhicule. Écrasé sous Tommy, le cœur battant, tout ce que Jax parvient à dire est :

-Hein?

-96e Rue, répète l’homme. Bonne journée!

Jax et Tommy descendent. Ils ne sont pas les seuls. Les passagers, pantelants, soupirent de soulagement et se bousculent pour se retrouver en sécurité sur le trottoir. La plupart d’entre eux sont loin de leur destination, mais ça ne

les dérange plus. Ils ont vraiment cru mourir. Être encore en vie est la bonne nouvelle de la journée.Son autobus entièrement vide, le chauffeur repart avec un geste amical de la main, ce qui provoque un concert de cris

furieux chez ses ex-passagers.



Jax entend des sirènes au loin.

-Ça alors, c’était vraiment bizarre! dit-il en essayant de

reprendre son souffle.

Tommy regarde derrière lui, vers l’horloge au coin de la

rue.

-On peut encore arriver à temps! Courons!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
cicou45   15 novembre 2012
Titanic, tome 1 : Insubmersible de Gordon Korman
_"Son châle préféré"! répéta-t-il d'un air dégoûté. Pas possible ! Elle en a combien cette dame, des châles préférés ? Une bonne douzaine ? Tu sais, fiston, on a de la chance d'être là où on est. L'argent, ça ramollit la cervelle, tu trouves pas ?
Commenter  J’apprécie          50
cicou45   17 novembre 2012
Titanic, tome 3 : S.O.S de Gordon Korman
"_C'est moi le plus âgé à bord de cette embarcation ! déclara Lightoller sur un ton n'admettant pas de réplique. Ecoutez-moi bien! Pas un d'entre vous ne mourra sans ma permission, entendu ?"
Commenter  J’apprécie          40
Cielvariable   23 février 2019
Les 39 clés, Tome 2 : Fausse note à Venise de Gordon Korman
Il chercha le regard de sa sœur et n’y lut que le reflet de sa propre terreur. Elle était pétrifiée de peur. C’était facile de se moquer des Holt, avec leur physique d’armoire à glace, leur langage d’entraîneur sportif et leurs survêtements assortis. Mais là, la réalité s’imposait brutalement : ils avaient affaire à des ennemis redoutables qui ne reculeraient devant rien pour atteindre leur but. Amy réagit enfin :



– Arrêtez ! On va vous donner ce que vous voulez !



– Je savais qu’ils craqueraient, ricana Madison.



– Voyons, ma puce, la rabroua sa mère. Amy a fait le bon choix. Tous les Cahill n’auraient pas cette sagesse.



Amy se précipita auprès de Dan qu’Eisenhower avait laissé choir sur un sac de courrier. Avec soulagement, elle vit le visage de son frère reprendre des couleurs.



– Il ne fallait pas céder, Amy ! lui reprocha-t-il, consterné.



– Grace n’aurait pas voulu qu’on se fasse tuer, lui chuchota-t-elle. On trouvera un autre moyen.



Les Holt les escortèrent jusqu’à leur wagon. – Et pas d’entourloupe, gronda Eisenhower lorsqu’ils croisèrent un employé de la compagnie de chemins de fer. Bon gré mal gré, les enfants Cahill regagnèrent leurs places. Hamilton les voyant arriver. Vous allez bien ?



– Très bien, répondit Amy d’un ton abattu.



Puis elle ajouta à l’adresse d’Eisenhower :



– Dans le compartiment à bagages.



Les Holt se bousculèrent pour l’ouvrir, libérant Saladin. Avec un miaulement indigné, le chat sauta à terre dans une pluie de confettis : tout ce qui restait de la partition de Mozart.



– Notre indice ! gémit Nellie.



– Votre indice ? rugit Eisenhower.



Il souleva le chat par les pattes arrière et le secoua comme un prunier. Dans un hoquet, Saladin recracha une boule de papier mâché et de poils inexploitable. Eisenhower Holt laissa exploser sa fureur et provoqua la fuite de plusieurs voyageurs. Alerté par le vacarme, un contrôleur accourut en se frayant un chemin entre les passagers apeurés.



– Qu’est-ce qui se passe ? demanda-t-il à Eisenhower dans un anglais approximatif. Votre billet de train, s’il vous plaît.



– Vous appelez ça un train ? répliqua le géant furieux. Je ne laisserais pas mon cochon d’Inde voyager dans cette boîte d’allumettes à roulettes !



– Montrez-moi votre passeport, monsieur ! répliqua le contrôleur, écarlate. Au prochain arrêt, j’appelle le chef de gare !



– On ne va pas attendre jusque-là, riposta Eisenhower en collant le chat dans les bras d’Amy. Les Holt… dispersion !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cicou45   16 novembre 2012
Titanic, tome 2 : Collision de Gordon Korman
"A quoi bon suivre aveuglément le code de conduite vieux de plusieurs siècles ? Autant ouvrir son coeur et accepter les gens - quel que soit leur statut. Et prendre la gentillesse là où elle se trouvait."
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

En boucle ... avec la Castafiore

La Castafiore est le rossignol milanais qui enchante les albums de

Lucky Luke
Tintin
Asterix
Gaston

17 questions
44 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature jeunesse , littérature française , bande dessinée , écrivain , opéraCréer un quiz sur cet auteur

.. ..