AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.15 /5 (sur 26 notes)

Nationalité : Bulgarie
Né(e) à : Jambol , le 07/01/1968
Biographie :

Poète et romancier bulgare, Guéorgui Gospodinov (Георги Господинов) a fait des études de lettres à l'Université de Sofia.

Il devient rédacteur en chef du journal "Literatouren vestnik", l'hebdomadaire littéraire qui a su s'imposer à Sofia par sa liberté et ses impertinences, et conseiller éditorial pour la poésie dans la maison qui le publie (Janet 45).

Poète lui-même, il a écrit deux recueils de poésies: "Lapidarium" (1992) et "Le cerisier de la nation" (1996).

Guéorgui Gospodinov n'est passé à la fiction qu'en 1999 avec "Un roman naturel", aussitôt couronné par un prix important, salué par toute la presse bulgare pour sa radicale nouveauté. Ce livre s'est vendu à plus de 40 000 exemplaires en Bulgarie et est paru dans vingt-trois langues.

En 2000, il publie "L’alphabet des femmes" (И други истории), un recueil de nouvelles dont l'une est ensuite parue dans l'anthologie américaine "Best European Fiction 2010". Il est également auteur de deux pièces de théâtre.

Il a enseigné la création littéraire à la Nouvelle université bulgare (1998-2000) et à l'Institut de littérature de Sofia (BAN).

En 2016, le jury du Prix Jan Michalski de littérature (Suisse) a récompensé Guéorgui Gospodinov pour "Physique de la mélancolie" (Janet 45, 2011), son second roman.

"Vaysha, l'aveugle" (2016), un film d'animation canadien de court métrage, est réalisé par Theodore Ushev d'après l'œuvre de Géorgui Gospodinov. Il remporte le prix spécial du jury et le prix du jury junior pour court métrage à l'édition 2016 du festival international du film d'animation d'Annecy. Il est nommé pour l'Oscar du meilleur court métrage d'animation à la 89e cérémonie des Oscars (2017).

Lauréat de la bourse de la bibliothèque publique de la ville de New York (NYPL), il a été écrivain en résidence pendant dix mois, en 2017-2018.
+ Voir plus
Source : bibliomonde
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Blind Vaysha - Trailer Original


Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
Walex   21 février 2021
Tous nos corps : Histoires ultra-courtes de Guéorgui Gospodinov
L’être humain n’est pas fait pour manger seul.
Commenter  J’apprécie          20
Walex   20 février 2021
Tous nos corps : Histoires ultra-courtes de Guéorgui Gospodinov
La haine nous attendra toujours à proximité. Là où l'on est né.

La terre natale est là où sont nos ennemis.
Commenter  J’apprécie          20
Nuageuse   03 août 2015
Physique de la mélancolie de Guéorgui Gospodinov
Tu expires le mot, il est si léger, tu gonfles ses voiles et l'envoies vers le port de l'autre.
Commenter  J’apprécie          120
steka   28 mai 2015
Physique de la mélancolie de Guéorgui Gospodinov
C'est ça que j'ai envie de décrire, cette sensation de mélancolie, d'épuisement du sens, qui, d'un coté, peut-être une sensation pénible, mais qui, de l'autre, peut-être aussi un sentiment lumineux. L'homme triste, c'est l'homme pensant, l'homme triste, c'est l'homme contemplant. Je pense que, lorsque l'on raconte une mélancolie, elle devient plus lumineuse. C'est la mélancolie non racontée qui est une mélancolie pesante.
Commenter  J’apprécie          70
Walex   15 février 2021
Tous nos corps : Histoires ultra-courtes de Guéorgui Gospodinov
Dans le sommeil et dans la mort, chacun entre seul, mais jusqu’à la porte, il est bon d’être avec quelqu’un.
Commenter  J’apprécie          20
Luniver   26 mai 2017
Un roman naturel de Guéorgui Gospodinov
[Mon père] lisait régulièrement un vieux manuel pour fleuriste amateur, que j'utilise moi aussi. De ces livres qui vous disent que le lotus est la fleur préférée des Égyptiens et que la patrie de la tulipe est l'Asie. En fait, c'était justement ce genre de faits qui l'intéressaient : « Le poireau fait partie de l'emblème du pays de Galles », lisait mon père, et c'était comme si le pays de Galles lui-même fleurissait dans son jardin. Et lorsqu'il mettait du poireau sur la table, c'était un symbole, un signe héraldique. Dans les écailles amères et chevelues se cachaient des histoires, c'était l'Histoire elle-même qui y dormait. Rien n'était uniquement ce qu'il paraissait être. C'est ainsi qu'il maintenait l'équilibre du monde par sa relation au poireau. Il savait que quiconque ne se comporte pas avec respect à table à l'égard du poireau attente à l'honneur du pays de Galles. Et voilà un prétexte pour que le pays de Galles proteste, de manière tout à fait justifiée d'ailleurs, et qu'on en arrive à un conflit. Aussi mon père bénissait-il toujours le pays de Galles lorsqu'à sa table apparaissaient des tiges de poireaux. Avec tact et diplomatie, il demandait des excuses de la part de tous ceux qui, par incompétence et ignorance, ne savaient pas ce qu'ils mâchaient réellement. C'était sa mission. Et tant qu'il était vivant, il parvenait à maintenir de cette manière l'équilibre fragile du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Luniver   24 mai 2017
Un roman naturel de Guéorgui Gospodinov
Si tu peux supporter l'odeur de ta petite amie en train de chier devant toi sans que ça te dégoûte, si tu l'acceptes comme ta propre odeur, parce qu'on n'est pas dégoûté par son odeur, ça veut dire : tu restes avec cette femme. Vous comprenez ? On peut appeler ça le grand amour, son unique moitié, la Femme avec un grand F, avec laquelle on pourra tenir au moins plusieurs années, etc. C'est ça. Ces choses-là, ça ne se produit pas si fréquemment. Seulement une fois. Et c'est ça le test.
Commenter  J’apprécie          50
Claire45   25 juillet 2014
L'alphabet des femmes de Guéorgui Gospodinov
Le monde s'avéra bien plus ennuyeux qu'il ne promettait de l'être. Il fallut se rendre à l'évidence : les musiciens de Brême ne tapaient pas la brème mais venaient d'une ville portant ce nom. Quant au lac Titicaca, il n'avait rien à voir avec notre gros mot préféré. Et les Indiens ne vivaient pas en Inde, et Goïko Mititch ( acteur bulgare qui jouait le rôle d'Indien dans les films de l'époque communiste) n'était pas un Peau-Rouge, etc., autant de déplorables faits. Et pour finir, il y avait toujours quelqu'un pour venir reconnaître le cadavre de ce qui nous entourait. "Premiers pas" P.63
Commenter  J’apprécie          40
Claire45   25 juillet 2014
L'alphabet des femmes de Guéorgui Gospodinov
Le premier livre avec lequel j'ai appris à lire était les " Mémoires sur les insurrections bulgares".[...]

Elles sont trop courtes ces premières années d'enfance de lecture heureuse, quand nous sommes encore des lecteurs du jardin de l'Eden. p.58/59
Commenter  J’apprécie          40
alouett   04 janvier 2015
L'alphabet des femmes de Guéorgui Gospodinov
Il se sentit terriblement vieilli et bougeait ses jambes avec peine. Il ferma les yeux à dessein en passant devant les vitres de la salle d’embarquement pour ne pas voir subitement dans leur reflet ses cheveux devenus blancs ainsi que ses épaules rentrées, des épaules de vieillard. A chaque pas il comprenait plus clairement qu’il lui était impossible de rentrer chez lui, auprès de sa femme à la jeunesse inaccessible. Et qu’il ne pourrait jamais lui raconter ce qu’il avait fait durant ces cinquante années d’absence.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LNHI-52541

Le président de la Confédération suisse est membre ..#.. .

du Conseil Fédéral
du Conseil National
du Conseil des Etats
du Club des Cinq

12 questions
9 lecteurs ont répondu
Thèmes : Politique et gouvernement , suisse , présidentsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..