AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.52 /5 (sur 41 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Professeur de lettres, Guilhem Lesaffre pratique l'ornithologie de terrain depuis plus de trente ans avec le souci pédagogique constant de faire connaître les oiseaux pour favoriser leur protection.

Engagé dans la vie associative depuis 1975, il milite activement pour la protection des oiseaux et des milieux qui les accueillent.

Il est vice-président du CORIF (Centre ornithologique d'Île-de-France), siège au CDCFS (Conseil départemental de la chasse et de la faune sauvage Paris et Petite Couronne) et est membre du comité de rédaction de la revue ornithologique spécialisée Ornithos, éditée par la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux).

Auteur ou traducteur-adaptateur de nombreux ouvrages naturalistes ou ornithologiques (guides, essais, ouvrages de vulgarisation scientifique, etc., traduits en plusieurs langues), dont certains sont considérés comme des références en la matière, il a reçu plusieurs prix, dont le Grand Prix du Jury décerné lors du Festival du livre de nature 22.

Guilhem Lesaffre a déjà publié plusieurs titres chez Milan (Drôles de bêtes, Le Grand Catalogue des rapaces du monde, Les Animaux de la ferme, Les Singes).
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
les oiseaux peuvent-ils voler sur le dos ?
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-B   06 juin 2014
Les oiseaux en 450 questions/réponses de Guilhem Lesaffre
218. COMMENT FONT LES LIMICOLES POUR SE NOURRIR LE BEC DANS LA VASE ?

Il est légitime de se demander comment une barge, un courlis ou une bécassine, limicoles dotés de très longs becs, parviennent à trouver leur nourriture profondément enfoncée dans la vase et à s'en emparer, alors qu'ils ne la voient pas et que leurs mandibules, étroitement engainées dans la matière molle, ne sauraient s'ouvrir et se refermer commodément. Deux secrets combinés expliquent cette prouesse. Le premier concerne le bec. Loin d'être uniquement un appendice corné mort, c'est au contraire un instrument vivant, terminé par une profusion de terminaisons nerveuses ultrasensibles qui permettent une détection tactile des proies. L'autre secret tient à la conformation particulière du bec, et plus précisément de la mandibule supérieure. Celle-ci est en effet dotée d'une lame osseuse interne dont l'extrémité antérieure est soudée à mi-hauteur de la mandibule, tandis que ses extrémités postérieures peuvent s'abaisser sous l'action de muscles maxillaires. Lorsque cette " tirette " est actionnée, la moitié antérieure de la mandibule n'a d'autre possibilité que de pivoter en provoquant l'ouverture partielle du bec dans sa partie antérieure : la proie, de faible diamètre — un ver —, est saisie lorsque cette partie reprend sa place. Cela fait en somme un peu penser au travail d'une pince à cornichons...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
Nastasia-B   05 juin 2014
Les oiseaux en 450 questions/réponses de Guilhem Lesaffre
139. LES OISEAUX TRANSPIRENT-ILS ?

Non, les oiseaux ne transpirent pas. Ce serait en effet bien incompatible avec la bonne tenue du plumage. D'ailleurs, la peau des oiseaux ne comporte aucune glande, à l'exception de celle située au bas du dos, à la racine de la queue : la glande uropygienne.
Commenter  J’apprécie          250
alberthenri   02 juillet 2016
Les oiseaux du jardin et du balcon de Guilhem Lesaffre
La découverte des oiseaux à travers le monde est une source de grandes satisfactions. J'ai eu la chance de m'émerveiller devant des frégates et des perroquets aux Antilles, de m'extasier en voyant des touracos et des calaos en Afrique, d'être séduit par des colibris ou des pygargues en Amérique. Malgré cela, l'observation des oiseaux de mon jardin breton reste l'un de mes grands plaisirs ornithologiques.

En dépit des années, je ne me lasse pas de voir vivre rougegorges, accenteurs ou merles pourtant si communs.



Avant-propos (extrait)
Commenter  J’apprécie          100
nathalia1307   01 novembre 2014
Histoires remarquables : Les oiseaux de Guilhem Lesaffre
Les corvidés n'ont pas de chance. Et ce cher Alfred n'a rien fait pour l'amélioration de leur image en les montrant sous u, jour agressif dans son film Les Oiseaux (1963). Voilà maintenant un demi siècle qu'après avoir vu ce long métrage éminemment angoissant, les spectateurs en conçoivent pour les corbeaux une aversion encore plus vive. Pourtant quels oiseaux passionnants
Commenter  J’apprécie          60
nathalia1307   01 novembre 2014
Histoires remarquables : Les oiseaux de Guilhem Lesaffre
Un oiseau, ça vole! C'est en tout cas l'image que l'on a spontanément des représentants de cette classe d'oiseaux. Pourtant les quelques dix mille espèces actuelles, une cinquantaine actuelles, une cinquantaine ne volent pas, à l'instar de l'autruche ou du manchot. Quel que soit leur degré de notoriété, on devrait préciser non qu'ils ne volent pas mais qu'ils ne volent plus.leurs ancêtres volaient à l'origine, mais leurs descendants ont perdu cette faculté au gré d'une lente évolution. Le nombre total d'oiseaux incapables de voler est notablement plus important que la cinquantaine actuelle. Certaines de ses espèces ont progressivement disparu pour des raisons naturelles liées à la compétition interspecifiques ou à la modification des milieux.
Commenter  J’apprécie          30
Mimimelie   19 août 2013
1001 secrets de nature de Guilhem Lesaffre
D'avril-mai à septembre-octobre, l'hirondelle de fenêtre fréquente les villes où elle niche. Le reste de l'année, elle vit en Afrique, au sud du Sahara !

...

Elle pousse sans arrêt ses cris de contact roulés et secs, "drrrr... drr-drr..."
Commenter  J’apprécie          40
ValdeMontparnasse   11 mai 2019
Guide des oiseaux de Paris de Guilhem Lesaffre
Pigeon colombin

Columba oenas

32 cm



Comment le reconnaître ? Le colombin passe souvent inaperçu parmi les pigeons bisets semi-domestiques et ne s'approche pas de l'homme comme eux. Il s'en distingue par une corpulence inférieure, un plumage uniformément gris bleuté et un iris noir et non rouge.

Ce dernier caractère lui confère une physionomie bien particulière. Pour l'essentiel, le comportement du colombin ne diffère pas de celui du pigeon des villes, si ce n'est qu'en milieu urbain, il vient peu volontiers à terre.
Commenter  J’apprécie          30
Mimimelie   19 août 2013
1001 secrets de nature de Guilhem Lesaffre
Tout dans le muguet est fortement toxique, y compris l'eau dans laquelle séjourne un bouquet...
Commenter  J’apprécie          40
Mimimelie   19 août 2013
1001 secrets de nature de Guilhem Lesaffre
Prenez-en de la graine

...

Pour mettre toutes les chances de votre côté, prenez soin de conserver vos graines dans des petites boîtes hermétiques, au réfrigérateur. Cet hivernage artificiel favorise la germination
Commenter  J’apprécie          30
Nico8   02 juin 2016
Traité Rustica des OISEAUX du jardin de Guilhem Lesaffre
Les enfants, surtout les petits citadins, doivent souvent au canard colvert l'un de leurs premiers contacts avec les oiseaux. C'est à lui en effet qu'ils distribuent du pain au cours de la promenade du mercredi ou de la sortie dominicale. Ce canard fait d'ailleurs tant partie du paysage que l'on oublie de l'observer comme il le mérite, car il est vraiment un oiseau de toute beauté.
Commenter  J’apprécie          20
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Inventions et découvertes

Confronté à une situation l'empêchant de lire et d'écrire, ce très jeune homme a mis au point un astucieux système d'écriture qui se lit du bout des doigts et qui s'écrit avec une tablette et un poinçon.

l'écriture cyrillique
l'écriture morse
l'écriture braille
l'écriture musicale
l'écriture cunéiforme

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : Inventeurs , ScientifiquesCréer un quiz sur cet auteur