AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.34/5 (sur 1525 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Aix-en-Provence , 1980
Biographie :

Guillaume Chamanadjian est un auteur français.

"Le sang de la cité" (2021), publié aux Forges de Vulcain, est son premier roman.

Ce premier tome de la trilogie "Capitale du sud" fait partie du cycle de la "Tour de Garde", univers créé à quatre mains avec sa compagne Claire Duvivier, qui propose une trilogie en écho, "Capitale du nord".

Le roman a remporté le Prix de la 25ème heure du Mans 2021 et le Prix Libr’à Nous 2022 (catégorie imaginaire) ainsi que le Prix Imaginales du roman francophone 2022.

Source : https://www.imaginales.fr/invites/chamanadjian-guillaume/
Ajouter des informations
Bibliographie de Guillaume Chamanadjian   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Extrait du livre audio « Trois Lucioles » de Guillaume Chamanadjian lu par Maxime Baudouin. Parution numérique le 25 octobre 2023. https://www.audiolib.fr/livre/trois-lucioles-9791035412647/


Citations et extraits (89) Voir plus Ajouter une citation
Je lis silencieusement, hormis le bruissement des pages et le bruit de ma langue sur mon doigt.
Commenter  J’apprécie          4010
Une pièce d’argent pour un conte en or.
C’est de cette manière que les histrions et les poètes apostrophent les passants. Il est rare qu’ils obtiennent ainsi plus d’une pièce de cuivre, mais la formulette est pour ainsi dire traditionnelle. Elle existait avant que leur congrégation déambule dans les rues avec un bandeau sur les yeux, avant les maisons. Certains disent avant même la création de la Cité.

Une pièce d’argent pour un conte en or. Des dizaines de milliers de poèmes et chansons commencent ainsi. Des milliers d’entre eux parlent de la ville, quelques dizaines du duc Servaint. Et une petite poignée parmi ceux-là a cru bon de me mentionner.
(incipit)
Commenter  J’apprécie          360
Soudain, elle apparut. Laiteuse, aussi dense qu’un vêtement flottant au vent, la brume moutonnait presque à mes pieds. Je bondis, mû par l’énergie du désespoir. Ignorai la douleur sourde dans ma poitrine, et montai toujours. Heureusement, il ne me fallut que quelques enjambées pour arriver tout en haut de la tour. J’entrai comme une furie dans une chambre aux meubles détruits, la brume sur les talons. Je me jetai à terre, dans un recoin de la pièce, et, tandis que je sentais comme une caresse visqueuse sur le mollet, je repassai dans la Cité.
Commenter  J’apprécie          366
Il prit une de mes fioles et la remplit du contenu d’une barrique pourvue d’un robinet. Avant de la reboucher, je humai le contenu. Comme attendu, le vin était très boisé. Mais, derrière la fragrance qui dominait, je sentis des nuances plus complexes. Cerise noire, sous-bois et un soupçon de vanille. Il était également possible que le vin ait été rehaussé en sucrosité par l’ajout d’un peu de miel. Je bus une demi-gorgée et notai que la mère du garçon connaissait effectivement son métier. Trop de bois, certes, mais c’était ainsi que le duc Servaint aimait ses vins, par exemple. Ce serait amusant de le lui faire déguster puis de lui dire que le domaine qui l’avait produit était intra-muros, à la lisière même du secteur de la Caouane.
Commenter  J’apprécie          342
Je saisis mon repas et tendis vers elle la pâte à beignets croustillante nappée de lard. « Sais-tu pourquoi cela s’appelle une orechie ? » Elle secoua la tête. « Ça veut dire oreille, dans un patois de la ville. Autrefois les ducs se réunissaient en plein air, lors du carnaval ou du tournoi de la Canopée. On leur servait une abondante quantité de ces choses. Et c’était tellement bon qu’ils pouvaient demeurer sur place à manger et manger encore tout en devisant. C’était à ce moment-là que le petit peuple pouvait laisser traîner ses oreilles et savoir quels nouveaux impôts allaient leur tomber dessus dans l’année. D’où le nom.
Commenter  J’apprécie          202
Frivoles et naïfs, souvent oublient les enfants
Respect, obéissance sont dus aux parents.
Commenter  J’apprécie          160
Je me précipitait à la fenêtre. La nuit était tombée en ce lieu mais, comme la première fois, une lune immense permettait d’y voir comme au crépuscule. Les rues étaient vides. Je reconnus les toits des maisons qui déclinaient là où se trouvait l’escalier qui conduisait au Moineau. Un peu plus loin, la vue était bouchée. Les bâtiments étaient plus hauts que dans la Cité, leurs ombres couraient dans les venelles, qui me semblaient encore plus étroites.
Commenter  J’apprécie          101
La Cité susurre aux maudits. La Cité bourdonne et pépie. La musique fait vibrer les entrailles de la terre. Elle rend fous ceux qui l'entendent.
Commenter  J’apprécie          100
Le meurtre est le dernier de nos recours, lorsque l’éloquence et la corruption ne suffisent plus.
Commenter  J’apprécie          80
La sagesse populaire se chargeait de rappeler que la folie était une maladie atavique.
Commenter  J’apprécie          81

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Guillaume Chamanadjian (1153)Voir plus

Quiz Voir plus

Les patronymes et autres joyeusetés cachées dans le texte

On était assis autour d'un feu de bois de tilleul, en train de tailler une bavette avec Gastibelza l'homme à la carabine et sa mère la vieille Moghrabine d'Antequara. Cette dernière nous raconta l'histoire de l'orang outan échappé du zoo de Malaga en se reversant un verre de ce vin doux et liquoreux provenant des vignobles alentours de cette noble cité.

Campagne présidentielle de 2007
Campagne présidentielle de 1981
Campagne présidentielle de 2012
Campagne présidentielle de 2002

1 questions
81 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..