AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.62 /5 (sur 178 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : La Roche-sur-Yon , 1980
Biographie :

Guillaume Siaudeau est né en 1980 et vit à Nantes.

Il a publié quelques bouquins de poésie et contribué à quelques revues. Il est le créateur de la revue de poésie "Charogne". On peut retrouver ses écrits et publications sur son blog.

En 2014, "Tartes aux pommes et fin du monde" a été sélectionné pour le prix René-Fallet et présélectionné pour le prix du premier roman du festival de Chambéry.


Source : blog Guillaume Suaudeau
Ajouter des informations

Entretien avec Guillaume Siaudeau à propos de son roman La dictature des ronces


D’où est venue l’idée de ce titre pour le roman ? Les ronces présentes dans le jardin sont finalement assez peu évoquées, pourquoi leur avoir donné une place prépondérante dans le titre ?

Je trouve au contraire que les ronces sont très présentes, elles parsèment le livre, par petites touches, c`est en tous les cas ce qui m`est apparu très clairement lors de mes nombreuses relectures.La dictature des ronces était le titre d`un poème que j`ai écrit il y a quelques années. Il a resurgi et j`ai trouvé qu`il correspondait à merveille à ce roman alors j`ai choisi de le recycler. C`est finalement une belle carrière et une sacrée promotion je trouve, pour un titre de poème, que de devenir celui d`un roman.

 

Pourquoi avoir nommé l’île Sainte-Pélagie ? Est-ce en rapport avec l’étymologie grecque du prénom Pélagie (« le grand large ») ou y a-t-il d’autres symboliques cachées ?

C`est en effet en partie en rapport avec le prénom grec Pélagie, qui signifie « Pleine mer », mais aussi avec une ancienne prison parisienne nommée Sainte-Pélagie. L`île représente pour le narrateur un mix de ces deux idées, quelque chose d`étrange qui pourrait ressembler à une prison pour touriste...

 

Le narrateur ne semble pas très heureux au début du roman et croise essentiellement des personnages estropiés, handicapés ou mal dans leur peau, jusqu’au chien qui n’a que trois pattes. Avez-vous un goût particulier pour les personnages mal en point ?

J`ai moi-même quelques soucis de santé, alors peut-être que ça a tendance à déteindre sur ce que j`écris. Par ailleurs je crois n`avoir encore jamais rencontré quelqu`un qui soit totalement bien dans sa peau. Nous sommes tous un peu mal en point, non ? Tenez, par exemple vous seriez étonné de voir le nombre de gens amputés de leurs rêves qu`on peut apercevoir régulièrement à l`arrêt de bus devant chez moi.

 

Le motif du temps qui passe est très présent dans le livre et devient peu à peu une sorte d’obsession du personnage. Éprouvez-vous vous-même une telle sensation d’urgence lorsque vous écrivez ?

C`est sûr, le temps passe trop vite, alors autant que faire se peut, j`essaie d`écrire avec les deux pieds sur le frein.

 

L’histoire mélange des éléments réalistes et des personnages proches de l’absurde : de quel côté penchez-vous s’il s’agit de décrire votre univers ?

Je serais bien incapable de vous décrire mon univers. C`est à vous de me le dire. Disons que j`ai le droit à un joker et que je l`utilise ici...


Le livre ne comporte presque pas de personnages féminins. Pourtant, dès qu’il s’agit de caractériser une sensation par une métaphore, le narrateur recourt à une image féminine. Pourquoi avoir choisi d’associer la féminité uniquement au domaine du rêve et de l’absence ? 

Pourtant le personnage principal du roman est féminin et tout ce qu`il y a de plus réel. Le narrateur passe tout le livre à arpenter son corps et en tombe amoureux. Vous voyez ?


À Sainte-Pélagie, les livres sont tous des mélodrames qui font pleurer et coupent l’appétit. Pourtant, vous dites dans la postface que vous espérez avoir fait passer « un bon moment » au lecteur. Alors quel est selon vous le rôle premier d’un roman : faire pleurer, divertir, faire réfléchir… ?

Le rôle premier d`un roman est de faire le taxi. De prendre quelqu`un à tel endroit et à telle heure, et de le déposer à un autre endroit dans les temps.

 

Guillaume Siaudeau et ses lectures


Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire ?

Il n`y a pas un livre en particulier... C`est l`acte de lire qui m`a donné envie d`écrire.


Quel est l`auteur qui vous a donné envie d`arrêter d`écrire (par ses qualités exceptionnelles...) ?

J`admire de nombreux auteurs, mais ils me donnent plutôt envie d`écrire que d`arrêter de le faire. Je n`écris pas pour me comparer. Je m`en fous de savoir qui pisse le plus loin. J`écris par besoin.


Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

Sans doute les premiers livres de Stephen King que j`ai lu vers 10 ans. C`était comme faire le mur tout en restant dans mon lit. Même si je ne lis quasiment plus rien de cet auteur (son écriture ne m`accroche plus vraiment...), je lui dois une fière chandelle.


Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

Je relis rarement deux fois le même livre, il y a tellement de livres et trop que je n`aurai pas le temps de lire... En fait c`est con mais je crois bien que celui que j`ai relu le plus de fois c`est justementLa dictature des ronces, pour les corrections...


Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

Y a pas de honte à ne pas avoir lu un bouquin. Mais faudrait quand même vraiment que je lise un de ces quatre Ulysse de James Joyce. Il est sur mon étagère depuis plusieurs années, j`attends le bon moment pour lui mettre la main dessus.


Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?

Peut-être qu`ils la connaîtront déjà, mais c`est une nouvelle de Nathaniel Hawthorne qui a été rééditée aux éditions du Chemin de fer, qui s`appelle Wakefield. C`est grand.


Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ? 

Ce n`est pas que je trouve sa réputation surfaite, mais chaque fois que j`essaie de le lire, rendu vers le milieu il me tombe des mains. Une sorte de triangle des Bermudes, je me perds en route et j`abandonne. Ca me désole parce qu`il a tout pour me plaire, l`univers, les personnages, l`ambiance... Je ne sais pas combien de fois j`ai essayé de le terminer, mais rien à faire... Qui sait, peut-être qu`un jour j`y arriverai. Il s`agit deLa Montagne magique, de Thomas Mann.

 

Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

C`est pas vraiment une citation issue de la littérature, mais ça pourrait. C`est ce que disait un type du petit village d`où je viens, quand il était ivre et qu`il sortait en chancelant du bar en fin de soirée : « À moi les murs, la terre m`abandonne ».

 

Et en ce moment que lisez-vous ?

Un sms de ma copine qui me dit qu`elle ne rentrera pas manger ce midi. J`avais prévu de faire un peu de cuisine, mais pas grave, finalement je crois que je vais simplement me faire des pâtes... 



Découvrez La dictature des ronces de Guillaume Siaudeau chez Alma éditeur :




étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Guillaume Siaudeau
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (127) Voir plus Ajouter une citation
Kittiwake   10 octobre 2013
Tartes aux pommes et fin du monde de Guillaume Siaudeau
J'ai repris la même route, dans le même sens, vers l'inconnu. L'inconnu était une belle direction. Oui, en allant vers l'inconnu, on limitait les chances de se tromper de route.
Commenter  J’apprécie          230
Spilett   22 septembre 2016
La dictature des ronces de Guillaume Siaudeau
C'était plus qu'une amitié naissante à présent. C'était une amie ravissante dont on ne sait plus bien si on doit l'embrasser sur la joue ou sur la bouche.
Commenter  J’apprécie          150
blandine5674   11 décembre 2016
Pas trop saignant de Guillaume Siaudeau
Que le sourire se perd, qu’il faut un entraînement régulier. Qu’il arrive à certaines personnes d’oublier complètement que leur bouche est aussi faite pour autre chose que mordre et cracher.
Commenter  J’apprécie          130
Maks   19 avril 2016
Tartes aux pommes et fin du monde de Guillaume Siaudeau
Je me suis mis à penser beaucoup. Je me demandais où était Alice en ce moment. Si elle pleurait encore de ne m’avoir pas aimé assez longtemps. Si ma propriétaire était en train de réaliser une tarte ou de faire le compte de ses loyers encaissés. Si papa pensait à moi de son côté en sirotant un verre de vin. Si maman venait de poser une question au type qui ne parle jamais, et si sans surprise il n’avait pas répondu. Si ma sœur était à boire un verre avec une collègue de boulot, et si un type la reluquait depuis une table au fond du bar. Si Arny me voyait de là-haut, et s’il avait jeté un œil à mon magnifique flingue de compagnie. Si demain ressemblerait à aujourd’hui, puisqu’aujourd’hui avait tout pompé sur hier.
Commenter  J’apprécie          110
Lea25   20 octobre 2012
Les chaussettes de l'âme de Guillaume Siaudeau
"Les jours se jettent

Des falaises du temps

Bolides lancés

A vive allure

Sur le chemin des siècles

Pleins à craquer

Des passagers d'hier

Et des fantômes de demain. "
Commenter  J’apprécie          120
blandine5674   28 avril 2017
Tartes aux pommes et fin du monde de Guillaume Siaudeau
Tous ceux qui envoient des cartes postales donnent toujours l’impression que le soleil est parti en vacances avec eux.
Commenter  J’apprécie          110
coco4649   08 février 2019
Inauguration de l'ennui de Guillaume Siaudeau
Immergée



Elle n’est jamais

vraiment heureuse

Comme si elle nageait

dans le bonheur

tout habillée
Commenter  J’apprécie          90
Kickou   14 avril 2019
Inauguration de l'ennui de Guillaume Siaudeau
En lieu sûr



Nous vivons planqués

quelque part

à égale distance

de nos rêves et

de nos démons
Commenter  J’apprécie          90
Corboland78   16 septembre 2013
Tartes aux pommes et fin du monde de Guillaume Siaudeau
J’ai dit à Carole qu’il n’y avait pas de place pour elle à l’intérieur de moi, parce qu’une autre fille s’était installée et avait semé des tas de trucs dans ma tête, si bien qu’on ne pouvait pas y mettre un pied sans marcher où il ne fallait pas. Carole n’a rien compris à mon explication. Elle était persuadée qu’elle pouvait faire le ménage là-dedans. Carole avait l’âme d’une débroussailleuse de jardin secret envahi par les ronces. Je n’ai jamais revu Carole. Je n’étais pas fier en descendant les escaliers qui menaient à la rue. En sortant il m’a semblé voir l’ombre de Carole à la fenêtre, un sécateur dans une main et son cœur dans l’autre.
Commenter  J’apprécie          70
GabySensei   17 mars 2018
Inauguration de l'ennui de Guillaume Siaudeau
Peine perdue



Il fait bon

dans la voiture

le paysage défile

la route est belle

Un nombre incalculable

de moucherons

se tuent à essayer

de nous arrêter

En vain
Commenter  J’apprécie          80
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Poèmes mieux connus du siècle passé 2

En ce temps-là j'étais en mon adolescence / J'avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus / de mon enfance / J'étais à 16.000 lieues du lieu de ma naissance / J'étais à Moscou dans la ville des mille et trois clochers / et des sept gares / Et je n'avais pas assez des sept gares et des mille et trois tours / Car mon adolescence était si ardente et si folle / Que mon cœur tour à tour brûlait comme le temple / d’Éphèse ou comme la Place Rouge de Moscou / Quand le soleil se couche. / .................................... - Dis, Blaise, sommes-nous bien loin de Montmartre ?

Paul Valéry
Paul Fort
Blaise Cendrars
Charles Péguy
Pierre Mac Orlan
Jean Tardieu
Matéi Visniec

7 questions
6 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie française , poésie en prose , poésie contemporaine , poésie française contemporaine , poésie roumaineCréer un quiz sur cet auteur