AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.87 /5 (sur 168 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Pau , le 07/06/1968
Biographie :

Né à Pau en 1968, Guillaume de Fonclare a passé son enfance à Combovin, petit village de la Drôme, et, à partir de 1973, à Lambesc, près d’Aix-en-Provence.

Depuis 2004, il souffre d'une maladie génétique - un syndrome d'Ehlers-Danlos de type classique - qui l'a rendu peu à peu invalide.

En 2006, il devient directeur de l’Historial de la Grande Guerre, à Péronne, dans la Somme, expérience marquante qu'il raconte dans un récit biographique, "Dans ma peau". Pour raisons de santé, il quitte l'Historial fin 2010, et il se consacre dès lors entièrement à l'écriture. Il reçoit, cette année là, le prix Essai France Télévisions, le prix Jacques de Fouchier remis par l'Académie française, et le prix Paroles de patients.

En 2013, il publie un second récit, "Dans tes pas", consacré à son meilleur ami, suicidé sur son lieu de travail, et en 2014, un récit biographique, "Joë", sur le poète Joë Bousquet, qui reçoit en 2016 le prix écritures et spiritualités.

En 2017, il publie son premier roman, "Garbo", tiré de la vie de l'espion Joan Pujol Garcia.
+ Voir plus
Source : Stock
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
? Sortez vos agendas ! Voici le programme de votre librairie pour le mois de Mars, parlez-en autour de vous ! Samedi 2 mars - Atelier Maquillage - Mardi Gras (Jeunesse) Jeudi 7 mars - Rencontre avec Guillaume de Fonclare Samedi 9 mars atelier - Rencontre avec Gilles Paris (Jeunesse) Samedi 9 mars - Dédicace BD de Régis Goddyn (BD) Jeudi 14 mars - Rencontre avec Coralie Caulier Samedi 16 mars - Salon Les Equiétudes à Chantilly 16 & 17 Mars - Salon A toi de Jouer Amiens (Jeux) Du 8 au 25 Mars - le Printemps des Poètes Samedi 30 mars - Lecture Kamishibai avec Yvette Caufriez (Jeunesse)

Citations et extraits (71) Voir plus Ajouter une citation
Pecosa   02 novembre 2017
Garbo de Guillaume de Fonclare
A ma naissance en 1912, l'Espagne vivait encore dans le tragique souvenir de la catastrophe de 1898 lorsqu'elle fut balayée par les Etats-Unis du rang de puissance pour devenir officiellement ce qu'elle était déjà en réalité depuis des décennies, un petit pays se haussant du col parce qu'il avait régné sur la moitié du monde durant deux siècles, alors qu'à partir de la fin des guerres napoléoniennes, il n'avait fait que se débattre dans la misère et dans d'interminables querelles institutionnelles. Les Bourbons s'étaient rétablis en 1875 après un premier épisode républicain avorté, et ils n'avaient pas su affermir leur pouvoir avec l'assentiment populaire. Dès lors, il fait régné sur l'ensemble de la péninsule un climat délétère qui ne présageait rien de bon. Barcelone elle-même n'était pas encore apaisée du grand embrasement de la Semaine tragique de 1909: des incidents dans les colonies marocaines de l'Espagne avaient conduit à des rappels de réservistes contre lesquels de nombreuses grèves et manifestations avaient été organisées et qui tournèrent à l'émeute, puis furent noyées dans le sang. Partout, dans la province couvait le feu de la revanche, attisé par le souffle du particularisme catalan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
nadejda   25 novembre 2014
Dans ma peau de Guillaume de Fonclare
je veille à leurs côtés, je veille ces hommes, mes frères d’outre-monde. Je veille les lâches, les traîtres, les meurtriers, les héros, les saints, tous les Flaubert, Schiele, Dickens avortés. Tous furent petits garçons ; tous ont aimé et furent aimés ; tous avaient un prénom, un surnom ou un sobriquet dont ils ne voulaient pas. Tous ont été passés à la moulinette de la guerre totale, celle qui arrache aux familles les plus jeunes, les plus forts et les plus beaux pour les jeter dans le fracas de l’acier qui déchiquette en éclats et en mitraille. Ceux qui en reviennent sont plus vieux, plus faibles et plus laids. Car nul n’a jamais, jamais gagné la guerre.
Commenter  J’apprécie          210
1967fleurs   20 mars 2019
Ce nom qu'à Dieu ils donnent de Guillaume de Fonclare
j'ai le sentiment parfois que l'absence de mon père m'a construit tout entier. Je ne suis que cette déchirure. Mais là où quelques signes m'auraient permis de grandir dans une plus grande sérénité, je n'ai été que conflits intérieurs et manques, et mon adolescence a été la période la plus difficile de ma vie ; j'ai vieilli sans modèle si parfait et si héroïque qu'il était écrasant de perfection. Dieu l'a autorisé sans doute, si Dieu existe. Mon père l'a cautionné, sans doute, si mon père n'est pas tout entier au cimetière.
Commenter  J’apprécie          210
nadejda   18 novembre 2014
Joë de Guillaume de Fonclare
À Southampton, le gris est de coutume, un gris aux mille nuances, certes, mais un gris tout de même, et un gris qui dure des jours, des semaines, des mois parfois. Le ciel se pose alors sur des toits de tuiles rousses au-dessus des rues étroites, où les façades de brique s’éclairent çà et là de la tache plus claire d’un mur à colombages ; quelquefois, il avale même les toitures et descend en un brouillard épais jusqu’au sol. Mais lorsqu’un rai de lumière arrive à percer ces cieux désespérants, il embrase de couleurs inattendues toute la ville et toute la campagne autour ; ce sont des bleus comme il n’en existe que dans les pays où il pleut, des verts éblouissants, fluorescents, et des hordes de nuages orange et violacés. De tout cela, vous garderez un souvenir éclatant
Commenter  J’apprécie          200
nadejda   17 novembre 2014
Joë de Guillaume de Fonclare
S’enfermer ; tirer les volets, les rideaux et s’enfermer, voilà la solution, me suis-je dit, s’enfermer comme vous vous êtes enfermé durant vingt-six ans dans votre chambre, s’enfermer à la façon de Joë Bousquet, pour quitter le monde par la grande porte, en conscience, sans lâcheté. S’enfermer vivant pour attendre la mort. À cet instant, j’ai pensé devenir votre frère d’ombre. Je me trompais, car ce n’est pas l’ombre qui vous portait, c’est de lumière dont il s’agissait. Et si je suis devenu votre frère, c’est qu’alors, je suis le plus vivant des hommes. Et ça, il me fallait l’apprendre.
Commenter  J’apprécie          190
1967fleurs   24 février 2019
Ce nom qu'à Dieu ils donnent de Guillaume de Fonclare
Aimer, c'est grandir, c'est sortir de soi pour aller au-devant de l'autre, c'est faire abstraction de son ego et devenir serviable et attentif. Aimer c'est être profondément humain, c'est se sentir une femme, un homme, pleinement
Commenter  J’apprécie          180
nadejda   26 novembre 2014
Dans ma peau de Guillaume de Fonclare
Je songe à ce qu’il va falloir entreprendre pour occuper mon oisiveté : me remettre au latin, à la grammaire ; écrire ; vivre sans autre stress que de n’avoir rien à faire, en polissant ma culture classique à la française. Il me faudra me contraindre à l’exercice physique pour ne pas laisser l’invalidité me gagner tout entier. Je serai inopérant et inactif, certes, mais je veux exprimer tout ce dont je suis capable. J’ai bon nombre de talents. Oui, j’ai bon nombre de talents, et je vais pouvoir les cultiver sans compter mon temps. La plume me portera et elle me fera tomber tous les masques, elle me fera découvrir l’immensité des mondes insoupçonnés qui dorment au fond de moi. Je veux être un pont entre deux rives qu’un siècle sépare, sans pour autant avoir la suffisance de me croire au-dessus de ceux qui n’ont pas l’incommodité de mes maux ni les avantages de ma fonction. Je ne cherche pas à construire une œuvre, ni à faire de la littérature. Je cherche à exister autrement qu’assis derrière un bureau, et je veux m’envisager autrement que seul, chez moi, à pleurer sur mon sort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Fleitour   29 avril 2018
Garbo de Guillaume de Fonclare
Cela n'avait rien de simple d'expliquer au téléphone

que j'étais espagnol, espion allemand,

et désireux d'entrer au service de sa gracieuse majesté.

P111
Commenter  J’apprécie          170
isachon42   30 juillet 2019
Ce nom qu'à Dieu ils donnent de Guillaume de Fonclare
D'autres fois encore, c'est le poids des événements qui détermine le cours de nos vies, et la succession de ceux-ci contrarie notre volonté de liberté ; qui n'a pas connu ces instants où l'on croirait qu'une main invisible dirige nos jours, tirant les ficelles de notre existence d'une façon coordonnée et volontaire. On en appelle alors au Destin, et l'on s'imagine un beau livre au Ciel dans lequel chacun des moments qui passent serait consigné en lettre de feu sur un registre portant notre nom. On entendrait presque crisser la plume du Grand Ordonnateur sur les pages de vélin, et se tourner un à un les feuillets de nos existences. Qu'en est-il vraiment ? Est-ce vraiment le hasard qui gouverne nos vies ? N'y a t-il pas place pour un peu de libre arbitre ? Suis-je le maître de mon existence, ou bien me tient-elle en esclavage ? Depuis ma plus tendre enfance, j'ai le sentiment d'être le jouet du temps qui passe ; sans doute que le grand choc de la mort de mon père m'aura cuisamment fait comprendre qu'il est vain de se projeter dans l'avenir, et en aurais-je tiré des conclusions peut-être trop définitives sur la nature de l'existence. J'ai acquis la conviction, pourtant, à mon corps défendant, moi qui voulais si peu croire en la force d'un destin qui m'aurait tenu en dépendance sans que je puisse rien y faire, qu'il y a un chemin que nous empruntons, et qui, bien que riche en obstacles et en déconvenues, nous mène quelque part ; un chemin qui paraît suivre un plan bien ordonné, où les événements se succèdent les uns aux autres avec une implacable détermination.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Sullian   06 février 2010
Dans ma peau de Guillaume de Fonclare
Mon corps est un carcan ; je suis prisonnier d'une gangue de chairs et d'os. Je bataille pour marcher, pour parler, pour écrire, pour mouvoir des muscles qui m'écharpent à chaque moment. Mon esprit ressasse d'identiques rengaines ; je ne vois plus les sourires de mes enfants, ni les tendres regards de celle que j'aime ; je ne vois que mes mains qui tremblent, mes bras qui peinent à amener la nourriture à la bouche et mes jambes qui ploient sous le poids d'un corps devenu trop lourd. Je ne suis plus qu'un homme mal assis qui songe sans fin, et si j'ai aimé ce corps, je le hais à présent. Nous cohabitons désormais et il a le dernier mot en tout ; je ne me suis résolu à cette idée que contraint.



Non, aucun accident, aucune violence n'est à l'origine d'un tel état ; ce n'est qu'une intime cruauté dont je suis à la fois l'initiateur et l'objet. L'origine de cette torture égocentrique demeure un secret inviolable. J'aurais tant aimé pouvoir mettre un nom sur cette douleur, mais le mal dont je souffre n'en a pas. Il fait partie de l'immense famille des maladies orphelines, des syndromes systémiques, des maladies auto-immunes, des connectivites et des troubles « sans étiologie ». Il est un mystère, et aucun médecin ne saura me dire quelle forme prendra l'échéance finale, ni à quel horizon se feront connaître les termes de ce départ redouté, si tant est que ce mal m'y conduise. Alors, je surveille les signes de ma lente dégradation, en essayant de ne pas déchoir, de ne pas accepter un « laisser-faire » qui hâterait le processus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

La IIe Guerre Mondiale en 20 questions de plus !

Quelle bataille mit fin à la progression de l'AfrikaKorps de Rommel ?

El Galzaoui
El Gazala
Bir Hakeim
El Alamein

20 questions
17 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre mondialeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..