AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.4 /5 (sur 50 notes)

Nationalité : Cuba
Né(e) à : Gibara , le 22/04/1929
Mort(e) à : Londres , le 21/02/2005
Biographie :

Guillermo Cabrera Infante est un écrivain cubain.

En 1941, il déménage avec ses parents à La Havane. Ses derniers étaient des membres fondateurs du Parti communiste cubain .

A l'origine, il avait l'intention de devenir médecin, mais il abandonne cela en faveur de l'écriture et de sa passion pour le cinéma. À partir de 1950, il a étudié le journalisme à l'Université de La Havane. Sous le régime de Batista, il a été arrêté et a été condamné à une amende en 1952 pour avoir publié une histoire courte qui comprenait plusieurs blasphèmes de langue anglaise. Son opposition à Batista lui a coûté plus tard une courte peine de prison.

Il s'est marié pour la première fois en 1953. De 1954 à 1960, il a écrit des critiques de films pour le magazine Carteles, en utilisant le pseudonyme G. Caín; il est devenu son rédacteur en chef, en 1957. Avec le triomphe de la Révolution cubaine en 1959, il a été nommé directeur de l'Instituto del Cine. Il a également dirigé le magazine littéraire Lunes de Revolución, un supplément au journal communiste Revolución ; cependant, ce supplément a été interdit en 1961 par Fidel Castro .

Divorcé en 1961, il épouse l'actrice Miriam Gomez. Après avoir été un peu en disgrâce auprès du régime Castro (l'interdiction par le gouvernement d'un documentaire sur la vie nocturne à La Havane faite par son frère lui interdisait de publier à Cuba), il servit d' attaché culturel de 1962 à 1965 à Bruxelles, en Belgique. Pendant ce temps, il se tourne contre le régime de Castro ; après son retour à Cuba pour les funérailles de sa mère en 1965, il s'exile, d'abord à Madrid, puis à Londres.

En 1966, il publie "Tres Tristes Tigres", un roman hautement expérimental, ludique et riche en allusions littéraires.

Il a co-écrit le scénario du film culte "Point limite zéro" de Richard C. Sarafian en 1971 sous le pseudonyme de Guillermo Caín.

Bien qu'il soit considéré comme faisant partie de la célèbre génération d'écrivains " Latin American Boom" qui comprend son contemporain Gabriel García Márquez , il a dédaigné le label. Toujours iconoclaste, il a même rejeté le label «roman» pour ses chefs-d'œuvre, tels que "Tres Tristes Tigres" et "La Habana para un infante difunto".

Il a reçu en 1997 le prix Cervantes pour l’ensemble de son œuvre.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Guillermo Cabrera Infante   (11)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Pecosa   26 août 2015
Holy Smoke de Guillermo Cabrera Infante
Une cigarette languide au bout d'un poignet tombant est à Marlene Dietrich ce qu'un rude clope serré entre index et pouce était à Humphrey Bogart: une extension de leur personae, pas un accessoire. Dans Shanghai Express, Marlene fume tellement qu'elle crée une épaisse atmosphère de fumée dans son compartiment.
Commenter  J’apprécie          320
SophieChalandre   11 novembre 2016
Première lumière du jour sur le tropique de Guillermo Cabrera Infante
Afin de pourchasser les Indiens fugitifs et les Noirs marrons, on inventa dans l’île de Cuba une superbe machine à ratisser et exterminer : le limier assassin. Sa renommée s’étendit à travers tout le territoire et bientôt on en exporta en grand nombre vers le sud des Etats-Unis, où ils étaient connus sous le nom de Cuban hounds.
Commenter  J’apprécie          150
SophieChalandre   11 novembre 2016
Première lumière du jour sur le tropique de Guillermo Cabrera Infante
Tard dans la nuit, les voitures de distribution de lait filent à travers la ville. À l'aube, on dirait que les rues, la ville leur appartient. Elles traversent ruelles et avenues à une allure constante, sans s'arrêter et bien souvent tous phares éteints. Mais l'une d'elles ne distribue pas de lait. C'est sans doute la plus prudente, elle roule doucement, feux allumés, elle fait des signes à chaque carrefour. C'est peut-être celle qui est tirée par un cheval et qui sillonne toute la ville entre minuit et six heures. Personne n'en sait rien. Tout le monde parle de la voiture du laitier, mais personne ne la connaît. On dit qu'elle sort du sous-sol d'un poste de police et qu'elle transporte un mort — ou deux, ou trois, ou plus. Le mort est toujours un prisonnier politique et avec un peu de chance, il a été tué rapidement. D'autres sont préalablement torturés et leurs parents ont du mal à les identifier à la morgue.
Commenter  J’apprécie          130
SophieChalandre   11 novembre 2016
Première lumière du jour sur le tropique de Guillermo Cabrera Infante
Le Général demanda l'heure et un aide de camp accourut lui chuchoter : "l'heure que vous voudrez, monsieur le Président."
Commenter  J’apprécie          140
PhilippeSAINTMARTIN   25 septembre 2020
La Havane pour un infante defunt de Guillermo Cabrera Infante
J'aurais pu dire beaucoup de choses à Virginia sur la vie et la mort et d'abord lui raconter comment j'avais, à douze ans, sérieusement contemplé l'idée du suicide parce que je croyais avoir échoué à l'examen d'entrée en sixième et comment j'avais, assis près d'une fenêtre, envisagé d'y accéder en montant sur les pupitres et en me précipitant dans le vide. Mais je n'étais pas là pour faire des révélations à Virginia ni même pour lui dire comment les femmes me sauvaient invariablement de la mort lorsque, sorti de chez moi déprimé, doutant de tout et obsédé par le suicide, la seule vue d'une jupe, d'une paire de seins et d'une paire de jambes (j'hésiterais aujourd'hui à qualifier cela d'harmonieux) changeait mon état d'âme et faisait de l'almost Hamlet d'alors une ébauche (jamais venue à bien) de Don Juan.
Commenter  J’apprécie          120
SophieChalandre   11 novembre 2016
Première lumière du jour sur le tropique de Guillermo Cabrera Infante
Vous m'excuserez, dit-elle, mais je dois continuer ma lessive.



Elle termina, rentra dans la maison et se prépara un café. Elle le but debout, dans l'embrasure de la porte, regardant l'air se matérialiser dans les draps.
Commenter  J’apprécie          130
PhilippeSAINTMARTIN   25 septembre 2020
La Havane pour un infante defunt de Guillermo Cabrera Infante
Le lendemain, bien avant dix heures, j'étais assis place Cadenas, au centre de l'université, face aux bureaux d'inscription. J'aimais l'atmosphère paisible de la placette, avec les moineaux qui sautillaient autour du banc, citadins ailés, vivaces, timides et téméraires à la fois. En attendant Carmina, il me vint l'idée d'une nouvelle que j'écrivis plus tard sur le thème de l'attente et de l'amour.
Commenter  J’apprécie          120
SophieChalandre   11 novembre 2016
Première lumière du jour sur le tropique de Guillermo Cabrera Infante
La main est le seul détail vivant. Appuyé contre le mur, la main semble douée de vie. On ne voit pas le bras et il se peu que la main soit morte elle aussi. Peut-être est-ce la main d'un témoin, alors la tâche sur le mur serait son ombre et l'ombre d'autres gens.
Commenter  J’apprécie          120
PhilippeSAINTMARTIN   25 septembre 2020
Première lumière du jour sur le tropique de Guillermo Cabrera Infante
Le mort est toujours un prisonnier politique et avec un peu de chance, il a été tué rapidement. D'autres sont préalablement torturés et leurs parents ont du mal à les identifier à a morgue.
Commenter  J’apprécie          120
PhilippeSAINTMARTIN   25 septembre 2020
Première lumière du jour sur le tropique de Guillermo Cabrera Infante
Dans quel autre pays au monde y a-t-il une province appelées Matanzas, Tueries ?
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura