AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.81 /5 (sur 16 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Anvers , le 03/03/1956
Biographie :

Gunter Pauli est un industriel belge.

Titulaire d’un MBA de l’Insead de Fontainebleau et conférencier passionné, il parle plusieurs langues et a voyagé sur tous les continents.

À la fin des années 1980, il a fondé la société Ecover, marque de produits ménagers biodégradables. En 1990, découvrant que l’huile de palme utilisée pour fabriquer les produits de la société, provoquait la déforestation de forêts primaires, il vend son entreprise pour se consacrer à la recherche de solutions permettant de régénérer la forêt tropicale, et non l’inverse.

Il s’installe au Japon et créé en avril 1994 la fondation ZERI (Zero Emission Research and Initiatives - Recherche et initiatives pour zéro pollution).

Il a créé le premier congrès mondial de l’économie bleue (souvent appelée Blue Economy) à Madrid en 2013 et prône une économie s’inspirant des écosystèmes naturels pour résoudre les crises économique, sociale et écologique.

site officiel : http://www.gunterpauli.com/
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Gunter Pauli   (6)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Nous vivons une époque sans précédent de mutation sociétale radicale et expresse. Si certains prédisent un chaos vers l’effondrement de notre société, d’autres, des utopistes pragmatiques, ont à cœur de nous rappeler que d’un point vue étymologique, le chaos est ce qui précède la création du monde et ouvre la porte à tous les possibles. C’est ainsi que des femmes et des hommes du monde entier nous font chaque jour la démonstration qu’un nouveau monde est en train de naître, que nous sommes au seuil d’une possible période de renaissance et que nous avons toutes les solutions en main pour répandre un modèle qui est déjà là. Ces gens-là mettent en application dans des entreprises et dans des projets concrets d’envergure une économie régénératrice, libre, collaborative et circulaire. Il n’est plus question de devenir le meilleur du monde dans son secteur mais de devenir le meilleur pour le monde dans son secteur. Au cœur de ce mouvement, L'innovation est un élément central, et certains n'hésitent pas à penser que l'innovation sauvera le monde. C'est autour du thème «Humaniser l'Innovation » que le Zermatt Summit 2017, sous l’impulsion de Christopher Wasserman, s’est réuni cette année en rassemblant des porteurs de solutions qui nous ont montré le potentiel extraordinaire d'innovation dans des domaines qui passent souvent inaperçus, du recyclage des déchets à la mise en œuvre de procédures où les technologies de pointe répondent aux formes traditionnelles de connaissances. Des exemples concrets ont été donnés par des personnes qui ont parfois des histoires de vie extraordinaires qui peuvent servir d'exemples et donner de l'espoir. L'innovation technologique et numérique n’a évidemment pas été oubliée. Trois grands débats ont été organisés sur l'avenir de l'humanité, l'évolution du travail et de la vie privée, ainsi que l'évolution des droits de l'homme dans ce nouveau monde numérique qui s'annonce tellement différent du précédent. Vous pourrez découvrir dans ces vidéos tournées au cœur des montagnes suisses des acteurs clés des changements économiques et sociétaux tels que le "Steve jobs du développement durable" , Gunter Pauli, le leader mondial de l'innovation frugale, Navi Radjou, le "champion digital" de la France, Gilles Babinet, un des économistes les plus innovant et humaniste, Tomas Sedlacek, et bien d'autres intervenants extraordinaires, dont de jeunes "makers" africains qui ont transcendé leur conditions de vie pour nous offrir des innovations qui résonnent bien au-delà de leur pays d'origine. Nous sommes donc ravis de relayer toutes ces vidéos qui ne manqueront pas de renforcer votre optimisme. Günter Pauli - Le «Steve Jobs du développement durable»; Il promeut sans relâche sur toute la planète un grand dans toute la planète liées non seulement à l'économie circulaire, mais aussi à «l'écologie positive», qu'il appelle l'économie bleue. Ici, il ne s'agit pas d'être moins mauvais, de produire moins de déchets, mais d'être bon depuis le début, de concevoir des produits capables de réduire la pollution par leur fonctionnement et non seulement de polluer moins. Il rassemble des solutions regroupant un grand nombre de techniques et les propose aux entreprises, aux régions et aux états. Il présente une vision particulièrement optimiste des potentialités offertes à l'humanité grâce à ces diverses innovations écologiques et économiques.

+ Lire la suite

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation

Le fait que les ingrédients d'un cookie aient effectué le tour du monde une douzaine de fois, avant que le cookie lui-même commence à voyager aux quatre coins de la planète, ne semble pas déranger grand monde.

Commenter  J’apprécie          225

Nous vivons dans un monde où l'air, l'eau et les sols sont fortement pollués. Tout ce qui constitue notre héritage commun et doit être notre avenir commun (à savoir le patrimoine naturel) subit un excès de pollution et de contraintes. Nous avons octroyé des licences à des entreprises pour détruire cet environnement dont notre vie dépend. Nous avons permis à des sociétés de privatiser le bien public et nous avons fait de l'argent sur le dos de ce patrimoine naturel, alors même que ces sociétés ne paient presque pas d'impôt. Nous avons laissé tout le monde exploiter ce patrimoine naturel à des fins personnelles, au point de le détruire. Ce modèle doit changer. Et il faut qu'il change vite.

Commenter  J’apprécie          195

Ces termes « entreprise responsable » et « entrepreneuriat social » font penser à l’expression « pomme biologique » : dans ce monde étrange qui est le nôtre, il est devenu tout à fait normal de traiter des fruits naturels (tels que les pommes) avec toutes sortes de substances artificielles et nocives, afin de les « protéger » des insectes, etc. Naturellement, il existe également des personnes qui cultivent des pommes naturelles, appelées « pommes biologiques ». Nous avons donc conféré une nouvelle appellation à quelque chose qui existe depuis toujours : une pomme qui tombe d’un pommier s’appelle… une pomme. N’aurait-il pas été plus judicieux de nommer la pomme traitée « pomme chimique » ?

Commenter  J’apprécie          112
Gunter Pauli

J'ai appris en cours d'économie, chez les Jésuites, que le pris est fonction des attentes. Mais quelles sont nos attentes ? D'être riches ? Non! La majorité d'entre nous souhaitent être heureux et en bonne santé. La vie mérite mieux que le rythme "métro, boulot, dodo".

Dans le magazine Kaizen n°38

Commenter  J’apprécie          60

Les tendances et les histoires décrites dans ce livre ont une chose en commun : elles fonctionnent avec la nature. Elles fonctionnent même dans le contexte du changement climatique, qui est presque toujours décrit comme une catastrophe pour la vie humaine. Que vous croyiez ou non au changement climatique importe peu. Ce qui compte finalement, c’est que l’on puisse transformer cette nouvelle réalité en avantage sérieux, plutôt que de débattre sur l’existence même du phénomène. Le défi de notre société moderne est que la majeure partie de notre économie, de l’agriculture à l’industrie et des services bancaires à l’Internet, fonctionne avec la nature.

Commenter  J’apprécie          50

l'interprétation de cette théorie (la survie du plus apte) a entraîné une grande incompréhension quand au fonctionnement réel de la nature. Dans la nature ce n'est pas parce qu'elles sont les plus aptes que les espèces survivent. Les espèces survivent parce qu'elles savent coopérer.

Commenter  J’apprécie          50

Je ne crois pas qu'il y ait une conspiration explicite. Je crois que la formation des dirigeants d'entreprises à la stratégie de cœur de métier les a rendus aveugles à la réalité de la vie, aux opportunités de la biodiversité et à l'impact négatif que notre modèle industriel, dit moderne, a sur notre Terre et ses cultures qu'elle porte depuis des millénaires. J'ai confessé que moi-même j'ignorais que le recours aux détergents à base d'huiles de palme détruisait la forêt tropicale. Je regrette de ne pas avoir vu le fonctionnement du "système" plus tôt et maintenant, je me bats pour que tout le monde puisse le voir et saisir les opportunités naissantes. p134

Commenter  J’apprécie          40

Les femelles de ce poisson d’eau douce reçoivent un traitement à base de méthyl testostérone et leur nourriture est enrichie à l’éthanol. À aucun moment, il n’est fait mention dans cette success-story du coût de ces ingrédients artificiels, dans le processus de fabrication, et de l’impact potentiel sur le consommateur humain. Quoi qu’il en soit, si les conditions d’élevage du tilapia étaient expliquées au consommateur, personne ne voudrait en manger.

Commenter  J’apprécie          40

L’industrie reste réfractaire aux changements continus. Prédire est le maître-mot. Les théories du cœur de business et du cœur de compétence recherchent la productivité d’une manière qui, au final, empêche l’évolution et renforce le contrôle. C’est cette logique qui va privilégier par exemple les modifications génétiques. Savoir comment modifier les gènes c’est croire que l’on va pouvoir prévoir et contrôler les conséquences. Là où les industriels favorisent un système de production qui peut-être prédit, qui utilise une chimie lourde afin de fixer les molécules ou des modifications génétiques qui étouffent les évolutions naturelles, la nature opte pour une solution différente. L’eau est le solvant, les liens moléculaires ne sont pas définitifs et sont combinables à l’infini. La seule modification génétique naturelle concerne les bactéries dont c’est le moyen d’évolution.

Commenter  J’apprécie          30

Les pays détiennent des réserves de pétrole stratégiques, mais la plupart ne possèdent pas de stocks critiques de nourriture. Si une catastrophe se produit, de nombreuses nations se retrouveront sans nourriture au bout d’une semaine. Tout est livré « juste à temps » : c’est la règle du jeu.

Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Quiz sur des classiques connus

Victor Hugo:

Atlantide
Notre-Dame de Paris
La mer rouge

20 questions
11298 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur