AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Citations de Günther Anders (171)


lilianelafond   24 juillet 2018
L'obsolescence de l'homme de Günther Anders
« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes.

L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif.

Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux.

En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur.

L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutiennent devront ensuite être traités comme tels. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1134
steka   03 janvier 2015
L'obsolescence de l'homme de Günther Anders
En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur.
Commenter  J’apprécie          600
blanchenoir   02 septembre 2014
L'obsolescence de l'homme de Günther Anders
C'est en tant que morts en sursis que nous existons désormais. Et c'est vraiment la première fois.
Commenter  J’apprécie          330
deuxquatredeux   28 octobre 2014
L'obsolescence de l'homme de Günther Anders
C'est donc par rapport à ce nouveau modèle qu'il faut considérer le désir que nourrit l'homme d'aujourd'hui de devenir un self-made man, un produit : s'il veut se fabriquer lui-même, ce n'est pas parce qu'il ne supporte plus rien qu'il n'ait fabriqué lui-même, mais parce qu'il refuse d'être quelque chose qui n'a pas été fabriqué; ce n'est pas parce qu'il s'indigne d'avoir été fabriqué par d'autres (Dieu, des divinités, la Nature), mais parce qu'il n'est pas fabriqué du tout et que, n'ayant pas été fabriqué, il est de ce fait inférieur à ses produits.
Commenter  J’apprécie          280
palamede   10 août 2021
La haine de Günther Anders
[…] l’industrie telle qu’elle est devenue ne poursuit pas d’autre but que de livrer à l’obsolescence aussi vite que possible ses produits déjà vendus afin de garantir ainsi la continuation de sa production. Donc : « Si le progrès désigne encore quelque chose, c’est alors le progrès du périmé ».
Commenter  J’apprécie          260
Günther Anders
deuxquatredeux   29 août 2014
Günther Anders
Les inventions techniques ne sont jamais seulement des inventions techniques.
Commenter  J’apprécie          233
Günther Anders
colimasson   14 janvier 2014
Günther Anders
Le mignon est donc une catégorie politique.
Commenter  J’apprécie          223
deuxquatredeux   24 janvier 2017
L'obsolescence de l'homme, Tome 2 : Sur la destruction de la vie à l'époque de la troisième révolution industrielle de Günther Anders
La mode est la mesure à laquelle l'industrie a recours pour faire en sorte que ses propres produits aient besoin d'être remplacés.
Commenter  J’apprécie          210
deuxquatredeux   27 octobre 2016
L'obsolescence de l'homme de Günther Anders
Quand des milliers de pages sont parties en fumée lors des autodafés de livres organisés par Hitler en 1933, aucune page absolument unique n'a brûlé, à la différence de ce qui s'était produit lors de l'incendie de la bibliothèque d'Alexandrie. Chacune d'elles avait en réalité des centaines ou des milliers de sœurs. Aussi ignominieuses qu'aient pu être les intentions de l’incendiaire, d'aussi mauvais augure qu'ait pu être son geste - laissant prévoir qu'il livrerait bientôt aux flammes tout autre chose que du papier -, la destruction qu'il opérait n'était encore, à ce stade, qu'une farce. Au milieu des cris de la foule qui dansait autour des bûchers, passait invisible, légère, hors de portée des flammes , une farandole moqueuse, celle des livre originaux criant : "Brûlez nos exemplaires ! Brûlez-les ! Vous ne nous brûlerez pas pour autant !" - avant de se disperser aux quatre vents. Les livres prétendument détruits vivent toujours aujourd'hui à des milliers d'exemplaires.
Commenter  J’apprécie          210
palamede   09 août 2021
La haine de Günther Anders
Pathologie collective : alors que notre capacité à produire n’a aucune limite formelle, le monde qui en émane « excèderait absolument notre force de compréhension, la force de notre imagination et de nos émotions, tout comme notre responsabilité ».
Commenter  J’apprécie          180
deuxquatredeux   18 janvier 2017
L'obsolescence de l'homme, Tome 2 : Sur la destruction de la vie à l'époque de la troisième révolution industrielle de Günther Anders
Il ne suffit pas de changer le monde. Nous le changeons de toute façon. Il change même considérablement sans notre intervention. Nous devons aussi interpréter ce changement pour pouvoir le changer à son tour. Afin que le monde ne continue pas ainsi à changer sans nous. Et que nous ne nous retrouvions pas à la fin dans un monde sans hommes.
Commenter  J’apprécie          180
steka   03 janvier 2015
L'obsolescence de l'homme de Günther Anders
Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser.
Commenter  J’apprécie          180
steka   03 janvier 2015
L'obsolescence de l'homme de Günther Anders
Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels.
Commenter  J’apprécie          172
ErnestLONDON   21 juillet 2020
L'obsolescence de l'homme de Günther Anders
Ce n’est qu’en habituant durablement le consommateur à cet état d’indécision et d’oscillation, c’est-à-dire en faisant de lui un homme incapable de prendre la moindre décision, qu’on peut être sûr de disposer de lui en tant qu’homme. C’est à cette fin et pour profiter de ses conséquences morales qu’on entretient chez lui l’incapacité à faire la distinction entre être et apparence, qui n’est peut-être en soi qu’une propriété phénoménologique contingente des retransmissions
Commenter  J’apprécie          160
deuxquatredeux   18 janvier 2017
Sténogrammes philosophiques de Günther Anders
Les grandes inventions de la communication se contentent de surmonter les distances réellement grandes. Elles négligent les petites. Pour la distance qui sépare Vienne de Wiener Neustadt, les avions à réaction ne valent pas la peine. Conséquence : la faible distance reste aussi grande qu'elle l'était auparavant. Non, celle-ci devient même maintenant plus grande parce qu'elle doit être mesurées aux grandes distances rétrécies par les moyens techniques. Plus d'une fois il m'est arrivé ici à Vienne de recevoir en même temps des lettres qui avaient été postées le même jour à New York et à Wiener Neustadt. Cela ne signifie pas que New York est désormais aussi proche que Wiener Neustadt mais que Wiener Neustadt est désormais aussi loin que New York.

Vengeance - p. 121
Commenter  J’apprécie          160
ErnestLONDON   19 juin 2019
La haine de Günther Anders
Je hais donc je suis.
Commenter  J’apprécie          131
deuxquatredeux   29 octobre 2018
L'obsolescence de l'homme de Günther Anders
Rien ne discrédite aujourd'hui plus promptement un homme que d'être soupçonné de critiquer les machines.

p. 17
Commenter  J’apprécie          130
Günther Anders
deuxquatredeux   27 juillet 2015
Günther Anders
Aujourd’hui, arriver en avance, c’est encore pire que d’arriver en retard.
Commenter  J’apprécie          130
ErnestLONDON   31 mars 2021
La violence, oui ou non : Une discussion nécessaire de Günther Anders
La paix n’est pas un moyen à mes yeux. C'est une fin.
Commenter  J’apprécie          120
Günther Anders
blanchenoir   12 mai 2020
Günther Anders
Seuls les exaltés surestiment la force de la raison. La première chose qui incombe au rationalisme, c’est de ne se faire aucune illusion sur la force de la raison, sur sa force de conviction. C’est pour cela que j’aboutis toujours à la même conclusion : la non-violence ne vaut rien contre la violence.
Commenter  J’apprécie          120



Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Misery - Stephen King

Quel est le métier de Paul ?

pompier
éditeur
écrivain
poète

10 questions
384 lecteurs ont répondu
Thème : Misery de Stephen KingCréer un quiz sur cet auteur

.. ..