AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.5 /5 (sur 28 notes)

Nationalité : Pologne
Né(e) à : Kielce , le 20- 05-1919
Mort(e) à : Naples , le 4-07-2000
Biographie :

Gustaw Herling-Grudziński (né le 20 mai 1919 à Kielce, mort à Naples le 4 juillet 2000) est un écrivain, essayiste, journaliste, critique littéraire et rescapé du goulag polonais.

Né à Kielce dans une famille juive assimilée, il commence des études de philologie à Varsovie avant que la guerre n’éclate et qu’il ne fonde, le 15 octobre 1939, une des toutes premières organisations de résistance polonaise, le PLAN (Polska Ludowa Akcja Niepodleglosciowa [Action du Peuple Polonais pour l’Indépendance]).
Arrêté par le NKVD, la police politique soviétique, en mars 1940, transféré dans un goulag à Jercewo. Il fera le récit de sa captivité dans Un autre monde (Londres, 1951).
Il est libéré en janvier 1942 par l’amnistie qui fait suite aux accords Sikorski-Majski. Il intègre l’armée du général Anders en mars de la même année. Il y rencontre les futurs collaborateurs de la revue Kultura, Jerzy Giedroyc, Jozef Czapski, Zofia et Zygmunt Hertz.
Il participe à la direction de la revue à ses débuts aux côté de Jerzy Giedroyc.
De 1952 à 1955 il travaille pour la Radio libre de Munich, puis, en 1955, il retourne en Italie. Résidant à Naples, il est le correspondant en Italie pour Kultura.
Il épouse la fille de Benedetto Croce après la guerre.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo

Histoires d'exilés
Cet Apostrophes est centré sur le thème de l'exil et des exilés. Bernard PIVOT reçoit Fred UHLMANN pour "Il fait beau à Paris aujourd'hui" (Stock); Constantin JELENSKI, qui évoquera le livre de son ami Gustaw Herling "Un Monde à part" (Denoel), Dimitri SAVITSKY pour "Valse pour K" (Lattes), Michel FABRE pour "la Rive noire" (Lieu commun), Roger GRENIER pour "Il te faudra quitter...
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Gustaw Herling
andman   19 janvier 2013
Gustaw Herling
La mort au camp, parce qu'elle nous menaçait constamment et frappait souvent et de façon inattendue, paraissait rompre avec la loi du temps et acquérait une opacité métaphysique qui la situait en dehors du rythme de notre existence matérielle. Un prisonnier, au bout d'un certain temps, se retrouvait à ce stade du processus de décomposition où il respire avec difficulté, ne contrôle plus ses sphincters et fait ses besoins sous lui, pleurent sans raison dès qu'on le laisse seul quelques instants, serre d'une main tremblante son coeur, qu'écrase un étau de fer, titube et trébuche sur un chemin uni, enfle à une vitesse alarmante, et tente vainement de chasser des flammèches brûlantes qui dansent devant ses yeux;
Commenter  J’apprécie          30
Atarah   12 janvier 2017
L'île et autres récits de Gustaw Herling
Aucune citation de La tour car des œuvres aussi parfaites ont tendance à exclure l'échantillon isolé, le prélèvement au microscope.

Commentaire de Cristina Campo:

"Au delà des confessions publiques, au-delà même des églises secrètes, il se forme dans chaque lecteur, à mesure que le temps élague et fortifie sa mémoire, une série d'anthologies aussi brèves qu'imprévisibles. Aucune étoile polaire ne lui sert de guide dans le choix de ces pages qui souvent ne sont pas, ni par l'esprit ni par le style, de celles qu'au premier abord il reconnaît pour siennes. Une autre force, irrésistible, les attire et les lie, les constelle de Pléiades bizarres, dans cette région de l'âme où les échos inattendus-le heurt de l'atoll contre la quille- ont le devoir de nous révéler sur notre propre compte bien plus que ce que nous consentons à savoir.



Avec de telles œuvres, il nous semble souvent avoir affaire à des associations d'ordre émotionnel: car ce sont d'ordinaire ces livres-là qui tombent entre nos mains à l'heure du danger, pendant une maladie salutaire ou face à des paysages éloquents. Mais lors d'une seconde lecture- qui peut avoir lieu quelques lustres plus tard- nous sommes toujours surpris de voir combien ce charme violent était légitime. C'est en l'évasive perfection de ces œuvres que réside le pouvoir de capter une émotion et de la tenir en suspens.



La tour de Gustaw Herling appartient pour moi à l'une de ces mystérieuses anthologies.



Dans La tour, un officier polonais, en mission en Italie à la fin de la dernière guerre, relate une halte faite au pied des Alpes, non loin d'Aoste. On lui a offert un gîte provisoire dans une vieille maison assez haute pour ressembler à une tour. Là, parmi des gravures de Piranèse dont les paysages de ruines sont couverts d'humides arabesques au point de se confondre avec le mur, il découvre une estampe plus petite où figure une seconde tour, perdue sous les nuages et comme «imprégnée d'abandon et muette de larmes». À côté, posé sur une table entre deux chandeliers d'argent, se trouve un opuscule défraîchi et incrusté de cire : Le lépreux de la cité d'Aoste, précisément, qui fut selon toute apparence le livre de chevet du précédent locataire.

Ainsi commence l'ample et austère sonate: récit dans le récit, souvenir au cœur du souvenir, manuscrit dans le manuscrit. Car l'absent à laissé lui aussi dans cette maison un carnet de notes, pour la plupart relatives à la lèpre: les proscriptions, les bannissements, les cérémonies religieuses et civiles par lesquelles les hommes affligés de ce mal étaient condamnés jadis au perpétuel exil-mais dans le même temps, on les honoraient comme parfaits souffrants, nés pour la seule couronne des cieux.

L'officier polonais décide de se rendre à Aoste pour visiter les vestiges de la tour du lépreux-celle là même représentée sur l'estampe. Il la trouve peu changée-au fond de la vallée obscure, dans le jardin où le houblon et les "roses sans épines" ont laissé place aux orties-depuis le temps où De Maistre (lui aussi étranger de passage dans le Piémont) y découvrit cette créature hideuse et d'une urbanité peu commune, Pier Francesco Guasco.

C'est ici que, sans omettre aucun détail significatif ni cacher le filigrane d'horreur qu'il saisit au contraire avec une surprenante délicatesse, Herling insère dans son propre récit l'histoire illustre- pour aussitôt la renverser dans celle atroce et presque risible du mystérieux locataire: car si le lépreux sublime semble avoir nourri pendant des années sa méditation, il n'en fut quant à lui que la misérable contrepartie...



A ces contrastes et à l'incessante fusion de tous les éléments dramatiques du récit (sans négliger ses assises mythiques: le voyage, la demeure inconnue, les traces et les signes d'étranges destins)- de sorte que le sentiment d'atemporalité est d'autant plus vif que l'écriture nous enracine dans les trois temps à la fois-il convient d'ajouter toute une série de variations mineures, écho ténu mais constant de poèmes, de versets bibliques, de phrases dites, entendues ou rêvées: "D'autres voix, d'autres tours."

Jusqu'à l'emblème pénitentiel du moine de pierre contemplé par le narrateur enfant dans sa ville natale: ce pèlerin à genoux "avance chaque année de la longueur d'un grain de pavot, et quand il aura rejoint le sommet de la Sainte Croix, ce sera la fin du monde."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Gustaw Herling
andman   19 janvier 2013
Gustaw Herling
Comme un bateau fantôme poursuivi par la mort, notre baraquement flottait sur l'océan sans lune des ténèbres, emportant en son sein son équipage endormi de galériens.
Commenter  J’apprécie          20
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Lire avec Gérard Philipe

En 1946, Gérard Philipe incarne le prince Mychkine face à Edwige Feuillère dans L’Idiot de Georges Lampin Il est une adaptation du roman éponyme de:

Alexandre Pouchkine
Léon Tolstoï
Fiodor Dostoïevski

14 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : gérard philipe , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , théâtre , acteur , acteur français , cinéma français , engagement , communismeCréer un quiz sur cet auteur