AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.63 /5 (sur 39 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : La Bachellerie (Dordogne) , le 12/01/1937
Biographie :

Guy Lagorce est né le 12 janvier 1937 à La Bachellerie en Dordogne.


International d'athlétisme. Recordman d Europe du 4 x 200 mètres. Recordman de France du 4 X 100 mètres. Vingt-neuf mois de service militaire, dont dix en Algérie.

Journalisme: L'Equipe - France-Soir - TF1 - Paris-Match, grand reporter, rédacteur en chef.

Actuellement : rédacteur en chef et responsable des pages culturelles au Figaro quotidien.

Nombreux voyages dans le monde entier et surtout en Afrique et en Extrême-Orient (derniers grands reportages : L'Agonie du Cambodge, La Chine après Mao).

Il est l'auteur de plusieurs romans, notamment Ne pleure pas, Grand Prix des maisons de la presse Les Héroïques, nouvelles. Prix Cazes. Prix Goncourt de la nouvelle. Le Train du soir a obtenu le Prix des libraires 1984.
+ Voir plus
Source : Livre de poche
Ajouter des informations
Bibliographie de Guy Lagorce   (19)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo

Le sport en Chine dossier n°3
700 000 000 de sportifs l'ouverture portrait de MAO porté dans rues au cours d'immenses manifestations - survol du stade - GP GUY LAGORCE journaliste "France Soir" interview 1969 athlètes entrant dans gymnaste - extrait match basket ball haltérophilie - spectateurs - BT saut hauteur NICHICHIN - avril 71 délégation pongistes américains en CHINE - athlètes se faisant masser sur stade - suite...

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienne   20 novembre 2013
Le Train du soir de Guy Lagorce
Julien Cazals jeta un coup d’œil sur sa montre, plaça un disque de Miles Davis sur la platine, s'assit droit et raide sur une chaise et écouta, immobile.

Pour lui, dans cette musique, il était toujours cinq heures du matin à New York. L'heure où la ville est froide, nue et où une vapeur tremble au ras de l'asphalte. Musique de l'urgence, des agonies, blues de la peur et pourtant musique de l'espérance ; mais de l'espérance sans illusions. On imaginait, suspendu sur la ville, le disque d'un soleil froid, débranché, un soleil bleu, un soleil électrique. C'était un supplice, un glissement immobile vers une fin, un retrait morose et délectable qui, par fulgurances, s'épanouissait en extase.
Commenter  J’apprécie          100
ladesiderienne   20 novembre 2013
Le Train du soir de Guy Lagorce
Raymonde regarda son mari descendre les marches. Elle se disait qu'il n'était pas mauvais homme mais que son défaut, c'était d'être un envieux. Et quand on est envieux, il n'y a pas moyen d'être vraiment heureux un jour.
Commenter  J’apprécie          90
lecassin   17 mars 2013
Le Train du soir de Guy Lagorce
Dans les villages, aux veillées, on parlait à voix basse en regardant mourir le feu de « forces importantes et bien armées, entraînées par des parachutistes américains et anglais, massées dans la forêt de Cublac ». On en parlait comme on parle des choses lorsqu’on veut qu’elles arrivent : avec une ferveur d’autant plus forte qu’elle ne repose sur aucune réalité.
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienne   25 mars 2016
Quelqu un de bien de Guy Lagorce
Il a fallu pour revivre cela y plonger sans précaution, la tête la première. Mais pour redevenir un enfant, encore faut-il l'avoir été. Ce n'est pas le cas de tout le monde. Alors que certains la renient - c'est pourtant à mon sens aussi vain que d'essayer de sauter hors de son ombre -, j'ai toujours été de mon enfance comme d'autres sont d'un pays... Il m'a suffi de laisser flotter les rubans au fil de la mémoire.
Commenter  J’apprécie          70
ladesiderienne   21 novembre 2013
Le Train du soir de Guy Lagorce
Il cultivait maintenant la mélancolie légère, et s'efforçait de ne jamais sombrer dans la gravité qui en est le continent le plus proche. Peut-être, à la fin, ne lui restait-il plus aujourd'hui que le meilleur de lui-même. Il est ainsi des natures longues à se décanter...

Monique ne pouvait pas le savoir. Et Julien, peu porté d'ordinaire à observer sa propre trajectoire - il craignait trop de s'ennuyer ou de ne plus s'y retrouver -, ignorait qu'il abordait au rivage de la sérénité

Et le lui aurait-on dit, qu'il aurait répondu : "Trop tard !"
Commenter  J’apprécie          60
ladesiderienne   21 novembre 2013
Le Train du soir de Guy Lagorce
Bien avant qu'ils fussent édités en France, Julien s'était procuré les "principes politiques philosophiques, sociaux et religieux" de l'ayatollah Khomeiny. Julien relut le début d'un de ses articles qui commençait par une déclaration de l'iman traduite par un de ses fidèles. L'article avait fait quelque bruit à l'époque : " Si on appliquait pendant une année seulement les lois punitives de l'Islam, on déracinerait toutes les injustices et les immoralités dévastatrices. Il faut châtier les fautes par la loi du talion : couper la main du voleur, tuer l'assassin et non pas le mettre en prison, flageller la femme ou l'homme adultère. Vos égards, vos scrupules "humanitaires" sont plus enfantins que raisonnables. Au terme de la loi coranique, n'importe quel juge réunissant sept conditions : être pubère, croyant, connaître parfaitement les lois coraniques, être juste, ne pas être atteint d'amnésie, ne pas être bâtard ou de sexe féminin, est habilité à rendre la justice dans n'importe quel cas. Il peut aussi juger et régler en un seul jour vingt procès différents, quand la justice occidentale met plusieurs années à les aborder..."

Un article éclairant après lequel bien des confrères avaient commencé à regarder la révolution islamique d'un autre œil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ladesiderienne   22 novembre 2013
Le Train du soir de Guy Lagorce
"Ça va mieux, répéta Monique. Mais avec toi - je veux dire avec Antoine et toi -, on ne savait jamais. Je n'ai jamais su si vous vous aimiez ou si vous haïssiez. Vous n'en saviez probablement rien vous -mêmes. Je ne comprends rien à ces sentiments-là... à votre violence.

- Demande à l'index s'il aime l'annulaire. C'est la même question.

- Un peu facile, Julien, non ?

- Non, Monique, dit-il avec un sourire amer. Et entre les deux il y a le majeur. Le majeur c'était toi. Tout ça vivait ensemble. Un jour on nous a amputé le majeur... et puis il a repoussé... et puis... Il n'existe pas de cure de désintoxication sentimentale. Tu le sais bien.
Commenter  J’apprécie          40
ladesiderienne   03 janvier 2013
Marie en plein soleil de Guy Lagorce
A trente-cinq ans Pierrot n'avait pas d'âge. Fils de métayers alcooliques du domaine de la Larnaudie, il s'était retrouvé orphelin un beau soir à l'âge de douze ans, son père - au plus aigu d'une cuite un peu rude - ayant tiré à bout portant dans la tête de sa mère une cartouche de chevrotine dévastatrice avant d'aller se pendre (avec d'ailleurs paraît-il, beaucoup de difficultés) à la branche maîtresse d'un châtaignier.
Commenter  J’apprécie          30
patatarte2001   29 juillet 2014
Rue des Victoires de Guy Lagorce
Il ne s'était pas passé un seul jour sans que remonte la marée des souvenirs
Commenter  J’apprécie          40
patatarte2001   29 juillet 2014
Rue des Victoires de Guy Lagorce
Vous ne savez de l'amour que le mal qu'il peut faire. Vous aimez vos douleurs
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Femmes et Romans Noirs

L’Affaire du Dahlia noir fait référence au meurtre non élucidé d'Elizabeth Short, surnommée « Le Dahlia Noir ». Qui a signé l'excellent roman intitulé Le Dalhia noir en 1987?

Ed Mc Bain
James Ellroy
James Lee Burke

8 questions
6 lecteurs ont répondu
Thèmes : femmes , Héroïnes , personnages féminins , littérature , romans policiers et polars , roman noir , adapté au cinéma , adaptation , cinemaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..