AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.36 /5 (sur 22 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Pau , le 06/02/1943
Biographie :

Penaud est un ancien commissaire de police et un historien français né le 6 février 1943 à Pau (Pyrénées-Atlantiques), qui a publié de nombreux livres et articles depuis 1974.

Il est entré, en septembre 1964, dans la Police comme Gardien de la paix. Par la suite, il devient inspecteur de police en 1970 (il fut major de sa promotion à l’École nationale de police de Paris), inspecteur principal en 1975, et inspecteur divisionnaire en 1980, à l’antenne de Périgueux du Service régional de police judiciaire de Bordeaux.

Commissaire de police en septembre 1985, après sa scolarité à l’École nationale supérieure de police de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or, il devient en 1987 chef de la Circonscription de Police Urbaine de Bergerac (Dordogne) jusqu'en 1990. Commissaire principal, il termine sa carrière administrative en février 1998 comme Directeur départemental de la Sécurité Publique du Lot, à Cahors, après avoir occupé les postes de Chef adjoint de cabinet du Préfet, adjoint pour la sécurité en Corse (1990-1991), puis de chef de la circonscription de Sécurité Publique de Compiègne (Oise) (1991-1995).
Chevalier de l'Ordre national de la Légion d'honneur (2006).
Chevalier de l'Ordre national des Arts et Lettres (2003)
+ Voir plus
Source : wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Guy Penaud, Commissaire honoraire Historien Festival Simenon 2010 (Les Sables d'Olonne, France)
Citations et extraits (6) Ajouter une citation
Pecosa   13 décembre 2017
Chroniques secrètes de la Résistance dans le Sud-Ouest de Guy Penaud
Alors que dans Bordeaux pavoisé, les rues du centre de la ville devenaient une véritable fourmilière en révolution ou une kermesse désordonnée, la répression spontanée et la justice populaire s'exerçaient déjà: à l'angle de la rue Vital-Carles et du cours de l'Intendance, on jeta à la rue, sans discernement, le contenu de la bibliothèque allemande; place Gambetta, les vitrines du café Régent, fréquenté naguère par l'occupant, volèrent en éclat sous les pavés vengeurs; cours Georges-Clémenceau, une cinquantaine de personnes en délire menèrent un homme blême porteur d'un panonceau "Vendu"; place Tourny, des maquisards excités tirèrent au jugé sur d'invisibles miliciens, qui cherchaient, parait-il, leur salut sur les toits des immeubles; près de l'Hôtel de ville, rue Bouffard, dans la cour de l'hôtel Lalande, qui abritait un poste de police, quelques femmes tondues furent parquées, craintives et inquiètes, sous l'oeil goguenard d'hommes armés.

Bordeaux était libéré.

Au Royal-Gascogne, demeurait en résidence surveillée, une personnalité destituée: Adrien Marquet. Deux jours plus tard, Gabriel Delaunay le fera enfermer au fort-d-Hâ. Quelques années plus tard, Marquet lui témoignera sa reconnaissance pour cette incarcération qui lui avait certainement sauvé la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Pecosa   12 décembre 2017
Chroniques secrètes de la Résistance dans le Sud-Ouest de Guy Penaud
La police française, de son côté, se signalait par le zèle qui animait certains de ses membres dans la chasse aux résistants. L'un d'eux se fit remarquer plus particulièrement par son activité répressive: le commissaire de police Pierre Poinsot, qui ne dissimulait pas sa sympathie pour les cagoulards dont il se vantait d'avoir fait partie.

Nommé à Bordeaux en octobre 1938, il avait été affecté au poste de la gare, où il avait pu donner la mesure de "ses aptitudes" en organisant la surveillance des réfugiés espagnols. (...) Avec l'arrivée des troupes allemandes, il avait élargi son champ d'activité, s'intéressant aux membres des loges maçonniques, aux Gaullistes, bref, à tous ceux qui s'opposaient au régime en place ou à l'occupant.

Dès lors, poursuivant sa tâche avec méthode et ténacité, il arrêta en quelques mois plus de trois cents suspects et procéda à près d'un millier de perquisitions, n'hésitant pas à se mettre à la disposition des autorités allemandes qui lui confièrent des missions répressives. Sa haine des communistes, des gaullistes, des francs-maçons ou des juifs, son admiration sans borne pour les méthodes nazies et son dévouement pour la collaboration firent de lui le plus zélé des partisans français que la Gestapo et la Feldgendarmerie aient pu trouver dans le Sud-Ouest.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
volubilae   06 novembre 2017
Moi, le prince des faussaires en Périgord de Guy Penaud
Ah! J'imagine la tête du procureur de la République, du juge d'instruction, du greffier et de mes gardiens, sans oublier dans doute celle de mon avocat ! Finalement, durant ces mois de détention préventive je me suis distrait à ma manière : la prison était devenue mon théâtre, ma cellule ma scène, les magistrats et le personnel pénitentiaire mon public et mes écrits aberrants mon œuvre littéraire. J'étais tout à la fois Mary Cliquet, Tony Mario et Ali-Ben Cliquet!
Commenter  J’apprécie          100
Bubu-le-bourguignon   20 octobre 2012
Yves Guéna. Le parcours d'un gaulliste historique de Guy Penaud
Mon Général, vous pouvez être fier de moi ; depuis votre Appel du 18 juin, tout au long de ma vie, je n'ai pas un jour manqué de vous servir avec honneur et fidélité
Commenter  J’apprécie          50
GuyAlain   13 septembre 2012
Yves Guéna. Le parcours d'un gaulliste historique de Guy Penaud
Breton de naissance, périgourdin d’adoption et de cœur, mais aussi parisien par ses fonctions, Yves Guéna, l’un des derniers gaullistes historiques, l’un des grands serviteurs de l’État, a admiré le général de Gaulle, apprécié Georges Pompidou, subi Valéry Giscard d’Estaing, détesté François Mitterrand, servi Jacques Chirac, soutenu Nicolas Sarkozy et ignoré François Hollande.
Commenter  J’apprécie          40
ZAPATARTHURUS   09 octobre 2017
Moi, le prince des faussaires en Périgord de Guy Penaud
Dès lors se succédèrent dans mon étude gros propriétaires, petits rentiers et même pauvres paysans apportant qui ses capitaux, qui sa modeste épargne.Chacun s'empressait dans mon bureau où je recevais tout le monde avec mon air de grand seigneur qui inspirait tant le respect. Bientôt, on fit la queue devant ma demeure. Dans mon cabinet, mes clients pouvaient contempler dans un cadre doré, un diplôme de licencié en droit. Aux plus hésitants, surtout les paysans, comme j'avais placé sous mon bureau plusieurs sacs de gros sous, quand les clients étaient là, assis face à moi, je remuais lourdement ces sacs, en murmurant négligemment qu'ils étaient pleins de pièces de cinq francs.
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Monarchies

C’est un Béarnais qui ouvre le bal, monarque du trône de Suède, l’actuel Charles XVI Gustav en est le descendant ! Cocorico . . . Napoléon en serait vexé et furieux !

Aramis
Athos
Bernadotte
François Bayrou

13 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , rois , reinesCréer un quiz sur cet auteur