AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques de Harry Hongda Wu (4)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées
Vents amers
  24 novembre 2020
Vents amers de Harry Hongda Wu
Harry Wu a émigré de la Chine vers la Californie en 1985.

Il a témoigné de son expérience pour ceux qui, comme lui, sont passés (ou qui sont encore) dans les camps de Laogai chargés d’appliquer la réforme idéologique par le travail physique.

Accusé d’être un “droitier”, c’est-à-dire un contre-révolutionnaire, il y passa 9 ans comme prisonnier, devant se rééduquer par le travail forcé selon les principes de la “dictature du prolétariat” et 10 ans comme “travailleur libre”, passant de la ferme de Qinghe à la mine de charbon de Wangzhuang.



En 1961/1962, au plus fort de la famine généralisée suite au “Grand Bond en avant”, les détenus étaient nourris en fonction de leur coopération et de leur allégeance à la révolution.

Certains mangeaient ce qu’ils trouvaient : serpents, grenouilles, réserves faites par les rats dans leurs trous, légumes pourris, moelle d’os déterrés, vers parasites des bovins… car le menu était chaque jour identique à la ferme de Qinghe : le wotou (moitié sorgho, moitié paille de blé fut remplacé par le wotou (20% farine de maïs, 80% rafle de maïs fermentée et moulue) beaucoup moins indiqué pour les intestins.



C’est un témoignage qui prend place à côté de ceux des rescapés des camps de concentration nazis et de ceux de Soljenitsyne dans les Goulags soviétiques.



Je demeure chaque fois effaré de mesurer ce que l’homme est capable d’infliger à l’homme.

De quelle inhumanité il peut faire preuve pour transformer ici des hommes en “hommes socialistes nouveaux”.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Vents amers
  02 mars 2014
Vents amers de Harry Hongda Wu
Harry Wu est né en 1937 dans une famille aisée de Shanghaï. Son père travaillait dans une banque au contact d’étrangers , et en 1952, il a commencé à avoir quelques ennuis. C'était un «  chien courant », un Chinois qui avait établi des liens avec les Occidentaux. Première tare de Harry Wu, être issu d’une telle famille. La deuxième est d’être un intellectuel, se destinant à la géologie, ayant osé émettre quelques réserves sur l’attitude du Parti envers sa famille au cours des mouvements de "rectification"destinés quotidiennement à faire son auto-critique .Quelques réserves aussi sur l’invasion de la Hongrie. De plus, il était entraîneur de l’équipe de base ball et de softball , et des plaintes de joueurs ont été enregistrées: "Nous accusons le contre-révolutionnaire Wu Hongda d’avoir entraîné notre équipe dans une direction capitaliste. Je n’avais pas la moindre idée de ce que cela signifiait. " C’est vrai que vouloir savoir de quoi on est vraiment accusé relève déjà de la gageure sous ce régime. Vous rajoutez à cela que ,très inquiet pour sa fiancée, il a quitté l’école quelques jours pour partir à sa recherche, craignant qu’elle se soit suicidée, et voilà.. Un vrai ennemi de la révolution, un "droitier contre révolutionnaire", c’est ainsi qu’on les appelait , allez, à réformer d’urgence au laogai.

Et c’est parti pour… 19 ans. Oui.



10 ans comme prisonnier, 9 ans comme travailleur volontaire, ce qui ne changeait pas grand chose.



"Sous Mao Zedong, le laogai était un réseau de camps de travaux forcés pour les ennemis du Parti communiste chinois selon les « neuf catégories de nuisibles » (propriétaires fonciers, paysans riches, contre-révolutionnaires, mauvais éléments, droitistes ou droitiers, militaires et agents du Kuomintang, agents ennemis capitalistes et les intellectuels pendant la Révolution culturelle). Aujourd'hui encore, nombre de ces centres de détention existent. On y trouve les opposants politiques, dissidents, et étudiants présents lors des manifestations du 27 avril et 4 juin sur la place Tian'anmen en 1989. On trouve donc également dans ces camps, des activistes qui reconnaissent le pape, des activistes tibétains et un nombre important de pratiquants du Falun Gong.

Du point de vue répressif, le système de « rééducation par le travail » autorise à enfermer les délinquants ou les opposants politiques « pour une durée pouvant aller jusqu'à quatre ans, de manière extrajudiciaire, sans procès ni possibilité de recours à un avocat " Wikipédia



Il va vite s’apercevoir que seuls les plus forts vont pouvoir survivre. Comme partout. Emprisonné au moment de la grande famine du début des années 60, c’est la faim qui est le thème central du récit pendant de nombreux chapitres. Ce qu’ils parviennent à manger à certains endroits,et chaque fois qu’ils changent de camp, c’est cela qu’ils visent. Une heure après l’autre, la lutte contre la faim. La faim les transforme tous en animaux, la pitié est rare entre eux, le seul but est la survie physique. Rats, taupes bouillies, un vrai régal très rare. Un a découvert par hasard un navet? Combien sont derrière pour tenter de lui voler.. C’est vraiment l’instinct de survie animal, plus rien n’a d’importance. Régulièrement, quand même, ils doivent rappeler haut et fort les excellentes raisons qui les ont amenés là à travailler comme des bêtes de somme sans être nourris, s’en repentir publiquement, etc. Toutefois, toujours dans le récit, Harry Wu pose la question de ses propres limites. Pas de tabassage des autres, pas de délation , pas de vengeance entre eux.



En 1965, ils sont 3 à avoir une idée, écrire une lettre au Comité central du Parti communiste disant ceci: "Nous savons que la politique du Parti a pour but de nous aider à mous réformer. Nous savons que la politique concernant la révolte des droitiers a des résultats très positifs. Grâce aux conseils du Parti , pendant nos années de rééducation par le travail , nous sommes parvenus à nous réformer. Même si notre réforme n’est pas totalement achevée, certains parmi nous ont beaucoup progressé. Comment se fait-il qu’aucun droitier n’ait été libéré depuis le 24 mai 1964?"

Ce n’était pas une bonne idée.

Cachot, conditions indescriptibles, et là il croit vraiment qu’il va mourir. Mais il ne meurt pas, et il découvre , finalement, que certains sont capables encore d’un peu de ..solidarité.

"Personne n’avait le droit de me témoigner des signes de compassion cependant je lisais l’inquiétude dans les yeux de mes compagnons. .. Gao captura une grenouille dans les champs, et le deuxième soir, il parvint à me donner un peu de viande fraiche. J’étais en vie, rien d’autre ne comptait."



Harry Wu a été libéré en 1979 , il a réussi à émigrer aux Etats-Unis six ans plus tard. Il a pris le risque de retourner en Chine en 91 et a réussi à filmer clandestinement quelques images de ces camps. En 95, il a recommencé, là il a été arrêté , condamné à 15 ans de camp mais a été expulsé après 60 jours grâce à la pression du gouvernement américain.

Son souhait est que les laogai soient "reconnus par la communauté internationale et classés au même titre que les goulags communistes ou les camps de concentration et camps d'extermination nazis pour leur extrême barbarie envers l'être humain."

Il a créé une fondation et continue à se battre..



J’ai lu ce livre très lentement. Il n’y a aucun pathos, tout est très froid dans la description, avec quelques analyses bien sûr, non politiques mais plutôt axées sur ce que peuvent subir des hommes, et à quoi peut éventuellement être due leur survie.

Au niveau chiffres:

"Le système du laogai est estimé à plus de 1000 camps à travers les différentes régions de la République populaire de Chine. D'après le gouvernement chinois, il concerne actuellement plus de 2 millions d'individus, mais entre 4 et 6 millions de prisonniers selon la Laogai Research Foundation. Cette organisation, créée par Hongda "Harry" Wu, ancien prisonnier chinois du laogai, estime à plus de 50 millions le nombre de prisonniers chinois qui sont passés dans ces camps depuis l'arrivée des communistes au pouvoir en 1949 et à 20 millions d'hommes et de femmes qui y sont morts (froid, faim, maladie, fatigue, exécutions sommaires, etc.)."



De temps en temps, quand même j’avais une petite pensée pour les mouvements maoïstes français.. Mr Glucksmann par exemple dit dans un entretien accordé au Figaro qu’il a encore honte. Il cite Montaigne «Qui suit un autre, il ne suit rien. Il ne trouve rien, voire il ne cherche rien»,

J’espère qu’ils ont tous lu ce livre témoignage , rien de tel que des témoignages individuels pour bien comprendre ce que l’on a cautionné.










Lien : http://www.franceinter.fr/em..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Retour au Laogai : La vérité sur les camps de l..
  06 août 2014
Retour au Laogai : La vérité sur les camps de la mort dans la Chine d'aujourd'hui de Harry Hongda Wu
Le livre date un peu, mais c'est un témoignage ahurissant sur les camps de rééducation par le travail en Chine, et les exactions du régime communiste chinois en particulier dans les années 60s / 70s.
Commenter  J’apprécie          20
Laogai. Le goulag chinois
  23 août 2020
Laogai. Le goulag chinois de Harry Hongda Wu
Harry Wu décortique l’implacable « organisation » du système concentrationnaire Chinois dans lequel il a passé 19 années de son existence, et nous présente, ici, son précieux témoignage.

En effet, rares sont les survivants, comme par exemple le terrifiant témoignage du Français Jean Pasqualini Prisonnier de Mao; Sept ans dans un camp de travail en Chine, qui ont écrit sur leur déshumanisante « expérience » des camps de concentration du Laogaï Chinois ou Goulag Chinois.

Et pour cause, le Parti Etat unique Communiste sévit encore en Chine en ce 21ème siècle. La chape de plomb Totalitaire Communiste étouffe toujours : tous ceux qui voudraient dénoncer le « système » ou juste s’exprimer librement.Malheureusement la « recette » IDEOLOGIQUE est toujours la même depuis le début de l’U.R.S.S. : Marxisme-Léninisme, lutte des classes, dictature du prolétariat sont les dogmes intangibles, ineptes et inhumains qui ont conduit Mao Tsé-Toung et Deng Xiaoping à enfermer des DIZAINES de MILLIONS d’innocents dans des camps de concentration, dont des MILLIONS y sont morts : de faim, de froid, de maladie, d’épuisement, fusillés, etc..

L’un des terribles objectifs est de transformer le prisonnier en esclave aux travaux forcés pour contribuer à moindre coût (détenus nourris uniquement pour les maintenir en vie quelques temps seulement) au développement économique du pays.

C’était déjà le même objectif en U.R.S.S., mais en plus, comme le démontre fort bien Harry Wu, les communistes Chinois sont les « spécialistes » du LAVAGE DE CERVEAU et de la REEDUCATION MENTALE (auto-accusations, faux aveux extorqués par la violence, dénonciations). Car le but ultime des régimes Totalitaires Communistes est de : rééduquer ou exterminer l' »homme ancien » , l' »ennemi de classe », le « contre-révolutionnaire », etc., potentiellement contaminé par l' »esprit bourgeois capitaliste » afin de créer l' »homme nouveau » parfait : COMMUNISTE.Le bilan de toutes ces horreurs : l’auteur évalue à, au minimum 50 MILLIONS les prisonniers qui ont connu l’enfer dans les camps de concentration et les tristement « célèbres » camps de « rééducation » par le travail du Laogaï Chinois, depuis 1949. Il estime également a environ 20 MILLIONS le nombre d’innocents « ennemis du peuple » exécutés en Chine.Dramatiquement, des MILLIONS de prisonniers sont toujours enfermés de nos jours en Chine, dans plus de MILLE camps de concentration !

Confer également les précieux témoignages sur le thème du Totalitarisme, de :

– Alexandre Soljénitsyne (L’archipel du Goulag) ;

– Alexandre Soljénitsyne (Une journée d’Ivan Denissovitch) ;

– Jacques Rossi (Qu’elle était belle cette utopie !) ;

– Jacques Rossi (Le manuel du Goulag) ;

– Evguénia S. Guinzbourg (Le vertige Tome 1 et Le ciel de la Kolyma Tome 2) ;

– Margarete Buber-Neumann (Déportée en Sibérie Tome 1 et Déportée à Ravensbrück Tome 2) ;

– Iouri Tchirkov (C’était ainsi… Un adolescent au Goulag) ;

– Boris Chiriaev (La veilleuse des Solovki) ;

– Malay Phcar (Une enfance en enfer : Cambodge, 17 avril 1975 – 8 mars 1980) ;

– Sergueï Melgounov (La Terreur rouge en Russie : 1918 – 1924) ;

– Zinaïda Hippius (Journal sous la Terreur) ;

– Jean Pasqualini (Prisonnier de Mao) ;

– Kang Chol-Hwan (Les aquariums de Pyongyang : dix ans au Goulag Nord-Coréen) ;

– Aron Gabor (Le cri de la Taïga) ;

– Varlam Chalamov (Récits de la Kolyma) ;

– Lev Razgon (La vie sans lendemains) ;

– Pin Yathay (Tu vivras, mon fils) ;

– Ante Ciliga (Dix ans au pays du mensonge déconcertant) ;

– Gustaw Herling (Un monde à part) ;

– David Rousset (L’Univers concentrationnaire) ;

– Joseph Czapski (Souvenirs de Starobielsk) ;

– Barbara Skarga (Une absurde cruauté) ;

– Claire Ly (Revenue de l’enfer) ;

– Primo Levi (Si c’est un homme) ;

– Primo Levi (Les naufragés et les rescapés : quarante ans après Auschwitz) ;

– Shlomo Venezia (Sonderkommando : Dans l’enfer des chambres à gaz) ;

– Anastassia Lyssyvets (Raconte la vie heureuse… : Souvenirs d’une survivante de la Grande Famine en Ukraine) ;

– François Ponchaud (Cambodge année zéro) ;

– Sozerko Malsagov et Nikolaï Kisselev-Gromov (Aux origines du Goulag, récits des îles solovki : L’île de l’enfer, suivi de : Les camps de la mort en URSS) ;

– François Bizot (Le Portail) ;

– Marine Buissonnière et Sophie Delaunay (Je regrette d’être né là-bas : Corée du Nord : l’enfer et l’exil) ;

– Juliette Morillot et Dorian Malovic (Evadés de Corée du Nord : Témoignages) ;

– Barbara Demick (Vies ordinaires en Corée du Nord) ;

– Vladimir Zazoubrine (Le Tchékiste. Récit sur Elle et toujours sur Elle).
Lien : https://totalitarismes.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LNHI-36263: vocabulaire - les mots du chinois en français

aïnou (n.m)

peuple et langue de ce peuple du nord du Japon
sorte d'antilope à longues cornes
type de végétation proche du lichen

14 questions
65 lecteurs ont répondu
Thèmes : chineCréer un quiz sur cet auteur