AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.48 /5 (sur 136 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Yvelines , 1993
Biographie :

Hector Mathis grandit aux environs de Paris entre la littérature et les copains de banlieue.

Écrivant sans cesse, s’orientant d’abord vers la chanson, il finit par se consacrer pleinement au roman. Frappé par la maladie à l’âge de vingt-deux ans, il jette aujourd’hui l’ensemble de ses forces dans l’écriture.

Source : http://www.buchetchastel.fr/fiche-auteur5922/hector-mathis
Ajouter des informations
Bibliographie de Hector Mathis   (2)Voir plus


Entretien avec Hector Mathis, à propos de son ouvrage K.O.


02/07/2018


Vous sortez votre premier livre à la rentrée chez Buchet-Chastel, intitulé K.O. Avant de commencer la lecture on se dit : drôle de titre pour un premier roman, et un jeune auteur…

Il fallait que le titre soit court et percutant. Je pense que cela correspond parfaitement au style du roman. K.O. c`est à la fois le déséquilibre absolu et le compte à rebours, celui qui précède le knockout lorsque le combattant se trouve à terre.



On suit donc Sitam, qui décide de quitter Paris après les attentats de novembre 2015 avec sa copine, la môme Capu. Qu`avez-vous mis de vous dans cet alter ego ? Quand l`un des personnages pose à peu près cette question à Sitam dans le livre, il répond : « On n`est jamais plus inventif que dans la mauvaise foi. » Et vous, que répondriez-vous ?

Exactement la même chose que mon alter ego.



Difficile, en vous lisant, de ne pas penser au roman populaire des années 1930, et plus précisément au phrasé de Louis-Ferdinand Céline, à cette écriture parlée, poétique, argotique, et un peu canaille. Comment l`avez-vous trouvée, votre « petite musique » ?

Elle m`est venue naturellement. J`ai commencé par la chanson et depuis je n`écris qu`à haute voix. Mes romans sont des partitions, il faut du rythme et de la musicalité. Ce n`est pas le réel que je souhaite retranscrire, c`est l`émotion du réel. Quand j`ai découvert Céline, Jehan Rictus, Henry Poulaille et d`autres j`ai eu le sentiment d`appartenir à une famille. Cette langue sans cesse réinventée (la leur) c`est le remède à une littérature blanche, précieuse et artificielle.



Sitam est rongé par une « maladie inflammatoire chronique », le forçant à se médicamenter quotidiennement. Loin de le réconforter, il vit cette obligation comme une chape sanitaire, et semble trouver beaucoup plus de réconfort dans la musique et l`écriture. Mais au fait, pour un jeune nostalgique comme lui, est-ce que les notes et les mots suffisent à supporter cette vie, ce monde ?

C`est un personnage tout à fait désespéré. Mais c`est justement ce qui lui permet de tenter d`habiter l`instant et de ne pas être suspendu à d`hypothétiques « jours meilleurs ». Sitam meurt en permanence. La seule ivresse qui l`emmène au cœur du réel est celle de l`écriture. Je dirais donc que les notes et les mots lui suffisent à supporter cet immense chaos. Mais seulement par moments…



K.O. évoque largement l`écriture, la bohème de l`écrivain, l`amour du langage. Comment on sort de tout ça pour penser au prochain livre ? Est-ce que vous en êtes déjà là ?

Je ne me suis pas posé la question. le second roman est terminé, il m`est venu naturellement car il est issu du même souffle. C`est la suite. Le chaos se poursuit, ce n`est qu`une seule et même phrase…





Hector Mathis à propos de ses lectures




Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire ?

Le Procès de Franz Kafka.



Quel est le livre que vous auriez aimé écrire ?

Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline.



Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

L`Odyssée d`Homère.



Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

La Chute dans le temps d`Emil Cioran.



Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

Du côté de chez Swann de Marcel Proust.



Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?

La Peau et les Os de Georges Hyvernaud.



Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?

Je dirais Madame Bovary. Même si Gustave Flaubert est un génie.



Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

« Ne se suicident que les optimistes qui ne peuvent plus l`être. Les autres, n`ayant aucune raison de vivre, pourquoi en auraient-ils de mourir ? » Emil Cioran.



Et en ce moment que lisez-vous ?

Perturbation de Thomas Bernhard.


Découvrez K.O. de Hector Mathis, à paraître le 16/08/2018 aux éditions Buchet-Chastel :






Entretien réalisé par Nicolas Hecht.




étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Il y a déjà de longs mois que Sitam a brutalement quitté ceux qui partageaient son existence. Conscient désormais de son erreur, il cherche à retrouver sa compagne, lorsqu'il apprend la mort d'un ancien copain. Cette nouvelle l'oblige à retourner dans sa banlieue natale. Un voyage qui va le replonger dans le passé. Ils étaient alors dans la même galère et formaient une bande. Complices, ils ont grandi entre la déconne, les problèmes d'argent et une soif immodérée d'aventure... Deuxième roman d'Hector Mathis, Carnaval entraîne le lecteur dans le grand défi lé de personnages hauts en couleur que la vie n'épargne guère. Et le rire, toujours présent, rivalise joyeusement avec le désespoir.

+ Lire la suite

Citations et extraits (85) Voir plus Ajouter une citation
gill   15 août 2018
K.O. de Hector Mathis
Je me demande bien comment apparaissent les poches gigantesques qu'on observe sous les yeux des attristés ...
Commenter  J’apprécie          260
RChris   15 août 2018
K.O. de Hector Mathis
Notre banlieue. Ici le goudron est comme une vieille peau usée. Pleine de fissures, de crevasses, de caniveaux crayonnés, de marquages blancs et jaunes effacés, de petits morceaux de goudron plus récents, coulés pour combler les trous. Une voirie de fortune. Le terrain de jeu des gamins de la grisâtre.
Commenter  J’apprécie          240
Erik35   30 août 2018
K.O. de Hector Mathis
Certains me demandent ce que j'entends par "détraqués", le rapport avec la littérature, quand ils parviennent à lire un bout, à me voler mes notes du coin de l’œil. Chacun sa messe. La nôtre c'est des cantiques d'ivrognes, que je leur réponds. Des poèmes d'ignares. De fous furieux. De colériques. Furieux, voilà ce qu'on est, nous les détraqués, que je leur dis.
Commenter  J’apprécie          230
Bazart   28 juillet 2018
K.O. de Hector Mathis
La vulnérable était prise d'une crise incroyable, Paris tétanisé de conscience . la guerre nouvelle génération. pas quatorze du tout, ni trente neuf ni rien, une nouvelle qui ne ressemble pas, qui inaugure plutôt.
Commenter  J’apprécie          220
Erik35   28 août 2018
K.O. de Hector Mathis
L'époque, cette époque où tout flotte, où les croque-poussière vont vers la mort à n'importe quel prix et où les autres ne veulent que s'amuser. Ils ont encore tous le spleen du vingtième siècle, encore tout brusqués qu'ils sont. Metro ! Démocratie ! Internet ! Carte à puce ! Le vingt et unième c'est l'épitaphe de l'Histoire entière, on est enfin arrivés au bout. C'est à celui qu'aura l'ultime formule. Tout le monde a compris que c'était terminé, on balbutie juste pour trouver le bon mot. Des dizaines d'années pour trouver de quoi occuper le tailleur de pierre? L'épitaphe ! C'est ça qu'il faut que j'écrive, juste une épitaphe.
Commenter  J’apprécie          200
nadejda   17 août 2018
K.O. de Hector Mathis
Un roman c'est un ballet, la musique emporte tout et la musique c'est les mots ! On y croise des visages et des silhouettes. Des personnges dansent une chorégraphie qu'ils pensent être la leur, mais en vérité il n'y a que la musique, tout le reste est en fonction, rien n'existe en dehors d'elle. Ils obéissent, voilà tout ! Pour faire résonner la mélodie j'avaisdes tonnes de mots à faire valser, chuter dans les variations, escalader les clés, les triolets, en percutant les accords jusqu'à la dissonance. Comme le jazz. Tout pareil !
Commenter  J’apprécie          200
Fleitour   27 août 2018
K.O. de Hector Mathis
la vie ce n'est qu'une foutue partition

pour détraqués.

p 201
Commenter  J’apprécie          200
Fleitour   03 novembre 2018
K.O. de Hector Mathis
Pour traquer la beauté il faut beaucoup de silence,

dans ce cabanon çà suintait le silence.

page 162
Commenter  J’apprécie          190
Erik35   27 août 2018
K.O. de Hector Mathis
C'est misérable et pathétique deux corps nus, presque toujours disgracieux, et qui gesticulent. Ridicule. Heureusement qu'il y a les hormones, il fallait bien trouver un moyen de rendre compatibles l'absurde et l'infini.
Commenter  J’apprécie          180
Tandarica   17 août 2018
K.O. de Hector Mathis
Mon premier s'en prend à l'ail, mon second distribue le courrier, mon troisième ne rit pas jaune, mon dernier n'est pas rapide, et mon tout est l'inventeur de la charade à tiroirs !

(réponse p. 94)
Commenter  J’apprécie          181

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les indiens d'Amérique du Nord

Publié pour la première fois en 1970 aux États-Unis, ce livre de Dee Brown retrace les étapes de la Conquête de l'Ouest et les massacres des indiens entre 1860 et 1890 :

Enterre mon corps Wounded Knee
Enterre mon cœur à Wounded Knee
Enterre mon âme à Wounded Knee
Enterre mon esprit à Wounded Knee
Enterre mon scalp à Wounded Knee

10 questions
164 lecteurs ont répondu
Thèmes : conquete de l'ouest , far-west , western , ute , navajos , Nez Percé (Indiens) , comanche , Apache (Indiens) , Cheyennes (Indiens) , Sioux (Indiens) , indiens d'amérique , littérature américaineCréer un quiz sur cet auteur

.. ..