AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.72 /5 (sur 301 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Francfort-sur-l'Oder , le 18/10/1777
Mort(e) à : Berlin (Wannsee) , le 21/11/1811
Biographie :

Heinrich von Kleist est un écrivain allemand.

Issu d'une famille noble de militaires, il est confié à un précepteur. En 1788, son père décède laissant sa famille dans une situation difficile. Heinrich entre en 1792 dans l'armée comme caporal. Il participe au siège et au blocus de Mayence. En 1793, il perd sa mère.

En 1799, il démissionne de l'armée et s'inscrit à l'université de Francfort : il y étudie les mathématiques et les sciences naturelles. En 1800, il se fiance avec Wilhelmine. Refusant de réintégrer l'armée, il travaille comme fonctionnaire à Berlin. En 1801, il lit Kant, ce qui le plonge dans une profonde dépression.

Après un voyage en France, il s'installe à Thun où il termine sa pièce, "La Famille Schroffenstein". En 1802 il se brouille avec sa fiancée et tombe malade. "La Famille Schroffenstein" est publiée anonymement l'année suivante. Cette année est synonyme de voyages. Après avoir brûlé le manuscrit de "Robert Guiscard", il quitte Paris et part, jusqu'au camp de Boulogne, afin de s'engager dans l'armée française. Après un premier échec il retourne à Paris, avant de faire une nouvelle tentative. Puis, renonçant à ses projets, il obtient un passeport et retourne en Allemagne. Tombé malade, il s'arrête à Mayence où il demeure alité six mois et termine "Robert Guiscard". Il repart vers Berlin en 1804.

Stagiaire à l'administration des Domaines à Kœnigsberg, où il arrive en 1805, il écrit "Michael Kohlhaas", "La Marquise d'O..." et "Amphitryon". Renonçant à une carrière de fonctionnaire, il quitte le service. En 1807, soupçonné d'espionnage, il est arrêté par les français et envoyé comme prisonnier de guerre en France, avant d'être libéré le 13 juillet.

En 1807, il publie "Tremblement de terre au Chili", finit "Penthésilée" et "La Petite Catherine de Heilbronn". En 1808, paraît sa revue Phœbus. Kleist propose à Goethe d'y collaborer, mais celui-ci refuse. Phœbus ne dure qu'un an. La même année paraît "La Marquise d'O...", tandis qu'est représentée pour la première fois "La Cruche Cassée". Sa pièce "La Bataille d'Hermann" est interdite en 1809.

En 1810, il écrit son drame"Le Prince de Hombourg". En novembre, il rencontre une Henriette, femme mariée, avec qui il échange une correspondance amoureuse. En 1811, est publiée sa nouvelle, "Les Fiancés de Saint-Domingue". Il adresse à Henriette les "Litanies de la Mort". Ils se donnent rendez-vous et se donnent la mort.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Pourquoi tant d'écrivains mélancoliques se sont-ils suicidés, alors qu'ils étaient déjà célèbres et en train d'écrire leurs oeuvres les plus prometteuses ? Franz Kaltenbeck montre comment l'écriture est devenue mortelle en elle-même pour des auteurs comme Kleist, Stifter, Nerval, Celan, Foster Wallace. Alors que l'écriture d'une oeuvre peut soutenir son auteur jusqu'à lui éviter la folie, comme on le voit chez Joyce et d'autres artistes, certains, au contraire, en meurent. C'est à résoudre cette contradiction, qui a dans chaque cas des coordonnées singulières, que s'attache Franz Kaltenbeck en lisant des écrivains mélancoliques célèbres du xixe au xxie siècle. Il les considère comme des puits de savoir sur leur mélancolie, longuement décrite à travers leurs fictions. Il s'appuie sur sa solide connaissance de Freud, dont il tire des arguments nouveaux grâce à Kafka. On comprend, à le suivre, que ce qui a d'abord résisté à la mélancolie chez ces auteurs a subi par la suite une défaite mortelle. L'écrivain américain David Foster Wallace met particulièrement ce phénomène en évidence : il dit qu'une catastrophe, qu'il identifie de loin sans pouvoir la maîtriser – la transformer – par l'écriture, l'attend au tournant comme un cyclone. À l'instar de Kleist, Stifter, Celan, Nerval avant lui, il s'est suicidé au sommet de son art.
+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (72) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-B   27 octobre 2014
Le Prince de Hombourg de Heinrich von Kleist
LE PRINCE DE HOMBOURG : De quelle importance peut vous être l'unique, la pauvre victoire que j'arracherai peut-être encore à Wrangel, en regard du triomphe que demain j'aurai glorieusement remporté sur l'ennemi intérieur, sur l'indiscipline et la présomption ?



Acte V, Scène 7.
Commenter  J’apprécie          360
Nastasia-B   13 octobre 2014
Le Prince de Hombourg de Heinrich von Kleist
LE PRINCE DE HOMBOURG : La vie, dit le derviche, n'est qu'un voyage, et bien court. Il est vrai !



Acte IV, Scène 3.
Commenter  J’apprécie          310
Nastasia-B   14 octobre 2014
Le Prince de Hombourg de Heinrich von Kleist
L'ÉLECTEUR : C'est une brillante victoire que celle d'aujourd'hui et j'en veux demain au pied de l'autel remercier Dieu. Pourtant serait-elle dix fois plus grande, cela n'excuse en rien celui par la faute de qui je la dois au hasard : il me reste plus de batailles encore à livrer et je veux qu'il soit obéissance à la loi. Qui que ce soit qui ait mené les cavaliers à la bataille, il a, je le répète, joué sa tête et je le fais comparaître devant une cour martiale.



Acte II, Scène 9.
Commenter  J’apprécie          250
Sachenka   29 avril 2016
Le Prince de Hombourg de Heinrich von Kleist
L'ÉLECTEUR :

De quel droit, pauvre fou, espères-tu cela

Si chacun, sur le char du combat,

Peut me prendre les rênes des mains?

Crois-tu que la chance va sans cesse, comme elle vient de le faire,

Récompenser la désobéissance d'une couronne de gloire?

Je n'aime pas la victoire qui, enfant du hasard,

Tombe comme à la loterie ; c'est la loi,

Mère de ma couronne, que je veux préserver,

Elle qui m'a engendré et m'a donné tant de victoires!
Commenter  J’apprécie          250
Fabinou7   20 janvier 2020
De l'élaboration progressive des idées de Heinrich von Kleist
"Le Français dit "l'appétit vient en mangeant" et ce principe reste vrai quand on le parodie et que l'on dit, l'idée vient en parlant."
Commenter  J’apprécie          250
Nastasia-B   02 novembre 2014
Le Prince de Hombourg de Heinrich von Kleist
L'ÉLECTEUR : De quel droit peux-tu, insensé, nourrir de tels espoir, si, sur le char de combat, il est permis à chacun de me prendre les guides des mains ? Penses-tu que la fortune doive toujours, comme en ce cas, récompenser l'insubordination ? Je ne veux pas d'une victoire engendrée par le hasard comme un bâtard ; je veux maintenir en honneur la loi, mère de ma couronne, qui m'a donné toute une lignée de victoires !

KOTTWITZ : Seigneur, [...] qu'as-tu à faire, dis-moi, de la règle selon laquelle on bat l'ennemi : pourvu qu'il tombe devant toi avec tous ses drapeaux ? La règle qui le bat, c'est la règle suprême !



Acte V, Scène 5.
Commenter  J’apprécie          200
Nastasia-B   21 octobre 2014
Le Prince de Hombourg de Heinrich von Kleist
{N. B. : j'aime à considérer le poids que pouvait avoir une femme à l'époque...}

L'ÉLECTEUR : Qui te l'a dit ?

LE FELDMARÉCHAL : Qui me l'a dit ? Madame Retzow, à qui tu peux te fier, la cousine de ma femme ! Elle était ce soir chez son oncle, le bailli de Retzow, et là des officiers qui venaient du camp ont manifesté à haute voix cette intention effrontée.

L'ÉLECTEUR : Il faut qu'un homme me le dise pour que je le croie !



Acte V, Scène 3.
Commenter  J’apprécie          203
Nastasia-B   18 octobre 2014
Le Prince de Hombourg de Heinrich von Kleist
LE PRINCE DE HOMBOURG : Était-ce donc un crime digne de mort que de jeter dans la poussière la puissance suédoise dix minutes plus tôt qu'il n'était ordonné ? Et quel autre forfait pèse sur ma poitrine ? Comment pourrait-il me faire comparaître devant ce tribunal de juges au cœur sec qui, lugubres comme des hiboux, reprenaient sans cesse un chant funèbre où il n'était question que de ma mort : s'il ne se réservait de surgir dans cette enceinte comme un Dieu apportant une sentence majestueuse et sereine ?



Acte III, Scène 1.
Commenter  J’apprécie          180
Nastasia-B   15 octobre 2014
Théâtre complet de Heinrich von Kleist
NATALIE : Hélas, que sont la grandeur et la gloire des hommes !



LE PRINCE DE HOMBOURG : Acte IV, Scène 1.
Commenter  J’apprécie          190
Heinrich von Kleist
moravia   28 septembre 2013
Heinrich von Kleist
C'est le propre de toute forme parfaite que l'esprit s'en dégage de façon immédiate et directe, tandis que la forme vicieuse le retient prisonnier, tel un mauvais miroir qui ne nous rappelle rien d'autre que lui-même.
Commenter  J’apprécie          180

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Heinrich von Kleist (475)Voir plus


Quiz Voir plus

Littérature allemande... ou pas?

...

Elias Canetti
Katarina Mazetti

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , littérature germanique , germanophoneCréer un quiz sur cet auteur

.. ..