AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.6 /5 (sur 86 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Yorkshire , le 12/12/1952
Mort(e) à : Bristol , le 5/06/2017
Biographie :

Née le 12 décembre 1952, Helen Dunmore est poète, romancière et auteure jeunesse britannique.
Helen Dunmore étudie l’anglais à l’Université de York et devient professeure d’anglais en Finlande, avant d’enseigner la littérature à l’Université de Bristol. Passionnée par les langues étrangères, elle parle couramment français.

Helen Dunmore publie son premier roman en 1993, Zennor in Darkness, traduit en français par Michèle Albaret sous le titre Dans l’ombre de Zennor (Autrement, 1995). En 1996, son troisième roman Un hiver enchanté (Autrement), traduit de l’anglais par Lise Rosenbaum, remporte le prix Orange pour la fiction.

La romancière, aussi critique littéraire, poète et traductrice, est élue membre de la Royal Society of Literature en 1997. Dans La faim (Belfond, 2003), elle relate le siège de Leningrad par l’armée allemande en 1941 à travers les yeux d’Anna, une orpheline de 22 ans. En février 2017, Helen Dunmore donne une nouvelle vie à son héroïne dans Trahir (Mercure de France), devenue enseignante à Leningrad, dix ans après le siège de la ville.

Elle a été Récipiendaire de nombreux prix pour ses romans comme pour ses poèmes.
+ Voir plus
Source : http://en.wikipedia.org/wiki/Helen_Dunmore
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Trahir de Helen Dunmore aux éditions Mercure de France Brusquement et sans signes avant-coureurs, Volkov tape du poing sur la table : "Vous pensez que je ne me rends pas compte que mon fils est très sérieusement malade ? Vous, les médecins, vous nous prenez tous pour des imbéciles ! Vous savez qui je suis ?" Andreï pose ses mains à plat sur ses genoux. D'une part, il ne sait pas quoi répondre. de l'autre, il devine que tout ce qu'il pourra dire sera pris pour de la provocation. Il est fort naturel qu'un père ait besoin d'exprimer ses émotions. Et il faut surtout que Volkov ait le sentiment d'être un parent et rien d'autre, ici, dans cet hôpital. Mais Volkov est un des chefs de la terrible police secrète. On est à Leningrad, en 1952. Andreï, jeune et brillant pédiatre, a vu arriver dans son service un petit garçon souffrant d'un très grave cancer des os - le fils unique de Volkov. Or celui-ci n'accepte pas le diagnostic, ni le verdict : amputation d'une jambe. Quoi qu'il arrive, Andreï sera coupable et donc puni. Alors que faire, quand l'étau se referme sur lui et sa famille ? Partir dans une autre ville ? On le retrouvera. Se cacher ? C'est impossible. Lâché par ses collègues et amis, tous contaminés par la terreur ambiante et prêts à le trahir, il risque de payer le prix fort. http://www.lagriffenoire.com/70052-divers-litterature-trahir.html Vous pouvez commander Trahir sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
horline   17 juin 2015
Le mensonge de Daniel Branwell de Helen Dunmore
J’ai peur de me mêler à la foule. Dans Turk Street, j’ai l’impression que toutes les autres créatures que je croise sont déguisées. Leur peau est un voile qui dissimule les intestins et les chairs brutes, visqueuses à l’intérieur. Je devine comment leurs os se fendraient et se sépareraient. Je vois l’arête d’un os déchiqueté, pointé d’une cuisse ou d’un coude. Je vois des corps qu’on a ramassés, en lambeaux, et flanqués par terre.
Commenter  J’apprécie          203
bilodoh   19 octobre 2013
La faim de Helen Dunmore
Tant que vous pouvez encore marcher, si lentement que ce soit, et vous arrêter de temps en temps pour lever le visage vers le soleil, laisser un brouillard rouge pénétrer vos paupières, tout est encore possible. (p. 361)
Commenter  J’apprécie          80
horline   17 juin 2015
Le mensonge de Daniel Branwell de Helen Dunmore
Avoir de la mémoire comme moi, c’est plus un fléau qu’une bénédiction. Ma mémoire coupe dans le passé, aussi nettement que la lame d’un couteau, puis me le sert étincelant.
Commenter  J’apprécie          70
JeanPierreV   26 juin 2017
Trahir de Helen Dunmore
Les gens qui voient leur mort approcher ont besoin d'une vieille grand-mère qui veuille bien rester auprès d'eux, à guetter les minuscules signaux qui expriment la soif ou la douleur chez ceux qui sont trop faibles pour parler. Les vieilles grand-mères n'ont pas peur de la mort. Elles la traitent d'égal à égal ; elles ne croient pas que leur rôle soit de la dominer. (P. 237)
Commenter  J’apprécie          60
NATB   04 janvier 2016
Le mensonge de Daniel Branwell de Helen Dunmore
Dans les ténèbres qui m'enserrent,

Noires comme un puits où l'on se noie,

Je rends grâce aux dieux, quels qu'ils soient,

Pour mon âme invincible et fière.



Dans de cruelles circonstances,

Je n'ai ni gémi ni pleuré.

Meurtri par cette existence

Je suis debout bien que blessé.*



* Tiré de Invictus, poème de William Ernest Henley
Commenter  J’apprécie          40
bilodoh   19 octobre 2013
La faim de Helen Dunmore
"C'est l'époque, dit Anna. Tous à l'heure, je rampais sur le sol d'un immeuble incendié, pour en extraire des blocs de bois à moitié brûlés. Une femme à voulu m"emprunter mon ciseau et j'ai refusé. Mais ce n'est pas tout. Je lui aurais planté dans le corps si elle avait essayé de le prendre. On se retrouve à faire des choses dont on ne se serait jamais crue capable. (p.311)
Commenter  J’apprécie          20
line70   19 mars 2011
La faim de Helen Dunmore
Je peux réciter page après page. Je ferme les yeux, et c'est comme si j'avais le livre en face de moi. Je répète le passage où Tatiana est perdue dans son rêve. Les plaines, les sapins, la lumière fantomatique et le craquement de ses pas dans la neige: ils me reviennent si fortement que c'est comme si je n'avais jamais rien lu sur eux, jamais pensé à eux. Je dis presque à voix haute que je regrette de ne pas les avoir compris jusqu'à présent. Mes yeux se remplissent de larmes et je ne sais pas pourquoi. Mais je sais que c'est grâce à ces choses, et rien d'autre, que nous survivons. La poésie n'existe pas pour rendre la vie belle. La poésie est la vie elle-même.
Commenter  J’apprécie          10
JeanPierreV   26 juin 2017
Trahir de Helen Dunmore
Il y a quelque chose que Russov ne lui dit pas. il doit craindre une maladie grave. Il veut qu'Andreï examine ce garçon, le prenne en charge, prescrive les examens et apprenne le verdict à la famille. Russov fera l'impossible pour ne pas annoncer lui-même la mauvaise nouvelle à Volkov. Pour que ce ne soit pas son visage dont Volkov se souvienne, avec la rage froide et dure qu'un homme comme lui éprouvera certainement face à quelque chose qui échappe à son contrôle. (P. 15-6)
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   20 novembre 2015
Un été vénéneux de Helen Dunmore
Même de nos jours les gens refusent souvent qu’on les prenne en photo, ou alors ils veulent quelque chose en échange, de l’argent ou autre. Ce mariage m’avait plu et ça s’est vu sur les clichés. J’aimais leur façon de dépenser l’argent qu’ils n’avaient pas, et les enfants qui comprenaient tout : ils voyaient les bagarres succéder aux beuveries mais ils adoraient ça, de cette façon innocente qu’ont les enfants de craindre une chose et de l’aimer en même temps.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   20 novembre 2015
Un été vénéneux de Helen Dunmore
—Tu aimes prendre des risques à ce que je vois.

—De toute façon il y en a toujours, alors pourquoi prétendre le contraire ? On est aussi bien ici qu’ailleurs.
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature anglaise : XVIIIème ou XIXème siècle ?

Orgueil et préjugés - Jane Austen

18ème siècle
19ème siècle

20 questions
9 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature anglaise , 19ème siècle , 18ème siecleCréer un quiz sur cet auteur
.. ..