AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.47 /5 (sur 59 notes)

Nationalité : Cameroun
Né(e) à : Douala , 1973
Biographie :

Hemley Boum, née en 1973 à Douala, est une romancière camerounaise francophone.

Elle grandit à Douala. Elle obtient une maîtrise en sciences sociales à l’Université catholique d’Afrique Centrale, à Yaoundé, suit un troisième cycle de Commerce extérieur à l’Université catholique de Lille, puis passe un DESS marketing et qualité à l’École supérieure de Lille. De retour à Douala, elle y travaille pendant sept ans pour une entreprise internationale.

Elle vit désormais à Paris, avec son mari et leurs deux enfants.

Ajouter des informations
Bibliographie de Hemley Boum   (5)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Hemley Boum et Catherine Blondeau sont deux écrivaines invitées au festival Au fil des ailes, programmé du 12 au 27 novembre 2021 en région Grand Est. Découvrez leurs oeuvres respectives à travers les mots de Manon Saint-Marc, conservatrice à la bibliothèque universitaire de Reims.

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
montmartin   11 août 2020
Les jours viennent et passent de Hemley Boum
Elle se mettait en colère ou fondait de tendresse à l'évocation de ses souvenirs, l'on aurait dit que ces années passées, enfuies, ces personnes absentes, disparues, revenaient pour un dernier tour de piste avant les adieux, ou les retrouvailles.
Commenter  J’apprécie          100
lilice_brocolis   12 février 2016
Les maquisards de Hemley Boum
Um cria les derniers mots, la foule se leva et l'acclama avec enthousiasme. Esta sentit son coeur vibrer au diapason de celui de ses voisins. il ne leur avait pas fait l'injure de négliger leur intelligence. Il n'était pas venu leur imposer une ligne de conduite. Il expliquait, prenait le temps, donnait des détails, traduisait pour eux les textes des Nations Unies, il leur expliquait l'organisation du monde des Blancs, cette nébuleuse dont ils subissaient le joug sans en comprendre le sens, tout cela en bassa, en leur langue. L'homme s'adressait à leur coeur, et aussi à leur raison, faisant confiance à leur intelligence. Et ils l'entendaient. Oh oui, ils l'entendaient !
Commenter  J’apprécie          60
lilice_brocolis   12 février 2016
Les maquisards de Hemley Boum
Un étau lui comprimait la poitrine, qui jour après jour, se resserrait d'un cran. Comment protéger ses filles ? Comment leur parler un langage qu'elles acceptent d'écouter ?
Commenter  J’apprécie          70
asnico   14 novembre 2019
Les jours viennent et passent de Hemley Boum
Je pense aujourd'hui que le savoir occidental est à la fois élémentaire et despotique: il y a un Dieu unique et il est dans les églises, l'instruction est dans les livres, l'art est dissocié de la spiritualité, relégué dans des lieux prévus à cet effet, la loi est la même pour chacun et toute valeur est marchande. La réussite n'est comprise que comme matérielle. Les chemins de la vie sont fléchés, balisés et vous avez le choix de suivre...

... la voie qui vous est dévolue. (p 48)
Commenter  J’apprécie          50
Dridjo   26 mai 2014
Si d'aimer de Hemley Boum
« Ma vie n’est pas un roman. C’est une longue chaîne de négociation avec moi-même, de colmatage de brèches et de petites satisfactions. Ma mère, mon métier de médecin, mes amis, mes hommes, mon refus du mariage et de la maternité. J’avance comme je peux, j’essaie de ne pas trop regarder en arrière, je suis seule à connaitre le prix de mes choix et de mes désistements. Je ne suis pas un livre ouvert à tous vents, j’ai besoin de mes secrets comme des vêtements dont je me pare. Comme des chaussures à talons hauts qui me font paraître plus grande que je le suis en réalité. »
Commenter  J’apprécie          40
psambou   03 novembre 2014
Le clan des femmes de Hemley Boum
On me dit qu’il faut interroger l’araignée, les ancêtres, les étoiles, que sais-je pour connaître l’origine du mal. Je sais depuis longtemps qu’il n’y a que deux sortes de maladies. L’une qui attaque le corps et contamine l’esprit et l’autre qui attaque l’esprit et pollue le corps. Nous sommes un tout, indivisible.



L’amour maternel n’est pas le paradis que tu crois, il ne nous console pas de tout, loin de là. Les enfants trichent, mentent et nous déçoivent, comme chacun. La maternité est comme la vie, en nuances de gris, et beaucoup trop souvent, le gris vire au noir. Tu sais, cet être que tu mets au monde, peut aussi être celui qui te portera les pires blessures de ta vie. Les pires d’entre nous, les assassins, les lâches, même ceux-là ont une mère ; Pense y avant d’idéaliser la maternité. Une fois qu’il est sorti de ton ventre, l’enfant ne t’appartient plus. Chaque enfant naît avec son propre cœur.

Commenter  J’apprécie          30
Lybertaire   10 octobre 2016
Les maquisards de Hemley Boum
La raison d’être du colonialisme, c’est l’exploitation des richesses. Malgré la présence d’une administration et ses parades, le véritable règne à la colonie appartient au colon qui exploite les richesses et les hommes. (…) L’empire colonial français se rétrécissait au fil des années. Dans les pays où il se maintenait, les révoltes locales contrariaient gravement les intérêts économiques de la puissance coloniale. Mpodol pressentait qu’ici se jouait la politique de l’occupant en Afrique. Une victoire ferait tache d’huile et marquerait le début d’une nouvelle ère dans les relations du continent avec l’ancienne métropole. La défaite imposerait pour des décennies encore des rapports biaisés où l’avidité s’appuierait sans vergogne sur la corruption, le tribalisme et la pauvreté pour prospérer.
Commenter  J’apprécie          30
david19721976   20 juin 2020
Les jours viennent et passent de Hemley Boum
Personne ne m'apprit à analyser un livre, à garder le recul nécessaire, à ne pas perdre de vue le contexte, à saisir les informulés, les courants intellectuels voire idéologiques censés donner de l'épaisseur à l'histoire nue. Personne ne me fit la leçon sur l'esthétique, la langue...Cela, je le découvrirais au lycée lorsque j'y ferais mes humanités et l'approfondirais à l'École normale supérieure de Yaoundé où je passerais mon diplôme de professeur de français, mais le pli serait pris. Toute ma vie je lirais comme j'ai commencé, de façon intense, émotionnelle, primaire, et des phrases éparses s'imprimeraient dans mon âme.
Commenter  J’apprécie          20
Lybertaire   10 octobre 2016
Les maquisards de Hemley Boum
Les enfants… Vous portez un petit être dans vos entrailles, puis dans vos bras, vous êtes le monde pour lui, sa seule chance de survie. Vous l’aimez du seul amour qui jamais ne s’altèrera. Puis le temps qui passe dicte son propre tempo et un jour vous face à une adulte. La vie et la souffrance son sœurs jumelles, bien que le sachant, vous rêvez pour lui d’un monde de lumière, dans lequel il serait miraculeusement préservé du sort réservé aux autres humains. Vous voudriez continuer de le protéger. Vous vous en défendez mais au fond, vous êtes conscient qu’à travers lui, vous tentez de prémunir la part de vous qui à jamais prend les coups qui lui sont destinés, souffre des fièvres qui le dévorent. Mais l’enfant n’est déjà plus là. Il vogue au loin, entraîné par le courant de son propre destin. Vous feriez n’importe quoi pour l’enfant qu’il était, et pour l’adulte dans lequel vous restez la seule à voir votre petit. Vous donneriez votre vie, mais personne ne le demande, même lui n’en veut pas. Il se cogne aux obstacles que vous auriez pu lui éviter, vit des joies qui vous sont dissimulées. Vous savez que nul ne pourra l’aimer autant que vous et lui souhaitez malgré tout de rencontrer dans la vie des personnes bien qui l’aimeront autant qu’il les aimera, autant qu’il le mérite. Les mères ont le sommeil tourmenté dit le proverbe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
montmartin   11 août 2020
Les jours viennent et passent de Hemley Boum
Ici, comme ailleurs, les enfants sont cruels. Notre quotidien recelait une violence faite d'insultes, de moqueries et querelles : tour à tour bourreau et victime, j'y prenais ma part. Nous vivions dans une promiscuité qui rendait toute intimité illusoire.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




.. ..