AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.34 /5 (sur 89 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Londres , le 20/07/1921
Mort(e) à : Paris , le 17/07/2013
Biographie :

Henri Alleg, de son vrai nom Harry Salem, est un journaliste franco-algérien, membre du PCF et ancien directeur d’Alger Républicain.

Né de parents juifs, il s'installe en Algérie en provenance de Paris en 1939 et milite au sein du Parti communiste algérien.

En 1950 il rejoint les colonnes du quotidien Alger Républicain, journal libérale de gauche qui dénonce la colonisation. Cet organe d’opinion est interdit en même temps que le PCA en 1955 date à laquelle Henri Alleg rentre dans la clandestinité. La guerre d’Algérie qui ne dit pas encore son nom a commencé depuis un an.

L’année 1957 date à laquelle remonte son arrestation par des militaires français marque alors pour lui le début d’une confrontation entre un homme, ses principes et son pays. Roué de coups, subissant le supplice de la baignoire, privé d’eau, de nourriture, d’hygiène élémentaire, torturé à l'électricité Henri Alleg ne parlera pas ! Il écrira un récit "La question" pour en témoigner.

Son évasion de la prison de Rennes le mène à Prague en 1961. Mais il devra attendre les accords d’Evian (mars 1962) pour voir sa situation juridique réglée.

« Persona Non Grata » en Algérie suite au coup d'État de Houari Boumédiène, il se réinstalle en France en 1965. Le film documentaire de Jean-Pierre Lledo "Un rêve algérien" retrace son retour 40 ans plus tard dans une Algérie qui l'accueille à bras ouverts et où il retrouve avec bonheur ses anciens compagnons.

Il est décédé à Paris en 2013.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Connu sous le nom d'Henri Alleg, qu'il avait pris lors de son passage dans la clandestinité pendant la guerre d'Algérie, Harry Salem est mort le 17 juillet à Paris trois jours avant son quatre-vingt-douzième anniversaire. Dans son livre La Question qui reste un document majeur sur la torture, il avait témoigné sur les sévices qu'il avait subis, en 1957, entre les mains des parachutistes français. En 2005, il était venu sur le plateau de TV5Monde. Entretien avec Xavier Lambrechts.


Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
art-bsurde   11 avril 2014
La question de Henri Alleg
Dans la soirée, un autre que je ne connaissais pas, entra à son tour. Un petit blond, au fort accent du nord : un appelé. Il me dit avec un grand sourire : "Vous savez j'ai assisté à tout, hein! Mon père m'a parlé des communistes pendant la Résistance. Ils meurent, mais ils ne disent rien. C'est bien!"

Je regardai ce jeune à la figure si sympathique, qui pouvait parler des séances de torture que j'avais subies comme d'un match dont il se souviendrait, et qui pouvait venir me féliciter sans gêne, comme il l'aurait fait pour un champion cycliste. Quelques jours plus tard, je le vis congestionné, défiguré par la haine, battre dans l'escalier un musulman qui ne descendait pas assez vite : ce "centre de tri" n'était pas seulement un lieu de torture pour les Algériens, mais une école de perversion pour les jeunes Français.
Commenter  J’apprécie          110
ErnestLONDON   28 juin 2019
La question de Henri Alleg
Ne pas céder à ces brutes qui se flattaient d’être des émules de la Gestapo.
Commenter  J’apprécie          120
moravia   15 novembre 2014
Retour sur "La Question" de Henri Alleg
C'était le temps des exécutions sommaires par centaines, des "corvées de bois", des prisonniers "abattus au cours d'une tentative de fuite", le temps de la torture généralisée, le temps des "crevettes-Bigeard" comme disaient cyniquement les émules de l'officier tortionnaire. Les prisonniers, les pieds attachés à un parpaing ou pris dans un bloc de béton étaient chargés dans un hélicoptère lourd qui prenait son envol vers la mer au-dessus de laquelle était lâchée cette cargaison vivante.

Des "crevettes-Bigeard". Un "bon mot" des assassins .
Commenter  J’apprécie          100
Chahrazed11   21 juillet 2018
La question de Henri Alleg
tout cela, je devais le dire pour les Français qui voudront bien me lire. Il faut qu'ils sachent que les Algériens ne confondent pas leurs tortionnaires avec le grand peuple de France, auprès duquel ils ont tant appris et dont l'amitié leur est si chère. Il faut qu'ils sachent pourtant ce qui se fait ici EN LEUR NOM.
Commenter  J’apprécie          70
art-bsurde   10 avril 2014
La question de Henri Alleg
Le "centre de tri" s'emplissait alors de cris, d'insultes, de rires énormes et méchants. Erulin commençait l'interrogatoire d'un musulman. Il lui criait : "Fais ta prière devant moi." Et je devinais dans la pièce d'à côté un homme humilié jusqu'au fond de l'âme, contraint de se prosterner en prières devant le lieutenant tortionnaire. Puis, d'un coup, les premiers cris des suppliciés coupaient la nuit. Le "vrai travail" d'Erulin, de Lorca et des autres avait commencé. Une nuit, à l'étage au dessus, ils torturèrent un homme : un musulman, assez âgé semblait-il au son de sa voix. Entre les cris terribles que la torture lui arrachait, il disait épuisé : "Vivre la France! Vive la France!"

Sans doute croyait-il calmer ainsi ses bourreaux. Mais les autres continuèrent à le torturer et leurs voix résonnaient dans toute la maison.
Commenter  J’apprécie          60
Meps   23 mai 2015
La question de Henri Alleg
C'est aux "disparus" et à ceux qui, sûrs de leur cause, attendent sans frayeur la mort, à tous ceux qui ont connu les bourreaux et ne les ont pas craints, à tous ceux qui, face à la haine et la torture, répondent par la certitude de la paix prochaine et de l'amitié entre nos deux peuples qu'il faut que l'on pense en lisant mon récit, car il pourrait être celui de chacun d'eux.
Commenter  J’apprécie          60
moravia   15 novembre 2014
Retour sur "La Question" de Henri Alleg
La carrière d'un personnage comme Aussaresses en est, d'une certaine façon, une très démonstrative illustration. On a ainsi appris qu'il ne s'est pas seulement fait connaître comme un parfait organisateur des centres de torture en Algérie mais que sa réputation l'a amené à "exercer" ses talents dans bien d'autres pays. Il fut, tour à tour, "prêté" par les services de Renseignements français à l'armée américaine qui combattait au Vietnam, aux divers dictateurs régnant sur le Brésil, l'Argentine, le Chili.
Commenter  J’apprécie          51
thejoz   30 mars 2013
La question de Henri Alleg
"Alors, il ne veut pas parler? dit l'un des civils.

-On a tout le temps , dit le commandant, ils sont tous comme ça au début : on mettra un mois, deux mois ou trois mois mais il parlera.

-C'est le même genre que Akkache ou Eyette Loup, repris l'autre. Ce qu'il veut : c'est être un "héros", avoir une petite plaque sur un mur dans quelques centaines d'années." Ils rirent à sa plaisanterie
Commenter  J’apprécie          50
chroniquesassidues   18 mai 2011
La question de Henri Alleg
Il y a maintenant plus de trois mois que j'ai été arrêté. J'ai côtoyé, durant ce temps, tant de douleurs et tant d'humiliations que je n'oserais plus parler encore de ces journées et de ces nuits de supplices si je ne savais que cela peut être utile, que faire connaître la vérité c'est aussi une manière d'aider au cessez-le-feu et à la paix. Des nuits entières, durant un mois, j'ai entendu hurler des hommes que l'on torturait, et leurs cris résonnent pour toujours dans ma mémoire.
Commenter  J’apprécie          40
EFourn   05 juillet 2015
La Question : Suivi de La torture au coeur de la République de Henri Alleg
Dans la soirée, un autre, que je ne connaissais pas, entra à son tour. Un petit blond, au fort accent du nord: un appelé. Il me dit avec un grand sourire: "Vous savez, j'ai assisté à tout, hein ! Mon père m'a parlé des communistes dans la résistance. Ils meurent, mais ils ne disent rien. C'est bien !" Je regardais ce jeune à la figure si sympathique, qui pouvait parler des séances de tortures que j'avais subies comme d'un match dont il se souviendrait, et qui pouvait venir me féliciter sans gêne, comme il l'aurait fait pour un champion cycliste. Quelques jours plus tard, je le vis congestionné, défiguré par la haine, battre dans l'escalier un Musulman qui ne descendait pas assez vite: ce "centre de tri" n'était pas seulement un lieu de tortures pour les Algériens, mais une école de perversion pour les jeunes Français.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

La IIe Guerre Mondiale en 20 questions de plus !

Quelle bataille mit fin à la progression de l'AfrikaKorps de Rommel ?

El Galzaoui
El Gazala
Bir Hakeim
El Alamein

20 questions
17 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre mondialeCréer un quiz sur cet auteur