AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.57 /5 (sur 36 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Blida, Algérie , le 27/12/1931
Biographie :

Henri Atlan est un intellectuel, médecin biologiste, philosophe et écrivain français.

Il est élève à l'école Gilbert Bloch d'Orsay, fondée par Robert Gamzon, qui se propose d'aider les jeunes juifs traumatisés par la guerre et la Shoah à reconstruire leur identité juive par l'étude de l'histoire juive et du Talmud.

Il y rencontre Liliane Cohen qu'il épouse en 1952 et dont il aura deux enfants. Après son divorce d'Henri Atlan, Liliane Atlan garde son nom.

En 1958, il obtient son doctorat en médecine à Paris et, en 1971, un doctorat d'État ès sciences à l'Université Paris-VII.

De 1983 à 2000, il a été membre du Comité consultatif national d'éthique(CCNE) en France pour les Sciences de la vie et de la santé.

Il est aussi professeur émérite de biophysique et directeur du centre de recherche en biologie humaine de l'hôpital universitaire d'Hadassah, à Jérusalem, et directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Henri Atlan est l'un des pionniers des théories de la complexité et de l'auto-organisation du vivant.

Sa pensée contribue notamment à éclairer les questions de société que soulèvent le clonage, les découvertes récentes sur les prions, ou la biologie du développement.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Henri Atlan   (29)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Croire, est-ce bien raisonnable ? - Séminaire RDJ .
Croire, est-ce bien raisonnable ? le dimanche 7 décembre 2014 à 11h Avec : Henri ATLAN, médecin, biologiste et philosophe, auteur de "Croyances. Comment expliquer le monde ? "(Autrement, 2014, 374 pages) Rémi BRAGUE, philosophe, auteur de "Modérément moderne" (Flammarion, 2014, 384 pages) Alexandre ADLER, historien, éditorialiste à Europe 1 et à l?Opinion Jean-Guilhem XERRI, "A quoi sert un chrétien ?" (Cerf, 2014, 273 pages) Une rencontre animée par Alexis Lacroix. ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE Séminaire de la Règle du jeu Tous les dimanches à 11h Au cinéma Saint-Germain 22 rue Guillaume-Apollinaire Paris 6ème Métro : Saint-Germain-des-Prés Informations : redaction@laregledujeu.org ? 01 45 44 98 74 laregledujeu.org

+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Fontenella   17 novembre 2021
Des embryons et des hommes de Henri Atlan
Les questions posées par la littérature genre sont : l’AMP pour quelles femmes ? Pourquoi la femme s’est-elle transformée en système d’approvisionnement utérin au service de l’embryon et de la recherche scientifique ? Pourquoi a-t-on réduit l’expérience subjective et phénoménologique de la grossesse à une technique plus ou moins performante de production de la vie en ressortant de la naphtaline le vocabulaire le plus classique du vitalisme ? Comment l’expertise médicale et politique sur la procréation devient-elle une extension légitimée de la décision familiale et privée sur la création comme fabrication de qualité ?



Le débat est d’autant plus complexe qu’il remet en jeu les dichotomies entre vitalisme et matérialisme, public et privé, droits corporatistes des mères et droit des femmes sur leur corps, etc., qui soulèvent d’énormes enjeux de pouvoir. Les craintes du public liées à l’AMP, et aux technologies reproductrices en général, sont les craintes de l’instrumentalisation ou de la commodification , l’incertitude liée à la sexuation, à la production ou à la fabrication d’enfants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Fontenella   20 novembre 2021
Des embryons et des hommes de Henri Atlan
Derrière l’argument moral de la protection de la vulnérabilité du foetus, puis de la vulnérabilisation du concept d’humanité, que se cache-t-il ? Devons-nous construire une position a-morale qui mettrait fin aux conflits de convictions dans une démarche purement procédurale de protections des autonomies ? N’y aurait-il qu’un conflit entre libertés, qui pourrait se résoudre en termes de compromis sur le second ou le troisième choix des conflits d’intérêts entre protagonistes ? Au-delà de cette confusion entre sacré et qualité de la vie, des éléments sociologiques, des modes d’existence entrent en jeu.



Nous avons vu que la procréation désexualisée a fait vaciller l’ordre juridique et politique puisque l’enfant n’est plus obligatoirement conçu ou porté dans le ventre de sa mère et que les parents biologiques peuvent être plus que deux. Ici l’ambiguïté majeure du discours se nourrit de l’assimilation entre les représentations de l’engendrement et de la filiation.
Commenter  J’apprécie          80
Centaure90   18 novembre 2021
Des embryons et des hommes de Henri Atlan
Recevoir une dignité impliquait de s’inscrire dans l’ordre naturel de la reproduction. C’était le lot pour la plupart des femmes jusqu’à la maîtrise de la procréation, dès les années 1970. Les mouvements de libération des femmes ont contribué à inscrire cette dignité dans leur capacité d’autodétermination et d’appropriation de leur corps, en dehors du schème patriarcal qui leur avait octroyé une dignité déterminée par la marâtre Nature. Cette évolution du concept de dignité des femmes, en rapport avec les techniques reproductives et le progrès moral des femmes, est liée à la lutte des femmes pour la reconnaissance de leur individualité morale, comme indépendante de leur statut reproductif.



Mais ce discours de libération a été suivi, dès l’émergence des techniques de PMA, d’un discours du risque, celui de l’infertilité, qui a agi comme une limitation à cette liberté de la reproduction ou de la non-reproduction, dans une société qui restait globalement patriarcale. Comme la reproduction devenait assistée, la notion de liberté et de droits reproductifs était affaiblie, ce qui fut vécu par certaines femmes comme le prix à payer de leur libération sexuelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Belem   20 février 2013
La fin du « tout génétique »? de Henri Atlan
« Il ne se passe pas de semaine qu'on n'identifie de nouveaux gènes donnés pour responsables de l'apparition de caractères normaux ou pathologiques. Il y aurait évidemment beaucoup à dire sur le manque de rigueur qui entache trop souvent la manière dont cette identification est établie, en général à partir de corrélations statistiques approximatives, sans qu'aucune relation causale soit démontrée. »
Commenter  J’apprécie          40
Xav93140   23 mars 2021
La science est-elle inhumaine ? de Henri Atlan
De plus en plus, la recherche de cause se révèle inadéquate et tend à être remplacée par une recherche des lois. La physique mathématique a fait éclater la notion de cause. Aujourd'hui les phénomènes physiques décrits à l'aide de lois mathématiques, c'est-à-dire d'équations qui permettent à partir d'un état donné d'un corps de prédire ce que vont être les états suivants. La notion classique de cause a disparu dans la façon de décrire ce phénomène. Pour Wittgenstein, la croyance en la réalité d'une relation de cause à effet éprouvée dans le temps n'était que superstition. En physique, cette évolution est difficilement contestable parce qu'elle est formalisée, mathématisée. En ce qui concerne les autres sciences, la biologie, les sciences humaines, la médecine, il est difficile de pousser la dénonciation jusqu'à ce point, et l'on recherche encore des causes. Il serait alors prudent d'appliquer la distinction spinoziste entre cause adéquate et causes inadéquates, entre cause partielle et cause totale. En biologie et en médecine, il y a malheureusement encore beaucoup de confusion dont les effets sont très dommageables, parfois catastrophiques.



L'exemple le plus tristement connu nous ramène dans les années cinquante : on avait remarqué que des femmes qui faisaient des avortements spontanés récurrents présentaient un taux d'oestrogènes urinaires plus bas que la normale. Sur la base de cette corrélation statistique faible, on a déduit que l'avortement était causé par ce déficit et l'on a prescrit à ces femmes un médicament, un œstrogène de synthèse, le distilboene. La mode était aux hormones. Vingt ans plus tard, beaucoup de filles nées de ces grossesses ont développé des cancers gravissimes du vagin ou de l'ovaire. Scandale : une étude statistique n'avait montré qu'une corrélation. L'autre étude aurait consisté à rechercher chez les femmes qui avaient un taux d'oestrogènes plus bas que la normale le pourcentage de celles qui avortaient. Mais cette seconde étude, plus lourde, n'avait pas été faite. Plus tard, elle a montré que la corrélation était le fait d'une causalité en direction opposée : les avortements à répétition sont la cause de la baisse du taux d'oestrogènes. Une relation de causalité avait été déduite sans raison. Deux erreurs se sont ajoutées : une première confusion entre corrélation statistique et causalité ; puis une confusion entre cause partielle et cause totale. Il y a bien une forme de superstition dans cette recherche des causes à tout prix et cette incapacité à accepter qu'un évènement puisse exister sans qu'on en connaisse la cause.

(pages 37 à 39)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          23
Belem   20 février 2013
La fin du « tout génétique »? de Henri Atlan
« Ainsi, l'état d'activité des gènes (les données) est modifié par l'état du réseau biochimique (le fonctionnement du programme), mais en retour, tout se passe comme si cet état modifié des ADN allait ensuite jouer le rôle d'un programme en modifiant à son tour la structure du réseau biochimique... C'est la raison pour laquelle le modèle qui semble le plus proche de la réalité ne repose pas sur l'une de ces deux métaphores, mais sur une espèce de balancement de l'une à l'autre, à des échelles de temps différentes, constituant ce qu'avec Katchalsky nous avons appelé un 'réseau évolutif', c'est-à-dire un réseau dont la structure change au fur et à mesure de son fonctionnement. »
Commenter  J’apprécie          30
museumdetoulouse   30 janvier 2015
Les frontières de l'humain de Henri Atlan
A la très vieille question de savoir si l'homme est bon ou mauvais par nature, depuis un quart de siècle, les biologistes apportent la réponse profondément pessimiste que nous n'aurions aucun sens moral naturel.
Commenter  J’apprécie          30
Belem   20 février 2013
La fin du « tout génétique »? de Henri Atlan
« Comme le souligne Lewontin, ces molécules [ARN et ADN], toutes seules, sont incapables de rien faire, pas même de se répliquer. L'activité demande la présence de molécules actives, qui sont au minimum des protéines et des ARN couplés au ADN. »
Commenter  J’apprécie          20
Anis0206   14 mai 2017
Les frontières de l'humain de Henri Atlan
la notion même d'humanité, qui distinguerait l'humain du non-humain, semble être devenue plus problématique qu'elle ne l'était autrefois
Commenter  J’apprécie          20
jlvlivres   02 mai 2021
Croyances : Comment expliquer le monde ? de Henri Atlan
Devant ce règne de croyances et de superstitions contradictoires qui nous assaillent avec plus ou moins de force, céder à la tentation du scepticisme – ne croire en rien et ne rien croire – n’est pas la solution, car c’est tout simplement impossible : ne serait-ce qu’en raison de notre existence dans le temps qui nous force à imaginer, sinon à planifier, un futur auquel nous sommes bien forcés de croire peu ou prou de façon pratique, dans nos comportements, même si nous n’éprouvons pas le besoin de les justifier en les théorisant.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Arthur Rimbaud, le voleur de feu

Comment est Mme Rimbaud, la mère d'Arthur ?

Bavarde et insouciante
Attentionnée et généreuse
Autoritaire et pieuse
Délicate et discrète

9 questions
118 lecteurs ont répondu
Thème : Arthur Rimbaud : Le voleur de feu de Sarah Cohen-ScaliCréer un quiz sur cet auteur