AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.98 /5 (sur 495 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Etinne de Lugdarès (08) , le 16/11/1906
Mort(e) à : Madrid , le 29/07/1973
Biographie :

Henri Charrière est fils d'instituteurs.

Il vit une enfance normale et heureuse mais dès l'adolescence, tombe dans la délinquance. Le milieu le surnomme Papillon en raison du tatouage qu'il s'est fait faire sur le torse.

En 1931, il est jugé et condamné aux travaux forcés à perpétuité, au bagne en Guyane française, pour le meurtre de son ami Roland Legrand, meurtre qu'il a toujours nié.

Un mois et demi après son arrivée au bagne, Papillon s'en évade. Il est capturé en 1934 par les autorités colombiennes et rendu à la France.

C'est en 1944, qu'il s'évade de nouveau, pour la dernière fois. Il s'installe à Caracas, devient citoyen Vénézuelien et refait sa vie.
Il rentre définitivement en France en 1969.

Il a écrit le livre Papillon, mais ce livre n'est pas autobiographique puisque l'auteur s'est attribué plusieurs exploits de forçats parmi lesquels Charles Brunier et René Belbenoit. L'auteur publiera la suite de ses aventures post-carcérales dans le livre Banco.

Une adaptation cinématographique américaine du livre Papillon a été tournée : le film Papillon (1973) de Franklin J. Schaffner réunit Steve McQueen dans le rôle éponyme de Papillon et Dustin Hoffman.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Papillon (Henri Charrière)


Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
Eska   30 juin 2010
Papillon de Henri Charrière
Un homme n'est jamais perdu. Malgrè tout ce qu'il a pu commettre, à un moment donné de sa vie il y a toujours une chance de le récupérer et d'en faire un homme bon et utile à la communauté.
Commenter  J’apprécie          280
gill   26 mars 2012
Papillon de Henri Charrière
La gifle a été si forte que je ne m'en suis relevé qu'au bout de treize ans. En effet, ce n'était pas une baffe ordinaire, et pour me la balancer, ils s'étaient mis à beaucoup.

Nous sommes le 26 octobre 1931. Depuis huit heures du matin on m'a sorti de la cellule que j'occupe à la Conciergerie depuis un an. Je suis rasé de frais, bien vêtu, un costume d'un grand faiseur me donne une allure élégante. Chemise blanche, nœud papillon bleu pâle, qui apporte la dernière touche à cette tenue.

J'ai vingt-cinq ans et en parais vingt. Les gendarmes, un peu freinés par mon allure de "gentleman", me traitent courtoisement. Il m'ont même enlevé les menottes. Nous sommes tous les six, cinq gendarmes et moi, assis sur deux bancs dans une salle nue...

(extrait du premier cahier "Le chemin de la pourriture - Les assises"
Commenter  J’apprécie          110
ricou   09 octobre 2012
Papillon de Henri Charrière
Un homme n'est jamais perdu. Malgrè tout ce qu'il a pu commettre, à un moment donné de sa vie il y a toujours une chance de le récupérer et d'en faire un homme bon et utile à la communauté.

Commenter  J’apprécie          120
raynald66   09 décembre 2014
Papillon de Henri Charrière
Il est extrêmement rare qu’un homme résiste à plus de quatre-vingts coups. La chance qu’il a c’est d’être maigre, car couché à plat ventre les coups ne peuvent pas lui prendre le foie, partie qui éclate si on frappe dessus. Il est de coutume, après cette flagellation où les fesses sont comme hachées, de mettre du sel sur les plaies et de laisser l’homme au soleil. Toutefois on lui couvre la tête avec une feuille d’une plante grasse, car on accepte qu’il meure des coups mais pas d’une insolation.
Commenter  J’apprécie          110
VACHARDTUAPIED   15 avril 2013
Banco de Henri Charrière
Cette vie d’aventure que j’adore, où on joue tout, où quand on perd on recommence, cette vie généreuse qui donne toujours quelque chose de nouveau à ceux qui aiment le risque, cette vie où intensément on vibre jusqu’au plus profond des fibres de son être, cette vie qui palpite en nous dès qu’on bouge, dès qu’on saute par la fenêtre pour entrer dans l’aventure, cette aventure qui est à la portée de tous, même sur son palier si on le désire intensément, cette vie où tu ne seras jamais vaincu puisqu’au moment même où tu viens de perdre un coup tu en prépares un autre avec l’espoir d’être gagnant cette fois-ci, cette soif de vivre que l’on ne doit jamais vouloir calmer, où à n’importe quel âge, dans n’importe quelle situation, on doit se sentir toujours jeune pour vire, vivre, vivre , en peine liberté, sans barrière d’aucune sorte qui puisse te parquer dans quelque surface ou quelque collectivité que ce soit.
Commenter  J’apprécie          80
gill   26 mars 2012
Banco de Henri Charrière
"Bonne chance, Francés ! Vous êtes libres dès ce moment. Adios !"

L'officier du bagne d'El Dorado nous tourne le dos après nous avoir fait un geste de la main.

Et ce n'est pas plus difficile que ça de quitter des chaînes que l'on traîne depuis treize ans. Avec Picolino à mon bras nous faisons quelques pas sur le raidillon qui, du bord du fleuve où nous a déposés l'officier, monte au village d'El Dorado.

Et dans ma vieille maison d'Espagne, en 1971, dans la nuit du 18 août exactement, je me revois avec une incroyable précision sur le chemin de galets, et non seulement la voix de l'officier résonne de la même façon grave et claire à mes oreilles, mais je fais le même geste qu'il y a vingt-sept ans : je tourne la tête...

(extrait du chapitre premier "Les premiers pas de la liberté")
Commenter  J’apprécie          80
Toocha   08 avril 2018
Papillon de Henri Charrière
Maturette et moi marchons lentement au milieu de la foule. On a besoin de côtoyer des gens, d'être bousculés, de nous assimiler à elle pour en faire partie. Nous entrons dans un bar et demandons des bières. Ça semble rien de dire : "Two beers, please", oui, c'est tellement naturel. Eh bien, malgré cela, ça nous paraît fantastique qu'une coolie indoue avec sa coquille d'or dans le nez nous demande après nous avoir servis : "Half a dollar, sir." Son sourire aux dents de perle, ses grands yeux d'un noir-violet un tout petit peu bridés sur les coins, ses cheveux de jais qui tombent sur ses épaules, son corsage demi-ouvert sur le début des seins qui laisse entrevoir qu'ils sont de toute beauté, ces choses futiles si naturelles pour tout le monde nous paraissent à nous autres fantastiquement féériques. Voyons, Papi, c'est pas vrai, ça ne peut pas être vrai que si vite, de mort vivant, de bagnard à perpète, tu sois en train de te transformer en homme libre !

C'est Maturette qui a payé, il ne lui reste qu'un demi-dollar. La bière est délicieusement fraîche et il me dit : "On en boit une autre ?" Cette deuxième tournée qu'il voudrait boire me paraît une chose à ne pas faire.

- Voyons, il n'y a pas une heure que tu es en vraie liberté et déjà tu penses à te saouler ?

- Oh ! je t'en prie, Papi, n'exagère pas ! Entre boire deux bières et se saouler, il y a loin.

- Peut-être tu as raison, mais je trouve que décemment on ne doit pas se jeter sur les plaisirs que nous offre le moment. Je crois qu'il faut les déguster petit à petit et non en glouton. D'abord, cet argent n'est pas à nous.

- Oui, c'est vrai, tu as raison. On va apprendre à être libre au compte-gouttes, c'est plus à la hauteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Xbob8   02 octobre 2016
Papillon de Henri Charrière
Vous croyez que parce que nous avons ascenseurs, avions et un train sous terre, ça prouve que les Français sont plus civilisés que ces gens qui nous ont reçus et soignés ?[...] Mais s'ils n'ont pas les bénéfices du progrès, ils ont le sens de la charité chrétienne bien plus élevé que tous les prétendus civilisés du monde. Je préfère un illettré de ce hameau qu'un licencié es lettres de la Sorbonne à Paris, si celui-ci doit avoir un jour l'âme du procureur général qui m'a fait condamner. L'un est toujours un homme, l'autre a oublié de l'être.
Commenter  J’apprécie          60
kristolikid   03 mars 2015
Papillon de Henri Charrière
Il y a des petits voleurs, maladroits puisqu'ils se font souvent prendre, qui sont relégués - ce qui revenait, de mon temps, au même que d'être condamné à perpète - et qui n'ont, dans toute leur vie de voleurs, pas volé dix mille francs. C'est là où il y a le plus grand non-sens de la civilisation française. Un peuple n'a pas le droit de se venger ni d'éliminer d'une façon trop rapide les gens qui provoquent des ennuis à la société. Ces gens sont plus des gens à soigner qu'à punir d'une façon aussi inhumaine.
Commenter  J’apprécie          60
scaalaire68   23 août 2013
Papillon de Henri Charrière
Cette scène a dû émouvoir le jeune garde car, au bout de quelques minutes, il s'arrête devant ma cellule et dit : « Il doit être devenu fou. »

— Vous croyez ? Pourtant tout ce qu'il dit est très équilibré.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-49618

La femelle du canard?

cane
canne

10 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : facilité , animaux , michael jackson , roman , écoleCréer un quiz sur cet auteur

.. ..