AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.6 /5 (sur 15 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Marseille , le 25/04/1931
Biographie :

Henri Deluy est un poète français né le 25 avril 1931 à Marseille, France.

Henri Deluy a commencé à intervenir dans le milieu poétique à une vingtaine d'années. Découvrant la naissance de la revue Action poétique, il s'y investit et en devient le directeur à partir de 1955, qu'il conduira pendant plus de 50 ans. Passionné de poésie, il entrera aussi au comité de rédaction de la revue If.

Mais son intérêt pour la poésie ne s'arrête pas aux revues et à l'écriture de ses propres textes ; il consacre une partie de ses activités à traduire des auteurs étrangers notamment hollandais, comme Adriaan Roland Holst, ou allemands.

Il a fondé le festival Biennale Internationale des Poètes en Val-de-Marne qu'il a dirigé jusqu'en 2005, laissant alors sa place à Jean-Pierre Balpe.
Actuellement directeur de “La Biennale Internationale des Poètes en Val-de-Marne”.
Animateur de la revue Action Poétique depuis 1955.
Co-dirige avec Jacques Roubaud la collection Versus chez Stock et la collection Biennale Internationale des Poètes en Val-de-Marne chez Fourbis
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Henri Deluy   (16)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Coupo Santo, Henri Deluy

Podcasts (1)


Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
coco4649   01 mars 2018
Les arbres noirs de Henri Deluy
Personne ne venait …





Personne ne venait, personne. Celle

Que tu voyais debout, couchée,



Presque nue, à demi nue, dans tes

Rêves. Avant. Après. Puisque tu



Ne rêvais jamais.
Commenter  J’apprécie          130
Henri Deluy
coco4649   01 mars 2018
Henri Deluy
 

 

Odeur proche …





Odeur proche d’une

Femme à sa

Toilette
Commenter  J’apprécie          130
araucaria   28 juin 2014
Une Autre anthologie de Henri Deluy
LE COEUR DE PIERRE



Là-bas, où se croisent rivières et chemins

sous l'hiver d'un ciel boueux, la plainte

de l'arbre immobile me parvient. Là-bas,

bien que je sois sous un autre ciel, bleu et

froid, que je m'abrite derrière le carreau embué

par la chaleur moite de la maison.



Plus d'une fois la plainte se fait entendre

et pendant ce temps, face à la fenêtre,

j'imaginais ce lointain hiver; pas même

la musique (vivaldi - un vieux disque,

et toujours cette inévitable rayure

un peu avant la fin) n'a pu me faire

oublier la voix surgie d'on ne sait où.



L'arbre : jalon au centre de cet espace

sans frontière, entre chemins, rivières

et nuages. Il signale aux derniers oiseaux

le point d'un retour possible; dépouille-toi

et de tes bras desséchés fais en sorte

qu'un fruit naisse de ton image stérile.

NUNO JUDICE
Commenter  J’apprécie          90
Jcequejelis   23 septembre 2014
Les Poètes du Tango de Henri Deluy
Assis au bord d'une chaise défoncée,

nauséeux, malade, à peine vivant,

j'écris des vers tout d'abord pleurés

pour la ville où je suis né.



Il faut les trouver, ici aussi

sont nés mes tendres enfants

qui t'apportent tant de douceur parmi les tant de peine

Il faut apprendre à résister.



Ni à s'en aller ni à rester

à résister

même s'il est sûr

qu'il y aura plus de peine et d'oubli.



2015 - [Poésie/Gallimard n° 92, p. 221]
Commenter  J’apprécie          90
sabine59   22 novembre 2017
Poétes néerlandais de la modernité de Henri Deluy
Je voudrais tant que tu sois cet air

Qui m'entoure et me pénètre

Pouvoir te respirer.

Te voir dans la haute lumière

Et passer en toi.



Où sont tes bras, tes mains,

Les blanches terres plus que belles,

De tes épaules, tes seins brillants?

J'ai tellement soif,

Tellement faim.



Herman Gorter
Commenter  J’apprécie          90
araucaria   28 juin 2014
Une Autre anthologie de Henri Deluy
SCENE RUSTIQUE



Dans les cimetières de province le portail en fer

grince d'une lenteur éternelle. L'après-midi, des pauvres

viennent là, leurs chapeaux troués à la main, attendre

les visiteurs. Les morts, eux, n'assistent plus à rien,

immobiles dans l'herbe de leur lit. Et celui qui regarde

le ciel où surgissent les premières taches du crépuscule,

saisira un ordre dans le vol des oiseaux que l'automne

chasse vers le sud. En silence, ils propagent à l'horizon

leur inquiétude. Et pourtant, si vous poussez un cri, vous

percevrez une hésitation dans leur vol : comme s'ils attendaient

à peine ce signal pour retourner à leur ancien nid

et s'y endormir. Voilà ce qui est arrivé à ceux

qui sont sous les pierres : ils ont rebroussé chemin quand la vie

leur a fait signe; ils n'ont pas voulu atteindre cette ligne

qui partage la terre en deux. Parfois un visiteur

ne peut étouffer un gémissement plus fort. Un arbuste

bouge au vent froid qu'apporte la nuit. Cependant

certains croient que les âmes réagissent à ces faibles

stimulations; et qu'il suffit de faire couler ses larmes

pour qu'en plein hiver, comme un oiseau repenti,

la vie revienne.

NUNO JUDICE
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
araucaria   28 juin 2014
Une Autre anthologie de Henri Deluy
Derrière la palissade rouge

on aimerait vivre et vieillir très

longtemps, on serait

un homme sans crainte, sans presque

de désir et seulement les arbres

parleraient de vous, diraient la sève

et le surcroît, l'immobile

mouvoir des heures et puis la mort

comme une écorce mouillée, on serait là, les yeux

ouverts, juste une vie, derrière une palissade rouge.

CLAUDE ESTEBAN
Commenter  J’apprécie          50
araucaria   28 juin 2014
Une Autre anthologie de Henri Deluy
Au détour d'une phrase

tu reviens, c'est l'aube dans un livre, c'est

un jardin; on peut

tout voir, la rosée, un insecte

sur une feuille et c'est toi

qui te lèves soudain parmi les pages

et le livre devient plus beau

parce que c'est toi

et tu n'as pas vieilli, tu marches

lentement vers une porte.

CLAUDE ESTEBAN
Commenter  J’apprécie          50
araucaria   28 juin 2014
Une Autre anthologie de Henri Deluy
MATIN



La mer frappe à ma fenêtre dans le matin imprévu.

Je n'étais pas un corps mort.

Je buvais ce qui restait,

notais les choses,

je leur donnais leurs derniers traits,

et la mer est venue battre à ma fenêtre,

elle m'a abandonné :

corps mort.



RIF'AT SALLAM
Commenter  J’apprécie          50
coco4649   12 octobre 2019
Les Mille de Henri Deluy
NEUVIEME CENTAINE





La couverture



5

1/5



impossible

dans les gants les draps



pillage du frottement

impossible frottement

les draps





5

6/10



ton étoffe dans le son

si petit

qu'il déchire ta bouche



avec mon œil qui est encore ce qui te voit le mieux

impossible transparence
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

SECONDE GUERRE MONDIALE

Quelles sont les dates de début et de fin de la Seconde Guerre mondiale ?

De 1940 à 1945
De 1914 à 1918
De 1939 à 1945

8 questions
93 lecteurs ont répondu
Thèmes : seconde guerre mondialeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..