AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.06 /5 (sur 419 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Hanoï, Indochine , le 21/11/1914
Mort(e) à : Paris , le 18/05/1995
Biographie :

Henri Laborit est un médecin chirurgien et biologiste.

Après avoir obtenu son certificat de sciences physiques, chimiques et naturelles de la Faculté des sciences, il passe à vingt ans le concours d'entrée à l'École principale du service de santé de la Marine, à Bordeaux.

Avec son diplôme de médecin, il exerce d'abord dans la Marine, puis se tourne vers la chirurgie à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce. C'est là, en collaboration avec les psychiatres de l'hôpital Sainte-Anne qu'il étudie les phénothiazines. Par la suite, il poursuit ses recherches dans un laboratoire auto-financé de l'hôpital Boucicaut, tout en restant personnellement rémunéré par le Service de santé des armé.

Il introduit en 1951 l'utilisation des neuroleptiques, révolutionnant la psychiatrie, et celle du GHB, un psychotrope dépresseur, en 1960, révolutionnant l'anesthésie. On lui doit l'introduction en thérapeutique de la chlorpromazine, premier "tranquillisant", de l'hibernation artificielle, ainsi que d'autres drogues à action psychotrope.

Il est également éthologue (spécialiste du comportement animal), "eutonologue", selon sa propre définition (spécialiste du comportement humain) et philosophe.

En 1968, il publie son premier ouvrage de vulgarisation, "Biologie et structure". Il écrit par la suite une trentaine d'œuvres dédiées à la philosophie scientifique et à la nature humaine. Il écrit en 1976 « l’éloge de la fuite », sorte de testament intellectuel où il pose, à la lumière des découvertes biologiques, la question de notre libre arbitre, de notre personnalité même. Les réponses qu’Henri Laborit donne à ces interrogations sont celles d’un homme de science qui n’est pas resté enfermé dans une discipline.

Ses travaux sur le conditionnement sont à la base du film "Mon oncle d'Amérique" d'Alain Resnais en 1980.

En 1989, il accepte la présidence de l'Institut de Psychosomatique de Turin. La même année et jusqu'en 1992, il occupe une chaire de professeur à l'Université Européenne de Lugano en Suisse Italienne.
Henri Laborit est aussi l'un des pionniers de la théorie de la complexité, initiateur de la pensée complexe et de l'auto-organisation du vivant par l'introduction de la cybernétique et de la systémique par sa participation au Groupe des dix.

Il est le père de l'actrice Maria Laborit (1939) et le grand-père de l'actrice Emmanuelle Laborit (1972).
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
« Conscience, connaissance, imagination ». Michèle Duzert s'entretient avec Henri Laborit. Vidéo de 56 minutes où Michèle Duzert s’entretient avec Henri Laborit en 1989 au bureau de son laboratoire de Boucicaut. Produit par le Centre national d’éducation à distance (CNED) de Rennes où Mme Duzert enseignait, ce document n’était jamais sorti des murs de cette institution jusqu'à ce que Mme Duzert en obtienne l'autorisation pour le site web Éloge de la suite au www.elogedelasuite.net
Citations et extraits (451) Voir plus Ajouter une citation
usagi   12 juin 2013
Éloge de la fuite de Henri Laborit
Aimer l’autre, cela devrait vouloir dire que l’on admet qu’il puisse penser, sentir, agir de façon non conforme à nos désirs, à notre propre gratification, accepter qu’il vive conformément à son système de gratification personnel et non conformément au nôtre. Mais l’apprentissage culturel au cours des millénaires a tellement lié le sentiment amoureux à celui de possession, d’appropriation, de dépendance par rapport à l’image que nous nous faisons de l’autre, que celui qui se comporterait ainsi par rapport à l’autre serait en effet qualifié d’indifférent.
Commenter  J’apprécie          820
PiertyM   08 septembre 2015
Éloge de la fuite de Henri Laborit
Prendre systématiquement le parti du plus faible est une règle qui permet pratiquement de ne jamais rien regretter.

Commenter  J’apprécie          410
PiertyM   13 septembre 2015
Éloge de la fuite de Henri Laborit
Être heureux, c'est à la fois être capable de désirer, capable d'éprouver du plaisir à la satisfaction du désir et du bien-être lorsqu'il est satisfait, en attendant le retour du désir pour recommencer.

Commenter  J’apprécie          380
PiertyM   07 septembre 2015
Éloge de la fuite de Henri Laborit
Le bien-être est acceptable, la joie est noble, le plaisir est suspect.
Commenter  J’apprécie          390
colimasson   07 juillet 2014
Éloge de la fuite de Henri Laborit
Même en écarquillant les yeux, l’Homme ne voit rien. […] Dès sa naissance, la mort lui passe les menottes aux poignets. C’est parce qu’il le sait, tout en faisant l’impossible pour ne pas y penser, qu’il est habituel de considérer que lorsque des primates ont enterré leurs morts en mettant autour d’eux leurs objets familiers pour calmer leur angoisse, dès ce moment, ces primates méritent d’être appelés des Hommes.
Commenter  J’apprécie          370
Henri Laborit
Pavlik   19 mai 2016
Henri Laborit
L'homme n'a jamais pu se passer de grilles. Devant le désordre apparent du monde, il lui a fallut chercher les termes signifiants, ceux qui, associés entre eux, rendaient son action sur le milieu efficace, lui permettaient de survivre. Devant l'abondance infinie des objets et des êtres, il a cherché entre eux des relations, et devant l'infinie mobilité des choses, il a cherché des invariances.
Commenter  J’apprécie          370
colimasson   19 février 2014
Éloge de la fuite de Henri Laborit
Se révolter, c’est courir à sa perte, car la révolte, si elle se réalise en groupe, retrouve aussitôt une échelle hiérarchique de soumission à l’intérieur du groupe, et la révolte, seule, aboutit rapidement à la suppression du révolté par la généralité anormale qui se croit détentrice de la normalité. Il ne reste plus que la fuite.
Commenter  J’apprécie          370
PiertyM   07 septembre 2015
Éloge de la fuite de Henri Laborit
Dans notre organisme, certaines cellules chaque jour naissent, vivent et meurent sans que notre organisme, lui, cesse pour cela de vivre. Chaque jour, dans l'espèce humaine des individus naissent, vivent et meurent sans que l'espèce interrompe pour autant sa destinée. Chaque cellule durant sa courte vie remplit la fonction qui lui est dévolue en s'intégrant dans la finalité de l'ensemble. Chaque individu fait de même au sein de l'espèce. Nous ne nous attristons pas sur le sort réservé à ces cellules passagères. Pourquoi devrions-nous nous attrister sur celui des individus qui ont contribué à l'évolution déjà longue de l'espèce humaine ?

Commenter  J’apprécie          310
Luniver   23 juillet 2013
Éloge de la fuite de Henri Laborit
Nous ne vivons que pour maintenir notre structure biologique, nous sommes programmés depuis l'œuf fécondé pour cette seule fin, et toute structure vivante n'a pas d'autre raison d'être, que d'être.
Commenter  J’apprécie          301
colimasson   31 août 2014
Éloge de la fuite de Henri Laborit
Mais que l’on nous fiche la paix avec tous les mots creux qui ont permis jusqu’à ce jour de mener les masses vers un idéal de meurtres et de dominance, toujours pour la bonne cause : celle de l’amour, de la responsabilité, de la liberté, de la fraternité, de l’espérance. Ne serait-il pas alors possible d’atteindre la paix et la tolérance, en louant la haine, l’irresponsabilité, l’esclavage, l’égoïsme et le désespoir ? […] Qu’on en finisse avec les humanistes bêlants qui tentent de nous faire croire au père Noël et à la force des mots. Il ne leur en coûte pas beaucoup de les prononcer. Le sens de la vie humaine n’est sans doute que l’accès à la connaissance du monde vivant sous laquelle celle du monde inanimé n’aboutit qu’à l’expression individuelle et sociale des dominances sous la couverture mensongère du discours.
Commenter  J’apprécie          280
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Inventions et découvertes

Confronté à une situation l'empêchant de lire et d'écrire, ce très jeune homme a mis au point un astucieux système d'écriture qui se lit du bout des doigts et qui s'écrit avec une tablette et un poinçon.

l'écriture cyrillique
l'écriture morse
l'écriture braille
l'écriture musicale
l'écriture cunéiforme

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : Inventeurs , ScientifiquesCréer un quiz sur cet auteur
.. ..