AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.63 /5 (sur 20 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 02/03/1886
Mort(e) le : 09/11/1969
Biographie :

Henri Massé est un universitaire orientaliste français.

Il fut d'abord professeur de littératures arabe et persane à la faculté des lettres d'Alger, puis professeur de persan à l'École nationale des langues orientales vivantes de Paris (1927-1958), dont il fut l'administrateur de 1948 à 1958.

L’œuvre d’Henri Massé intitulée Croyances et coutumes persanes (Paris, 1938) est peut-être sa contribution la plus importante de l’époque aux études persanes, même si son intérêt principal demeurait l’enseignement de la littérature persane classique.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Henri Massé   (14)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Les débuts de la littérature persane
- Henri MASSE : l'importance de la langue arabe en Iran, notamment dans les milieux intellectuels, suite à la domination arabe de l'Iran pendant deux siècles. le farsi (persan, en français), dialecte parlé dans la province du Fars, à l'origine de la renaissance de la littérature persane dans la province du Khorassan, le texte le plus ancien datant du 7ème siècle (4'01"). - A 4'03" :...

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
sonatem   11 novembre 2021
Anthologie de la poésie persane (XIe - XXe siècle) de Henri Massé
La Rose et le Bouton



Le bouton dit à la rose fanée :

« Tu t’es lassée bien vite de la vie.

L’eau s’offre en abondance et l’espace nous est ouvert :

pourquoi t’es-tu déjà cassée ?

Parmi tant d’herbes et de fleurs,

nul autre ainsi ne s’est flétrie.

- La rouille, dit la rose, qui ternit mon miroir

n’est pas de celle qu’on efface.

Oui, le vin de mes jours hier était limpide :

je l’ai bu, il me reste la lie.

Le destin ne m’a pas en vain retiré mon éclat :

s’il me l’a pris, c’est pour te le donner.

C’est pour te faire place

que ce jardinier me maltraite.

Que peut-on dire au temps pillard ?

que peut-on faire quand arrive la mort ?

Tu entres en ce jardin au moment où j’en sors,

celui qui t’apporte m’emporte.

Il a inscrit au registre d’azur

ce que j’ai, moi, oublier de compter. »

Le bouton de rose s’ouvrit et jouit de l’air et de l’eau

sans penser qu’il se flétrirait.

En la taverne où nous vivons

le temps est échanson et nous buvons tous à sa coupe.





Parvîn E’tesami, née le 16 mars 1907 à Tabriz – morte le 5 avril 1941 à Qom, de son vrai prénom Rakhchandeh.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Danieljean   25 août 2015
Anthologie de la poésie persane (XIe - XXe siècle) de Henri Massé
Nul mortel n'a pu Te voir,

mille amoureux Te désirent pourtant,

il n'est pas de rossignol qui ne sache

que dans le bouton dort la rose.

L'amour est là où la splendeur

vient de Ton visage : sur les murs du monastère

et sur le sol de la taverne,

la même flamme inextinguible.

Là où l'ascète enturbanné

célèbre Allah nuit et jour,

où les cloches de l'église appellent à la prière,

où se trouve la croix du Christ
Commenter  J’apprécie          70
IreneAdler   27 mars 2012
Anthologie de la poésie persane (XIe - XXe siècle) de Henri Massé
C'est le vin qui met au jour la valeur des hommes,

et qui distingue des serfs ceux qui sont nés libres.

Il est le révélateur d'une bonne race.

Que de vertu contenue dans cette liqueur !

Les plus belles heures sont celles où l'on boit,

quand au jardin s'épanouissent roses et jasmins.

Que d'altières citadelles le vin sut forcer !

et que de poulains rebelles le vin sut dompter !

Combien de vilains avares firent après boire

Sur l'univers étonné pleuvoir les largesse !



Roudaki
Commenter  J’apprécie          30
Danieljean   12 décembre 2017
Anthologie persane : XIe-XIXe siècles de Henri Massé
Ivresse.



Je baise sa lèvre et je bois du vin ; je découvre ainsi la source de vie. D’elle, je ne puis me plaindre à personne ; et je ne puis voir personne avec elle. Tandis qu’elle boit le sang (de la vigne), la coupe a baisé sa lèvre ; et la rose, confuse, rougit voyant son visage. Donne à boire ! et ne parle plus du roi Djemchîd : qui sait quand il vivait, lui et les Kayanides ? ô beau musicien ! joue donc de la harpe ; et fais-moi gémir en froissant les cordes. La rose, sortant de sa solitude, est venue poser son trône au jardin ; plie donc le tapis de la tempérance, tout aussi serré qu’un bouton de fleur. Ne laisse donc pas l’ivrogne languide comme le regard de l’objet aimé ; pour lui rappeler sa lèvre vermeille, verse-lui du vin, encore, échanson ! Mon âme n’aspire en aucune sorte à se séparer du corps de sa belle : c’est qu’en tout mon corps — mes veines, mes nerfs — s’est insinué le vin de sa coupe. Hâfiz ! tiens ta langue un moment ; la flûte parlera pour ceux qui ne parlent pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LionelBonhouvrier   20 mars 2021
Anthologie de la poésie persane (XIe - XXe siècle) de Henri Massé
L'humaine récolte en cet univers tourmenté

N'étant que de souffrir jusqu'au moment de rendre l'âme,

Heureux celui qui part au plus vite

Et fortuné celui qui n'est même pas né.
Commenter  J’apprécie          20
Danieljean   12 décembre 2017
Anthologie persane : XIe-XIXe siècles de Henri Massé
Loin de l’objet aimé.



O vent ! S’il t’advient de passer sur la rive du fleuve Araxe, baise le sol de la vallée et parfumes-en ton haleine. Les lieux où s’arrêta Selma — qu’à tout instant de notre part cent saluts s’envolent vers elle ! — tu les trouveras tout bruyants de conducteurs de caravanes et du tintement des clochettes. La litière de mon amie, baise-la ! Puis, en gémissant, présente-lui donc ce message : « Je me consume en ton absence ; tendre beauté, viens à mon aide ; dans les propos des conseillers, je n’ai vu qu’un air de musique ; je suis affligé par l’absence ; cela seul me sert de leçon »... Une intrigue amoureuse, ô cœur ! n’est pas un simple amusement ; joue ta vie ! L’on ne peut frapper avec le maillet du désir la balle qu’est le pur amour. Mon cœur renonce à l’existence, avec zèle, si son amie lui jette un regard langoureux, bien que les sages ne renoncent pour personne à leur libre arbitre. D’autres, pareils aux perroquets dans un champ de cannes à sucre, vivent au gré de leurs désirs, quand moi, soupirant de regret, moi, misérable moucheron, de mes mains je frappe ma tête. Mais si mon nom vient à la pointe de la plume de mon amie, c’est là tout ce que je demande à la suprême Majesté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Danieljean   12 décembre 2017
Anthologie persane : XIe-XIXe siècles de Henri Massé
Solitude.



Toi qui es loin de mes regards, c’est à Dieu que je te confie ; tu m’as brûlé l’âme ; pourtant je te chéris de tout mon cœur. Tant que je n’entraînerai pas le pan de mon linceul sous terre, ne crois pas que j’enlèverai du pan de ta robe ma main. Montre-moi le recoin sacré de ton sourcil : au point du jour, j’étendrai les bras pour prier et pour les jeter à ton cou... Je veux mourir en ta présence, ô toi, perfide médecin ! Je suis dans l’attente de toi ; enquiers-toi donc de ton malade. De mes yeux j’ai fait ruisseler sur mon sein cent fleuves de pleurs, en songeant aux graines d’amour que je sèmerai dans ton cœur. L’objet aimé versa mon sang, me sauvant du chagrin d’amour ; je rends grâces de ton œillade pénétrante comme un poignard. Je suis en larmes ; mon désir, quand mes pleurs coulent à torrents, ce serait de pouvoir semer dans ton cœur le grain de l’amour. Reçois-moi généreusement pour que, dans l’ardeur de mon cœur, de mes yeux je laisse tomber à tes pieds des perles, sans cesse. Hâfiz ! nectar, objet aimé, débauche ne sont point ton fait ; à tout cela, tu t’es livré ; je te pardonne cependant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LionelBonhouvrier   20 mars 2021
Anthologie de la poésie persane (XIe - XXe siècle) de Henri Massé
Ce bas monde est semblable à un arbre, ô mon fils !

et nous sommes sur lui comme fruits demi-mûrs.

Le fruit vert pèse fort à la branche de l'arbre,

parce qu'il n'est ni beau ni digne du palais.

Mais lorsqu'il a mûri, sucré, poissant les lèvres

il pèse doucement, alors, sur les rameaux.

Fanatisme, rigueur viennent de l'ignorance :

tant que tu es fœtus, tu te nourris de sang.
Commenter  J’apprécie          10
LionelBonhouvrier   20 mars 2021
Anthologie de la poésie persane (XIe - XXe siècle) de Henri Massé
Celui dont l'habit fut déchiré par l'Amour

fut purifié d'avidité, de tout défaut.

Louange à toi, Amour, plein de profit pour nous !

O toi le médecin de toutes nos misères !

Remède à notre orgueil, à notre vaine gloire,

tu es pour nous Gallien et Platon ! Grâce à toi,

notre corps de limon s'élance vers les cieux,

les monts entrent en danse et deviennent légers...
Commenter  J’apprécie          10
Danieljean   13 décembre 2017
Le roman de chosroes et chirin de Henri Massé
Quand Chîrîn de sa main jetait l’eau sur sa tête [en se baignant], c’était le ciel fixant des perles sur la lune; son corps resplendissait autant qu’un mont neigeux, et de désir Chosroès avait l’eau à la bouche; et contemplant ce corps captivant, délicat, son cœur s’emplit de feu, ardent comme soleil; puis son œil répandit une pluie printanière, la lune se levant au signe du Verseau. Or, la belle ignorait que Chosroès la voyait, parce que ses cheveux lui tombaient sur les yeux; mais la lune surgit de ce nuage noir: sur le prince passa le regard de Chîrîn; elle vit un phénix monté sur un faisan, un cyprès qui avait poussé haut comme un charme. Et par pudeur son œil, se fixant sur la source, clignotait comme fait la lune sur de l’eau; la source de douceurs ne vit d’autre moyen qu’étaler ses cheveux comme nuit sur la lune; répandant l’ambre gris sur son brillant visage, en plein jour elle fit la nuit sur le soleil
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4228 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..