AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.32 /5 (sur 22 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Tarbes , le 16/03/1907
Mort(e) à : Paris , le 07/05/1986
Biographie :

Henri-Paul Eydoux, né à Tarbes en 1907, et mort à Paris le 7 mai 1986, est un homme de lettres et résistant français.

Il a fait ses études à Sciences Po. Il entre en 1933 à l’Office du gouvernement général de l’Algérie. En juillet 1943, il rejoint Jacques Soustelle à Alger où il est chargé, au sein du Bureau central de renseignement et d’action (BCRA), d’accueillir et d’interroger les Français arrivant de la métropole. Le 15 août 1944, il débarque en Provence avec l’armée De Lattre et contribue à mettre en place l’administration.

Rendu à la vie civile, Henri-Paul Eydoux est muté à la Direction des renseignements généraux et envoyé en Allemagne occupée où il met en place le service de récupération des œuvres d’art enlevées par les nazis. Il est appelé par Soustelle, nouveau gouverneur général de l’Algérie (1955-1956) comme conseiller technique. Revenu en France de 1956 à 1959, il effectue un second séjour algérien auprès de Soustelle au titre du ministère du Sahara, chargé de la mise en place des nouveaux départements du sud-algérien.

Rédigée dans les années 1960, son œuvre comprend une quarantaine de volumes dans trois domaines : l'histoire et la géographie de l'Afrique ; l'archéologie et l'architecture médiévales et modernes, et l'archéologie classique, en particulier celle de la Gaule romaine. Ses ouvrages à fort tirage ont constitué une vulgarisation de l'archéologie vers un public cultivé.
Il a su, dans une série qui a entraîné bien du monde sur les routes, Châteaux fantastiques, redonner du goût pour les vieilles pierres médiévales et le plaisir de partir à la découverte de notre passé, non pas celui des châteaux classiques ou Grand Siècle, déjà bien connu, mais celui de nos vieilles forteresses, austères en apparence et pourtant si belles dans leur décor naturel. Pour appuyer son propos, il accompagnait ses notices d'un bon crédit photographique et d'une bibliographie renvoyant à des monographies faisant la part belle à l'érudition des spécialistes locaux.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Fifrildi   21 février 2020
Lumières sur la Gaule. Les récentes découvertes archéologiques de Henri-Paul Eydoux
Les cimetières sont, on le sait, la providence des archéologues. Ils livrent des objets, dévoilent des rites, permettent de fixer des dates. Bien souvent, la vie ne se révèle ainsi qu'à travers la mort.
Commenter  J’apprécie          150
pbazile   26 juillet 2013
Lumières sur la Gaule. Les récentes découvertes archéologiques de Henri-Paul Eydoux
Au cœur même de la Rome païenne, sur ces tombes, pour la plupart barbares, qui se sont greffés sur eux, a surgi l'église, bien plantée sur le site antique, auquel elle a emprunté des matériaux. Et cette église a marqué le cœur du village qui , peu à peu, s'est érigé et façonné.

Contradiction? Non pas. En tout cas, elle est toute apparente. C'est que Montcaret nous offre un cas d'évolution de type courant, une explication tangible de la façon dont nombre de villages ont été fondés et, en quelques sorte, pétris. Le village, tel que nous le concevons et voyons aujourd'hui, n'a pas existé avant le haut moyen-âge. C'est le propriétaire terrien, dont la villa - c'est à dire la résidence du propriétaire - forme le centre, qui, dans les siècles gallo-romains, a été le noyau de la vie campagnarde. Aux périodes troublées, lors des invasions, il était naturel que la villa, dont le luxe devenait inutile et paradoxal mais qui, plus ou moins ravagée, restait en état, servit d'abri pour les vivants comme pour les morts. Quand le christianisme s'est répandu, les premières églises se sont installées dans les villas ou dans leurs abords. Le laraire du maître, là où se pratiquait le culte des dieux familiers de la famille, est devenu oratoire chrétien. les religions se sont succédé sur le même emplacement, d'autant que le christianisme a été souvent introduit par de grandes familles, propriétaires des villas. On sait, d'ailleurs, comment la vieille aristocratie gallo-romaine s'est perpétuée dans l'épiscopat et dan les charges de l'église.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Fifrildi   21 février 2020
Lumières sur la Gaule. Les récentes découvertes archéologiques de Henri-Paul Eydoux
Au moment de la conquête romaine, Lutèce n'est qu'une bourgade cantonnée dans une île de la Seine - la future île de la Cité - et reliée aux rives par deux ponts de bois.
Commenter  J’apprécie          30
Floom2   04 mars 2017
Les chateaux du soleil : forteresses et guerres des Croisés de Henri-Paul Eydoux
Les châteaux francs sont des décors figés et muets, comme de grandioses allées funèbres où on cherche à replacer les images de la vie. On voudrait pénétrer dans ces domaines secrets, y entendre les palpitations des existences disparues depuis plusieurs siècles.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-49992

Où se déroula la journée des Barricades, le 12 mai 1588?

à Londres
à Paris

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thèmes : révolutionCréer un quiz sur cet auteur