AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.99 /5 (sur 38 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1948
Biographie :

Henri Raczymow est un écrivain français.

Il est le petit-fils d'émigrants juifs polonais arrivés dans les années 1920 à Paris. Il est le fils d'Etienne Raczymow décédé en 2007, ayant appartenu aux FTPMOI.

Il publie son premier livre en 1973 chez Gallimard, La Saisie, un livre sans thématique juive spécifique.

Il écrit son premier livre juif en 1979, il s'agit des Contes d'exil et d'oubli. Un cri sans voix (1985) est le roman le plus connu de Raczymow et le plus commenté, il y évoque la période de la Seconde Guerre mondiale.

Henri Raczymow fut pensionnaire de l'Académie de France à Rome (Villa Médicis) en 1980-1981. Dans les années 1980, il traduit en collaboration avec Aby Wieviorka quelques romans de la littérature yiddish(Sholem Asch, Mendelé Mokher Sforim, Ozer Warshawski).

Il reçut en 2008 le prix de la Fondation du Judaïsme français au titre des Lettres. Il fut invité par Antoine Compagnon à intervenir dans son cours au Collège de France en février 2009.

Il séjourne trois mois en Israël (Tel Aviv) avec sa compagne Anne Amzallag (à qui il confia de rédiger des notes) au titre d'une Mission Stendhal du ministère des Affaires étrangères afin d'y écrire un récit en mémoire de son frère (avril, mai, juin 2009) (Eretz, récit, Gallimard, 2010).

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Henri Raczymow - Notre cher Marcel est mort ce soir .
Henri Raczymow vous présente son ouvrage "Notre cher Marcel est mort ce soir" aux éditions Denoël. http://www.mollat.com/livres/henri-raczymow-notre-cher-marcel-est-mort-soir-9782207112212.html Notes de Musique : 5 Hahn/ Nocturne In E Flat
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Henri Raczymow
SZRAMOWO   18 mai 2016
Henri Raczymow
Dans le roman, je suis assez complaisant avec lui. Je l'aime bien, j'abonde dans son sens. Il ne fait rien de mal, après tout. C'est un personnage velléitaire à la Flaubert, mais il n'est pas veule, ni aboulique. Il fait des choses, il a des désirs, même contradictoires. C'est quelqu'un qui vit vraiment.

(à propos de son roman Un garçon flou)
Commenter  J’apprécie          120
liratouva2   17 août 2013
«Notre cher Marcel est mort ce soir» de Henri Raczymow
Le premier à venir le dimanche 19, c'est Léon Daudet, qui pleure. Puis la comtesse de Noailles qui prend Céleste dans ses bras en sanglotant. Puis Paul Morand, Fernand Gregh, la princesse Lucien Murat, Robert Dreyfus qui n'a pas le cœur d'entrer dans la chambre et repart aussitôt, Lucien Daudet, le frère cadet de l'autre, Georges de Lauris, Robert de Billy, Edmond Jaloux qui remarque son masque creux et maigri, les ombres verdâtres sur son visage, portrait d'un grand peintre espagnol, puis Jean cocteau, Gabriel Astruc, Marthe et Suzy Proust, Jacques Porel qui passe au doigt de Marcel un camée offert naguère par Anatole France à sa mère Réjane, après la première du Lys rouge, en 1899.
Commenter  J’apprécie          30
liratouva2   17 août 2013
«Notre cher Marcel est mort ce soir» de Henri Raczymow
Notre cher Marcel est mort ce soir, après un mois de maladie pendant lequel il a obstinément refusé de se laisser soigner.
Commenter  J’apprécie          40
mustango   14 mai 2010
Eretz de Henri Raczymow
Car ici, tout le monde pense que la France est un pays dangereux pour les Juifs.Chaque Israëliens qui projette de visiter la France se voit mettre en garde contre des situations qui pourraient lui être fatales.
Commenter  J’apprécie          30
jeje_gandhi   06 août 2017
Le Paris retrouvé de Marcel Proust de Henri Raczymow
Le 27 décembre 1906, après de longues hésitations, Proust emménage au 102, boulevard Haussmann dans un immeuble qui appartenait à son grand-oncle Louis Weil. C'est là qu'il écrira la Recherche. Mme Proust, à la mort de son oncle, le 10 mai 1896, en a hérité pour moitié, l'autre moitié revenant à son frère, l'avoué Denis-Georges Weil, auteur d'articles de jurisprudence médicale.... Le 15 juillet 1908, Proust souscrit un bail pour quinze mois. Il songe à fuir Paris, mais y renonce, sauf pour de brefs séjours à Cabourg. A compter de 1908, il travaille à ce qui deviendra A la recherche du temps perdu, c'est-à-dire, pour le moment, un essai contre la méthode de Sainte-Beuve. L'ouvrage aura finalement l'aspect de fragments, soit sept cents pages réparties en dix cahiers. En 1909, il fait relire les deux cents premières pages à Reynaldo Hahn puis à Georges de Lauris. C'est alors le début de sa claustration, de moins en moins intermittente. De juillet 1911 à juin 1912, il fait appel à un jeune homme, Albert Nahmias, qui lui sert de secrétaire et de conseiller financier. C'est lui qui, au début, prend les cahiers en dactylographie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pigranelle   19 mai 2013
Un Cri sans voix de Henri Raczymow
Le juif véritable: un agenouillement debout, un cri sans voix, une danse immobile...
Commenter  J’apprécie          30
jeje_gandhi   06 août 2017
Le Paris retrouvé de Marcel Proust de Henri Raczymow
Le nom du Bois de Boulogne tire son origine d'un pèlerinage fait au XIV ème siècle à Boulogne-sur-Mer où Isabelle, fille de Philippe le Bel, avait épousé Edouard II d'Angleterre... Le bois de Boulogne a l'aspect que nous lui connaissons depuis Napoléon III. C'est lui, qui, au retour d'une visite enchantée à Hyde Park à Londres, chargea son architecte Alphand, ingénieur en chef de la ville de Paris, d'aménager au bois un parc à l'anglaise...

Alphand fait creuser deux lacs artificiels. Proust y dînera souvent, notamment au Pavillon d'Armenonville, sur l'avenue de Longchamp, non loin du Tir auxPigeons...

C'est là que, vers neuf ans, au retour d'une promenade, il connaît sa première crise d'asthme. Nous disposons du témoignage de Robert Proust : «C'est à l'âge de neuf ans, en rentrant d'une longue promenade au bois de Boulogne que nous avions faite avec nos amis D..., que Marcel fut pris d'une effroyable crise de suffocation qui faillit l'emporter devant mon père terrifié, et de ce jour, date cette vie épouvantable au-dessus de laquelle planait constamment la menace de crises semblables.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
jeje_gandhi   06 août 2017
Le Paris retrouvé de Marcel Proust de Henri Raczymow
Marcel Proust naît le 10 juillet 1871 au 96, rue La Fontaine à Auteuil, à l'époque un village dans une banlieue résidentielle de Paris. Ce village comporte 6200 habitants en 1860, 29000 en 1900, alors qu'Auteuil est depuis plusieurs décennies rattaché à Paris. Le n°96 est une grande maison de campagne, un hôtel particulier comprenant deux étages et un troisième mansardé, ceint d'un jardin de marronniers, agrémenté d'un bassin. L'endroit est propice pour préparer une naissance : en été, il y fait moins chaud qu'à Paris ; la capitale se remet à peine du siège de Paris, du terrible hiver de 1870 et surtout des événements de la Commune et de son mai tragique de 1871. En outre, Auteuil, de même d'ailleurs que Passy qui n'est à l'origine qu'une dépendance d'Auteuil (les deux paroisses seront scindées en 1672 par l'actuelle rue de l'Assomption), jouissait d'une solide réputation de salubrité en raison des cures thermales qu'on y faisait. Auteuil est donc non seulement un lieu idéal de villégiature pour la bourgeoisie parisienne mais de plus, on y accourt prendre les eaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
YANCOU   06 mai 2016
«Notre cher Marcel est mort ce soir» de Henri Raczymow
"En attendant, loger au Ritz ? Trop bruyant. On entend les téléphonages, l'eau des bains couler, les coliques des uns, les pipis des autres. Jacques Porel lui propose un appartement au quatrième étage de l'hôtel particulier de sa mère, 8 bis, rue Laurent-Pichat, près de l'avenue Foch, non loin du Bois hélas, d'où rhume et fièvre des foins à la clé. L'actrice occupe le deuxième étage, son fils chéri le troisième avec sa jeune épouse et leur bébé âgé de quelques mois ; le quatrième est en principe réservé à la fille, Germaine, mais celle-ci en Amérique, le voici disponible. Un hideux meublé, mais c'est en attendant mieux. Cet appartement se révèle au moins aussi bruyant que le Ritz, en moins confortable, et tout aussi cher. Là aussi, les cloisons semblent minces. Les voisins font l'amour tous les jours avec une frénésie dont Proust est jaloux. La première fois, il a cru à un assassinat. Mais il a dû se rendre à l'évidence. Il aurait préféré, tout compte fait, un assassinat. C'est toujours embêtant d'être exclu d'un bonheur."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rieserisabelle   16 octobre 2018
Le Cygne de Proust de Henri Raczymow
J'avais tenté, pour quelque obscure raison, de réinscrire ce nom, de renommer Charles Haas. La mort de son nom m'était intolérable, comme me l'était celle de tout nom. J'avais voulu le désanonymer. Car c'était bien l'anonymat, au fond que je refusais. Mon anonymat à venir. Si Haas, si célèbre, si courtisé, si fameux, pouvait ainsi être effroyablement tombé dans le grand oubli, qu'en serait-il alors de moi, de mon nom ? … Il me fallait écrire un livre qui le fit perdurer, qui fit que mon nom ne fut plus seulement attaché à cette personne contingente que l'on pouvait rencontrer dans la rue, à qui l'on pouvait téléphoner, mais à un objet qui lui fut nettement extérieur, un objet qu'on put voir et toucher sans me connaitre, détaché de moi et, quand je n'y serais plus, malgré cela faire que peut-être je vivrais.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox