AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.17 /5 (sur 30 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Sedan , le 11/09/1611
Mort(e) à : Salzbach , le 27/07/1675
Biographie :

Henri de La Tour d'Auvergne, dit Turenne, est un gentilhomme et célèbre militaire français passé à la postérité sous le nom que lui donne son titre de vicomte de Turenne.

Maréchal de France en 1643 et maréchal général des camps et armées du roi en 1660, il est l'un des meilleurs généraux de Louis XIII puis de Louis XIV. Figure populaire, stratège de grand talent, gloire militaire du Grand Siècle par excellence, sa carrière se trouve néanmoins entachée par la première série d'exactions commises en Palatinat du Rhin en 1674, plus généralement connue sous le nom de « ravage du Palatinat ».

Ajouter des informations
Bibliographie de Henri de Turenne   (4)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Henri de Turenne
colimasson   18 mai 2013
Henri de Turenne
Carcasse, tu trembles ? Tu tremblerais bien davantage si tu savais où je te mène.
Commenter  J’apprécie          140
Surbookee   17 septembre 2012
Les Alsaciens ou les deux Mathilde de Henri de Turenne
Pour finir il exposa une fois de plus le malentendu dont souffrait l'Alsace depuis un siècle :

- Faut-il rappeler à ce tribunal que la plupart de nos parents ont changé de nationalité quatre fois ? Mon grand-père, français, a été fait prisonnier par les Prussiens en 1870. Mon père, allemand, fut déporté en Prusse-Orientale en 1914 pour sentiments profrançais. Moi, français, j'ai été fait prisonnier par les Allemands en 1940, et maître Kempf de La Tour, allemand malgré lui, a été fait prisonnier par les Russes en 1943 ! Il semble décidément, messieurs, que le seul uniforme qui convienne aux Alsaciens, ce soit celui de prisonnier !

Des applaudissements s'élevèrent. Cette fois, il y eut des réactions parmi les juges militaires. On les entendit commenter : "Il sort du débat." "Ces considérations n'ont rien à faire ici..." Manifestement ils voulaient bien entendre parler des faits et des témoignages, mais l'évocation du passé alsacien leur semblait incongrue, pour ne pas dire de mauvais goût. Anselme s'en aperçut, mais continua, décidé à ne pas se laisser impressionner :

- Faut-il rappeler à ce tribunal que l'Alsace a payé au cours de la dernière guerre un tribut sept fois plus lourd que le reste de la France ? 43 000 morts, 27 000 civils exilés de force en Allemagne ou en Pologne ; près de 20 000 déportés dans les camp de la mort ; qui porte la responsabilité de tant de malheurs ? Nous-mêmes ? Ou les gouvernements, les généraux, dont une fois de plus, comme en 1870, l'incompétence et l'irresponsabilité nous ont livrés à l'Allemagne ?

Ce fut une explosion d'applaudissement dans la salle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lilie57   03 janvier 2022
Les alsaciens de Henri de Turenne
Pouvait-on empêcher des enfants de s'aimer parce que la génération d'avant s'était entretuée?
Commenter  J’apprécie          50
Surbookee   17 septembre 2012
Les Alsaciens ou les deux Mathilde de Henri de Turenne
A quelques temps de là, se promenant un dimanche dans Strasbourg, Odile et Louis-Charles Kempf, accompagnés d'Albert et de Rachel Laugel, s'attardèrent devant le monument aux morts de la place de la République. Celui-ci porte l'inscription "À nos morts", et non pas, comme partout ailleurs, "Morts pour la France". La statut figure deux hommes dans les bras de leur mère. Ils sont nus. S'ils portaient des uniformes, l'un serait français, l'autre allemand.
Commenter  J’apprécie          30
Surbookee   12 septembre 2012
Les Alsaciens ou les deux Mathilde de Henri de Turenne
Louis toisa le syndicaliste, puis se tourna vers le magistrat :

- Monsieur le président, demanda-t-il avec hauteur, puis-je savoir à quel titre cet individu est ici ?

- Victime des Allemands. Vous l'avez entendu.

Louis haussa les épaules :

- Je ne comprends pas ce que l'on entend par là, en particulier en ce qui concerne ce monsieur. Nous sommes tous des victimes ! La France nous a livrés aux Allemands, pieds et poings liés, après la guerre de 1870, par un traité en bonne et due forme. Et maintenant, elle vient nous le reprocher !

Le président secouait la tête :

- Ne nous égarons pas. La loi est la loi. Voici le décret qui a été pris : "Les Allemands d'origine seront classés en catégorie D, déclarés indésirables et expulsés. Les Alsaciens ayant un ascendant allemand seront classés en catégorie B, et les Alsaciens de parents alsaciens en catégorie A." J'applique la loi.

- Monsieur le président, reprit Louis, cette chasse à l'homme est indigne. Les Allemands nous traitaient de Franzosenkopf, de "têtes de Français". Maintenant vous venez nous traiter de sales Boches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur