AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.03 /5 (sur 270 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Clermont-Ferrand , le 27/01/1943
Mort(e) le : 20/01/2018
Biographie :

Henriette Bichonnier, née en 1943 à Clermont-Ferrand, est une écrivaine spécialisée dans les ouvrages de jeunesse. Elle habite Paris depuis les années 1970.
D'une enfance à la campagne, entre la plaine du Forez et le Beaujolais, elle garde le souvenir des jeux dans les fermes qui seront source d'inspiration pour ses contes. Après des études de langues et lettres modernes à l'université de Lyon et un cours passage dans l'enseignement au lycée de Saint-Étienne, elle se lance dans l'écriture de textes pour la jeunesse et pour la presse. Elle participe au journal Pomme d'Api en 1971. Puis elle fait ses débuts dans la bande dessinée en même temps François Bourgeon, dont elle sera la première scénariste dans les journaux Lisette (1972), et Djinn (1974). Journaliste féministe à F-Magazine, puis responsable de la rubrique Loisirs enfants dans le supplément parisien de Télérama, elle a écrit une centaine d'ouvrages pour la jeunesse.
Dès 1972, alors que la littérature pour la jeunesse était encore mal implantée en France, elle allait à la rencontre des enfants à titre bénévole, dans les régions défavorisées et les rares bibliothèques naissantes, notamment à La Ricamarie, près de Saint-Étienne, et plus tard, dans la région Nord-Pas-de-Calais en pleine désindustrialisation.
Elle est conseillère éditoriale aux éditions Hachette de 1986 à 1988, puis chez Nathan de 1989 à 1993 où elle a dirigé plusieurs collections dont la Bibliothèque internationale.
La bande dessinée n'est pas le mode d'écriture favori de l'auteur. Toutefois, à la demande de rédactions de journaux ou d'éditeurs, elle a produit un certain nombre de séries, notamment pour le débutant François Bourgeon qui venait d'illustrer dans l'hebdomadaire Lisette deux de ses nouvelles : "Les Crèmes glacées" et "Le Noir profond".
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Vidéo de Henriette Bichonnier
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
Ode   04 avril 2013
Le Monstre Poilu de Henriette Bichonnier
Le monstre avait des poils partout : au nez, aux pieds, au dos, aux dents, aux yeux, et ailleurs.

Ce monstre-là rêvait de manger des gens. Tous les jours, il se postait devant sa caverne et disait, avec des ricanements sinistres :

– Le premier qui passe, je le mange.
Commenter  J’apprécie          190
orbe   13 septembre 2014
Le Monstre Poilu de Henriette Bichonnier
- Attention, je compte un...

- Poil aux mains !

- Deux...

- Poil aux yeux !

- Trois...

- Poil aux bras !

- Quatre !

- Poil aux pattes !

Le monstre, hors de lui, se roulait par terre de colère. C'était d'ailleurs très drôle à voir.
Commenter  J’apprécie          90
Myriam3   28 août 2014
Le Retour du monstre poilu de Henriette Bichonnier
Benoît, le fils, apparut avec un boudin d'abats boudiné.

Le père, Nicolas, avec un bonbon battu dans le baba.

Le grand-père, Fortunat, avec un flan soufflé flou et froid.

La fille, Maria, avec un cochon chinois chicorné.

La mère, Laetitia, avec un saucisson niçois farci.

La grand-mère, Tatiana, avec une tapenade tapée en tas.
Commenter  J’apprécie          70
mandarine43   10 février 2012
Le Monstre Poilu de Henriette Bichonnier
Le monstre, hors de lui, se roulait par terre de colère. C'était d'ailleurs très drôle à voir. Maintenant, il hurlait :

- Ce ne sont pas des manières de princesse !

- Poils aux fesses !

- Maintenant c'est fini !

- Poils au kiki !
Commenter  J’apprécie          70
AS76   08 février 2018
Le Monstre Poilu de Henriette Bichonnier
Auteure de plus d'une centaine de livres pour enfants, Henriette Bichonnier est décédée à l'âge de 74 ans le 20 janvier 2018.

L'auteure jeunesse avait notamment écrit : le monstre poilu et le roi des bons. Dans une lettre, l'auteur-illustrateur Pef lui rend hommage.



"Chère Henriette,

Tu ne recevras pas cette lettre, feuille volante sans adresse, tu es partie je ne sais où sinon vers l’absence. Tu me téléphonas un jour de veille de Noël, me demandant si je voulais entendre une histoire en cadeau de parole. Il s’agissait bien sûr de l’horrifique aventure du Monstre Poilu. J’en ai sauté de joie et du désir de partager ton récit avec des enfants, en un mot, la faire éditer.



Trois mois plus tard, coup de fil de Pierre Marchand, le grand timonier de Gallimard Jeunesse :

– Écoute, Pef, on s’est trompés dans nos calculs d’édition d’une dizaine de "Folio Benjamin" en partance pour Trieste. Il en manque un, mais j’ai un texte épatant, une histoire de monstre poilu…

C’était ton histoire, Henriette, elle attendait dans une pile de manuscrits à l’équilibre incertain.

– Viens me voir, reprit Pierre, je te dirai pourquoi il faut que tu me dises oui.

Ce "oui", Henriette, je le portais déjà, même si j’étais alors sur d’autres projets.



Je ne savais pas qu’il y avait le feu, que je devais, dès le lendemain, revenir chez notre futur éditeur avec le découpage, puis partir aussitôt en Normandie en compagnie de Geneviève, mon épouse et coloriste. Sans te mettre au courant, chaque minute comptait, Henriette, j’ai sommairement fait les crayonnés puis, en trois jours et trois soirées, j’ai encré mes dessins, passant les noirs à Geneviève assise à côté de moi. Il ne fallait pas perdre une seconde.

Le lundi matin, j’ai porté les planches chez Gallimard. Compo et maquette dans la foulée. Tout est parti le soir dans l’avion de Trieste. Le vendredi suivant, imprimé et broché, le livre était dans mes mains et les tiennes.



Si j’ai pu tenir ce délai, Henriette, c’est que ton histoire était porteuse d’insolence autant que d’enthousiasme. Elle vivait déjà en moi depuis ce fameux Noël. Je ne te l’ai jamais dit, mais la petite Lucile a réellement existé. Elle doit avoir aujourd’hui la quarantaine. Je l’ai rencontrée en mai 81, au Havre, le lendemain de l’arrivée au pouvoir de Mitterrand. Elle était encore plus en retard que les enseignants perdus dans leurs commentaires égrenés en ma compagnie dans le couloir de l’école.

Cette petite a jailli entre nous en lançant un "Ça va, ça va, ça va ?" que j’entends encore.

Puis elle a disparu au premier coin mais nous avons vu sa tête réapparaître, le visage pouffant derrière sa petite main. Et les enseignants d’hausser les épaules en disant :

– Ah, celle-là, elle change pas…

Personne ne se doutait que cette petite de CP allait m’inspirer le personnage de Lucile, cette héroïne capable de faire exploser un monstre abominable.



Tu aimais beaucoup l’Italie, Henriette, où tu avais des attaches familiales. Nous y sommes allés plusieurs fois pour rencontrer les jeunes lecteurs du Mostro Peloso dont le succès, là-bas, ne s’est jamais démenti depuis trente-six ans. C’est pourquoi je ne te dis ni au revoir, ni adieu mais tout simplement : Ciao !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Liliz   02 avril 2014
Le Monstre Poilu de Henriette Bichonnier
- Je suis le prince charmant, poil aux dents, déclara-t-il avec un beau sourire. Tu m'as délivré, poil au nez, d'un mauvais sort, poil au corps, qui me retenait prisonnier, poil aux pieds, depuis des années, poil au nez. Merci, poil au kiki. Tu me plais beaucoup, poil au cou. Veux-tu m'épouser, poil aux pieds, nous serons heureux, poil aux yeux.
Commenter  J’apprécie          40
Pixie-Flore   21 décembre 2015
Minouche et le lion de Henriette Bichonnier
- Mais alors, ours, tu n'es pas sourd !

L'ours répondit:

- Non, je n'entends que ce que je veux.



[p31]
Commenter  J’apprécie          50
zazimuth   10 juillet 2015
Emilie et le crayon magique de Henriette Bichonnier
"Je suis un crayon magique, répète le crayon avec orgueil.

- Parce que tu sais parler ? demande Emilie qui s'habitue peu à peu à l'idée qu'elle ne rêve pas.

- Oh ! pas seulement, répond le crayon d'un air important. Les dessins que je fais deviennent vrais. (p.11)
Commenter  J’apprécie          42
orbe   14 septembre 2014
Le Roi des bons de Henriette Bichonnier
Si jamais quelqu'un s'avisait d'être plus beau que lui, il envoyait ses soldats et faisait couper la tête du bel homme.
Commenter  J’apprécie          40
Lagagne   23 octobre 2017
Ogre, dragon, sorcière de Henriette Bichonnier
Dans un pays lointain qui n'existe plus aujourd'hui, il y avait trois montagnes. Sur la première montagne vivait un gros ogre féroce. Sur la deuxième montagne vivait une sorcière atroce. Sur la troisième montagne vivait un dragon véloce avec bosse.
Commenter  J’apprécie          30
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les auteurs jeunesse

Quel livre n’est pas de René Goscinny ?

Le petit Nicolas
Astérix et Obélix
La guerre des boutons
Lucky Luke

10 questions
20 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , écrivainCréer un quiz sur cet auteur