AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.75 /5 (sur 10 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Nîmes , le 4/04/1872
Mort(e) à : Rueil Malmaison , le 2/03/1922
Biographie :

Dramaturge et poète français,qui obtint en 1904 l'audience du grand public avec Maman Colibri.

Il fera de l'amour l'unique ressort de ses pièces, en exploitant les faits divers les plus scabreux et en peignant les instincts d'une société décadente. Son oeuvre est un document sur l'état d'esprit de la Belle Epoque. Citons La marche nuptiale (1905), La femme nue (1908), Le scandale (1909).
Poète néo-symboliste, il a laissé plusieurs recueils de vers :La chambre blanche (1895), Le beau voyage (1904), L divine tragédie (1917), La quadrature de l'amour (1917).

l’œuvre de Bataille, nostalgique, se veut une critique virulente des mœurs et de la morale figée des classes élevées de la France de l’avant guerre.



Source : Dict.des auteurs
Ajouter des informations
Bibliographie de Henry Bataille   (10)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Evocation du poète et auteur dramatique Henri Bataille


Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
coco4649   08 mars 2016
Le beau voyage : Poésies de Henry Bataille
       DÉJÀ





Hé quoi ?... Déjà ?... Amour léger comme tu passes !

À peine avons-nous eu le temps de les croiser

Que mutuellement nos mains se délacent.

Je songe à la bonté que n’a plus le baiser.



Un jour partira donc ta main apprivoisée !

Tes yeux ne seront plus les yeux dont on s’approche.

D’autres auront ton cœur et ta tête posée.

Je ne serai plus là pour t’en faire un reproche.



Quoi ? sans moi, quelque part, ton front continuera !

Ton geste volera, ton rire aura sonné,

Le mal et les chagrins renaîtront sous tes pas ;

Je ne serai plus là pour te le pardonner.



Serait-il donc possible au jour qui nous éclaire,

À la nuit qui nous berce, à l’aube qui nous rit,

De me continuer l’aumône éphémère,

Sans que tu sois du jour, de l’aube et de la nuit ?



Sera-t-il donc possible, hélas, qu’on te ravisse,

Chaleur de mon repos qui ne me vient que d’elle !

Tandis que, loin de moi, son sang avec délice

Continuera son bruit à sa tempe fidèle.



La voilà donc finie alors la course folle ?

Et tu n’appuieras plus jamais, sur ma poitrine,

Ton front inconsolé à mon cœur qui console,

Rosine, ma Rosine, ah ! Rosine, Rosine !



Voici venir, rampant vers moi comme une mer,

Le silence, le grand silence sans pardon.

Il a gagné mon seuil, il va gagner ma chair.

D’un cœur inanimé, hélas, que fera-t-on ?



Et bien, respire ailleurs, visage évanoui !

J’accepte. À ce signal séparons-nous ensemble...

Me voici seul ; l’hiver là... c’est bien... Nuit.

Froid. Solitude... Amour léger comme tu trembles !



p.225-226-227
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
gill   26 août 2012
L'homme à la rose de Henry Bataille
Toutes les splendeurs stellaires de la nuit andalouse. A gauche, un château du temps des Maures, avec sa large terrasse à pic. Des bois d'orangers. De vastes jardins en fleurs sous le clair de lune, avec des jets d'eau.

Nous sommes non loin de Séville, vers l'année 1620. Nuit de bonne tradition espagnole. Lune complaisamment théâtrale.

Un homme est sous la terrasse ; comme de juste, une femme émue se penche à la terrasse.

(lever de rideau de "L'homme à la rose", pièce parue dans "La petite illustration" en janvier 1921)
Commenter  J’apprécie          110
gill   25 août 2012
La possession de Henry Bataille
L'intérieur d'une villa à Malmaison, sur la hauteur. Une grande pièce vitrée attenant à un perron assez bas. Vue sur la vallée de la Seine. Quelques silhouettes de châtaigniers massifs au dehors. L'intérieur de la villa est élégant, sans plus. Cretonnes. Piano. La villa des environs de Paris, pleine de souvenirs d'un luxe un peu arriéré et exagérément féminin.

Au lever du rideau, autour d'une table ronde, qu'on sent devoir être à l'occasion une table de salle à manger, Mme Bianca Cordier, une ancienne jolie femme de quarante-cinq ans, cause avec son notaire.

(lever de rideau de "La possession" pièce parue dans "La petite illustration" en mars 1922)
Commenter  J’apprécie          90
Henry Bataille
sabine59   09 janvier 2017
Henry Bataille
Les trains



Les trains rêvent dans la rosée, au fond des gares...

Ils rêvent des heures, puis grincent et démarrent...

J'aime ces trains mouillés qui passent dans les champs,

Ces longs convois de marchandises bruissant,

Qui pour la pluie ont mis leurs longs manteaux de bâches,

Ou qui dorment , la nuit entière, dans les garages... ( ...)



( " Le beau voyage")
Commenter  J’apprécie          60
gill   27 août 2012
L'Animateur de Henry Bataille
Acte premier

Le bureau de Dartès, directeur littéraire du journal "L'époque".

Acte II

A Saint-Cloud. Un ancien atelier de photographe, très simple. Quelques meubles récemment apportés. Sur une bibliothèque basse, un plâtre de laête de Hugo, au mur des tableaux d'amis. Grande verrière au fond, donnant sur une petite rue de banlieue.

Dartès mange à sa table de travail. Renée le sert.

Acte III

L'imprimerie des cahiers bleus. Le bureau de Gibert au premier étage, très vieille petite maison. Gros caissons. Au mur, les casiers avec les piles de livres rangés. Désordre. Le nouveau livre de Gibert un peu partout - en ballots. Au mur, des affiches portant le titre du livre "Lascar le juste". Le bureau donne au fond sur une petite cour ; on distingue les toits bas de l'imprimerie.

(levers de rideau des trois actes de "L'animateur", pièce parue dans "La petite illustration" en juin 1920)
Commenter  J’apprécie          40
coco4649   08 mars 2016
Le beau voyage : Poésies de Henry Bataille
La chambre blanche

LE MOIS MOUILLÉ





Par les vitres grises de la lavanderie

J’ai vu tomber la nuit d’automne que voilà…

Quelqu’un marche le long des fossés pleins de pluie…

Voyageur, voyageur de jadis qui t’en vas,

A l’heure où les bergers descendent des montagnes,

Hâte-toi ! Les foyers sont éteints où tu vas,

Closes les portes aux pays que tu regagnes.

La grande route est vide et le bruit des luzernes

Vient de si loin qu’il ferait peur… Dépêche-toi :

Les vieilles carrioles ont soufflé leurs lanternes…

C’est l’automne : elle s’est assise et dort de froid

Sur la chaise de paille au fond de la cuisine…

L’automne chante dans les sarments morts des vignes…

C’est le moment où les cadavres introuvés,

Les blancs noyés, flottant, songeurs, entre deux ondes,

Saisis eux-mêmes aux premiers froids soulevés,

Descendent s’abriter dans les vases profondes.

                                          1890.



p.37-38
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
coco4649   13 mars 2015
Le beau voyage : Poésies de Henry Bataille
Et voici le Jardin



LE POÈME





Un vers c'est un lointain rideau de peupliers.



Ou bien l'ombreuse allée et la voiture au pas.

Les miens sentent parfois la bonne humidité,

Les uns à la campagne et d'autres dans un parc,

(Ceux qui sont à la ville ont envié ceux-là !)

Mais, tous languidement portant le même été,

Qu'est-ce qui les fait donc frissonner dans les cimes,

Que ce soit celui-là, maigre et bleu par les champs,

Ou les plus forestiers ou les plus maritimes ?

Qu'est-ce qui les fait donc trembler pareillement

De bas en haut jusqu'à la cime balancée ?...

Ah! quel même chagrin habite au cœur des branches !

Les lie d'une douleur amère et très foncée...

Quelle invisible peine est là qui les dérange,

Et, quand l'air tiède et doux ne contient pas un souffle

À quel vent inconnu ont-ils donc répondu ?

Ils sont extrêmement sensibles : un rien les trouble...

Peuplier, à l'orée des bois, que penses-tu ?

Pâle, de la pâleur des longs pressentiments,

Tu gardes la forêt, et ton souci s'exhale

D'un geste féminin tout ensemble et charmant,

Et, plein d'un vieux restant de soleil, tu murmures

Là-haut, tout seul, ami, ton murmure natal !

Eux, à l'intérieur, les grands arbres s'éprennent.

Ils forment tout un peuple enchevêtré d'allées,

Où tremble au bout le rideau léger de la plaine.

Ah! comme ils sont pareils vraiment à la forêt,

Ces vers si fortement serrés qu'on s'y perdrait !...

Poème, bien aimée aux mouvements de palmes,

J'ai traversé ton cœur comme un petit bois calme.

Les ramiers par moment ont remué les voûtes.

Et tu fleurais la feuille chaude et le duvet.

J'avais peur de ne plus m'y retrouver jamais

Tant les branches s'entrebrouillaient, et tant la route

Est longue ! Pas de ciel autour des mares ; seule

La lumière de l'eau emplit toutes les feuilles.

Mais voici que les arbres claircissent. La lisière

Est proche, et vient l'odeur des menthes que l'on cueille

En plaine. C'est la fin. La plainte est plus légère

Et plus domestiquée, l'on dirait, dans les branches.

Brusquement on débouche. Tout ciel. L'air est immense.

Le vide solennel et muet de la plaine.

Et, seul, pour terminer l'horizon du poème,



Là-bas le bleu lointain rideau des peupliers.



p.210-211

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Henry Bataille
emdicanna   07 août 2018
Henry Bataille
Les souvenirs



Les souvenirs, ces sont des chambres sans serrures,

Des chambres vides où l'on n'ose plus entrer,

Parce que de vieux parents jadis y moururent.

On vit dans la maison où ces chambres sont closes.

On sait qu'elles sont là comme à leur habitude,

Et c'est la chambre bleue, et c'est la chambre rose...

La maison se remplit ainsi de solitude,

Et l'on y continue à vivre en souriant...

J'accueille quand il veut le souvenir qui passe,

Je lui dis : "Mets-toi là... Je reviendrai te voir..."

Je sais toute ma vie qu'il est bien à sa place,

Mais j'oublie quelquefois de revenir le voir,

Ils sont ainsi beaucoup dans la vieille demeure.

Ils se sont résignés à ce qu'on les oublie,

Et si je ne viens pas ce soir ni tout-à-l'heure,

Ne demandez pas à mon coeur plus qu'à la vie...

Je sais qu'ils dorment là, derrière les cloisons,

Je n'ai plus le besoin d'aller les reconnaître ;

De la route je vois leurs petites fenêtres,

Et ce sera jusqu'à ce que nous en mourions.

Pourtant je sens parfois, aux ombres quotidiennes,

Je ne sais quelle angoisse froide, quel frisson,

Et ne comprenant pas d'où ces douleurs proviennent,

Je passe...

Or, Chaque fois, c'est un deuil qui se fait

Un trouble est en secret venu vous avertir

Qu'un souvenir est mort ou qu'il s'en est allé...

On ne distingue pas très bien quel souvenir,

Parce qu'on est si vieux, on ne se souvient guère...

Pourtant je sens en moi se fermer des paupières.







+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   23 janvier 2017
Le beau voyage : Poésies de Henry Bataille
PHRASE DE VALSE



Tu m’as dit qu’elle te chantait

souvent une valse allemande,

toujours la même, quelle était-elle ?..

Fragment de lettre.







Mon pauvre cœur en vieille valse,

On dirait qu’il s’en est venu,

Sur le chemin des archets calmes,

Du beau Danube...

Tu verras, c’est un pauvre cœur.

Une seule valse y est enclose

Comme l’eau dans le fond des fleurs...

Danube bleu... Valse des roses...

Elle s’est introduite une vieille fois

D’automne :

Depuis lors je la porte en moi,

Et je l’affectionne.

Elle est de ces choses de foire

Où l’on a mis deux ou trois airs,

Tout au plus deux ou trois airs,

Pour ne pas fatiguer la mémoire...

Ne la chasse pas encore, ne la chasse pas encore !

Ne sois pas jalouse de la vieille valse

Qui pleure encore.

Lorsque la nuit est pleine je l’y sens éparse.

Elle a de tels accents que tu voudrais mourir.

Quand elle sors des bois et de mon souvenir !

Ne chasse pas la valse voyageuse

Qui fait son nid...

Toute lassée des jours jaunis.

Un matin quelconque,

Peut-être elle voudra me quitter d'elle-même.

Ne la chasse pas si tu m'aimes...

Elle partira bien, toute seule, à la longue.



p.165-166
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gill   30 août 2012
La chair humaine. pièce en 3actes. de Henry Bataille
L'intérieur d'une chambre pauvre. A droite, dans une alcôve, un lit. Près du lit un berceau ; au milieu de la scène une table sur laquelle sont posés un petit baquet, une pile de linge, des fers à repasser, un savon, etc. Au fond, une fenêtre mansardée par laquelle on aperçoit des toits et, plus loin, une partie du panorama de Paris.

(lever de rideau de "La chair humaine", pièce parue dans "La petite illustration" en août 1922)
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4037 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..