AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.75/5 (sur 134 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 9/01/1936
Biographie :

Henry Bogdan est un historien français, né le 9 janvier 1936.

Spécialiste de l'Europe centrale, agrégé d'histoire et diplômé des Langues'O, Henry Bogdan enseigne à l'EMSST et au Centre d'études européennes de l'université de Marne-la-Vallée. Spécialiste de l'Europe de l'Est et des problèmes des minorités nationales.

Ajouter des informations
Bibliographie de Henry Bogdan   (14)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
L'Europe centrale , la Mittleuropa des politologues allemands, constitue un milieu géographique bien particulier. Ce qui l'oppose à l'Europe de l'Ouest c'est son caractère continental.
Commenter  J’apprécie          150
[Jean Hus] fut livré au bras séculier et mourut sur le bûcher le 6 juillet 1415 ; l'un de ses plus fidèles disciples, Jérôme de Prague, subit le même sort le 30 mai 1416 pour avoir prononcé un panégyrique de Jean Hus. La mort des deux réformateurs, loin d'apaiser les esprits en Bohême, provoqua une véritable guerre civile. Les hussites, divisés d'ailleurs en plusieurs courants - et, parmi eux, un courant radical représenté par les taborites du nom de la ville de Tabor où leur chef, Jean Zizka de Trocnov tenta une expérience de vie communautaire fondée sur l'égalité totale entre les citoyens -, fixèrent en 1420 dans les "Quatre Articles" les principes de leur doctrine. L'un des points essentiels, celui que l'Histoire a retenu, était la communion sous les deux espèces, le pain et le vin, qui, à leurs yeux, symbolisait l'égalité entre les prêtres et les fidèles, alors que, selon la tradition observée jusque-là, seuls les prêtres avaient le privilège de communier avec l'hostie et le calice. C'est ce qui valut aux hussites d'être qualifiés d'utraquistes, c'est-à-dire ceux qui communient sous les deux espèces, "sub utraque specie" dans la terminologie latine.

p. 48
Commenter  J’apprécie          82
C'est là qu'en 1618 sous le nom de guerre de trente ans ,la plus grande catastrophe démographique qu'ait connu le monde allemand au cour de son histoire.
Commenter  J’apprécie          100
Les Etats de Bohême, pendant ce temps [élection impériale à Francfort de Ferdinand II de Habsbourg, 1619], avaient redoublé d'activité. Réunis à Prague depuis le 13 juillet, les représentants des trois ordres adoptèrent le 21 une nouvelle Constitution qui faisait de l'ancien royaume une Confédération, la Confederatio Bohemica, constituée de cinq Etats indépendants et souverains, la Bohême, la Moravie, la Silésie et les deux Lusaces. Cette Confédération était ouverte aux autres pays de la monarchie habsbourgeoise qui souhaiteraient y adhérer ; on songeait alors à la Haute et Basse-Autriche, et même éventuellement à la Hongrie où le parti protestant et le prince de Transylvanie Bethlen étaient favorables à une telle coalition dirigée contre les Habsbourg. La nouvelle Constitution de Bohême reprit à son compte les principes de liberté religieuse définis par la Lettre de Majesté de 1609 - et ce pour rassurer la minorité catholique -, ce qui n'empêchait pas que les Jésuites demeuraient bannis du royaume et que les catholiques occupant des charges dans l'Etat étaient tenus de s'engager par serment à observer les dispositions de la Lettre de Majesté. La Constitution mettait fin à l'hérédité de la monarchie qui s'était peu à peu introduite en Bohême avec les Habsbourg. Désormais, le roi serait élu par la Diète, et il lui serait interdit de faire élire de son vivant son successeur. La fonction royale devenait alors purement honorifique car c'est la Diète seule qu'appartient le pouvoir législatif ; elle seule, et après consultation des Défenseurs, peut conclure des alliances avec des pays étrangers et décider d'actions militaires à l'extérieur. De plus, chacun des membres de la confédération dispose de son propre gouvernement, de sa propre administration. La seule institution commune est le Directoire dont les membres sont désignés séparément par les Diètes provinciales.

pp. 71-72
Commenter  J’apprécie          50
L'ambitieux Frédéric Ier avait ainsi réalisé le rêve timidement caressé par son père. En moins de trois siècles, grâce à la faveur impériale, les descendants des comtes souabes de Zollern devenus burgraves de Nuremberg étaient passés de la dignité électorale à la royauté. Désormais, on va de moins en moins parler de l'électorat de Brandebourg, et de plus en plus du royaume de Prusse.
Commenter  J’apprécie          60
le Code général des Etats prussiens (Allgemeine Landrecht für die Preussichen Staaten), mais il ne fut publié qu'en 1794, en pleine guerre contre la France révolutionnaire. Ce Code garantissait de nouveaux droits comme la liberté religieuse, le droit à l'instruction, l'égalité devant la loi, la protection de la personne et de la propriété privée. On remarquera que ce texte, élaboré pour sa plus grande partie dans les dernières années du règne de Frédéric II, est antérieur de peu à la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen votée par l'Assemblée constituante en France et que certains de ses principes étaient déjà appliqués depuis deux décennies, ce qui marque une certaine avance de la Prusse frédéricienne par rapport à la France de Louis XVI et de la Révolution. Tout comme, un siècle plus tard, l'Allemagne de deux autres Hohenzollern, Guillaume Ier et Guillaume II, sera nettement plus en avance sur plan social que la France de la IIIéme République. 
Commenter  J’apprécie          50
1648, les traités de Westphalie.
Les traités de Westphalie ont également scellé la réconciliation entre l'empereur et tous les princes allemands qui avaient pris les armes contre lui. Seuls furent exclus de l'amnistie les sujets rebelles de Bohême dont les biens avaient été confisqués dans le cadre de la répression qui avait suivi la Montagne Blanche. Leur retour en Bohême était autorisé à condition qu'ils reviennent (?) au catholicisme, mais, même dans ce cas, ils ne recouvraient pas leurs biens. Les délégués de la Suède à Osnabrück tentèrent vainement d'obtenir pour eux l'amnistie que l'on avait accordée aux princes. Jean Amos Komensky, dans une lettre du 11 octobre 1648, ne put qu'exprimer au chancelier Oxenstierna toute l'amertume et la douleur des émigrés bohêmes qui se sentaient trahis par leurs alliés.

p. 260.
Commenter  J’apprécie          50
(1633).
On attribue à Wallenstein l'élaboration de deux projets pour rétablir la paix dans l'Empire. (...) Le "grand projet" ... concernait également la France et la Suède. A Dresde, où résidaient de nombreux protestants émigrés originaires de Bohême, l'un d'entre eux, le comte Vilem Kinsky, qui avait des liens de parenté avec la famille de Wallenstein, avait pris contact avec le représentant de la France, le marquis de Feuquières. L'objet de la discussion était d'obtenir pour Wallenstein une aide financière pour lui permettre de lever de nouvelles troupes et de marcher avec elles contre l'empereur. L'objectif final aurait été de reconstituer un grand Etat de Bohême indépendant qui aurait retrouvé ses anciennes institutions et où la Diète aurait recouvré le droit de désigner le roi. Bien sûr, dans l'esprit de Wallenstein, ce roi n'aurait pu être que lui-même, et la Bohême aurait alors renoué avec l'ancienne tradition d'un roi national élu. Wallenstein aurait ainsi fait siennes les revendications des émigrés tchèques. Les contacts avec le représentant de la France s'accompagnèrent de discussions avec le chancelier [suédois] Oxenstierna, mais celui-ci, bien qu'intéressé par le "grand projet" de Wallenstein, n'avait guère de confiance dans le condottiere.

p. 154
Commenter  J’apprécie          40
"La paix de Westphalie portait un coup mortel à la vieille idée d'Empire. Deux grandes puissances étrangères pénétraient profondément dans l'Empire, la France sur le Rhin, la Suède dans la Baltique. La Maison d'Autriche - domus Austriae, comme on l'appelle aussi à cette époque - se repliait de plus en plus sur ses possessions héréditaires et tournait toutes ses forces vers la construction de son Etat danubien."

G. Stadtmüller, cité p. 264.
Commenter  J’apprécie          50
Pénétré de rationalisme, Joseph II se montra tolérant : l'édit du 20 octobre 1781 garantissait dans tout l'empire la liberté de culte pour les non-catholiques et leur donnait accès à tous les emplois. Peu après, Joseph II ordonna la fermeture de la plupart des monastères des Ordres contemplatifs et confisqua leurs biens (sécularisation de Pannonhalma en 1786).
Sous l'influence des physiocrates, Joseph II s'intéressa au sort des paysans et reçut à plusieurs reprises des délégations paysannes venues à Vienne lui présenter leurs doléances. La révolte des paysans valaques de Transylvanie dirigée par Horia et Closca (1784) confirma Joseph II dans ses idées de réforme. Si la révolte échoua à cause de son caractère anti-hongrois, elle amena des réformes. L'ordonnance de 1785 accorda aux paysans la liberté personnelle et le droit d'exploiter à tire héréditaire leurs tenures, libéra les artisans du système corporatif et abolit les monopoles commerciaux.

1342 - [Que-sais-je ? n° 678, p. 52]
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Henry Bogdan (234)Voir plus

Quiz Voir plus

Hunter x hunter

Qui est le père de Gon ?

Ging
Knuckle
Isaac
Wing

19 questions
303 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}