AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.68 /5 (sur 70 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Thonon-les-Bains , le 25/01/1870
Mort(e) à : Paris , le 29/03/1963
Biographie :

Henry Bordeaux est un avocat, romancier et essayiste français.

Fils d’avocat, il perpétua la tradition familiale et fit des études de droit, à Paris. Licencié ès lettres et en droit, il s’inscrivit en 1889 au barreau de Thonon. Après avoir exercé pendant quelques années à Paris, puis dans sa ville natale où l’avait rappelé la mort de son père, il choisit à partir de 1900 de se consacrer aux lettres, et entama une brillante carrière de romancier.

En 1894, alors qu'il travaille, à Paris, comme avocat-rédacteur à la Compagnie Paris-Lyon-Méditerranée, il publie son premier livre, "Âmes modernes", aussi connu sous le titre "La Fée de Port-Cros" ou "La Voie sans retour".

Ses nombreux romans, parmi lesquels on compte notamment "Le Pays natal" (1900), "La Peur de vivre" (1902), "La Petite mademoiselle" (1905), "Les Roquevillard" (1906), "Les Yeux qui s’ouvrent" (1908), "La Croisée des chemins" (1909), "La Robe de laine" (1910), "La Neige sur les pas" (1911), "La Maison" (1913), "La Résurrection de la chair" (1920), "La Chartreuse du reposoir" (1924), "La Revenante" (1932), qui pour la plupart ont pour cadre sa Savoie natale, sont un hymne sans cesse renouvelé à la famille et aux valeurs traditionnelles, religieuses et morales, dont elle est la garante.

On doit également à Henry Bordeaux, des recueils de contes et nouvelles, et plusieurs essais critiques. Il rédigea enfin ses mémoires, parus en 11 volumes de 1951 à 1966, sous le titre "Histoire d’une vie".

Henry Bordeaux fut élu à l’Académie française, le 22 mai 1919, au fauteuil de Jules Lemaître, par 20 voix au premier tour. Il devait siéger à l’Académie française pendant plus de quarante ans et en devenir le doyen d’âge et d’élection.

En 1959, il raconte ses souvenirs d'académicien dans "Quarante ans chez les quarante".

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Les Maîtres du mystère - L'Intruse d'après le roman d'Henry BORDEAUX
Citations et extraits (86) Voir plus Ajouter une citation
araucaria   24 octobre 2013
La chartreuse du reposoir de Henry Bordeaux
Devant moi les montagnes se réveillaient, s'étiraient, se prélassaient dans une vapeur blonde qui se désagrégeait à mesure que la lumière du jour prenait plus d'éclat. Et cette lumière buvait les gouttes de rosée, infinie multitude de vers luisants posés sur les prés et sur les feuilles des buissons.
Commenter  J’apprécie          210
gill   06 décembre 2017
La croisée des chemins de Henry Bordeaux
- Qu'as-tu, ma chérie ?

- Je n'ai rien.

Je n'ai rien : aucun aveu, plus que ces quatre mots dans leur insignifiance, n'a jamais tourmenté les mères, les amants, ceux qui se penchent sur les profondeurs.

Ils abritent toutes les angoisses, toutes les agonies intimes, ce qu'il faut taire, ce qu'on ne sait pas encore, ce qu'on n'ose pas deviner, ce qui traîtreusement s'introduit dans le bonheur comme le vers dans un fruit ...
Commenter  J’apprécie          200
gill   03 décembre 2017
La croisée des chemins de Henry Bordeaux
Dans la démocratie triomphante la jeunesse proclamait l'inégalité.

On refusait de se solidariser, de s'associer ; on préférait l'ambition solitaire.

Les petits surhommes allaient pulluler ...
Commenter  J’apprécie          201
araucaria   25 octobre 2013
La chartreuse du reposoir de Henry Bordeaux
Nous rentrons dans la cellule. Quel refuge pour une âme lasse! Une triple enceinte lui garantit la paix qu'elle vient chercher, - pacem invenies, - le cirque des montagnes, la clôture du monastère, celle de la petite demeure séparée. Le chartreux a son travail manuel, ses livres, son oratoire, l'usage de ses mains, de son esprit, de son amour. Il a un coin de nature, il a la solitude où se posséder soi-même, il a Dieu.
Commenter  J’apprécie          190
gill   10 janvier 2020
La résurrection de la chair de Henry Bordeaux
Il y a le passé, il y a les souvenirs.

On a beau dire qu'on les emporte : comme les meubles de prix, ils souffrent des déménagements, et bien souvent ce sont eux qui nous retiennent aux mêmes lieux, contre la raison ...
Commenter  J’apprécie          180
migdal   18 août 2018
Capitaine de Bournazel de Henry Bordeaux
Le capitaine de Bournazel, recueillant le dernier soupir du lieutenant Bureau, avait dit : « Une balle au front. Ne pas souffrir. Ce qu'il y a de mieux.... » Humainement, c'est là une belle mort pour un soldat. Mais au fond de l’homme gît la marque divine. Se redresser mourant pour dépasser son devoir, regarder la mort en face, pour l'accepter, pour accepter ce qui est pire qu'elle, la souffrance qui la précède et l'annonce, se servir de toutes deux et les asservir pour achever l'œuvre de sa vie en rachetant ses erreurs ou ses fautes, confesser ses fautes, à défaut d'un prêtre, à un camarade, comme le font dans les Chansons de geste les preux d'autrefois, connaître l’horreur et l'humiliation, quand on a été le prince de l’élégance sous l’uniforme, des souillures inévitables de la guerre au moment suprême, transformer le sang qui coule en libation offerte au Seigneur, achever l’action en prière, et de la fin naturelle composer le surnaturel holocauste, n'est-ce pas mieux encore, mon capitaine ?...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
araucaria   25 octobre 2013
La chartreuse du reposoir de Henry Bordeaux
Il y a seize ans, un cortège s'arrêtait devant cette porte, après avoir traversé comme moi la montagne, mais avec la civière où d'habitude on étend les morts. Un prêtre et une femme accompagnaient le convoi. Et le mourant qui avait pu supporter l'affreux voyage, ou, mieux, qui l'avait ordonné, se souleva pour saluer son dernier refuge.
Commenter  J’apprécie          140
gavarneur   24 février 2019
Aventures en montagne de Henry Bordeaux
Ainsi fûmes-nous réconciliés parce que la vérité a d'invincibles exigences que l'on ne soupçonne pas tout d'abord et qui nous gouvernent presque malgré nous…

(L'alibi, page 61)
Commenter  J’apprécie          140
moravia   05 octobre 2016
La claire Italie de Henry Bordeaux
Pour moi, elles ne sont que de beaux décors. Je les ai visitées, toutes les trois, l'Isola Belle, l'Isola Madre et l'île des Pêcheurs, après avoir passé la Maloja et avant de rentrer en France par le Simplon. Cependant elles exercent sur moi une sorte de fascination parce qu'elles appartiennent en quelque manière à un ami que j'ai perdu, à René Boylesve. Il en avait respiré et capté le parfum dans le beau livre qui porte son nom. Il me semble que sur ces bords doucement menacés par l'automne je rencontrerai son fantôme et reprendrai avec lui l'une ou l'autre de ces conversations sur l'amour, sur les femmes, sur les multiples formes de sentir qu'il aimait tant et qui furent interrompues par la mort.

(Le parfum des îles Borromées).
Commenter  J’apprécie          120
moravia   21 septembre 2016
La claire Italie de Henry Bordeaux
Tandis que tel savant, tel écrivain, tel artiste de réputation bien authentique sont oubliés dans la distribution des récompenses, un triste bonhomme politique, dépourvu de toute valeur réelle, mais qui, par ses promesses, ses courbettes et ses services, a trouvé moyen de rester en place un certain nombre d'années, d'occuper une mairie ou un siège au Parlement, est pris à grand fracas pour parrain. Tout ce fracas, d'ailleurs, est peine perdue. On ne ressuscite pas des morts aussi complètement rongés, pourris et mangés des vers. Il n'en reste rien, et personne, au bout de peu d'années, ne peut plus citer d'eux un trait, une phrase, un fait de grandeur ou de bienfaisance susceptible de maintenir leur mémoire. Ils n'évoquent plus qu'une odeur de cuisine électorale, quand ils ne sentent pas le néant.

Leurs partisans mêmes se souviennent de leurs petites habiletés qu'ils tâchent d'imiter à leur tour, mais ils sont incapables de leur découvrir le moindre de ces signes qui assurent la durée.

Chose pire : il arrive même que, dans la ferveur d'une fausse dévotion, ces partisans, complètement stupides et dépourvus d'un jugement qui remette au point les choses, aient élevé un monument ou commandé un buste en l'honneur du défunt.

Ainsi voit-on quelquefois, sur l'une ou l'autre place publique de petite ville, ou reléguée heureusement dans un coin obscur, lorsque la municipalité veut faire preuve de quelque sagesse, l'affreuse effigie, exécutée au rabais, du vieux député, du vieux sénateur, du vieux maire qu'on a tenté, par ce moyen, de sauver de l'oubli.

L'oubli est venu tout de même, sous cette formule lapidaire du touriste inquiet de son ignorance : Qui est-ce ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Henry Bordeaux (100)Voir plus


Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur
.. ..