AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.4 /5 (sur 35 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Fürth , le 27/05/1923
Biographie :

Henry Kissinger, né Heinz Alfred Kissinger le 27 mai 1923 à Fürth en Allemagne, est un politologue et diplomate américain. Juif et Allemand de naissance, il émigre en 1938 pour fuir les persécutions nazies et est naturalisé en 1943. Interprète pour les services secrets durant la Seconde Guerre mondiale, il devient administrateur d'une bourgade allemande.

De retour aux États-Unis en 1946, il étudie à Harvard avant de se lancer en politique. D'abord conseiller à la sécurité nationale américaine, il devient secrétaire d'État du gouvernement républicain de Richard Nixon, poste qu'il occupe ensuite sous Gerald Ford. Promoteur de la Realpolitik, il joue un rôle important dans la diplomatie américaine au cours de la Guerre froide de 1968 à 1977, en étant notamment l'un des artisans de la signature des Accords de paix de Paris. Il inspire la politique de la détente avec l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) et joue un rôle crucial dans le rapprochement avec la Chine à partir de 1971.

Kissinger reçoit le Prix Nobel de la paix en 1973 pour son action dans la résolution de la Guerre du Viêt Nam et de la Guerre du Kippour. Figure médiatique et personnage controversé, sa politique étrangère lui crée de nombreuses inimitiés, aussi bien du côté de la gauche pacifiste, de certaines associations humanitaires que de la droite anticommuniste. La justice de nombreux pays souhaite aujourd’hui l’interroger et il limite pour ces raisons ses voyages à l’étranger.

Il est actuellement président de Kissinger Associates dont il est également le fondateur. Entreprise de consultance en relations internationales, elle a pour clients des firmes multinationales qu'elle assiste dans leurs négociations de contrats commerciaux avec des États
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
olplotard   09 août 2013
Sortie de crise. Kippour 1973, Vietnam 1975 de Henry Kissinger
Anatoly Dobryne, Ambassadeur d'Union Soviétique - Henry Kissinger (vendredi 19 octobre 1973 - 16h30)

D: - Pourrais-je lui dire que ce sera un vol commercial?

K: - Dites-lui que j'arrive en B-52.

D: - [Rire.]
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   20 novembre 2019
Diplomatie de Henry Kissinger
L'Amérique, en cherchant à concilier les valeurs dissemblables et les expériences historiques fort diversifiées des pays d'importance comparable à la sienne, s'engagera sur des terres inexplorées et définira une politique qui se démarquera fondamentalement de l'isolement du siècle dernier ou de l'hégémonie de facto qu'elle a exercée pendant la guerre froide - une démarche que cet ouvrage se propose d'éclairer. Les autres grands protagonistes se heurteront eux aussi à des difficultés pour s'adapter à l'ordre mondial qui s'ébauche.



L'Europe, la seule partie du monde moderne à n'avoir jamais connu de structure politique unifiée, inventa les concepts d'Étatnation, de souveraineté et d'équilibre des forces. Ces idées ont dominé les affaires internationales pendant près de trois siècles. Mais aucun de ceux qui pratiquaient la raison d'État naguère n'est assez fort aujourd'hui pour être le maître d'oeuvre de l'ordre international en voie d'édification.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   19 novembre 2019
Diplomatie de Henry Kissinger
John F. Kennedy affirmait avec confiance en 1961 que l'Amérique était assez forte pour «payer n'importe quel prix, assumer n'importe quel fardeau» afin d'assurer le triomphe de la liberté. Trente ans plus tard, les ÉtatsUnis ne se trouvent guère en position d'exiger la réalisation immédiate de tous leurs désirs. D'autres pays ont acquis le statut de «grande puissance ». Les ÉtatsUnis doivent tenter aujourd'hui d'atteindre leurs buts par paliers successifs, chacun d'entre eux constituant une sorte d'amalgame des valeurs américaines et des nécessités géopolitiques. Une de ces nécessités nouvelles est qu'un monde comprenant plusieurs États de force comparable doit fonder son ordre sur une notion quelconque d'équilibre - une idéeavec laquelle les ÉtatsUnis ont toujours été en délicatesse.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   20 novembre 2019
Diplomatie de Henry Kissinger
Sur le plan intellectuel, le principe d'équilibre des forces exprimait les convictions profondes de tous les grands penseurs politiques du siècle des Lumières. Pour eux, l'univers, y compris la sphère politique, était réglé par des principes rationnels qui s'équilibraient. Les actions apparemment aléatoires d'individus dotés de raison tendaient, prises ensemble, vers le bien de tous, bien qu'il fût difficile de vérifier cette proposition au cours du siècle traversé de conflits presque continuels qui suivit la guerre de Trente Ans.



Adam Smith affirmait dans La Richesse des nations qu'une «main invisible » distillait le bien-être économique général à partir d'actions économiques égoïstes.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   19 novembre 2019
Diplomatie de Henry Kissinger
Prise entre la nostalgie d'un passé marqué par l'innocence et le désir d'un futur parfait, la pensée américaine a oscillé entre l'isolationnisme et l'engagement, encore que les réalités de l'interdépendance aient joué un rôle prédominant depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.



Les deux écoles de pensée - l'Amérique phare du monde et l'Amérique menant croisade - aspirent à un ordre international fondé sur la démocratie, la liberté du commerce et le droit international. Comme aucun système de cette nature n'a encore existé, les autres sociétés voient dans cette aspiration sinon de la naïveté, du moins une utopie.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   20 novembre 2019
Diplomatie de Henry Kissinger
Pendant la guerre froide, l'approche américaine en matière de politique étrangère, unique en son genre, se révéla remarquablement appropriée au défi qu'il fallait relever. Le conflit idéologique était très profond, et un seul pays, les ÉtatsUnis, détenait l'arsenal complet des moyens - politiques, économiques et militaires - permettant d'organiser la défense du monde non communiste. Une nation placée dans une telle position est en mesure d'imposer son point de vue et peut souvent tourner la difficulté à laquelle se heurtent les hommes d'État des sociétés moins favorisées.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   20 novembre 2019
Diplomatie de Henry Kissinger
À la fin du XIXe siècle, toutefois, les mécanismes de l'équilibre des forces européen revinrent aux principes de la politique de puissance, et dans un contexte infiniment plus implacable. L'intimidation de l'adversaire devint la règle en diplomatie, entraînant une succession d'épreuves de force. Finalement, une crise surgit en 1914 face à laquelle personne ne voulut faire marche arrière. L'Europe ne retrouva jamais pleinement son leadership mondial après la catastrophe de la Première Guerre mondiale.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   20 novembre 2019
Diplomatie de Henry Kissinger
La séparation des pouvoirs ne visait pas à instaurer un gouvernement harmonieux, mais à éviter le despotisme; chaque branche de l'État, en quête de son propre intérêt, refrénait les excès et servait, ce faisant, le bien commun. Les mêmes principes s'appliquaient à la politique internationale. En poursuivant ses intérêts égoïstes, chaque État contribuait au progrès, comme si quelque main invisible assurait que la liberté de choix de chacun garantissait le bienêtre pour tous.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   19 novembre 2019
Diplomatie de Henry Kissinger
Les Américains habitaient un continent presque vide, protégé des puissances prédatrices par deux océans, et avec des pays faibles pour voisins.



N'ayant en face d'elle aucune puissance à laquelle faire contrepoids, l'Amérique aurait difficilement pu se soucier de problèmes d'équilibre, même si ses dirigeants avaient été pris du curieux désir de reproduire le modèle européen au milieu d'une population qui avait tourné le dos à l'Europe.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   20 novembre 2019
Diplomatie de Henry Kissinger
Dans un monde ainsi partagé, il est impossible de prétendre que le conflit conduit au bien commun ; tout gain pour un camp est une perte pour l'autre. La prouesse de l'Amérique consista en fait à remporter la victoire sans guerre, une victoire qui l'oblige aujourd'hui à affronter le dilemme que George Bernard Shaw évoquait en ces termes : «Il y a deux tragédies dans la vie. L'une est de perdre le désir. L'autre est de l'acquérir.»
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Lire avec Gérard Philipe

En 1946, Gérard Philipe incarne le prince Mychkine face à Edwige Feuillère dans L’Idiot de Georges Lampin Il est une adaptation du roman éponyme de:

Alexandre Pouchkine
Léon Tolstoï
Fiodor Dostoïevski

14 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : gérard philipe , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , théâtre , acteur , acteur français , cinéma français , engagement , communismeCréer un quiz sur cet auteur