AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.46 /5 (sur 1163 notes)

Nationalité : Pays-Bas
Né(e) à : Arnhem , le 05/09/1953
Biographie :

Scénariste, homme de télévision et de radio, Herman Koch est aussi auteur de romans : "Le Dîner", publié en 2009 aux Pays-bas, et 2011 en France, obtient le Prix du public. En 2013, paraît "Villa avec piscine". Selon l'auteur, les descriptions valent plus qu'une démonstration ; le romancier ne doit pas expliquer mais montrer les choses, sans faire d'essai philosophique.

De 1990 à 2005, il est acteur et scénariste de la série humoristique Jiskefet diffusée sur VPRO.

Koch écrit aussi sous le pseudonyme de Menno Voorhof.

Source : livres.fluctuat.net
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Herman Koch : "Je peux comprendre les auteurs qui sont..."
Podcasts (1)

Citations et extraits (148) Voir plus Ajouter une citation
nameless   23 juin 2017
Villa avec piscine de Herman Koch
Un regard en dit plus long que des mots. C'est un cliché. Mais un cliché en dit aussi plus long que des mots.

P. 87
Commenter  J’apprécie          340
nameless   24 juin 2017
Villa avec piscine de Herman Koch
Parfois, le contraste entre un homme et une femme est si grand qu'on se demande quels facteurs ont pu les réunir. Des facteurs financiers par exemple. Ou liés au statut ou à la célébrité. Le mannequin d'une vingtaine d'années aux côtés du millionnaire sexagénaire. La beauté éblouissante aux côtés du footballeur le plus laid qu'on puisse imaginer.

P. 137
Commenter  J’apprécie          322
lyoko   05 décembre 2016
Cher monsieur M. de Herman Koch
Film ou pas, il ne faut jamais mettre sur la couverture des photos des personnages d'un livre. Cela bride l'imagination du lecteur. Il est alors contraint d'associer les personnages aux visages des principaux acteurs du film. Quand on a commencé par voir le film puis qu'on a aussi envie de lire le livre par curiosité, ce n'est peut-être pas si grave. Mais quand on a d'abord lu le livre, on est confronté à un dilemme. En lisant, on s'est fait sa propre idée des visages des différents personnages. Des visages qu'on a eu le loisir d'imaginer soi-même. Malgré les descriptions des visages. En dépit de vos descriptions surabondantes de nez, d'yeux, d'oreilles et de couleur de cheveux, chaque lecteur compose les visages au gré de son imagination.
Commenter  J’apprécie          303
milado   04 juin 2013
Le dîner de Herman Koch
Une femme, qui avait deux homosexuels comme voisins du dessus, deux jeunes hommes qui vivaient ensemble et s'occupaient parfois de ses chats, était interviewée. "Ils sont tellement adorables, ces garçons! " racontait la femme. Ce qu'elle voulait dire, en fait, c'est que ses voisins étaient certes homosexuels, mais le soin qu'ils apportaient à ses chats montrait qu'ils étaient tout de même des gens comme vous et moi. Elle trônait dans l'émission, satisfaite d'elle-même, parce que tout le monde allait maintenant savoir à quel point elle était tolérante. Et que ses voisins du dessus étaient des garçons adorables, même s'ils faisaient des choses dégoutantes ensemble. Des choses répréhensibles en fait, malsaines et contre nature. Perverses en somme, mais excusables parce que les deux hommes s'occupaient de façon désintéressée de ses chats."

...

" Pour comprendre ce qu'affirmait cette femme à propos de ses voisins, ai-je poursuivi puisque personne ne disait rien, il faut renverser la situation. Si les deux homosexuels adorables n'étaient pas venus donner des croquettes aux chats, mais leur avaient au contraire lancé depuis leur balcon des filets de porc empoissonnés, ils n'auraient été tout simplement que de sales pédés, comme d'habitude.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
lyoko   08 décembre 2016
Cher monsieur M. de Herman Koch
- Mais il y a des cultures, des religions, je n'ai pas besoin de les citer, qui se sentent très vite blessées, dit Van der D. Devons nous, nous censurer, tenir notre langue parce que quelqu'un risque de se sentir blessé ?
Commenter  J’apprécie          290
lyoko   04 décembre 2016
Cher monsieur M. de Herman Koch
Les femmes ont plus de temps que les hommes. Quand elles ont passé l'aspirateur, elles ouvrent un livre - votre livre- et se mettent à lire. Le soir, au lit, elles lisent encore. Quand leur mari se tourne sur le côté et pose la main sur leur ventre, près du nombril, ou juste en dessous de leur poitrine, elles la repoussent. "Laisse-moi un peu, encore un chapitre", disent-elles en poursuivant leur lecture. Parfois les femmes ont mal à la tête, ou elles sont indisposées, parfois elles lisent un livre.
Commenter  J’apprécie          260
jeunejane   10 septembre 2019
Le dîner de Herman Koch
" Tu es tout simplement raciste, m'avait lancé Claire quand je lui avais confié mon aversion pour Beau.

- Pas du tout ! lui avais-je répondu. Je serais raciste si je trouvais cet hypocrite gentil simplement du fait de sa couleur de peau et de ses origines. Ce serait de la discrimination positive. Je serais raciste si je concluais que l'hypocrisie de notre neveu par adoption vient de l'Afrique en général et du Burkina Faso en particulier.
Commenter  J’apprécie          230
milado   03 juin 2013
Le dîner de Herman Koch
... la façon dont il se tenait trahissait la difficulté à écouter une femme qu'il ne parvenait pas à classer sur-le-champ dans les catégories clairement définies comme "nichons", "beau cul" ou "elle peut m'apporter le petit-déjeuner quand elle veut".
Commenter  J’apprécie          200
andreas50   26 août 2019
Le dîner de Herman Koch
Je suis à des lieues des gens qui trouvent qu'aller au restaurant « c'est du gâchis quand on peut préparer de biens meilleurs plats à la maison ». Non, ces gens-là ne comprennent rien, ni à la nourriture ni au restaurant.
Commenter  J’apprécie          190
Zazette97   29 janvier 2012
Le dîner de Herman Koch
Si je devais donner une définition du bonheur, ce serait celle-ci : le bonheur se satisfait de lui-même, il n'a pas besoin de témoin. " Toutes les familles heureuses se ressemblent, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon", dit la première phrase d'Anna Karénine, de Tolstoï.

Je me contenterai tout au plus d'y ajouter que les familles malheureuses - et au sein de ces familles en premier lieu les couples malheureux - n'y parviennent jamais seules.

Plus il y a de témoins, mieux cela vaut. Le malheur est toujours en quête de compagnie.

Le malheur ne peut supporter le silence - et encore moins les silences gênés qui s'installent lorsqu'il se retrouve seul.

Aussi nous sommes-nous souri, Claire et moi, dans le café quand on nous a servi nos bières, sachant que bientôt nous allions passer toute une soirée en compagnie des Lohman : nous vivions le plus beau moment de la soirée, tout n'irait par la suite que de mal en pis. p.14
Commenter  J’apprécie          170
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Trouvez l'intrus dans les séries policières !

Agatha Christie : les enquêteurs

Miss Marple
Irène Adler
Tuppence Beresford
Hercule Poirot

13 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , policier français , policier anglaisCréer un quiz sur cet auteur
.. ..