AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.69 /5 (sur 533 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Maur-des-Fossés , le 21/08/1972
Biographie :

Hervé Jourdain est un écrivain français, auteur de roman policier.

Il réussit le concours de gardien de la Paix et s’installe à 20 ans dans le sud de la région parisienne. Parallèlement à son activité professionnelle, il s’inscrit à l’université Paris-I et obtient une licence d’Histoire. Il intègre alors un service de renseignement en 1998 avant de devenir, deux plus tard, officier de police.

Lieutenant à la brigade des mineurs de Paris puis capitaine au sein de la brigade criminelle installée au mythique 36, quai des Orfèvres, il décide par défi de se lancer dans l’écriture de romans policiers.

Il est alors capitaine de police lorsqu'il publie "Sang d'encre au 36" (2009), un premier roman qui lui vaut le prix des lecteurs du grand prix VSD du polar.

Il remporte en 2014 le prix du Quai des Orfèvres avec son roman "Le Sang de la trahison".

Il a par ailleurs collaboré à l’écriture d’un long métrage, fait office de conseiller sur le tournage d’un téléfilm policier, effectué une brève apparition dans le film "Contre-enquête" (2007) aux côtés de Jean Dujardin.

En 2017, il reçoit le prix Sang d'encre décerné par le festival de Vienne pour son roman, "Femme sur écoute", paru chez Fleuve Éditions en 2017.

Sous le pseudonyme Clovis Bienvenu (l'identité de son grand-père maternel), il est également l'auteur de "Le 36, quai des Orfèvres à la croisée de l'histoire et du fait divers", paru chez PUF en 2012 dans la collection Questions judiciaires.

+ Voir plus
Source : Amazon
Ajouter des informations
Bibliographie de Hervé Jourdain   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Hervé Jourdain - Sur écoute


Citations et extraits (137) Voir plus Ajouter une citation
jeunejane   01 janvier 2021
Tu tairas tous les secrets de Hervé Jourdain
- Je ne peux pas. Je ne suis pas en état. Et j'ai un rapport avec mon corps compliqué.

- Pourtant ce corps me semble parfait, non?

- Les apparences sont trompeuses.
Commenter  J’apprécie          160
hcdahlem   22 septembre 2020
Terminal 4 de Hervé Jourdain
Elle repose son Smartphone sur le plan de travail de son coin cuisine, enfile des sous-vêtements, soulève le capot de son ordinateur portable professionnel, s’empare d’un jean propre, ouvre son navigateur Internet et sa boîte e-mail. Ça mouline, elle pense à Savannah Schneider, à l’autre bout du monde, délestée de sa carte visa. Lola égrène les quelques pièces du puzzle: Roissy, zadistes, Chinois, carte bancaire d’une Canadienne, carte bancaire d’une Russe, chauffeur de type africain. Rien ne s’emboîte, elle est perdue, se dit que le macchabée a peut-être cherché à jouer en solo, genre complice du Black devenue victime du Black. Lola se dit aussi que Savannah Schneider n’est peut-être pas tout à fait aussi claire qu’elle a bien voulu le laisser entendre à l’autre bout du fil parce que, à l’exception d’une réponse relative à l’identification des dix véhicules incendiés, elle n’a pas reçu le moindre relevé de compte. La Canadienne avait pourtant promis de le lui faire parvenir.
Commenter  J’apprécie          120
emi13   06 janvier 2019
Sang d'encre au 36 de Hervé Jourdain
Aramis , Luc Dorsan , Miquette :

c'était à n;y rien comprendre. Mais dans l'esprit du tueur , il devait forcément y avoir un lien. Tout comme les villes de Liège, Lausanne et la Rochelle , éloignées l'une de l'autre mais toutes à moins de quatre heures de train de Paris.

P159
Commenter  J’apprécie          130
Stelphique   30 juillet 2019
Femme sur écoute de Hervé Jourdain
-A savoir que la mort est en nous et qu'on a pas d'autres choix que de l'affronter, de l'apprivoiser.
Commenter  J’apprécie          130
babel95   30 avril 2017
Femme sur écoute de Hervé Jourdain
Les murs étaient nus et propres, ça puait encore la peinture fraîche. Une multitude de spots incrustés dans le plafond éclairaient l'immense bureau de Compostel, avec son mobilier aux angles arrondis, son double vitrage, et surtout sa vue panoramique sur l'ensemble de la capitale, à l'exception du Sacré-Coeur, déjà caché sur la gauche par le monumental tribunal de grande instance de Paris.

Label "haute qualité environnementale", avait vendu l'architecte au moment de chiffrer son projet. Les fonctionnaires ne seraient plus perturbés par les sirènes de police et les coups de klaxon intempestifs, les administratifs ne tomberaient plus malades à cause des courants d'air. Et - ô merveille - les conditions de sécurité étaient enfin réunies, avec des locaux de garde à vue et des couloirs entièrement sécurisés sous l'œil vigilant d'innombrables caméras de surveillance.

Mais il ne subsistait rien de la vue plongeante sur le Pont-Neuf et la Seine, de ce cœur apaisé à l'aurore qui, au fil du jour, s'agitait au rythme des péniches. L'heure était au changement. Beaucoup, au siège de la préfecture de police, voyaient là l'occasion de tourner la page d'une histoire du 36 quai des Orfèvres dont l'épilogue n'était pas joyeux. Une page écornée par une succession d'affaires, de bavures, de bêtises qui avaient entaché la police judiciaire pour des années.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
babel95   04 mai 2017
Femme sur écoute de Hervé Jourdain
J’ai peur, reconnut-elle.

Lola aussi avait peur. Pour d’autres raisons. Peur de la mort en particulier.

- J’ai appris que vous prépariez un mémoire de philo sur la mort….

- Montaigne et la mort, précisa Julie Legendre.

- Pourquoi ce choix ? s’enquit Lola.

Elles étaient assises à la table du salon, l’une en face de l’autre.

- Peut-être parce que philosopher, c’est apprendre à mourir. Ce n’est pas de moi, c’est Montaigne qui l’a écrit. Et Montaigne est bien placé dans ce domaine. Il a vu mourir cinq de ses six enfants. En fait, il a considéré à un moment de sa vie que la philosophie devait être un remède contre l’angoisse quotidienne que suscite la fatalité de sa propre mort. Par la suite, il a changé d’avis, disant que la mort était trop momentanée pour qu’elle soit l’objet d’un sujet d’étude à part entière.

Lola n’avait comme référence qu’un vague souvenir de la Lettre à Ménécée d’Epicure. Elle laissa Julie poursuivre sur les causes d’un tel choix.

- Je me destine à l’enseignement de la philo. Alors, cette thèse ou une autre…. Peut-être aussi que la disparition de mes parents y est pour quelque chose.

- Ils sont morts de quoi ?

- Accident de la route. Un petit vieux qui roulait à contresens sur l’autoroute A1 les a percutés de plein fouet. Vous aussi, vous devez avoir un rapport particulier à la mort, non ?

Lola repensa à l’héritière des cimenteries Defoe, à Yasmine Toumi, à l’autopsie de Milena Popovic.

- Ce sont juste des objets d’étude, pour nous.

- Pas davantage ? Vous ne vous y attachez pas ?

- Si, parfois. Il y a des dossiers sur lesquels on a tellement travaillé qu’il arrive un moment où on souffre de ne pas avoir connu la victime de son vivant. Mais ça n’arrive pas souvent.

- Pourquoi ?

- Peut-être parce que beaucoup de nos clients qu’on retrouve la tête dans le caniveau naviguent dans des eaux troubles.

Julie Legendre finit par se lever de sa chaise. Elle se dirigea vers les étagères, se saisit d’un ouvrage qu’elle tendit à Lola.

- Tenez ! Je vous le prête.

Il s’agissait d’une biographie de Montaigne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
emi13   06 janvier 2019
Sang d'encre au 36 de Hervé Jourdain
Je ne suis sûr de rien , mais je pense que votre tueur , il se prend non pas pour Maigret , comme j'ai pu lire dans la presse , mais pour Simenon.

P209
Commenter  J’apprécie          110
umezzu   28 janvier 2018
Le sang de la trahison de Hervé Jourdain
- Tu sais à quoi on reconnait un avocat qui ment ?

Thibaut connaissait la réponse. La blague était vieille comme le métier d'avocat. Il décida de se taire et d'attendre, le sourire crispé.

- Quand ses lèvres bougent, compléta une Zoé fière d'elle.
Commenter  J’apprécie          100
SZRAMOWO   01 août 2020
Terminal 4 de Hervé Jourdain
Le siège de la police judiciaire parisienne ressemble à une ruche. Si la reine est un roi, les abeilles, près de deux mille, sortent et rentrent en continu de leur repère, de leur bastion aux tons pastel, immeuble ultra-sécurisé qui se fond dans l’architecture moderne de la ZAC Clichy-Batignolles.

Chose rare, tous les insectes sont réunis aux aurores. Ils sont rassemblés par grappes, en cercles, ponctuels au rendez-vous, personne ne rechigne. Lola, elle, fait le piquet au rez-de-chaussée, dans le hall gigantesque, encore endormie, bien couverte, loin des courants d’air. Cent fois elle a connu cet épisode. Pas moins. Peut-être plus. Et à chaque convocation la même posture, la même gêne, le thorax compressé, la tête vissée en direction du sol, le ventre dur, les picotements dans les pieds. Rester figée, stoïque, garder le silence, attendre que ça passe, égrener les secondes, ne pas réfléchir pour ne pas se morfondre. Ou alors, penser à autre chose, fuir ailleurs, dans les étages, se rapprocher de la machine à café, glisser des pièces jaunes dans la fente, régler la dose de sucre, prendre son temps. L’esprit en maraude, elle assure justement la descente du gobelet, le voit se remplir lentement, s’en saisit du bout des doigts, le porte à ses lèvres délicatement, les narines imprégnées d’amertume, les ailes du nez réchauffées par les volutes de fumée. Depuis peu, Lola reboit du café. Son Crohn l’accepte enfin. Peut-être est-ce l’effet de l’amour, tout simplement…

Aujourd’hui, Lola Rivière, fraîchement nommée capitaine de police, offre d’ailleurs ses pensées à un homme. Elle l’a laissé, quelques heures plus tôt, à peine rassasiée de ses fesses, musclées, de ses jambes, fuselées, de son corps nu d’athlète, tendre et ferme, qu’elle a caressé des heures durant avant d’enfiler à la hâte jean et sweat-shirt par-dessus les sous-vêtements en dentelle qu’il s’est empressé de lui offrir dès sa descente de train. Gaël Diniz habite loin, du côté des Ardennes. Ingénieur sécurité, il aimerait se rapprocher de Paris, mais les centrales nucléaires se font rares en Île-de-France.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Mahpee   09 janvier 2017
Le sang de la trahison de Hervé Jourdain
Mais il ne tarderait plus à craquer, elle en était convaincue. Les grands sensibles finissaient toujours par pleurer à chaudes larmes. Un peu comme Paul Verlaine, se morfondant en prison pour avoir blessé son amant, Arthur Rimbaud.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

No pasarán, le jeu

Où vont Eric, Thierry et Andreas au lieu d'aller visiter le musée en Angleterre ?

Au restaurant
Dans un magasin de jeux vidéos
Manger des chips
Faire un golf

8 questions
232 lecteurs ont répondu
Thème : No pasaran : Le Jeu de Christian LehmannCréer un quiz sur cet auteur

.. ..