AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.8/5 (sur 30 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Hervé Laroche est professeur au département Stratégie, Hommes et Organisation du campus Paris d'ESCP Europe.

Diplômé d’HEC, Docteur en Sciences de Gestion et habilité à diriger des recherches, il a été Doyen Associé à la Recherche de 1994 à 1998. Il est actuellement rédacteur en chef de l’European Management Journal.

Ses travaux de recherche trouvent leur point de départ dans l’étude des décisions stratégiques dans les entreprises. Trois thèmes sont particulièrement explorés : l’analyse des processus cognitifs qui influencent la formation de la stratégie, et plus particulièrement l’interprétation des problèmes stratégiques (agenda stratégique) ; les échecs et accidents, les questions de fiabilité organisationnelle et de décision face aux risques ; le rôle des middle-managers, c’est à dire l’action dans l’organisation envisagée du point de vue des managers.

Sur ces différents thèmes, il a publié, seul ou en collaboration, des articles (Organization Science, MIT Sloan Management Review, Journal of Risk Research, etc.), des ouvrages (Moi manager, Repenser la stratégie) et des chapitres dans des ouvrages collectifs.

Il a également développé des enseignements sur ces sujets.
Il a enfin contribué à l’animation de la communauté académique en présidant l’AIMS (Association internationale de management stratégique) dont il est aujourd’hui responsable des publications.

Il est également membre des comités de rédaction de M@n@gement et de Annales des Mines – Gérer & Comprendre. Enfin, il a dirigé chez Vuibert une collection d’ouvrages de recherche (16 ouvrages parus).
+ Voir plus
Source : www.escpeurope.eu
Ajouter des informations
Bibliographie de Hervé Laroche   (12)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Amour : on en vibre, on en tremble, bref, on en est tout secoué. Cela vaut sans doute mieux que d'être brûlé par ses feux, ses flammes, son ardeur. Sinon, pur, éternel, plus fort que la mort : banal. On se le jure, et ensuite on le profane. Au pluriel (délicieusement féminin), les amours sont enfantines, ou à la rigueur adolescentes, sinon elles prêtent à rire. Et comment vont tes amours ? Curieusement, les clichés liés à l'amour sont en nombre modeste, relativement à l'omniprésence de ce thème dans la littérature. L'amour est-il au-delà du cliché ? Ou bien sommes-nous déjà au-delà de l'amour ?
Commenter  J’apprécie          60
Cœur : organe très sollicité ; aussi tout auteur doit-il être un peu cardiologue. À savoir : le cœur ne se contente pas de battre (serait-ce la chamade), ni même de palpiter. Il tambourine (préciser : dans la poitrine). Il est capable de bonds. Plus étonnant, il se serre. Comment fait-il pour se serrer tout seul ? Sujet, également aux pincements, d'origine tout aussi mystérieuse (à la différence de ceux des fesses, Fréquents accidents cardiaques. Un moment, son cœur cessa de battre. Inutile pourtant de s'affoler : dans un instant, il n'y paraîtra plus. Un peu passées de mode, les peines de cœur (il se brise, se fend, se déchire, vole en éclats etc.) ne doivent pas inquiéter davantage.
Commenter  J’apprécie          40
Ironie: se présente souvent en brins (n'utiliser qu'un brin à la fois), ou en pointes (même recommandation). Deux techniques: teinter (un regard teinté d'ironie), ou empreindre (un propos empreint d'ironie). Parce qu'on ne sait pas très bien en quoi cette dernière opération consiste au juste, teinter est prudent, mais empreindre est tentant.
Commenter  J’apprécie          40
Reproches: les "jeter au visage" (jamais aux pieds, ni à la poubelle).
Commenter  J’apprécie          40
Broyer : le cœur, voire l'individu tout entier. Le regard éteint de ceux que la vie a broyés. Dans la vie littéraire, on broie énormément, et pas que du noir.
Commenter  J’apprécie          30
Mutiler: toujours "affreusement" (tant qu'à faire).
Commenter  J’apprécie          40
automobile : n'en utiliser que de deux types : l'auto puissante, rapide, qui fonce en silence, et dont les phares trouent les ténèbres ; et le tacot brinquebalant, qui hoquète et pétarade et menace à tout instant de tomber en morceaux. Laisser au garage de la vie ordinaire les insipides véhicules, modestement mais sûrement motorisés, conçus à grands efforts et vendus à prix tirés, qui nous mènent fidèlement à nos embouteillages quotidiens.
Commenter  J’apprécie          00
capter : tend à remplacer déceler. Frémissante, elle captait toutes les nuances de sa voix. Rien de plus moderne que les télécommunications.
Commenter  J’apprécie          10
bataille : la livrer (comme une pizza). Elle était résolue à livrer bataille, s'il le fallait. Expression délicate qui date d'une époque où les généraux choisissaient le temps et le lieu du massacre, et que seule la littérature (et ses fausses batailles) perpétue.
Commenter  J’apprécie          00
Découdre :
Toujours de quelque chose dont on ne sait jamais rien. "Il était prêt à en découdre", mais de quoi donc. Motus et bouche cousue.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Hervé Laroche (56)Voir plus

Quiz Voir plus

Albert Camus ou Jean-Paul Sartre ?

La nausée ?

Albert Camus
Jean-Paul Sartre

10 questions
115 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..