AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.7 /5 (sur 245 notes)

Nationalité : Uruguay
Né(e) à : Salto , le 31/12/1878
Mort(e) à : Bueno-Aires , le 19/02/1937
Biographie :

Horacio Quiroga est un écrivain uruguayen.

L'existence toute entière d'Horacio Quiroga est placée sous le signe de la mort : mort de son père, qui, alors que le futur écrivain est âgé de trois mois se tire une balle de fusil dans la tête sans que l'on sache s'il s'agit d'un accident ou d'un suicide; mort de son beau-père, dix-sept ans plus tard, qui se suicide d'un coup de fusil sous les yeux du jeune homme ; suicide de sa première femme en 1915 ; mort enfin de son meilleur ami, Federico Ferrando, accidentellement tué par Quiroga lui-même alors qu'il manipule un pistolet.

On ne s'étonnera pas que dans ce contexte très particulier les contes et nouvelles publiés par Horacio Quiroga soient placés sous le signe de cette "facilité sinistre de mourir" dont parle Victor Hugo : on citera, notamment, dans les Contes d'Amour, de folie et de mort, les nouvelles intitulées "La poule égorgée", "À la dérive", "Les bateaux-suicides", ou encore, dans le recueil Anaconda, la nouvelle intitulée "Diète d'amour", dans laquelle le héros, invité à appliquer littéralement l'adage "vivre d'amour et d'eau fraîche", meurt lentement et paisiblement de faim.

Il part à Paris en 1900, où il ne reste que trois mois, à court d'argent. Il rejoint Buenos Aires, déçu par la capitale française. À partir de 1912, Quiroga s'installe à San Ignacio, dans la forêt tropicale.

Atteint d'un cancer de la prostate, il mit fin à ses jours en avalant une pilule de cyanure en 1937.


+ Voir plus
Source : wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo

Horacio Quiroga : Le désert
Olivier BARROT depuis la rivière Pando en Uruguay présente le livre d'Horacio QUIROGA, figure majeure de la littératuresud Américaine : "Le désert". Maître de l'étrange, il met en scène un père qui élève seul ses deux enfants, Un jour, piqué apr un insecte, cette petite blessure va avoir des conséquences fatales.
Podcasts (1)


Citations et extraits (73) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-B   05 avril 2016
La Méningite et son Ombre de Horacio Quiroga
C'est une obsession, continua Ayestarain, une simple obsession à 41°. La malade a le regard constamment rivé sur la porte. […] Comme tout homme, j'ai bien une vague idée de ce que sont deux yeux qui aiment quand on s'approche doucement d'eux. Mais la lumière de ces yeux, la félicité dans laquelle ils sombraient à mon approche, cet éclair de bonheur éperdu — jusqu'au strabisme — quand je m'inclinai sur eux, jamais aucun amour normal à 37° ne me les donnera plus à voir.
Commenter  J’apprécie          410
Nastasia-B   17 septembre 2017
La Guerre des jacarés de Horacio Quiroga
Un après-midi, pendant qu’ils faisaient la sieste, un jacaré se réveilla en sursaut et il leva la tête, croyant entendre un bruit. Tendant l’oreille, il perçut effectivement un bruit sourd et profond, qui venait de loin, très loin. C’est alors qu’il appela le jacaré qui dormait à ses côtés.

« Réveille-toi ! lui dit-il. Il y a danger.

— Quoi donc ? répondit l’autre, alarmé.

— Je ne sais pas, lui dit le jacaré qui s’était réveillé le premier. J’entends un bruit étrange. »

Le deuxième jacaré entendit le bruit à son tour et ils réveillèrent tous les autres. Tous étaient très effrayés et couraient d’un côté à l’autre, la queue dressée.

Il y avait de quoi être inquiet parce que les bruits croissaient, croissaient. Bientôt ils aperçurent une espèce de petit nuage de fumée, très loin, et ils entendirent un bruit tchouf, tchouf, dans la rivière, comme si quelqu’un frappait l’eau, très loin.

Les jacarés se regardèrent les uns les autres : qu’est-ce que cela pouvait bien être ?
Commenter  J’apprécie          390
Nastasia-B   07 mars 2016
Contes d'amour, de folie et de mort de Horacio Quiroga
Un soir j'allai là-bas bien disposé à rompre et animé, pour cette raison, d'une mauvaise humeur manifeste. Inès se précipita pour m'embrasser mais, soudain très pâle, elle s'arrêta.

— Qu'as-tu ? me dit-elle.

— Rien, répondis-je avec un sourire forcé, en lui caressant le front. Elle laissa faire, sans prêter attention à ma main, en me regardant avec insistance. Enfin, elle détourna ses yeux crispés et nous passâmes dans le salon.

La mère entra mais, sentant l'orage venir, elle ne resta qu'un moment et disparut.

Rompre, c'est un mot court, facile ; mais commencer…

Nous étions assis et ne parlions pas. Inès se baissa, écarta ma main de son visage et me fixa d'un regard douloureux, me scrutant avec angoisse.

— C'est évident…, murmura-t-elle.

— Quoi ? lui demandai-je froidement.

La tranquillité de mon regard lui fit plus de mal que ma voix et son visage s'altéra :

— Que tu ne m'aimes plus ! articula-t-elle avec une oscillation lente et désespérée de la tête.



LA MORT D'ISOLDE.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
Nastasia-B   08 avril 2016
La Méningite et son Ombre de Horacio Quiroga
Maria Elvira peut ne pas se souvenir de ce qu'elle a éprouvé pendant ses jours de fièvre, je l'admets. Elle n'en est pas moins parfaitement au courant de ce qui s'est passé, car on le lui a rapporté.

Il est dès lors impossible que je sois pour elle dépourvu de tout intérêt. De charme — Dieu me pardonne — qu'elle pense ce qu'elle veut. Mais d'intérêt, l'homme dont on a rêvé vingt nuits de suite, ça non ! C'est pourquoi son indifférence parfaite à mon égard n'est pas rationnelle. Quels avantages quelle vague chance de bonheur gagnerais-je en vérifiant cela ? Rien, que je sache. Maria Elvira se prémunit de la sorte contre mes éventuelles aspirations ; et rien de plus.

Ce en quoi elle a tort. Qu'elle me plaise désespérément, c'est entendu. Mais de là à ce que j'exige, moi, qu'elle honore une créance signée sur le bordereau d'une méningite, que diable ! ça non.
Commenter  J’apprécie          350
Nastasia-B   14 mars 2016
Contes d'amour, de folie et de mort de Horacio Quiroga
C'était moi qui venais rompre, et on prenait les devants. L'amour-propre, un vil amour-propre touché à vif, me fit répondre :

— Parfaitement. Je pars. Puisses-tu être heureuse… une autre fois.

Elle ne compris pas, et me regarda d'un air étrange. J'avais commis la première infamie ; et comme toujours dans ces cas-là, j'ai été pris du vertige de m'avilir encore plus :

— C'est clair ! lançai-je brutalement, parce que de moi, tu n'as pas eu à te plaindre… n'est-ce pas ?

C'est-à-dire : je t'ai fait l'honneur d'être ton amant, et tu dois m'en être reconnaissante.

Elle comprit mieux mon sourire que mes paroles et, tandis que j'allai chercher mon chapeau dans le couloir, son corps et son âme s'écroulaient dans le salon.

À l'instant même où je traversai le vestibule, j'éprouvai intensément combien je l'aimais, et ce que je venais de faire. Mon envie de luxe, de mariage mondain, tout cela creva dans mon esprit comme une plaie. Et moi qui m'offrais aux enchères aux laiderons fortunés du grand monde, qui me mettais en vente, je venais de commettre l'acte le plus outrageant que l'on puisse infliger à une femme qui vous a trop aimé.



La Mort d'Isolde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Nastasia-B   23 février 2016
La Poule égorgée de Horacio Quiroga
S'il est quelque chose vers quoi l'homme se sente entraîné avec une cruelle délectation, c'est, une fois qu'il a commencé, d'humilier son prochain jusqu'au bout.
Commenter  J’apprécie          340
Nastasia-B   03 avril 2016
Contes d'amour, de folie et de mort de Horacio Quiroga
Nous avions donc volé un paquet de cigarettes à cet individu sévère ; nous étions bien tentés de nous initier sur-le-champ à la vertu virile, mais nous attendîmes l'instrument. Il s'agissait d'une pipe que j'avais fabriquée moi-même : un bout de roseau comme fourneau, une fine tringle à rideau comme tuyau et, pour cimenter le tout, le mastic d'une vitre récemment réparée. La pipe était parfaite : grande, légère et de plusieurs couleurs.

Nous la transportâmes, Maria et moi, dans notre repaire entre les roseaux avec une onction ferme et religieuse. Cinq cigarettes y laissèrent leur tabac. Nous nous assîmes en levant les genoux, j'allumai la pipe et aspirai. Maria, qui dévorait mon acte des yeux, remarqua que les miens se remplissaient de larmes : jamais on n'a vu ni ne verra chose plus abominable. Malgré tout, je déglutis ma salive nauséeuse.

— C'est bon ? demanda Maria, alléchée, en tendant la main.

— C'est bon, répondis-je lui passant l'effroyable machine.

Maria aspira, encore plus fort. Moi, qui l'observais attentivement, je remarquai à mon tour ses larmes et le mouvement simultané de ses lèvres, de la langue et de la gorge, qui repoussaient cette chose. Mais elle eut plus de courage que moi.

— C'est bon, dit-elle les yeux pleins de larmes en faisant presque la grimace. Héroïque, elle porta à nouveau la tringle de bronze à ses lèvres.



NOTRE PREMIÈRE CIGARETTE.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Nastasia-B   17 septembre 2016
Le Vampire de Horacio Quiroga
Quand je suis arrivé ma femme a couru vers moi comme une folle pour m'embrasser. Et aussitôt elle s'est évanouie. Il se sont alors tous précipités sur moi. Ils me regardaient avec des yeux de fous.

Ma maison ! Elle avait brûlé ! Détruite, effondrée avec tout ce qu'il y avait dedans ! C'était bien ma maison ! Ma maison ! Mais pas ma femme, pas ma femme à moi !
Commenter  J’apprécie          260
Nastasia-B   26 mars 2016
Contes d'amour, de folie et de mort de Horacio Quiroga
Cette nuit-là, l'eau monta encore d'un mètre, et le lendemain après-midi Candiyu eut la surprise de voir tout un banc, un véritable troupeau de grumes à la dérive qui passaient la pointe d'Itacurubi. Du bois à l'écorce blanchie et parfaitement sec.

Là, il tenait son affaire. Il sauta dans sa barque et pagaya à la rencontre de sa proie.

Cela dit, dans une crue du Haut Parana on trouve bien des choses avant d'atteindre la grume repérée. Des arbres, bien sûr, arrachés d'un seul coup, leurs racines noires à l'air comme des pieuvres. Des vaches et des mules mortes, en compagnie d'un bon nombre d'animaux sauvages noyés, tués par un coup de fusil ou une flèche encore plantée dans leur ventre. Des pyramides de fourmis entassées sur une souche. Et parfois, un tigre, des îlots de " camalote " et de l'écume à foison — sans compter, évidemment, les serpents.

Candiyu dériva, esquiva, huerta et manqua chavirer plus souvent qu'à son tour avant d'atteindre sa proie. Mais enfin il y était ; un coup de machette mit à vif la veine sanguine du bois de rose et en se courbant sur le tronc de bois il dériva de travers avec sa grume pendant quelques mètres. Mais les branches, les arbres qui passaient sans cesse, l'entraînaient.

Il changea de tactique ; il amarra sa prise à sa barque, et c'est alors que commença une lutte muette et sans merci, dans laquelle, en silence, il suait sang et eau à chaque coup de pagaie.

Dans une grande crue, une grume dérive avec une telle puissance que trois hommes hésiteraient avant de s'y risquer. Mais Candiyu n'était pas seulement très courageux ; il avait derrière lui trente ans de piraterie en eaux basses ou hautes et, de plus, il désirait devenir propriétaire d'un gramophone.



LES PÊCHEURS DE GRUMES.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Nastasia-B   16 mars 2016
L'Insolation de Horacio Quiroga
Devant eux brillait maintenant une petite étendue de terre argileuse inculte qu'on n'avait même pas essayé de labourer. C'est là que le chiot vit soudain mister Jones qui le regardait fixement, assis sur un tronc. Old se leva en remuant la queue. Mais les autres, qui se levèrent aussi, avaient le poil hérissé.

— C'est le patron ! s'exclama le chiot, surpris par l'attitude des autres.

— Non, ce n'est pas lui, répliqua Dick.

Les quatre chiens s'étaient rapprochés et grognaient ensemble sourdement sans quitter des yeux mister Jones, qui demeurait immobile à les regarder. Le chiot, incrédule, allait s'approcher, mais Prince lui montra les dents.

— Ce n'est pas lui, c'est la Mort.

Le chiot se hérissa de peur et rentra dans le groupe.

— C'est le patron mort ? demanda-t-il anxieux.

Les autres, sans lui répondre, commencèrent à aboyer avec fureur, gardant leur attitude craintive.
Commenter  J’apprécie          240

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Luis Sepúlveda (1949-2020)

Luis Sepúlveda est né le 4 octobre 1949:

en Espagne
au Pérou
au Chili

8 questions
123 lecteurs ont répondu
Thèmes : chili , chilien , littérature , littérature hispanique , amérique du sud , hispanique , roman , romanciers , opposant politique , pinochet , dictature , exilCréer un quiz sur cet auteur

.. ..